NICOLAS SARKOZY ET LES FRANCAIS - 2007 - 2012

NICOLAS SARKOZY - commission sur la libération de la croissance

 Allocution de M. Nicolas SARKOZY, Président de la République, à l’occasion de l’installation de la la commission sur la libération de la croissance.

Palais de l’Élysée, Paris, le 30 août 2007

Monsieur le Président Jacques Attali,

Si vous me le permettez, Cher Jacques, j’ai beaucoup d’émotion à me retrouver en face de Jacques Attali, parce que ce n’est pas un secret de dire que je l’apprécie beaucoup, depuis longtemps. Il faut quand même bien dire que cela fait quelques années que l’on se demande comment on pourrait travailler ensemble. C’est fait.

Mesdames et Messieurs,

Je voudrais vous dire combien je suis heureux de vous recevoir, avec le Premier ministre, Christine Lagarde, Hervé Novelli et Luc Chatel, pour donner le coup d’envoi de vos travaux. Avec François Fillon, nous comptons beaucoup sur vous, car nous avons une priorité : augmenter la croissance française pour retrouver le plein emploi. Jacques Attali a su réunir autour de cette table des compétences d’origines diverses, et je veux remercier tout particulièrement nos amis étrangers qui nous font l’amitié d’accompagner par leurs conseils la voie de la réforme qui est celle que la France a choisie en mai dernier. Que des amis étrangers portent un regard amical et sans complaisance sur la France pour aider la France à devenir l’un des pays au monde avec plus de croissance et avec le plein emploi, c’est quelque chose de formidable. Mais que nous, responsables politiques, nous n’ayons pas peur de dire à des amis étrangers: apportez-nous vos conseils, votre expérience. Comment ont fait les autres pour réussir et comment pouvons-nous réussir ? C’est extrêmement important. On ne peut pas avoir uniquement un regard franco-français dans le monde d’aujourd’hui.

Pour avancer, nous avons voulu nous inspirer de la méthode et de l’ambition de nos prédécesseurs qui avaient confié en 1959 à de prestigieux experts conduits par Jacques Rueff et Louis Armand le soin de « lever les obstacles à l’expansion économique ». Le contexte a changé, mais l’on retrouve quelques constantes quand on feuillette ce rapport de juillet 1960. Je suis sûr que certains d’entre vous ont eu la curiosité de le faire.

Aujourd’hui, le constat est facile à dresser :

Nous devons augmenter notre croissance potentielle de l’ordre d’un point pour retrouver le plein emploi et préserver notre modèle social. Je ne serai pas hypocrite. Notre croissance est trop faible, notre chômage est trop élevé, notre appareil productif n’est pas assez réactif, et nos finances publiques sont dégradées. Si l’on ne porte pas le bon diagnostic, on ne trouvera pas le bon remède. Notre pays à besoin d’une cure de modernité intensive. Les mots ont un sens. La France y est prête, à condition qu’on prenne la peine d’expliquer à nos concitoyens pourquoi les réformes sont nécessaires et comment on compte les mener à bien.

Nous avons commencé à agir sans attendre. On a fait beaucoup de choses, en 100 jours··· Ces 100 jours sont une frontière que je vois décrite tous les jours dans la presse. Mais, pour moi, la frontière, c’est 5 ans. Je n’imaginais pas 100 jours faciles et les 100 suivants difficiles. Cela n’a aucun sens. Je veux dire une chose : j’accélérerai le mouvement. Parce que nous avons perdu trop de temps - je veux dire la France -, et parce que quelqu’un qui est au chômage n’a que faire du temps que prennent les responsables politiques qui n’osent pas décider.

La lettre de mission, que nous avons adressée avec François Fillon à Jacques Attali, fixe clairement vos objectifs.

Ils sont ambitieux. Pourquoi réunir tant de compétences autour de la table si ce n’est pour refuser d’avoir des objectifs ambitieux ? Ils sont ambitieux parce que seule une action menée sur plusieurs fronts permettra d’atteindre des résultats à la hauteur de l’enjeu. L’expérience montre que les réformes sont complémentaires entre elles. C’est un débat que j’ai eu avec François Fillon. Nous en avons parlé des heures et des heures avant les élections. C’était un choix politique majeur : est-ce que l’on fait, comme d’habitude, une réforme après l’autre ? « Encore une minute, Monsieur le Bourreau, on a le temps ! » Ou est-ce que dans la société complexe qui est la nôtre, où tout se tient, on fait ce que l’on n’a jamais fait, c’est-à-dire que l’on avance sur tous les fronts simultanément. Une réforme du marché du travail peut être privée d’effet si les marchés des biens et services restent entravés par des règles malthusiennes. Quand on dit cela, on a l’impression de dire quelque chose d’énorme, alors que c’est si évident. Je n’invente rien : Rueff et Armand l’avaient bien vu, ils soulignaient dans leur rapport le caractère « global et cohérent » de leur programme d’action et recommandaient leur « mise en œuvre dans une procédure d’ensemble ».

Votre Commission s’inscrit donc dans cette lignée et prendra le relais, en examinant « les conditions d’une libération de la croissance française ». On va libérer les énergies en France.

Vos travaux devront fournir un diagnostic précis de nos handicaps et - j’insiste, cher Jacques - proposer des solutions concrètes. Ce n’est pas un exercice de style. Je vous demande d’être très attentifs, ce que vous proposerez, nous le ferons. Ces solutions concrètes viendront nourrir le projet de loi de modernisation de l’économie que prépare Christine Lagarde pour le début 2008. Si vous voulez aller plus loin et préparer vous-même des textes, allez-y ! Mais sachez que vos travaux seront utiles. Il ne s’agit pas de faire un rapport de plus. Réflexion, décision, action dans la même séquence. Trois pistes me paraissent particulièrement fondatrices.

La première, c’est la libération du travail. Le travail est aujourd’hui bloqué par une inadaptation de l’offre et de la demande et un volume de travail insuffisant : un Français consacre 48% de son temps de vie au travail, un Britannique 58%, un Danois 60%. Remarquez, c’est très réjouissant. Si l’on a plus de chômeurs que les autres, c’est qu’il y a des raisons. On travaille moins que les autres. Je vous demande d’examiner les conditions d’une augmentation de la mobilité de l’emploi et du taux d’activité des Français. Je pense en particulier à la nécessité de mobiliser l’extraordinaire potentiel humain des seniors qui font l’objet, aujourd’hui, d’un gâchis considérable. On brise des femmes et des hommes sur le seul critère de l’âge. Je pense également aux grandes difficultés pour les jeunes de trouver leur place sur le marché du travail, alors même que des centaines de milliers de postes restent non pourvus.

Deuxième piste : dynamiser le marché des biens et services. Augmenter la concurrence n’est pas une question d’idéologie. Il s’agit d’un coté d’accroître le pouvoir d’achat des Français en faisant baisser les prix, et de l’autre de permettre le développement d’activités qui sont aujourd’hui bridées par des réglementations qui sont obsolètes et contre-productives. C’est un enjeu de croissance. C’est fondamental pour que les autres réformes, notamment sur le marché du travail, produisent leurs effets. Il faut supprimer les barrières qui existent dans différentes professions réglementées. On va aller encore plus loin : il faut mettre fin à des rentes de situation que rien ne justifie aujourd’hui. Le rapport Rueff-Armand donnait déjà l’exemple des taxis, que j’aime beaucoup, il y a moins de taxis aujourd’hui à Paris qu’en 1931 ! Il ne faut pas s’énerver, il faut juste réfléchir. Des pharmaciens, des notaires ou des avoués, et je vois immédiatement trembler : « Mon Dieu, vous allez vous mettre des gens à dos ! » Non, on va trouver du travail pour des gens qui n’en ont pas. On va créer de la richesse pour que chacun en profite. On pourrait en ajouter quelques autres encore. Je vous demande de nous proposer des solutions concrètes, pragmatiques pour faire bouger les choses. Idem en ce qui concerne les différentes lois sur le commerce et sur la grande distribution, qui coûteraient aux consommateurs jusqu’à 9 milliards d’euros de pouvoir d’achat par an et qui pénalisent le développement d’activités nouvelles et l’emploi. Je vous demande de nous aider à trouver la bonne méthode et le bon accompagnement pour faire ces réformes. L’Allemagne, et l’Italie, cher Mario, ont montré l’exemple, on va le suivre.

Troisième et dernière piste : accroître la compétitivité des entreprises, pour affirmer la place de la France dans la mondialisation, pour renforcer notre attractivité pour les investisseurs étrangers. Je compte sur vous pour voir comment supprimer ou à tout le moins alléger au maximum l’impôt papier, procéder aux simplifications administratives indispensables pour faciliter la vie de nos PME, notamment à travers l’instauration d’un Small Business Act à l’européenne. Avec le Premier ministre, nous déjeunons tout à l’heure avec le Président Barroso. Vous savez combien j’apprécie le Président Barroso. On ne peut pas avoir les Etats-Unis qui ont un Small Business Act et l’Europe qui ne le demande pas. C’est extravagant, quand je pense que l’on décrit les Etats-Unis comme libéraux, et l’Europe comme un modèle social à préserver ! Ce sont les Etats-Unis qui préservent leurs petites entreprises et nous qui les exposons. Qui peut comprendre une chose pareille ? Notre objectif est clair : c’est l’émergence de 2 000 nouvelles PME de 500 salariés. Lionel Stoléru, à qui nous avons confié une mission particulière sur l’accès aux marchés publics pour les PME, pourra alimenter vos travaux, ainsi bien sûr, qu’Hervé Novelli qui travaille avec Christine Lagarde sur ces questions.

Ces réformes vont susciter des résistances.

Comme l’annonçait déjà le rapport Rueff-Armand, je cite, « toute modification de l’état existant, surtout s’il est ancien, exige des ajustements qui peuvent affecter des situations individuelles légitimes et respectables ». On va faire preuve de pédagogie, en rendant compte à l’opinion de notre démarche et de nos projets, communiquer le plus possible. A quoi cela sert-il de faire venir de partout des experts, et vous êtes des experts, s’ils n’ont pas le droit à la parole. Après tout, que des gens compétents prennent la parole, ce n’est pas gênant. Je vous demande de rendre compte à l’opinion de votre démarche et de vos projets. Je vous demande de prendre des engagements avec des dates. Enfin, je crois très important que votre Commission s’attache à chiffrer l’impact sur la croissance de chacune des mesures proposées. Les services de l’Etat sont à votre disposition pour vous apporter tout concours utile dans ce domaine.

Certains d’entre vous participent à un rapport en cours d’élaboration au Conseil d’analyse économique qui conclut qu’une combinaison de réformes structurelles touchant simultanément aux marchés du travail, des biens et des services permettrait d’approcher puis d’atteindre une croissance proche de 3% l’an au cours des quinze prochaines années. Le rapport de Camdessus que j’avais commandé à Bercy, auquel certains d’entre vous ont également participé, avait également tracé la voie du sursaut qui a été engagée.

Je compte sur vous pour nous aider à approfondir le diagnostic, pour identifier précisément les verrous de la croissance. Mais surtout, je voudrais insister sur ce point avant de conclure et que vous ne vous réunissiez pour une séance de travail, je compte sur vous pour nous aider à définir la séquence et la méthode de la réforme.

Jacques Attali a bien voulu s’engager à nous rendre compte régulièrement de l’état de vos réflexions avant de rendre un rapport définitif à la fin décembre. Ce sera très utile car, avec le Premier ministre, nous voulons avancer très vite. Si d’ici un mois, il y avait déjà des premières propositions, cela nous permettrait de les mettre en œuvre, et vous, cela vous permettrait de comprendre que l’on ne vous a pas réunis simplement pour parler. Car, après tout, les promesses, certains d’entre vous, en ont connues. Rien ne vaut les faits. Voyons dans un petit rapport d’étape ce qu’en fera le gouvernement. Dans votre rapport définitif, je voudrais des propositions précises de textes législatifs ou réglementaires pour que l’on puisse aller le plus vite possible. Vous l’avez compris, pour le Premier ministre, pour les ministres comme pour moi-même, votre Commission est fondamentale et le rendez-vous de ce matin était extrêmement important.

Je vous remercie.

Identificateurs Technorati : sarkozy, croissance, jacques attali

Tags: , , , , ,

  1. 265 Responses to “NICOLAS SARKOZY - commission sur la libération de la croissance”

  2. By rolland on Sep 1, 2020

    pharmacien, élu local, c’est avec surprise que je vois le président de la république me désigner comme étant un frein à la croissance.La place manque pour évoquer ici la problématique de la pharmacie,souvent trop complexe pour être schémématisée comme elle l’a été dans le discours de mr Sarkosy, mais soyons sérieux! il y a environ 5000 pharmacies condamnées car trop petites.si l’organisation de la pharmacie change, cela ira dans le sens d’une plus grande concentration et ne créera aucun emploi si ce n’est des emplois précaires dans la grande distribution. J’ajoute que je travaille 70 heures par semaine et n’ai pas l’impression de bénéficier d’une rente de situation. Ne pas confondre bénéfice imposable et revenu disponible, la plupart des pharmacies étant en npm personnel.Je suis très déçu par cette déclaration qui me parait plus dogmatique que documentée.De plus le système actuel a l’avantage d’assurer une bonne répartition des pharmacies sur le territoire.Dans une ville de 2à 3000 ha, bientôt le magasin unique, le supermarché. comme dans l’ex urrs

  3. By Fabienne on Sep 2, 2020

    Donner du travail ?
    Nous passons notre temps à vouloir embaucher dans le notariat, mais il n’y a pas assez de jeunes compétents malgré les grandes campagnes de communication lancées par la profession.
    Le problème ?????
    Les jeunes sont nuls. Oui ! j’enseigne en fac de droit, école de notariat et centre de formation professionnelle notarial et depuis 1998, c’est le lourd constat que d’année en année le niveau est de pire en pire. Il faudrait tout revoir depuis la maternelle ! En plus, ils sont fainéants, ne pensent qu’à leur confort… Venir travailler à 30 km de la grande ville par une quatre voies dans une étude ultra moderne et avec une équipe jeune, motivée et dynamique ? c’est non… trop fatiguant ! et puis l’essence coûte cher…
    Demandez aux patrons artisans du bâtiment, aux restaurateurs etc. Dans notre bourg de 3000 habitants, nous faisons tous le même constat ! C’est un pays de fainéants et de jaloux !

    Libérer le travail LOCALEMENT dans une perspective de développement durable… Voilà le véritable enjeu.
    A moins que le projet soit définitivement d’abandonner nos campagnes aux résidents anglais…

    En bossant de 7h du matin à 22 h le soir du lundi au samedi, avec un peu de révision le dimanche, je ne crois que nous vivons d’une rente !
    Faire tomber le monopole du notariat ne donnera pas plus de travail aux autres…(bah ! sûr que ça ferait plaisir aux avocats…) car il faut au préalable former des gens compétents (ce que ne sont pas les avocats pour l’instant dans nos matières).

    Qui assurera les missions de service public ? l’obligation d’instrumenter (ventes de parcelles à deux francs six sous - oui, il n’y a pas que Paris en France…-?), le conseil gratuit, la collecte des impôts pour l’Etat (PV, DDE, etc.).
    Les notaires ont lourdement investi pour l’Etat (dernier investissement en date : publication des actes par télétransmission aux hypothèques), les jeunes notaires se sont lourdement endettés pour racheter une étude, qui les indemnisera ?

    Quelle est la source d’inspiration ? la réforme anglaise du début 2007 permettant entre autres aux hypermarchés de faire le travail des sollicitors… ? Ce sont les groupes d’hypermarchés qui se réjouiront alors !
    Si j’avais su ! Au lieu de mon doctorat et de mon D.S.N., Caissière ! voilà un métier d’avenir !
    Déjà dans les banques, il n’y a plus que des diplomés BTS force de vente qui ne voient pas la différence entre des époux communs en biens et des concubins !
    A vraiment, il n’y a plus qu’à espérer qu’une réflexion vraie soit menée par la commission… et en coordination avec le ministère de Monsieur Borloo…

  4. By schweizer-max on Sep 2, 2020

    Que comptez-vous faire par rapport aux prérogatives des solicitors anglais (actes de type testament et autres, prérogatives en immobilier..) pour les confier concrétement ou non à d’autres diplômés en droit: avocats jeunes en grande difficulté pour s’établir,tributaires des études d’aînés…?
    Et comment comptez-vous le faire admettre aux notaires dont les études les plus puissantes sont à Pa

  5. By Eve on Sep 3, 2020

    Je ne suis pas comme les précédents intervenants sur ce sujet et ne suis pas encore titulaire de l’examen professionnel régissant la profession que je souhaite exercer : Avoué.
    Eh oui, peu de justiciables connaissent encore cette profession qui, je l’affirme haut et fort, ne saurait à ce jour être exercer par des Avocats (pardon, Monsieur le Président), sans une sérieuse remise à niveau en termes de procédure!!
    outre, cet atout, la quasi-totalité des Magistrats de Cours d’appel apprécient ce nombre réduit d’interlocuteurs, en qui ils savent qu’ils peuvent avoir confiance!
    Et, comme dans les autreqs professions visées dans votre discours, je n’ai pas l’impression que mes employeurs (et j’ai déjà connu plusieurs études…) soient des rentiers : plus de 12 heures de travail par jour, y compris les samedis, voire les dimanches!!!
    Même les jeunes collaborateurs “trempent leurs chemises” car l’investissement personnel est certainement le meilleur moyen de réussir… les 35 heures ne sont que théoriques et la valeur travail est sans nul doute présente dans nos esprits!!!
    Votre discours laisse à croire que nous vivons toujours sous l’Ancien régime, avec des charges qui ne se transmettent que de père en fils, sans aucune notion de travail ou de mérite… Je trouve cela scadaleux… et surtout offesant pour tous ceux qui pensaient avoir trouvé leur voie professionnelle et se donnaient les moyens d’y arriver.
    Pensez que, derrière les Avoués, se cachent aussi les collaborateurs (trices) et tout le personnel des Etudes.
    Comment valoriser le travail en supprimant plusieurs milliers d’emplois???
    Je m’interroge…

  6. By GRIFFET ANTOINE on Sep 5, 2020

    Ne pensez vous pas que la Pharmacie a beaucoup donné ces dernières années ? Baisse de prix,génériques, tfr, baisse de remboursement, déremboursements…perte d’amm et ” médicaments avec amm européene”,
    il serait bon de nous chiffrer les économies engendrées ces dernières années pour la sécurité sociale et donc pour les mutuelles ??? Le personnel est qualifié, le maillage est bon, on esssaie de travailler avec passion..mais la colère monte…c’est de plus en plus dure, renseignez vous bien sur la rentabilité des pharmacies par rapport à l’investissement et les charges et impositions qui suivent, vous serez surpris du bénéfice net…ne pas survoler le problème et ne pas se laisser influencer par la grande distribution qui n’est pas un remède à tout…
    J’ai 34 ans, je ne suis pas un nanti,et je voudrai continuer à investir dans la pharmacie d’officine,qui reste avant tout une PME locale avec ses salariés.
    Monsieur le Président sachez que tout le monde ne voit pas la Pharmacie comme un tremplin social dans la vie mais plutôt comme un outil pour participer au bon fonctionnement du réseau de soin. Les pharmaciens voudraient travailler avec un peu de sérénité pour la sécurité des patients. Les produits qui sortent de la réserve hospitalière ne sont pas des bonbons…attention.Laissez nous nous concentrer sur notre vrai métier, la dispensation du MEDICAMENT, n’en déplaise à Monsieur Leclerc. Merci

  7. By charles on Sep 6, 2020

    Diplomé notaire, je m apprete à acheter une étude… 15 à 20 ans d’emprunt! L’acquisition d’une vie! A en croire ce discours il me faut tout arrêter parce s’il y a quelquechose de sur c est qu’aucun notaire ne sera indemnisé!!! LOL! C est fini depuis bien longtemps la vénalité des offices!! Pour répondre à FABIENNE, il n y a pas que des nuls qui sortent de la fac et qui veulent travailler dans les grandes villes! Mais ce qui est sur c est qu’il y a du travail dans le notariat! Personne n a de mal a trouver du taf dans le notariat! On manque même de tout! Un bon comptable, un clerc expérimenté… Trop ouvrir la concurence tuera les petits notaires qui se retrouveront seuls et qui ne pourront pas suivre en terme de salaire! Augmenter le nombre de notaires augmentent la demande de main d oeuvre, or il n y en a pas! Y a pas grave chose qui marche vraiment bien dans ce pays, education nationale, les retraites, la santé, les prisons, la justice… le notariat, ca marche, pourquoi y foutre le bordel! le notariat a toujours fait des effort pour l etat! Nous nous sommes rendus indispensables et voilà comment nous sommes recompensés… trop bon, trop c…
    Le grand C… dans l histoire ca sera moi le jeune qui va s installer dans un ville moyenne et qui, complètement endetté, verra sa profession se dereglementer, puis verra un pote de fac moins bon, moins ambitieux, s instaler en face de chez lui! Merci M. SARKOSY de recompenser comme ca ces jeunes qui bossent dans les bibliothèques des facs de droit pendant 8 ans , ces jeunes qui ne manifestent jamais contre le pouvoir, ces jeunes qui n ont jamais fait greve, ces jeunes qui pour la plupart ont voté pour vous… Merci M. SARKOSY Merci beaucoup

  8. By Trinh on Sep 6, 2020

    Je suis aussi outrée que la plupart de mes confrères de votre non documentation concernant les pharmaciens nantis (que vous pensez que nous soyons)Nous travaillons en moyenne 60 h par semaine et les jours de fête, à disposition et corvéable à merci.Je n’ai pasl’impression d’avoir une rente de situation. Etant une pharmacie de quartier, j’assure de nombreux services gratuitement: livraison des médicaments chez les personnes grabataires ou âgées ne pouvant se déplacer, information , filtrage des urgences réelles quand tout est fermé médecin compris ( je ferme à 21h00)la liste est longue et je vous propose que vous demandiez à tous les pharmaciens de vous indiquer les services rendus et vous serez étonnés de savoir à quel point nous sommes essentiels et si nous sommes rénumérés par notre activité commerciale nous avons autant de mérite sinon plus qu’un hypermarché Leclerc . Comment pourrait on encore faire croire que ce qui différencie un hypermarché Leclerc et une pharmacie c’est seulement le nombre d’années d’études comme l’a fait une pub à une certaine heure …Libéraliser oui mais perdre le service de proximité c’est perdre son âme

  9. By l'avoué on Sep 6, 2020

    Supprimer les avoués revient à laisser libre cours à l’installation des cabinets anglosaxons, lesquels ont déjà faussé la libre concurrence entre les avocats. En effet, il suffit pour s’en convaincre d’examiner la situation qui règne sur le Barreau de Paris où ces cabinets n’ont de cesse d’attirer les clients des petits cabinets. Ces cabinets disposant de plus de moyens que les cabinets de type “familial”, la concurrence est pour le moins faussée. Mais le plus fâcheux tient au fait que les prix pratiqués par ces derniers (les honoraires des avocats n’étant pas fixés par décret contrairement aux émoluments des avoués) empêcheront à court terme les justiciables, qui ne bénéficient pas de l’aide juridictionnelle, de se pourvoir en justice… le libre accès à un tribunal impartial ne sera dès lors plus garanti par le système judiciaire français.

    Par ailleurs, il est indispensable d’apprécier le rôle joué par l’avoué devant la Cour d’appel, plus particulièrement à la lumière des contentieux sans représentation obligatoire. En effet, nombreux sont les Premiers Présidents des Cour d’appel à réclamer à la généralisation de la représentation obligatoire, les rapports que ces derniers remettront au Garde des Sceaux vous le confirmeront.

    Leur suppression passera par l’augmentation du personnel des greffes de Cour d’appel, car les effectifs actuels ne pourront accomplir les tâches dévolues aux avoués, sans parler de la communication intranet avec le greffe, dont vous vous êtes fécilité, qui ne pourra être mise en place avec les avocats trop nombreux et aux structures trop instables. En somme l’avoué permet une meilleure instruction des dossiers et donc garantit l’accès à un tribunal prévu par la Convention européenne des droits de l’homme. Je sens déjà gronder la Cour européenne…

    Si l’avoué est plébiscité par les Présidents des Cour d’appel, c’est qu’il permet une instruction plus sereine, moins anarchique que celle de première instance, les ardeurs belliqueuses laissant leur place à la confraternité et à la réflexion. Ainsi, il n’est pas rare que des litiges trouvent des solutions amiables sous la houlette des avoués.

    Leur compétence en matière de procédure civile permet également “d’assainir” le débat qui se tient devant le juge, notamment en observant de manière plus rigoureuse le principe du contradictoire et en purgeant l’instance de tout incident et autre irrégularité de procédure.

    Le but de la commission étant de redynamiser l’économie française, je n’arrive pas à comprendre en quoi la suppression des avoués aurait cet effet, sachant que ce ne sont pas les avoués qui font le contentieux mais bien les justiciables. Dès lors, leur suppression n’aura aucune influence sur le nombre de litiges portés devant la Cour.

    Il est faux de penser que la suppression du monopole des avoués permettra à de nouvelles personnes d’exercer, les avocats étant, en règle générale, présents aux côtés de l’avoué en cause d’appel, ils se substitueront tout simplement à ces derniers, sans permettre quelque concurrence que ce soit. Ainsi, de monopole de droit nous passerons à un monopole de fait.

    La suppression privera ainsi l’Etat de la TVA (en dehors l’impôt sur le revenu et autres CSG) perçue par les avoués, laquelle ne sera en aucun cas compensée par celle des avocats, puisque ces derniers assistent les avoués dans la plus part des instances d’appel.

    Moins de recettes pour l’Etat, une indemnisation coûteuse et le recrutement de fonctionnaires pour une harmonisation avec une Europe, qui, à ce jour, n’a contribué qu’à obscurcir notre droit positif… Dois je vous rappeler que l’Etat français dispose d’une certaine marge de manœuvre dans cette entreprise d’harmonisation, notamment en matière de justice ?

    Enfin, l’avoué n’ayant pas d’homologue dans les autres pays de la communauté, le principe de la réciprocité ne saurait s’appliquer.

    La suppression des avoués n’entraînera que le blocage des juridictions et des condamnations de la Cour européenne.

    En espérant que vous prendrez le temps de lire ces quelques lignes.

  10. By irondelle on Sep 6, 2020

    Participons au débat de la commission de la Libération de la Croissance

    Bonjour,

    je suis un citoyen engagé et un entrepreneur civique.

    Je suis optimiste et confiant sur le fait que la commission Attali, sur la Libération de la Croissance, va travailler pour le bien commun.(cf vidéo de Jacques Attali cliquez, bientôt, ici)

    Fondateur d’une entreprise en 2003, je suis passionné des sujets portant sur la recherche, l’université, l’innovation et l’entrepreunariat et leurs fortes interactions.

    Depuis son élection, j’attendais un signe politique du nouveau Président de la République sur les sujets de la croissance et de son écosystème : comment créer des entreprises, des emplois sur des activités hautement exportables et non délocalisables, et financer notre système social et éducatif.

    Blogueur entrepreneur, j’ai assisté au discours du président de la république à l’université du MEDEF (cf www.jouer-le-jeu.fr ).

    J’ai confiance que les propositions de la commission Attali seront mises en oeuvre.

    Le 25 août 2007, j’ai déposé les autres extensions .com, .org et .net, de www.liberationdelacroissance et www.liberation-de-la-croissance.

    En effet, cet été je me suis aperçu que ces extensions n’ont pas été déposées par le webmaster du Ministère de l’Economie. Le 21 août 2007, ce dernier a juste déposé les extensions en .fr.

    Plutôt que ces extensions finissent entre de mauvaises mains, j’ai pris l’initiative de déposer ces noms de domaines.

    Je les met à dispositions des citoyens et de la commission Attali.

    En attendant, maintenant lecteurs ce blog, j’aurais besoin de vos avis sur un idée que j’ai émise sur deux des notes :

    - http://www.liberation-de-la-croissance.com/2008/01/libration-de-la.html

    - http://www.grenelle-environnement.net/2007/08/grenelle-de-len.html

    Vos avis d’internautes me seront précieux.

    De plus, je cherche des auteurs pour participer aux blogs www.liberationdelacroissance.com et www.grenelle-environnement.fr qui se veulent constructifs et ouvert aux citoyens.

    Après tout une des plus grandes idées de l’humanité, bien avant celle du capitalisme et du socialisme, n’est-elle pas celle de la démocratie ?

    Internet, la plus grande invention après celle de l’imprimerie, est le nouvel espace démocratique des citoyens.

    Grâce à Internet, le monde politique, qui appartient avant tout aux citoyens, est en pleine révolution.

    Participons aux débats, oeuvrons ensemble pour le bien commun.

    A bientôt sur Internet

    Julien IRONDELLE

  11. By montana on Sep 6, 2020

    Gagner 120.000 € par an et pouvoir revendre son officine plus d’un million d’euros au bout de 12 ans (de remboursement) ne peut-être qu’un minimum vu la plus-value intellectuelle apportée par le travail quotidien du pharmacien… Surtout en regard des 2.500 € mensuels des pharmaciens salariés dans les officines… Sans vouloir casser trop de sucre sur nos amis les potards, un peu de décence et d’humilité permettraient sans doute de revenir à une plus juste rémunération dans l’échelle des revenus en regard du service rendu à la société… Les pouvoirs publics ont certainement raison de vouloir mettre un peu d’ordre ici et peuvent aisément comparer le “triste” sort des pharmacies françaises avec celles du Royaume Uni… Sans vouloir polémiquer, en vue de rendre du pouvoir d’achat au français moyen, passer l’O.T.C. en grande surface serait une solution tout a fait honorable en permettant ainsi une baisse significative des prix publics (répercussion des importantes remises des fabricants : 50 %) et autorisant enfin un développement de l’automédication qui soulagerait les comptes de la branche maladie de la sécurité sociale…

  12. By Thierry on Sep 6, 2020

    Les taxis, les pharmaciens, les notaires et les avoués sont des freins à la croissance. Et voilà tout est dit. Si l’on se met ces personnes à dos combien en satisfait-on? Bien davantage. C’est politiquement gagnant. Bravo, Monsieur SARKOZY. En stigmatsant certaines professions par des poncifs désuets vous vous attirez le soutien d’électeur heureux de connaitre enfin les responsables du déclin de la france. Mise à part ce préjugé qu’elle analyse vous permet d’être affirmatif? Aucune. S’il y avait plus de taxis en 1931 à Paris qu’aujourd’hui c’est peut être qu’il y avait moins de particuliers qui disposaient de leur voiture.
    Par quelle logique peut on tout d’abord désigner des pestiférés puis ensuite indiquer qu’il faut réfléchir pour déterminer les raisons qui permettent d’affirmer qu’ils le sont.
    En fait rien n’a changé la logique politique est inverse de la logique mathématique.
    A qui le tour?
    Aux avocat?
    Non bien sur, pourtant il s’agit d’une profession qui embauche, à chiffre d’affaire égale, cinq fois moins de personnel qu’une étude de notaire.
    Ne devrait-on pas réfléchir la dessus?

  13. By Pierre-Loïc on Sep 7, 2020

    Monsieur le Président,

    Je vous ai confié ma voix.

    Je suis le mari d’une pharmacienne d’officine, ayant 36 ans et deux enfants. Je lis là, stupéfait, que mon épouse bénéficie d’une rente de situation, et qu’à ce titre, il faut envisager de libéraliser l’exercice de la profession qui est la sienne. J’ai plusieurs commentaires:
    1-le numerus clausus et le droit exclusif de propriété des officines à des diplomés d’état garanti l’exercice d’une pharmacie professionnelle et justement répartie sur le territoire. C’est ce qui permet à de nombreuses petites officines de survivre sur le territoire, de fournir des emplois localisés jusque dans les petites communes. Les remettre en cause pourrait nourrir l’espoir de voir des concurrents s’installer et les prix baisser, mais il s’agit d’une illusion, puisque dans ce cas, la grande distribution s’emparerait de ce marché et la mort des petits entrainera des pertes d’emplois masive dans ce secteur. De plus, la centralisation (qui est déjà ressentie par endroit) ne ferait que mettre les plus démunis sur les route pour gagner le “drugstore”, et il en serait fini de la relation de proximité du pharmacien avec ses “patients”, relation qui contribue largement aujourd’hui aux succès rencontrés dans la juste délivrance et la substitution par exemple de traitements génériques. Qui se souciera, dans vos grandes structures, du traitement de Madame Michu, qui n’a pas consommé toutes ses boites le mois dernier, et qui, puisqu’elle change de traitement, devrait penser à ramener les anciens ?…Vraiment, l’ouverture du marché du médicament est une fausse bonne idée d’économie…
    2-Mon épouse travaille 10 heures par jour, 6 jours sur 7, sans parler des gardes de nuit ou de week-end, pour lesquelle elle perçoit une indemnité indigne (pour une rente, parlons-en !). Elle fournit un service de proximité de premier ordre, effectue des livraison GRATUITES à ses patients. Elle gagne 2500 euros nets par mois, après 7 ans d’études, une thèse, et 14 ans d’expérience professionnelle. Expliquez-moi, Monsieur le président, ou est la “rente de situation” ? Votre jugement est sans doute altéré par la vision de quelques confrères qui mènent grand train, mais eux doivent vous encourager à avancer dans vos réformes. Pour la plupart, ils ont fini de rembourser leur fond de commerce. Ils pourraient le vendre à nouveau à Carrefour ou Géant et leurs yeux brillent…ils sont rares et ne devraient pas vous cacher tous ces brillants talents, capable de mémoriser plus de 15000 spécialités et médicaments, d’en maîtriser les intéractions, qui conseillent, ecoutent et protègent vos concitoyens…Ces brillants talents ne survivraient pas à une telle ouverture et la fin du numerus clausus signerait à coup sûr leur faillite: Ils ne pourront pas faire face à des grandes surfaces ou même d’autres pharmaciens plus jeunes qui n’auraient pas à supporter la charge de l’achat d’un fond de commerce…Est-ce là la sanction, la faillite, pous ces “pseudo” rentiers…?
    3-Comment allez-vous attirer vers ces nobles métiers, exigeants mais complexes et responsabilisant, de nouveaux jeunes talents, si, après 7 ans d’étude, vous leur proposez comme espoir, un rôle de chef de rayon ‘parapharmacie-pharmacie” chez Leclerc …? Comment les attirer si vous ne leur proposer pas mieux que de se battre à couteau tiré avec le voisin pour se faire une place, reniant la serénité nécéssaire au bon exercice de ce métier très responsabilisant ? Le numerus clausus garanti une bonne répartition territoriale, un bon suivi des patients, et aussi une charge suffisante pour qu’une officine puisse se développer sans publicité (puisqu’elle n’y a pas droit, assez logiquement, la santé n’est pas un produit comme les autres). Se développer sereinement et donc servir au mieux nos concitoyens…Ce n’est pas tout à fait le même enjeu que pour les boulangeries…
    4-Libéraliser un marché, ou prentendre remettre de l’ordre dans ces métiers qui ressemblent d’après-vous à des “rentes de situation”, alors que l’état fixe les marges, les taux de remboursement, interdit la publicité, demande aux pharmaciens de prendre à leur compte autant que possible les télétransmissons, la délégation de paiement, et demain peut-être de devebir “receveur des impôts” pour une franchise “à la boite délivrée”, nest ce pas un peu contradictoire ? Espérer faire baisser les prix en favorisant la concurrence, mais sans permettre que tous les outils du libéralisme soient utilisés ne semble pas honnête, ni même possible…Hors le marché de la santé ne peut pas supporter complètement ces règles du libéralisme commercial. Le pharmacien ne doit pas faire du rendement, il ne doit pas oublier d’écouter, il doit passer du temps et conseiller. Le pharmacien ne doit pas faire de publicité partisanne, se lier trop intimement avec ses fournisseurs, ni promouvoir à des fin uniquement commerciale telle ou telle mollécule qui ne convient peut-être pas parfaitement au patient. Le pharmacien ne doit pas non plus pousser à la consommation de médicament, pour préserver l’équilibre du système. Le libéralisme que vous imaginez n’est pas directement applicable au milieu de la santé.

    Monsieur le Président, Monsieur Attali, il faut mettre notre énergie sur la formation de jeunes pharmaciens compétents, prêts à prendre la relève. Il faut s’assurer que chaque commune bénéficie d’un suivi de proximité, et faire de l’officine, et du pharmacien un relais efficace de notre politique de santé publique. Enfin il faut responsabiliser les patients (légiférez pour interdire la délégation de remboursements, et faites en sorte que chaque français paye son médicament avant de se le faire personnellement rembourser, cela luttera contre le “sentiment” de gratuité qui sévi dans les esprits de ceux qui consomment trop de médicaments…)

    Faites que ma voix soit entendue, et ainsi mon vote bien utilisé…

  14. By Pierre-Loïc on Sep 7, 2020

    Monsieur le Président, Monsieur Attali,

    J’oubliais un dernier commentaire.

    5-Vous souhaitez libéraliser et déréglementer certaines professions dans l’espoir , je vous cite de “donner du travail à ceux qui n’en ont pas…”. Je ne connais pas dans mon entourrage de pharmacien diplomé au chomage, et je vous confirme l’extrême difficulté qu’éprouve mon épouse pour trouver un pharmacien remplaçant disponible pour la remplacer ne serait-ce que deux jours pour faire un pont…Je n’ai pas non plus d’amis notaire au chomage…De plus, ces professions requierant à juste titre un niveau d’étude élevé, le contingeant disponible chaque année ne suffit pas à renouveler les départs. Qu’espérez-vous créer comme emploi dans ces secteurs, à moins de casser aussi la sélection obligatoire (gage d’excellence, comme en médecine), dans les 15 années à venir ? Ces professions ne comportent quasiment pas de chomage…qqchose m’échappe donc. Par contre, ouvrir ce secteur aux centrales d’achat de la grande distribution et au système des drugstores (qui font du système de soin américain un des plus pitoyable du monde occidental…) risque bien d’entrainer la mise au placard de bon nombre d’équipes officinales…En guise de “nouveaux job”, nos etudiants en pharmacie risquent bien de pousser des palettes, payés deux clopinettes…

  15. By PERARD on Sep 7, 2020

    Il me semble important de revenir sur quelques fondamentaux concernant la profession de pharmacien. Notre monopole n’est pas un cadeau, ni même un acquis social ! Il s’agit d’un principe sur lequel repose la politique de santé publique. En contrepartie du monopole de vente accordé au pharmacien, l’Etat nous impose diverses obligations parmi lesquelles un service de garde et d’urgence à caractère de service public. Notre président veut faire disparaître cet accord ? très bien, mais qui va prendre en charge ce service de garde qui est financièrement coûteux pour le pharmacien (une garde monopolise du personnel de jour et de nuit pour une activité très souvent anecdotique). Concernant l’encadrement de l’installation des pharmacies en France, il est tout à fait surprenant qu’on nous reproche cet encadrement, tout en faisant le reproche inverse aux médecins (qui ont une liberté d’installation) qui sont concentrés dans le sud et en ville alors qu’ils ont déserté le nord et les villages. N’oublions jamais que cet encadrement à l’installation permet le maillage du territoire national.
    Alors ne faut-il rien faire ? Si probablement, notre profession souhaite évoluer, nous le réclamons depuis des années, nous faisons des propositions (voir le site de pharmaciensencolere.fr rubrique Nos propositions) sur le prix des médicaments non réglementés notamment, sur l’évolution de nos fonctions…
    Juste pour information, je constate que monsieur Sarkosy n’a pas été avare de prommesses pendant sa campagne. Comme pour les taxis (voir message ci dessous), il nous avait promis qu’il “ne remettrait jamais en cause le monopole pharmaceutique gage de santé publique” et l’encadrement de l’installation “gage d’accés au soins pour nos concitoyens”.

    Cordialement

  16. By l'avoué on Sep 7, 2020

    Supprimer les avoués revient à laisser libre cours à l’installation des cabinets anglosaxons, lesquels ont déjà faussé la libre concurrence entre les avocats. En effet, il suffit pour s’en convaincre d’examiner la situation qui règne sur le Barreau de Paris où ces cabinets n’ont de cesse d’attirer les clients des petits cabinets. Ces cabinets disposant de plus de moyens que les cabinets de type “familial”, la concurrence est pour le moins faussée. Mais le plus fâcheux tient au fait que les prix pratiqués par ces derniers (les honoraires des avocats n’étant pas fixés par décret contrairement aux émoluments des avoués) empêcheront à court terme les justiciables, qui ne bénéficient pas de l’aide juridictionnelle, de se pourvoir en justice… le libre accès à un tribunal impartial ne sera dès lors plus garanti par le système judiciaire français.

    Par ailleurs, il est indispensable d’apprécier le rôle joué par l’avoué devant la Cour d’appel, plus particulièrement à la lumière des contentieux sans représentation obligatoire. En effet, nombreux sont les Premiers Présidents des Cour d’appel à réclamer à la généralisation de la représentation obligatoire, les rapports que ces derniers remettront au Garde des Sceaux vous le confirmeront. Leur suppression passera par l’augmentation du personnel des greffes de Cour d’appel, car les effectifs actuels ne pourront accomplir les tâches dévolues aux avoués, sans parler de la communication intranet avec le greffe, dont vous vous êtes fécilité, qui ne pourra être mise en place avec les avocats trop nombreux et aux structures trop instables. En somme l’avoué permet une meilleure instruction des dossiers et donc garantit l’accès à un tribunal prévu par la Convention européenne des droits de l’homme. Je sens déjà gronder la Cour européenne…

    Si l’avoué est plébiscité par les Présidents des Cour d’appel, c’est qu’il permet une instruction plus sereine, moins anarchique que celle de première instance, les ardeurs belliqueuses laissant leur place à la confraternité et à la réflexion. Ainsi, il n’est pas rare que des litiges trouvent des solutions amiables sous la houlette des avoués.

    Leur compétence en matière de procédure civile permet également “d’assainir” le débat qui se tient devant le juge, notamment en observant de manière plus rigoureuse le principe du contradictoire et en purgeant l’instance de tout incident et autre irrégularité de procédure.

    Le but de la commission étant de redynamiser l’économie française, je n’arrive pas à comprendre en quoi la suppression des avoués aurait cet effet, sachant que ce ne sont pas les avoués qui font le contentieux mais bien les justiciables. Dès lors, leur suppression n’aura aucune influence sur le nombre de litiges portés devant la Cour.

    Il est faux de penser que la suppression du monopole des avoués permettra à de nouvelles personnes d’exercer, les avocats étant, en règle générale, présents aux côtés de l’avoué en cause d’appel, ils se substitueront tout simplement à ces derniers, sans permettre quelque concurrence que ce soit. Ainsi, de monopole de droit nous passerons à un monopole de fait.

    La suppression privera ainsi l’Etat de la TVA (en dehors l’impôt sur le revenu et autres CSG) perçue par les avoués, laquelle ne sera en aucun cas compensée par celle des avocats, puisque ces derniers assistent les avoués dans la plus part des instances d’appel.
    Moins de recettes pour l’Etat, une indemnisation coûteuse et le recrutement de fonctionnaires pour une harmonisation avec une Europe, qui, à ce jour, n’a contribué qu’à obscurcir notre droit positif… Dois je vous rappeler que l’Etat français dispose d’une certaine marge de manœuvre dans cette entreprise d’harmonisation, notamment en matière de justice ?

    Enfin, l’avoué n’ayant pas d’homologue dans les autres pays de la communauté, le principe de la réciprocité ne saurait s’appliquer.
    La suppression des avoués n’entraînera que le blocage des juridictions et des condamnations de la Cour européenne.

    En espérant que vous prendrez le temps de lire ces quelques lignes.

  17. By talbi ( élu UMP dansle76 ) on Sep 7, 2020

    Mr le président, nous vous demandons de respecter votre engagement sur le médicament qui n’est pas un produit de consommation courante.
    Le pharmacien garantie une meilleure sécurité pour la délivrance ,les actes de préventions et autres urgences (non rémunérées) .
    Vous savez que nous restons le seul pays en Europe à ne pas connaitre la contrefaçon des médicaments grace au monopole du pharmacien .
    Votre seule motivation est de faire plaisir à votre ami E.Leclerc pour qu’il puisse vendre les médicaments au meme titre que la salade .
    Nous vous laisseront pas mettre en danger la sécurité sanitaire des français pour un simple interet personnel !!!
    Vos propos insultant à notre égard decoivent toute une profession respectée du grand public : sachez qu’un pharmacien travaille plus de 55 heures/semaine(plus les gardes ),il prend des risques financiers énormes , son niveau d’etude est bac +6 (doctorat) , il emploi sur toute la france plus de 100 mille salarié et donc participe à la croissance économique du pays , il réalise d’énormes économies au pays grace au générique au détriment de son CA et n’hesite pas à effectuer des taches administratifs non rémunérées ( TRAVAILLER PLUS POUR GAGNER MOINS ).

    N’oubliez pas vos déclaration du 6 mai:
    “je ne vous trahirai pas. Je ne vous décevrai pas. Je ne vous mentirai pas “

  18. By notaire on Sep 8, 2020

    SUR LE NOTARIAT

    1.RAPPORT AVEC LA CROISSANCE ? Je serais vivement reconnaissant aux blogueurs de m’expliquer le rapport entre l’existence de professions réglementée et la libération de la croissance (merci de donner un chiffre : combien de points de croissance la déréglementation permettrait-elle?). S’attaquer aux pharmaciens, notaires, taxis, avoués n’est elle pas une manière commode de compenser le manque d’idées en recherchant des boucs émissaires ?

    2.CARACTERES PUBLIC, JURIQUE ET JUDICIAIRE DU NOTARIAT. Différentes professions sont concernées sans distinction par le discours d’institution de la Commission sans qu’elles poursuivent le même aspect de l’intérêt général. Concernant les avoués et les notaires, il est peut-être utile de rappeler à la Commission que ces professions sont juridiques et judiciaires et qu’une réflexion menée exclusivement sur le plan de l’économie n’aurait pas de sens.
    Sur le notariat :
    -Les actes reçus par un notaire présentent un caractère authentique et peuvent être revêtus de la formule exécutoire (cela signifie qu’ils peuvent directement faire l’objet d’une exécution par un huissier et les forces de l’ordre sans qu’il soit besoin d’une décision de justice). Si les actes notariés n’existaient pas, les tribunaux seraient non pas engorgés mais asphyxiés… Il faudrait alors qu’un budget plus grand soit alloué à la Justice. Dans les pays anglos-saxons, l’absence d’actes authentiques - difficilement attaquables - se traduit par un énorme contentieux.
    -Ces mêmes actes, une fois signés, appartiennent au domaine public de l’Etat et doivent être conservés sans limite de durée (au bout de 100 ans, les actes sont adressées par les notaires aux archives départementales).
    -Le notaire, comme le juge, doit être de nationalité française (ce qui est apparu choquant à certains blogueurs) car il détient une parcelle de l’autorité publique nécessaire à l’authentification des actes qu’il reçoit. Les instances communautaires ont exclu le notariat de la directive service en raison de ce caractère public.
    -Le notaire lorsqu’il en est requis, est tenu de prêter son ministère (il est donc OBLIGE de recevoir les actes peu rémunérateurs). On ne parle pas de clients dans le notariat mais de requérants.
    -Le notaire est placé sous la surveillance du parquet.
    -Pour certains actes, le notaire exerce une magistrature amiable qui évite le recours à la magistrature contentieuse (Renonciation anticipée à l’action en réduction pour atteinte à la réserve, changement de régime matrimonial –depuis peu-). Il faut en outre constater que la dernière réforme des successions – applicable depuis le 1er janvier dernier – a accru le rôle des notaires en déjudiciarisant le droit de la famille.
    -Le notaire peut être auxiliaire de justice dans le cadre de divorce (il est alors commis par le juge)

    2.LES AUTRES PAYS. La quasi-totalité des Etats de l’UE connaissent le notariat (sauf les Etats de common law). Dans certains Etats, le monopole des notaires est encore plus large que celui que la France connaît. C’est le cas en Allemagne, où les statuts de société doivent obligatoirement être notariés. L’actualité semble montrer qu’il ne s’agit pas d’un frein à la croissance (il faut rester humble, la présence ou l’absence de notariat n’a rien à voir avec la croissance). Concernant nos voisins allemands la situation du notariat est plus complexe que ce qu’a écrit un blogueur mal informé (il ne peut certainement pas être mal intentionné) : il existe trois types de notariat : 1/le notariat latin, comme en France, 2/le système des notaires-avocats (il n’y a pas de confusion des professions car les notaires-avocats qui traitent un dossier en leur qualité d’avocat ne peuvent le faire en leur qualité de notaires), et 3/les notaires quasi-fonctionnaires (en ex Allemagne de l’Est).

    3.ACCES A LA PROFESSION NOTARIALE. Bien que d’origine modeste, rien ne m’a empêché de devenir diplômé notaire. La cooptation dont parle certains sur ce blog est un mythe. Concernant la vénalité des charges, elle n’a pas d’incidence réelle sur l’accès à la profession car les offices font l’objet d’une cession comme les cabinets d’avocats. Les notaires qui ont repris l’étude de leurs parents doivent actuellement représenter 4% du notariat. Il a probablement plus d’enfant de médecin qui ont repris le cabinet de leurs parents.
    L’accès à la profession de notaire ne se fait qu’au mérite (je connais plusieurs enfants de notaires qui n’ont pas pu devenir notaires). Le mérite est, si mes souvenirs d’école sont bons, l’expression de l’égalité.

    4.TARIF DES NOTAIRES. Il faudrait également que l’on m’explique l’incidence du tarif des notaires sur les mutations immobilières et le frein à la croissance qu’il représente :
    -L’agence immobilière facture sa prestation 6 à 10 % du prix de vente d’un immeuble (pour avoir mis en relation vendeur et acquéreur et avoir fait visiter le bien),
    -l’Etat prend 5,09 % + la TVA sur les émoluments du notaire (au titre des contributions publiques)
    -et, enfin, les émoluments HT du notaire s’élèvent à 0,825% du bien (pour avoir vérifier plus d’une centaine de points de droit dans certains dossiers et avoir donné force authentique à l’acte après l’avoir rédigé). (Cette rémunération est payée, non par le budget de l’Etat, mais par le requérant – c’est là le seul rapport que l’on peut trouver avec le pouvoir d’achat des Français)
    Certains émoluments sont plus élevés pour certains actes afin que ceux-ci puissent être établis. Si le monopole des notaires était supprimé, croyez-vous que les grands cabinets anglos-saxons prendraient la peine de rédiger une servitude de passage entre terres agricoles ?
    Qu’un acte soit reçu place Vendôme ou dans le fin fonds de la province, le tarif est actuellement le même. La seule concurrence qui existe entre notaires se situe seulement sur le plan de la compétence et du service rendu. Encore une fois, c’est la seule concurrence saine pour cette activité qui ne relève pas à proprement parler de l’économie. Cela assure en outre un maillage de tout le territoire de la République.

    5.LE MODERNITE DU NOTARIAT. Sortons de la politique de la table rase : tout ce qui a existé ne doit pas nécessairement disparaître. Le notariat fonctionne bien, assure un service de qualité dans des délais relativement brefs (les retards sont principalement du aux conflits entre héritiers dans une succession et aux divorces contentieux ; la vente immobilière, principal acte du notariat, a lieu dans les trois qui suivent le compromis – elle ne peut d’ailleurs pas avoir lieu avant en raison des conditions suspensives).
    Le notariat fait actuellement d’énormes efforts en mettant en œuvre la Démarche Qualité Notariale qui vise à ce que les études obtiennent la certification ISO.
    Je ne vois donc vraiment pas ce que les citoyens auraient à gagner à la remise en cause du notariat tel qu’il est aujourd’hui. En tout cas sûrement pas de points de croissance supplémentaires.

    6.LES PROFESSIONS REGLEMENTEES ET LA CROISSANCE. Contrairement à tous les lieux communs qui peuvent être lus sur ce blog, les professions réglementées permettent de soutenir la croissance (Eh oui !). Bien sûr elles n’y concourent pas directement mais elles créent les conditions morales et de bien-être qui la favorisent
    -pour le notariat : en permettant au citoyen de conclure des transactions juridiques dans une très grande sécurité,
    -pour les pharmaciens : en évitant les interactions médicamenteuses (les Etats dans lesquels les pharmaciens n’ont pas le monopole du médicament connaissent 30% de décès en plus pour interactions médicamenteuses).

  19. By citoyen on Sep 8, 2020

    SUJET : PROFESSIONS REGLEMENTEES.

    “Je ne vous décevrai pas,
    Je ne vous mentirai pas,
    Je ne vous trahirai pas”.

    Voila ce qu’a dit Nicolas SARKOZY au soir de son élection.

    Le 15 mars 2007, il avait écrit au Président de la chambre syndicale des pharmaciens de l’Héraut “qu’il n’est pas question de remettre en cause le monopole de distribution des médicaments” confiés aux pharmaciens, et il ajoutait que “dans le même esprit, [il] ne souhaite pas remettre en question le système existant d’autorisation pour l’installation des officines en fonction des bassins de population résidente, tant il [lui] apparaît indispensable aux équilibres économiques de la profession comme à l’égalité d’accès aux soins de nos concitoyens”.

    Le 30 août 2007, il envisage de “supprimer les barrières qui existent dans différentes professions réglementées”, selon les propos qu’il a tenu, parmi d’autres inutilement blessants et stigmatisants, lors de l’installation de la commission de libération de la croissance, dont la présidence est confiée à M. Jacques ATTALI.

    Parce qu’il affiche la conviction que “le retard français de croissance est d’abord une affaire culturelle, de mentalités”, selon ses propos rapportés par le journal Le Monde du 30/08/07, M. Attali a fait venir dans sa commission Boris CYRULNIK, neuropsychiatre et théoricien de la résilience, pour déterminer sans doute les conditions dans lesquelles il sera possible de lever ces obstacles psychologiques qui empêchent les français d’entreprendre, de produire et de consommer.

    Cependant, pour lever ce frein, ne serait-il pas nécessaire, d’abord et avant tout, de restaurer la confiance que les français doivent avoir en la parole de l’état, et en la constance de leurs dirigeants.

    Comment pourrait-on en effet avoir l’envie d’entreprendre, de produire, de consommer, c’est-à-dire de prendre des risques si l’on n’a même pas la garantie de la stabilité de l’état et de sa parole.

    Beaucoup ont cru à la volonté de rupture de Nicolas SARKOZY, alors qu’il n’était que candidat, et ceux-là ont pensé qu’il s’agissait d’une rupture avec le temps des promesses non tenues et des engagements bafoués.

    Pour restaurer la confiance nécessaire à la croissance, les dirigeants doivent d’abord respecter leur parole, leurs engagements.

    S’agissant de pharmaciens, il est vrai que ceux-ci bénéficient d’un monopole et donc d’une concurrence limitée, mais c’est afin de préserver un intérêt supérieur, qui est celui de la santé publique.

    Que serait un système de soins dérégulé, où de grandes firmes pharmaceutiques se concentreraient encore et encore, et, pour survivre face à une concurrence libre, devrait inciter le consommateur (on ne parlerait alors plus de patient ou de malade) à consommer, consommer encore et encore, toujours davantage de médicaments, au mépris du conseil, foin de tout discernement et contrôle.

    La concurrence aura alors gagné, ce que la santé publique, et l’intérêt des citoyens aura perdu.

    Le notariat est dans un situation similaire, bénéficiant d’un monopole pour exercer une délégation de service public.

    La suppression de ce monopole aurait alors pour effet de mettre le notariat français dans la situation du barreau.

    Les cabinets d’avocats anglo-saxons installés à PARIS traitent les contentieux et conseils les plus lucratifs en droit des affaires, laissant aux avocats français, provinciaux, le soin de défendre les personnes, d’une manière concurrentielle, avec de moins en moins de moyens, et donc de manière de plus en plus précaire, pressés qu’ils sont entre d’une part l’aide juridictionnelle, qui n’assure pas une rémunération, mais un défraiement, et d’autre part, les compagnies d’assurance de protection juridique, qui imposent, expressément ou implicitement, leurs propres conditions financières.

    La suppression du monopole du notariat reviendrait à confier aux firmes anglo-saxonnes les secteurs les plus rémunérateurs, en privant de ressources (et donc de moyens pour embaucher, se former, se documenter…) le notariat français, les nombreuses études individuelles, ou composées de deux notaires, qui maillent le territoire, qui seront de ce fait dépourvues, et désormais incapables de continuer à assurer leur rôle de premier conseil juridique auquel les français ont accès, de par leur proximité géographique.

    En effet, en contrepartie de leur monopole, les notaires aujourd’hui, spécialement ceux de province, dispensent des consultations gratuites à toute personne se présentant à l’étude, et remplissent un rôle de conseil en préparant des actes, souvent peu rémunérateurs, et ce n’est que le nombre de ces petits actes, nombre qui leur est assuré par leur monopole, qui leur permet de poursuivre cette mission de service public, qu’ils exercent souvent avec grandeur et désintéressement , loin des caricatures qu’il est facile de présenter lorsque l’on veut s’attaquer à une profession.

    Car enfin, que permettrait la suppression du monopole de ces professions réglementées ?

    Une plus grande concurrence ?

    Oui, mais au profit de grandes firmes industrielles et de services, souvent anglo-saxonnes, et au détriment des citoyens, qui perdraient leurs interlocuteurs professionnels de proximité.

    Un accès plus facile à ces professions ?

    Régulièrement, des nouvelles pharmacies et de nouvelles études notariales sont créées, et offertes sur concours. Dans le notariat, ces études ne trouvent pas toutes de candidats. Les sites internet des pharmaciens laissent également apparaître que certaines officines ne trouvent pas preneurs lorsque le titulaire décide de prendre sa retraite.

    La suppression de la sélection par l’argent pour l’accès à la profession ?

    La caisse des dépôts et de consignation finance aujourd’hui en TOTALITE un candidat, diplômé notaire, qui souhaite acquérir une étude, en lui prêtant 100 % du prix de cession, outre les droits d’enregistrement et le fonds de roulement nécessaire au début de son activité.

    L’accès à ces professions est donc ouvert aux jeunes diplômés, qui doivent certes parfois faire preuve de mobilité géographique, mais n’est-ce pas aujourd’hui le lot de toutes les professions ?

    La réglementation du nombre de ces professionnels n’a pas pour objet de protéger ces professionnels, mais au contraire les citoyens, en leur permettant de bénéficier de conseils et informations personnalisés et avisés, sans qu’ils soient poussés à la consommation.

    La croissance passe par la restauration de la confiance de tous en la parole des dirigeants politiques et par l’assurance que chacun pourra sereinement bénéficier d’une aide et d’une assistance sereine et désintéressée de la part des professionnels auquel il pourra s’adresser.

  20. By FUTURE NOTAIRE on Sep 8, 2020

    CHER NICOLAS

    Alors, je me permets de m’étonner qu’à l’occasion de l’installation de cette belle commission dénommée “commission pour la libération de la croissance française” présidée par Jacques Attali et comprenant une quarantaine de penseurs éclairés, notre Président ait pu stigmatiser notre profession (et trois autres), comme constituant une rente de situation.

    Cela est d’autant plus amusant qu’il n’y a pas assez de candidats pour le concours des offices crées. Les candidats postulent majoritairement pour les mêmes communes…

    le ministère de notre profession exige un engagement total. Le notariat est loin d’être une sinécure et je ne pense pas que le rôle du Président soit de stigmatiser ses compatriotes.

    Alors si personne ne se bouge, c’est une autre vision du paysage qui va s’imposer à nous. Celle de la fin des professions libérales au profit de grosses entités capitalistiques car enfin, le but véritable n’est pas de créer les milliers d’emplois.

    Les services vont vivre la même révolution que le commerce de proximité avec la grande distribution; Le notariat sera absorbé par de gros cabinets (type Big Four) ou des banques, les pharmacies seront intégrées dans les grandes surfaces…

  21. By NOTAIRE on Sep 8, 2020

    SUR LE NOTARIAT

    1.RAPPORT AVEC LA CROISSANCE ? Je serais vivement reconnaissant aux blogueurs de m’expliquer le rapport entre l’existence de professions réglementée et la libération de la croissance (merci de donner un chiffre : combien de points de croissance la déréglementation permettrait-elle?). S’attaquer aux pharmaciens, notaires, taxis, avoués n’est elle pas une manière commode de compenser le manque d’idées en recherchant des boucs émissaires ?

    2.CARACTERES PUBLIC, JURIQUE ET JUDICIAIRE DU NOTARIAT. Différentes professions sont concernées sans distinction par le discours d’institution de la Commission sans qu’elles poursuivent le même aspect de l’intérêt général. Concernant les avoués et les notaires, il est peut-être utile de rappeler à la Commission que ces professions sont juridiques et judiciaires et qu’une réflexion menée exclusivement sur le plan de l’économie n’aurait pas de sens.
    Sur le notariat :
    -Les actes reçus par un notaire présentent un caractère authentique et peuvent être revêtus de la formule exécutoire (cela signifie qu’ils peuvent directement faire l’objet d’une exécution par un huissier et les forces de l’ordre sans qu’il soit besoin d’une décision de justice). Si les actes notariés n’existaient pas, les tribunaux seraient non pas engorgés mais asphyxiés… Il faudrait alors qu’un budget plus grand soit alloué à la Justice. Dans les pays anglos-saxons, l’absence d’actes authentiques - difficilement attaquables - se traduit par un énorme contentieux.
    -Ces mêmes actes, une fois signés, appartiennent au domaine public de l’Etat et doivent être conservés sans limite de durée (au bout de 100 ans, les actes sont adressées par les notaires aux archives départementales).
    -Le notaire, comme le juge, doit être de nationalité française (ce qui est apparu choquant à certains blogueurs) car il détient une parcelle de l’autorité publique nécessaire à l’authentification des actes qu’il reçoit. Les instances communautaires ont exclu le notariat de la directive service en raison de ce caractère public.
    -Le notaire lorsqu’il en est requis, est tenu de prêter son ministère (il est donc OBLIGE de recevoir les actes peu rémunérateurs). On ne parle pas de clients dans le notariat mais de requérants.
    -Le notaire est placé sous la surveillance du parquet.
    -Pour certains actes, le notaire exerce une magistrature amiable qui évite le recours à la magistrature contentieuse (Renonciation anticipée à l’action en réduction pour atteinte à la réserve, changement de régime matrimonial –depuis peu-). Il faut en outre constater que la dernière réforme des successions – applicable depuis le 1er janvier dernier – a accru le rôle des notaires en déjudiciarisant le droit de la famille.
    -Le notaire peut être auxiliaire de justice dans le cadre de divorce (il est alors commis par le juge)

    2.LES AUTRES PAYS. La quasi-totalité des Etats de l’UE connaissent le notariat (sauf les Etats de common law). Dans certains Etats, le monopole des notaires est encore plus large que celui que la France connaît. C’est le cas en Allemagne, où les statuts de société doivent obligatoirement être notariés. L’actualité semble montrer qu’il ne s’agit pas d’un frein à la croissance (il faut rester humble, la présence ou l’absence de notariat n’a rien à voir avec la croissance). Concernant nos voisins allemands la situation du notariat est plus complexe que ce qu’a écrit un blogueur mal informé (il ne peut certainement pas être mal intentionné) : il existe trois types de notariat : 1/le notariat latin, comme en France, 2/le système des notaires-avocats (il n’y a pas de confusion des professions car les notaires-avocats qui traitent un dossier en leur qualité d’avocat ne peuvent le faire en leur qualité de notaires), et 3/les notaires quasi-fonctionnaires (en ex Allemagne de l’Est).

    3.ACCES A LA PROFESSION NOTARIALE. Bien que d’origine modeste, rien ne m’a empêché de devenir diplômé notaire. La cooptation dont parle certains sur ce blog est un mythe. Concernant la vénalité des charges, elle n’a pas d’incidence réelle sur l’accès à la profession car les offices font l’objet d’une cession comme les cabinets d’avocats. Les notaires qui ont repris l’étude de leurs parents doivent actuellement représenter 4% du notariat. Il a probablement plus d’enfant de médecin qui ont repris le cabinet de leurs parents.
    L’accès à la profession de notaire ne se fait qu’au mérite (je connais plusieurs enfants de notaires qui n’ont pas pu devenir notaires). Le mérite est, si mes souvenirs d’école sont bons, l’expression de l’égalité.

    4.TARIF DES NOTAIRES. Il faudrait également que l’on m’explique l’incidence du tarif des notaires sur les mutations immobilières et le frein à la croissance qu’il représente :
    -L’agence immobilière facture sa prestation 6 à 10 % du prix de vente d’un immeuble (pour avoir mis en relation vendeur et acquéreur et avoir fait visiter le bien),
    -l’Etat prend 5,09 % + la TVA sur les émoluments du notaire (au titre des contributions publiques)
    -et, enfin, les émoluments HT du notaire s’élèvent à 0,825% du bien (pour avoir vérifier plus d’une centaine de points de droit dans certains dossiers et avoir donné force authentique à l’acte après l’avoir rédigé). (Cette rémunération est payée, non par le budget de l’Etat, mais par le requérant – c’est là le seul rapport que l’on peut trouver avec le pouvoir d’achat des Français)
    Certains émoluments sont plus élevés pour certains actes afin que ceux-ci puissent être établis. Si le monopole des notaires était supprimé, croyez-vous que les grands cabinets anglos-saxons prendraient la peine de rédiger une servitude de passage entre terres agricoles ?
    Qu’un acte soit reçu place Vendôme ou dans le fin fonds de la province, le tarif est actuellement le même. La seule concurrence qui existe entre notaires se situe seulement sur le plan de la compétence et du service rendu. Encore une fois, c’est la seule concurrence saine pour cette activité qui ne relève pas à proprement parler de l’économie. Cela assure en outre un maillage de tout le territoire de la République.

    5.LE MODERNITE DU NOTARIAT. Sortons de la politique de la table rase : tout ce qui a existé ne doit pas nécessairement disparaître. Le notariat fonctionne bien, assure un service de qualité dans des délais relativement brefs (les retards sont principalement du aux conflits entre héritiers dans une succession et aux divorces contentieux ; la vente immobilière, principal acte du notariat, a lieu dans les trois qui suivent le compromis – elle ne peut d’ailleurs pas avoir lieu avant en raison des conditions suspensives).
    Le notariat fait actuellement d’énormes efforts en mettant en œuvre la Démarche Qualité Notariale qui vise à ce que les études obtiennent la certification ISO.
    Je ne vois donc vraiment pas ce que les citoyens auraient à gagner à la remise en cause du notariat tel qu’il est aujourd’hui. En tout cas sûrement pas de points de croissance supplémentaires.

    6.LES PROFESSIONS REGLEMENTEES ET LA CROISSANCE. Contrairement à tous les lieux communs qui peuvent être lus sur ce blog, les professions réglementées permettent de soutenir la croissance (Eh oui !). Bien sûr elles n’y concourent pas directement mais elles créent les conditions morales et de bien-être qui la favorisent
    -pour le notariat : en permettant au citoyen de conclure des transactions juridiques dans une très grande sécurité,
    -pour les pharmaciens : en évitant les interactions médicamenteuses (les Etats dans lesquels les pharmaciens n’ont pas le monopole du médicament connaissent 30% de décès en plus pour interactions médicamenteuses).

    SUJET : PROFESSIONS REGLEMENTEES.

    “Je ne vous décevrai pas,
    Je ne vous mentirai pas,
    Je ne vous trahirai pas”.

    Voila ce qu’a dit Nicolas SARKOZY au soir de son élection.

    Le 15 mars 2007, il avait écrit au Président de la chambre syndicale des pharmaciens de l’Héraut “qu’il n’est pas question de remettre en cause le monopole de distribution des médicaments” confiés aux pharmaciens, et il ajoutait que “dans le même esprit, [il] ne souhaite pas remettre en question le système existant d’autorisation pour l’installation des officines en fonction des bassins de population résidente, tant il [lui] apparaît indispensable aux équilibres économiques de la profession comme à l’égalité d’accès aux soins de nos concitoyens”.

    Le 30 août 2007, il envisage de “supprimer les barrières qui existent dans différentes professions réglementées”, selon les propos qu’il a tenu, parmi d’autres inutilement blessants et stigmatisants, lors de l’installation de la commission de libération de la croissance, dont la présidence est confiée à M. Jacques ATTALI.

    Parce qu’il affiche la conviction que “le retard français de croissance est d’abord une affaire culturelle, de mentalités”, selon ses propos rapportés par le journal Le Monde du 30/08/07, M. Attali a fait venir dans sa commission Boris CYRULNIK, neuropsychiatre et théoricien de la résilience, pour déterminer sans doute les conditions dans lesquelles il sera possible de lever ces obstacles psychologiques qui empêchent les français d’entreprendre, de produire et de consommer.

    Cependant, pour lever ce frein, ne serait-il pas nécessaire, d’abord et avant tout, de restaurer la confiance que les français doivent avoir en la parole de l’état, et en la constance de leurs dirigeants.

    Comment pourrait-on en effet avoir l’envie d’entreprendre, de produire, de consommer, c’est-à-dire de prendre des risques si l’on n’a même pas la garantie de la stabilité de l’état et de sa parole.

    Beaucoup ont cru à la volonté de rupture de Nicolas SARKOZY, alors qu’il n’était que candidat, et ceux-là ont pensé qu’il s’agissait d’une rupture avec le temps des promesses non tenues et des engagements bafoués.

    Pour restaurer la confiance nécessaire à la croissance, les dirigeants doivent d’abord respecter leur parole, leurs engagements.

    S’agissant de pharmaciens, il est vrai que ceux-ci bénéficient d’un monopole et donc d’une concurrence limitée, mais c’est afin de préserver un intérêt supérieur, qui est celui de la santé publique.

    Que serait un système de soins dérégulé, où de grandes firmes pharmaceutiques se concentreraient encore et encore, et, pour survivre face à une concurrence libre, devrait inciter le consommateur (on ne parlerait alors plus de patient ou de malade) à consommer, consommer encore et encore, toujours davantage de médicaments, au mépris du conseil, foin de tout discernement et contrôle.

    La concurrence aura alors gagné, ce que la santé publique, et l’intérêt des citoyens aura perdu.

    Le notariat est dans un situation similaire, bénéficiant d’un monopole pour exercer une délégation de service public.

    La suppression de ce monopole aurait alors pour effet de mettre le notariat français dans la situation du barreau.

    Les cabinets d’avocats anglo-saxons installés à PARIS traitent les contentieux et conseils les plus lucratifs en droit des affaires, laissant aux avocats français, provinciaux, le soin de défendre les personnes, d’une manière concurrentielle, avec de moins en moins de moyens, et donc de manière de plus en plus précaire, pressés qu’ils sont entre d’une part l’aide juridictionnelle, qui n’assure pas une rémunération, mais un défraiement, et d’autre part, les compagnies d’assurance de protection juridique, qui imposent, expressément ou implicitement, leurs propres conditions financières.

    La suppression du monopole du notariat reviendrait à confier aux firmes anglo-saxonnes les secteurs les plus rémunérateurs, en privant de ressources (et donc de moyens pour embaucher, se former, se documenter…) le notariat français, les nombreuses études individuelles, ou composées de deux notaires, qui maillent le territoire, qui seront de ce fait dépourvues, et désormais incapables de continuer à assurer leur rôle de premier conseil juridique auquel les français ont accès, de par leur proximité géographique.

    En effet, en contrepartie de leur monopole, les notaires aujourd’hui, spécialement ceux de province, dispensent des consultations gratuites à toute personne se présentant à l’étude, et remplissent un rôle de conseil en préparant des actes, souvent peu rémunérateurs, et ce n’est que le nombre de ces petits actes, nombre qui leur est assuré par leur monopole, qui leur permet de poursuivre cette mission de service public, qu’ils exercent souvent avec grandeur et désintéressement , loin des caricatures qu’il est facile de présenter lorsque l’on veut s’attaquer à une profession.

    Car enfin, que permettrait la suppression du monopole de ces professions réglementées ?

    Une plus grande concurrence ?

    Oui, mais au profit de grandes firmes industrielles et de services, souvent anglo-saxonnes, et au détriment des citoyens, qui perdraient leurs interlocuteurs professionnels de proximité.

    Un accès plus facile à ces professions ?

    Régulièrement, des nouvelles pharmacies et de nouvelles études notariales sont créées, et offertes sur concours. Dans le notariat, ces études ne trouvent pas toutes de candidats. Les sites internet des pharmaciens laissent également apparaître que certaines officines ne trouvent pas preneurs lorsque le titulaire décide de prendre sa retraite.

    La suppression de la sélection par l’argent pour l’accès à la profession ?

    La caisse des dépôts et de consignation finance aujourd’hui en TOTALITE un candidat, diplômé notaire, qui souhaite acquérir une étude, en lui prêtant 100 % du prix de cession, outre les droits d’enregistrement et le fonds de roulement nécessaire au début de son activité.

    L’accès à ces professions est donc ouvert aux jeunes diplômés, qui doivent certes parfois faire preuve de mobilité géographique, mais n’est-ce pas aujourd’hui le lot de toutes les professions ?

    La réglementation du nombre de ces professionnels n’a pas pour objet de protéger ces professionnels, mais au contraire les citoyens, en leur permettant de bénéficier de conseils et informations personnalisés et avisés, sans qu’ils soient poussés à la consommation.

    La croissance passe par la restauration de la confiance de tous en la parole des dirigeants politiques et par l’assurance que chacun pourra sereinement bénéficier d’une aide et d’une assistance sereine et désintéressée de la part des professionnels auquel il pourra s’adresser.

  22. By Laurent F. on Sep 8, 2020

    Monsieur le Président Nicolas Sarkozy,

    Lors d’une de vos dernières déclarations, vous avez émis l’idée de revoir le fonctionnement de certaines professions bénéficiant d’un monopole, et notamment le métier de pharmacien d’officine, en les traitant de rentiers de situation.

    Quelle insulte, le diplôme de pharmacien ne s’achète pas comme les charges de l’ancien régime, il s’obtient après un concours sélectif, 6 ans d’étude et est sanctionné par un Doctorat d’Etat.

    Notre monopole que vous voulez casser est garant vis à vis de nos concitoyens de notre indépendance par rapport aux autres acteurs du système de santé Français. Il nous “protège” semblez-vous penser, mais nous impose des contraintes.

    Pour mémoire les prix des médicaments sont fixés en France par d’autres que nous et que chaque année des objectifs sont imposés par le parlement.

    Des efforts, nous en avons consenti : génériques, offres de services gratuits et biens d’autres encore. Bien qu’il y ait seulement 22000 officines nous représentons un bassin d’emploi de 150000 personnes qualifiées.

    Vous recherchez la croissance et voulez redonner du pouvoir d’achat aux Français. En cassant un sytème qui a fait ses preuves, c’est tout le contraire que vous obtiendrez.

    Comme le parlement Européen l’a rappelé, les produits de santé que sont les médicamants, ne sont pas des biens de consommation courante.

    Des réformes dans notre métier sont nécessaires, et des propositions concrètes ont été faites par l’UNPF. A ce jour nous attendons toujours un certain nombre de décrets d’application.

    Sachons raison garder, et pourquoi ne pas, discuter autour d’un “Grenelle de la santé”

    F.Laurent

  23. By Stephane on Sep 9, 2020

    Les quelques professions qui soit-disant freinent notre développement économique ?

    Allez dire M. SARKOZY aux taxis dans les yeux à LA GARE DE LYON à minuit que c’est un nanti jouissant d’une rente de siutation ! Cela va lui plaire.

    Qui n’a pas compris qu’il s’agit d’un discours populiste ?
    Se mettre à dos une minorité, connaissant l’impossibilité concrète de mettre en place de telles réformes (comment en effet ne pas porter atteinte à l’ensemble du système juiridique français, sécurité des transactions immobilières, conservation des actes pour ce qui est des notaires…), pour s’attirer les bonnes grâces d’une majorité d’ignorants (ce que je suis dans d’aures domaines que le mien) dans ces sujets.

    Et puis la FRANCE a d’autres problèmes économiques que 3 ou quatre professions qui, je pense, M. SARKOZY, ne coutent rien à l’Etat, contrairement à certains services publiques de l’Etat.
    80.000 foncionnaires à l’Administration fiscale ! Autant qu’aux USA !!!

    Et puis, s’il est vrai que certains ont pu choisir, comme tout français qui l’aurait voulu et en aurait eu les capacités intellectuelles, certaines des professions citées pour leur rémunération (qui ne tombe pas toute seule non plus ou alors je ne me suis pas trouvé dessous) c’est peut être que ces profiteurs là n’ont pas la chance d’avoir M. BOLLORE pour leur prêter leur YATCH pour leur petites vacances ou autres pour jouir d’une petite villa aux USA…

    M. SARKOZY, certains vous considèrent comme un BONAPARTISTE, à tort, vous êtes POPULISTE.
    Vous ambitionnez peut-être de réformer la FRANCE en profondeur et durablement comme a pu le faire le premier consul ? Ne vous y trompez pas car lui Napoléon BONAPARTE savait où était son camp !

    S.

  24. By NOTAIRE on Sep 9, 2020

    Pour ma part, je suis entièrement d’accord avec M. SARKOZY sur la suppression des professions réglementées.

    Commençons donc par celle des avocats qui a le monopole de représentation devant les Tribunaux de Grande Instance. Pourquoi donc être obligé de passer par ces gens là pour plaider devant cette Juridiction alors que leur ministère est facultatif devant les Tribunaux de commerce, de prud’homme et autres ?

    Supprimons ensuite les Avocats au Conseil (Conseil D’état et à la Cour de Cassation). N’importe quel citoyen être amplement capable d’agir seul devant ces juridictions ! Un bon livre de droit permet de connaitre le droit.

    Supprimons ensuite les Mandataires Judiciaires (Administrateurs et liquidateurs judiciaires) qui eux n’ont même pas besoin de chercher des clients. Le Tribunal leur donne. Si ça ce n’est pas une rente…

    Et puis supprimons le monopole des boulangers : tout le monde est capable de faire son pain lui-même, c’est bien connu.

    Continuons par les chirurgiens, tout le monde avec un bon bistouri peut s’enlever une tumeur à la tête…

    Et enfin, supprimons le Monopole du Président de le République : tout français est bien entendu suffisament formé pour représenter le France.

    Bravo M. SARKOZY, pour votre grande vision et soutien aux professions multiséculaires…

  25. By lionel on Sep 9, 2020

    Mr le Président

    Installé comme jeune pharmacien depuis 2 ans, je travaille 60 heures par semaine (en plus des nombreuses gardes au service de la population). Durant ces 2 années je n’ai pris que 10 jours de congés et je m’avoue chanceux par rapport à de nombreux confrères.J’exerce mon métier avec un soucis constant de l’éthique et du bien être de mes patients. Je trouve blessant et injuste d’être qualifié de rentier. Pour m’installer j’ai évidement du m’endetter lourdement, sur une longue durée. Toute déréglementation pourrait rapidement mettre en péril mon entreprise et par la même occasion toute ma vie future. Pouvez-vous m’expliquer pourquoi je mériterais de voir ma vie détruite? Pour punir quelques confrères qui ont trop bien gagné leur Vie il y a 20 ans de cela? Pour offrir un peu plus de dividende aux actionnaires des chaînes de GMS? Pour remplacer des emplois qualifiés de préparateurs et de pharmaciens par des caissières et des chefs de rayons payés au SMIC? OU simplement par la méconnaissance générale de ce métier par les personnes qui vous ont conseillé cette mesure. J’espère qu’il ne s’agit que de cette dernière cause. Je pense que la plupart des pharmaciens réalisent au quotidien un vrai et beau travail de proximité au service de la population et ne méritent pas un tel traitement.

  26. By citoyen on Sep 10, 2020

    pourquoi mettre plus de taxi sur les routes puisque la voiture pollue??

  27. By philex on Sep 10, 2020

    J’exerce en tant qu’avoué depuis maintenant six ans. Je bénéficie aux dires de Monsieur le Président SARKOZY “d’une rente de situation que plus rien ne justifie” au même titre qu’un pharmacien, qu’un notaire ou qu’un taxi. Je serais donc, avec ces professions de nantis le frein enfin identifé à la croissance.

    Il faut en effet que le taxi qui attend le client à minuit à ROISSY sache qu’il est un nanti.
    Il faut que le pharmacien de garde que l’on dérange à deux heures du matin pour lui demander un doliprane sache qu’il est un nanti.
    Il faut que le notaire qui travaille soixante heures par semaine à son étude sache qu’il bénéficie d’une rente de situation,
    Il faut enfin que l’avoué qui accepte de travailler à l’aide juridictionnelle depuis des années à un coût rémunéré par l’Etat inférieur au coût moyen du dossier et qui malgré celà a investi pour moderniser son étude, former son personnel, sache aussi qu’il est un frein à la croissance.

    Electeurs dans l’ensemble de l’actuel président, les bras nous en tombent.

    L’attaque vient d’en haut mais elle est démagogique et montre une méconnaissance de nos métiers.

    Je ne parlerais que de ce que je connais.

    Entre 1980 et 2007, la profession d’Avoué à la Cour a quasiment doublé ses effectif. Est-on une profession de rentiers lorsque l’on ouvre ses portes à de jeunes diplomés, lorsque l’on intègre ses collaborateurs y compris lorsqu’ils viennent de milieux modestes ?

    Aujourd’hui un avoué à la Cour est quelqu’un qui a en moyenne 40 ans, diplomé au minimum d’un master II et qui a réussit un examen professionnel extrêmement sélectif. La rente de situation c’est celle dont on hérite, or, je garantis qu’il n’y a guère d’héritage qui vaille dans l’examen professionnel que nous passons. Il est difficile mais il est juste. Il s’obtient par le travail.

    Une fois installé, c’est à dire après avoir souscrit en emprunt et s’être endetté sur souvent plus de dix ans ce même professionnel emploit en moyenne cinq salariés contre moins de deux il a trente ans.

    Les Avoués ont dans une large majorité investi en informatique, bureautique, ils ont parfois fait certifier leurs études selon la norme Iso 9001 v.2000, se préoccupent de la satisfaction de leurs clients, ils ont crée des sites internet, correspondent avec leurs clients par mail, bientot de manière dématérialisée avec les greffes des cours d’appel. Ils sont abonnés à des revues juridiques en ligne, adhérent à des réseaux nationaux et européens de professionnels du droit, forment notre personnel et travaillent, travaillent encore pour améliorer la qualité de leur prestation et leur contribution au bon fonctionnement de la justice.

    Il n’y à là guère de comportement de rentiers mais plutot ici encore du travail.

    Les Avoués apportent une réelle plus value à leurs dossiers et à leurs clients et sans avoir l’impression d’être bénéficiaire “d’une rente de situation” ou alors si une rente de situation impose de travailler plus de 60 heures par semaine c’est que les temps ont bien changé.

    Ils travaillent majoritairement dans des locaux modernes avec un personnel compétent et motivé et ont constitué de véritables PME qui ne demandent qu’à se développer encore mais dans le respect de règles qui font du droit autre chose qu’une marchandise.

    PhL

  28. By marc moreno on Sep 10, 2020

    le quinquenat de nicolas , ou la vengence de sarkosy le petit .

    apres la surprise , vient le temps de reflexion……………….

    tout d’abord le peu de reactions sur ce blog (23 posts).qui ne dit mot , consent .

    en tant que profesionnel de sante , les 100 jours de notre president ,100 jours de brassejades effrenées , m’inspirent la necessite pour ce patient , d’une serieuse consultation chez un neuropsy , avec à la clef , l’instauration , d’un severe traitement contre l’hyperactivité , type ritaline ou concerta .

    le fait de s’etre entouré de monsieur cyrulnik , dans la commission atali , n’est peut etre pas innocent …………..
    sans doute ce cocu de petite taille , a t’il du mal à faire sien , la theorie de la resilience , aussi , s’offre t’il à peu de frais une analyse avec boris , en pensant analyser la france .

    monter les francais les uns contre les autres , trouver des boucs emissaires en temps de crise , diviser pour mieux regner , se dresser en rempart contre tousles maux , prononcer des paroles belliqueuses , tout cela degage une odeur nauseabonde de social democratie d’un autre siecle !

    il est temps pour cette majorité socialo-ump de prendre leur responsabilité face à un potentiel dictateur sur talonnettes , afin d’assumer le contre pouvoir qui a fait si cruellement defaut en 1939……………

    ses propos demagogiques , et denués de toute persective d’amelioration pour notre pays , se portent aujourd’hui , contre le syteme et ses rentiers .
    demain les camarades de classe qui ont du le rosser , et se foutre de sa gueule , les grands , les blonds , les beaux , les non bossus.

    les ex de cecilia , ont pour moi , le plus à craindre , de ce personnage tout puissant ; jacques (martin ) , quelle chance as tu de ne plus etre de ce monde !

    dans l’espoir que ce mauvais pamphlet , genre psy de hall de gare , et de fiction ne soit l’oeuvre que d’un pharmacien psychopate , qui a pour seule excuse , l’oisivete , due , a son statut de rentier .
    (je file à la caf , pour toucher les allocs )

  29. By marc moreno on Sep 10, 2020

    libre debat ou censure ?

  30. By feuquières on Sep 10, 2020

    Ouf! Les robins, les potards et les postillons craignent pour leur fromage !
    Mais peut-on leur dire, sans les offenser, que dans un monde concurrentiel, la tentation de la casemate trahit simplement la fragilité et l’inconsistance de la prestation.
    Soyez meilleurs que les anglo - saxons, plus habiles que les grandes surfaces, plus serviables que les cochers de fiacre, diable!
    Et ne vendez que ce que votre compétence vous autorise à faire.
    Pourquoi un pharmacien peut vendre des bonbons et un hyper ne peut pas vendre de l’Aspirine ? Quel est de ces deux produits le plus toxique?
    Gardez vos nerfs, “creusez, fouillez, bêchez…si bien qu’au bout de l’an il en rapport(er)a davantage”

  31. By Christophe on Sep 11, 2020

    Quel est le produit le plus dangereux entre un bonbon et une aspirine?????????C’est une blague,de l’ironie ou de l’ignorance?Plus le débat avance et plus j’ai l’impression que les défenseurs de la dérèglementation sont des ignorants…
    Merci de se renseigner avant de sortir de telles bêtises,le débat n’en sera que meilleur.

  32. By cidadão on Sep 11, 2020

    Je n’appartiens à aucune des professions désignées par Mr Sarkozy à la vindicte populaire. Je suis un simple citoyen à qui les hasards de l’existence ont permis d’observer de plus près cette profession très particulière de la pharmacie d’officine. Mon message de non-spécialiste sera donc bref :
    - oui, les observations précédentes des pharmaciens reflètent fidèlement -tout a été dit ci-dessus- la réalité d’une profession dévouée corps et âme au service du public (simplement les pharmaciens ont l’excessive pudeur de ceux qui consacrent toute leur énergie à leur mission et n’ont pas de temps à consacrer à la communication qui masque trop souvent le creux de ceux qui la “maîtrisent”).
    - la façon de procéder de notre gouvernement relève du populisme (aurait-il avalé le virus qui infectait un parti d’extrême-droite qu’il a eu raison de volatiliser ?). Il s’apprête à “jeter le bébé avec l’eau du bain” et à prendre des mesures de court terme qui aboutiront à long terme à une société dont personne ne veut.
    - naturellement, ce serait encore plus grave si les engagements de la campagne n’étaient pas tenus. Peut-être l’autoritarisme pourrait-il se tempérer d’un peu de dialogue avec cette profession de pharmacien qui a constamment apporté les preuves de sa volonté et de sa capacité à évoluer. D’ailleurs, s’il y avait des brebis galeuses dans leurs rangs, les pharmaciens seraient les premiers à se réjouir de leur élimination : comme dans beaucoup de domaines, que la fonction publique fasse son travail de contrôle !
    - pour terminer, si une majorité de nos concitoyens ne comprend pas la différence entre les boules de gomme et les médicaments, alors notre nation aura bien mérité globalement son déclin. Je préfère penser qu’il s’agit de quelques rares personnes qui ont la chance de ne jamais avoir eu de problèmes de santé.
    Cidadão.

  33. By Annie on Sep 11, 2020

    Vu le peu de réactions de la part de mes confrères pharmaciens sur ce blog, je me pose la question y a-t-il vraiment péril en la demeure, suite à l’annonce de notre président?
    Il est clair que nos représentants syndicaux vont se charger de clamer haut et fort leur indignation. Mais au fond, quels intérêts défendent-ils exactement? Certainement pas ceux de ces laissés pour compte qui à partir des textes totalement flous, inscrits dans le code de la santé publique, se sont cassés les dents sur des transferts de pharmacie. Cette situation étant confirmée par une jurisprudence complexe sans qu’à ce jour une ligne directrice fiable n’apparaisse.
    Tout le probleme repose sur la nature et l’étendue d’un secteur géographique de population à retenir pour prouver que le transfert proposé: “réponde de façon optimale aux besoins en médicaments de la population résident dans le quartier d’accueil” art L. 5125-3 CPS. Et bien à partir de là, il est pratiquement impossible aujoud’hui de déplacer une officine dépérissant en centre ville, vers un nouveau centre commercial s’installant en périphérie de la ville.
    Pourquoi?
    D’après la profession, parce que les populations ne peuvent pas se rendre à pied dans ces centres commerciaux!
    Selon toute vraissemblance, la véritable raison est de nature purement financière. En effet, une pharmacie de centre commercial développe un chiffre d’affaire important et peut ainsi faire de l’ombre à ses confrères et … concurrents!
    Comment, peut-on s’opposer à des demandes en santé publique alors que des flux entiers de population se déplacent dans ces lieux. Il s’agit bien là d’une attitude corporatiste d’une profession qui veut à tout prix conserver son doux monopole protecteur et si confortable.
    Après tout pourquoi pas?
    Alors pourquoi certaines galeries marchandes sont-elles dotées de ces précieuses officines? Parce que, à l’époque, c’était possible. Ou bien parce que comme les textes ne sont pas clairs et qu’ils ne répondent à aucune logique, il arrive que les tribunaux accordent une licence.
    Qu’advient-il des candidats malchanceux? Ils se terrent car en géneral ils ont tout perdu. Leur énergie, leur patience (les contentieux engagés par les confrères durent des années) leur argent, leur santé, leurs illusions… Quelle aide apportée par la profession, évidemment aucune, alors qu’il était question de créer un fond pour dédommager des titulaires rencontrant des difficultés à vendre leur officine. Alors vaut-il mieux rester en centre ville ou brille une croix à chaque coin de rue, ou tenter sa chance ailleurs? Réponse ailleurs, où vous voulez sauf si vous devenez trop menaçant pour les autres. Solution: se taire et continuer son travail besogneux sans aucune perspective d’avenir ni pour soi ni pour la grandeur de la profession ni enfin pour les patients. Car seul diplômé dans sa petite structure, comment fermer boutique pour participer à la formation continue, alors que ce projet est présenté comme nécessaire voire indispensable pour un bon exercice de la profession de pharmacien. Il est grand temps que notre métier évolue et s’ouvre sur l’exérieur et sur le monde. Trop de réglementation sclérose notre activité. Il faut libérer les énergies pour aller de l’avant en bousculant ce carcant dans lequel nous nous sommes enfermés à vouloir trop se protéger.

  34. By François on Sep 11, 2020

    L’intervention de Mr Sarkosy devant le medef a le mérite de soulever le problème de la nécessaire evolution des professions dites “réglementées”. Il ne faut pas pour autant tomber dans l’idéologie du tout liberal et à l’heure où la question du retour au numérus clausus se pose pour les médecins et les infirmières (disparition de ces professions de nos campagnes)pourquoi vouloir remettre en cause celui des pharmaciens?
    Le médicament n’est pas un bien de consommation ou une marchandise comme une autre et avant de comparer un bonbon à de l’aspirine, je suggèrerais à la personne de se renseigner auprès de son médecin ou de son pharmacien pour qu’ils l’informent des contre indications et des effets secondaires de ce médicament.
    je remercie Mr Sarkosy de nous donner la parole sur son site.

  35. By Rioli on Sep 11, 2020

    Monsieur le Président,

    Je suis l’époux d’une pharmacienne d’officine en Vendée et nous avons voté pour vous convaincus de notre choix politique suite à la lecture de votre courrier adressé au président de la chambre syndicale des pharmaciens de l’Hérault Monsieur Frédéric ABECASSIS par lequel vous affirmiez qu’il n’était pas question de remettre en cause le monopole de distribution du médicament qui n’est pas un produit de consommation comme les autres, vous ne souhaitiez pas non plus remettre en question le système existant d’autorisation pour l’installation des officines en fonction des bassins de population résidente, tant il vous apparassait indispensable aux équilibres économiques de la profession comme à l’égalité d’accès aux soins de nos concitoyens.

    Lors de votre allocution à l’occasion de l’installation de la commission sur la libération de la croissance, vous prétendez pouvoir relancer la croissance en mettant fin à des rentes de situation que représente à vos yeux les pharmaciens d’officines et ouvrir le monopole.

    Nous sommes atterrés par vos propos qui suscitent de nombreux commentaires. Je ne vais pas faire long car l’essentiel a déjà été très bien développé dans le courriel de Pierre-Loïc le 7 septembre ainsi que dans celui de Perard le même jour sur votre blog dont je partage entierrement l’analyse et vous en avez surement déjà pris connaissance.

    Je suppose que vous êtes mal documenté et que vous n’êtes pas informé des difficultés que rencontre la profession depuis 2006, aussi je ne saurais que vous conseiller de lire le rapport intitulé « 2006 UNE ANNEE NOIRE POUR L’OFFICINE DE PHARMACIE »que j’ai personellement remis à votre Conseiller Raphaêl RADANNE lors de notre entretien du 26 juillet dernier qui reprend toutes les difficultés de l’officine mais qui a surtout l’originalité de proposer des solutions concrêtes et notamment sur l’évolution de la profession avec le PHARMACIEN DE TROISIEME GENERATION.
    Si après lecture de ce rapport, vous souhaitez toujours revenir sur la modification du Monopole du Pharmacien garant de la Santé Publique, il me semble alors que vous pourriez peut-être consulter les représentants syndicaux de la profession afin d’échanger sur la vision que vous avez du pharmacien de demain dans notre société.

    Si vous êtes à court d’idées pour libérer la croissance en France, il n’est pas nécessaire de stigmatiser des professions dont le bouleversement n’apportera rien au développement de cette croissance, mais supprimera la sécurité de notre Santé Publique et ainsi arriveront dans les officines les médicaments contrefaits dont nous sommes les seuls préservés aujourd’hui en Europe grace à notre système français.

    Pour suggérer des pistes de recherche afin de développer la croissance parfois le bon sens prévaut à tous les hauts diplômes aussi je vous suggère la piste suivante:

    Partant du constat que depuis de nombreuses années suite à la pression fiscale de nombreux investisseurs ont tranférés leurs finances à l’étranger et n’ont pas investis dans des entreprises de productions créant de la valeur ajoutée en France, l’économie française repose en grande partie sur la vente des services et produits de consommation.

    La liquididé financière des français est assez faible et suscite le recours à l’endettement bancaire pour l’acquisition des produits et biens de consommation.
    Les banques prêtent de l’argent afin entre autre de soutenir et de développer l’économie de marché or l’argent prêté par nos banques sert pour une grande partie à acheter des produits étrangers importés tels les voitures et de nombreux biens de consommations pénalisant nos entreprises françaises.Trouvez-vous celà juste?
    Pour lutter contre les importations il est difficile de mettre en place des barrières douanières et des taxes sans susciter la mise en place des mesures de rétorsions par les pays concernés pour les produits français.

    Aussi je vous suggère puisque la France dispose de son droit de subsidiarité pour sa politique fiscale de déduire les intérêts d’emprunts contractés pour tout achat de biens fabriqués en France sur présentation de facture. Le prix est le même pour tout le monde mais l’achat de préférence nationale est récompensé par la déduction des intérêts. La relance économique des entreprises françaises compensera largement le manque à gagner fiscal. La relance passe par la croissance à l’export mais aussi par la croissance en interne.
    Les entreprises étrangères verront alors encore plus l’intérêt à s’installer en France pour vendre sur le territoire.Bien sûr, il faudra étudier la compatibilité avec la réglementation Européenne et peut-être alors le proposer pour l’Europe.
    Ceci est bien sûr une piste comme une autre mais qui me semble interressant d’étudier et autrement plus important que de vouloir casser un système de santé en s’attaquant au Monopole du Pharmacien d’officine avec la fausse idée de relancer la croissante par cette méthode.

    Monsieur Nicolas SARKOZY, vous nous avez séduit comme Candidat à l’élection présidentielle par vos promesses écrites, ne nous décevez pas comme Président aujourd’hui.

    Je vous prie d’agréer Monsieur le Président de la République l’expression de ma plus haute considération.

    Michel RIOLI

  36. By UNIVERSITAIRE JEAN MICHEL on Sep 11, 2020

    JE NE PEUX CITER POUR DEFENDRE LA PROFESSION DE NOTAIRE QUI EST UNE NECESSITE DANS UNE SOCIETE MODERNE ET JUSTE L’EXTRAIT D’UN RAPPORT RECENT FAIT PAR LE SENAT QUI SOULIGNE SON UTILITE

    2. Une activité orientée plus vers le juridique que vers le judiciaire

    La fonction première des notaires est de dresser des actes authentiques ayant force exécutoire et de les conserver. Ils en délivrent des copie exécutoires (les grosses) ou de simples copies (les expéditions).

    Mais à cette fonction, s’ajoute une importante activité de conseil en matière de rédaction d’actes et de gestion de patrimoine.

    Dans ce cadre, les notaires insistent sur leur rôle de conciliation. Me Armand Roth a souligné que l’activité des notaires s’exerçait principalement dans le domaine juridique, contrairement à celle d’autres professions plus portées sur les activités judiciaires. Considérant qu’un procès est toujours un échec, les notaires ont en effet à coeur de prévenir les conflits et de favoriser les règlements amiables, particulièrement dans le cadre des divorces par consentement mutuel ou des successions. Ils se forment d’ailleurs à la médiation familiale, sans toutefois perdre de vue la nécessité du respect de la règle de droit. Ils jouent un rôle actif dans les conseils départementaux d’accès au droit.

    Les notaires ont par ailleurs soutenu l’extension récente de la clause compromissoire aux contrats civils entre professionnels (article 2061 du code civil résultant de la loi n° 2001-420 du 15 mai 2001).

    Les notaires sont enfin des auxiliaires de justice. Ils peuvent être commis par le tribunal en tant que mandataires pour effectuer des projets de liquidation de régimes matrimoniaux ou de successions. Indépendants des parties, ils établissent alors un état liquidatif, soumis à l’homologation du tribunal.

    En application de l’article 1116 du code de procédure civile, ils peuvent être appelés à effectuer des projets de règlement des pensions et prestations dans le cadre du divorce.

    Mme Catherine Varvenne-Litaize a regretté devant la mission qu’il ne soit pas clairement établi, dans cette dernière hypothèse, si la rémunération du notaire devait être réclamée par le notaire directement aux parties ou bien être fixée par le juge, ce qui selon elle devrait être le cas comme en matière d’expertise.

    Les notaires reçoivent annuellement 20 millions de personnes. Ils établissent 4,5 millions d’actes authentiques et réalisent un chiffre d’affaires de 4,3 milliards d’euros. Ils perçoivent et reversent au Trésor public plus de 11 milliards d’euros.

    Ils réalisent la plus grande part de leur chiffre d’affaires dans le domaine des ventes et de la construction immobilière (41,6 %) et dans celui des actes de famille et des successions (27,2 %).

    Répartition de l’activité notariale suivant le chiffre d’affaires

    Immobilier
    Vente
    Construction

    Actes liés au crédit

    Actes de famille
    Successions

    Négociation
    immobilière

    Droit de l’entreprise
    Conseil, expertise
    Conseil patrimonial

    41,6 %

    16 %

    27,3 %

    4,5 %

    10,6 %

    Source : Conseil supérieur du notariat

    Pour l’ensemble de leurs activités, les notaires engagent leur responsabilité personnelle, laquelle est couverte par des caisses de garantie.

    3. L’extension souhaitée de leur domaine de compétence

    Les notaires souhaiteraient assurer eux-mêmes entièrement certaines procédures qui exigent actuellement une intervention du juge : les changements de régimes matrimoniaux, les envois en possession des successions et les partages impliquant des mineurs. Ils estiment en effet que, dans ces matières, l’intervention du juge n’apporte pas plus de garanties que leur propre intervention tout en retardant les opérations de manière parfois très pénalisante pour leurs clients.

    Ils appellent en outre de leurs voeux une réforme de la saisie-vente immobilière, donnant l’exemple de l’Alsace-Moselle où elle est pratiquée de manière satisfaisante par leur profession, alors que, devant le tribunal les saisies aboutissent à une adjudication pour un montant très inférieur à la valeur des biens.

    En outre, ils souhaiteraient que certains actes revêtent obligatoirement la forme authentique : actes de caution et actes de construction d’une maison individuelle qui suscitent de nombreux conflits, ou actes de constitution de sociétés civiles à prépondérance immobilière, afin de permettre un meilleur contrôle de l’origine des capitaux. Ils considèrent enfin que les notaires devraient intervenir dans la conclusion et la conservation des pactes civils de solidarité.

    S’agissant, d’une manière générale, de l’incidence des réformes législatives intervenues récemment, Me Armand Roth a souligné devant la mission que la fréquence des changements législatifs était source d’instabilité, d’autant plus que la jurisprudence était longue à s’établir. Il a insisté sur l’important effort d’information accompli par le notariat sur les différentes réformes. Il a regretté que la loi n° 2000-1208 du 13 décembre 2000 sur la solidarité et le renouvellement urbains permette la rétractation d’un acte authentique par un acquéreur. Il a, enfin, souligné que la disposition de la loi n° 2001-1135 du 3 décembre 2001 sur le conjoint survivant autorisant un conjoint à priver du droit au logement viager son conjoint par acte authentique, exigerait que tous les testaments existants soient revus à la lumière de ces nouvelles dispositions.

    La mission estime que la déjudiciarisation de certaines matières souhaitée par les notaires s’avère non seulement justifiée, mais également de nature à alléger les tâches des magistrats. Elle ne peut donc que recommander d’aller dans ce sens.

    POURQUOI DETRUIRE CE QUI EST UTILE ???

  37. By Avoué ! pas rentier ! on Sep 12, 2020

    Monsieur le Président,

    Je suis Avoué et j’ai ressenti avec douleur et humiliation les termes de votre discours lors de l’installation de la Commission Attali.

    J’ai 36 ans. Je suis marié et père de deux enfants de 6 et 8 ans. Je ne suis pas issu d’une famille très favorisé.

    Mes parents, cadres moyens, sont par ailleurs totalement étrangers au Droit en général et au monde judiciaire en particulier. Grâce à leur travail j’ai pu en revanche suivre des études universitaires.

    Après cinq ans d’Université et un DEA en poche, j’ai intégré une étude d’Avoué comme Collaborateur. J’y ai appris beaucoup auprès d’Avoués expérimentés et passionnés.

    J’ai suivi en parallèle deux années complémentaires de formation au Centre de Formation des Avoués, passé un DES de procédure (aujourd’hui il s’agit d’un Master) et obtenu le diplôme d’aptitude de la profession d’Avoué réputé pour être l’un de plus difficile qui soit.

    Après 7 ans d’études supérieures et 10 ans d’expérience professionnelle, j’ai finalement pu reprendre une Etude.

    Je suis Avoué, et je ne le dois à personne, à aucune intervention, à aucun favoritisme, à aucun privilège ! Je travaille plus de 60 heures par semaine, sans compter les samedis et les dimanches.

    Je consacre la majeure partie de mon temps et de mon énergie à mon travail et à mes clients, au détriment trop souvent de ma vie familiale et de mes enfants. Je relève ce défi parce que j’ai une haute opinion de la Justice et que je sais la réelle contribution que je peux apporter à cette œuvre qui est collective.

    Comme tous mes Confères, j’ai énormément investi.

    Pour acquérir mon outil de travail j’ai tout d’abord emprunté des sommes très importantes qu’il me faudra 15 ans pour rembourser.

    C’est l’investissement de toute une vie, pour moi et pour ma famille.

    J’ai également investi en moyens humains : j’emploie 5 personnes compétentes et motivées qui ne comptent pas non plus leur temps pour défendre au mieux les intérêts de nos clients. Je suis fier de leur investissement et de leur dévouement que je m’efforce de récompenser au mieux par une politique salariale active et dynamique.

    J’ai enfin beaucoup investi en moyens matériels : documentation, papier ou électronique, moyens de communications, matériels et logiciels informatiques etc …

    Les Avoués ne sont plus ces sombres grattes papiers que décrivait Zola dans son Colonel Chabert : nos études sont constituées de personnes jeunes, actives et dynamiques, passionnées par leur travail au service des justiciables, compétentes parce qu’ayant reçu une formation spécialisée de premier ordre, motivées et investies chaque jour auprès de leur Cour, des magistrats et des personnels de greffe qu’ils connaissent mieux que quiconque.

    Notre profession a su évolué, se rajeunir, se dynamiser et s’adapter : elle a énormément investi sur la formation, sur l’ouverture aux jeunes, sur la modernisation des études ….

    Les Avoués participent activement à la communication électronique avec les Greffes des Cours d’appel. Il ne s’agit pas de simple envois de mails mais d’un échange dématérialisé de données structurées qui s’intègrent automatiquement au dossier de la Cour soulageant d’autant le travail des greffes déjà trop surchargés.

    Nous contribuons ainsi plus encore au bon fonctionnement et au rayonnement de nos Cours.

    Monsieur le Président, je ne suis pas un rentier et je n’aspire pas à le devenir.

    Je suis un simple Officier Ministériel, au sens propre et noble du terme, nommé par l’Etat au service de la Justice et des justiciables.

    La Justice n’est pas une marchandise ni un service marchand !

    Elle est le fruit d’une étroite collaboration à laquelle les Avoués prennent une part déterminante en cause d’appel par leur formation, leur compétence, leur implication.

    Leur tarif réglementé permet un accès équitable de tous, y compris mes moins aisés, au second degré de juridiction.

    Les portes de mon Etude sont ouvertes à tous ceux qui douteraient de l’investissement des Avoués au service de la Justice.

  38. By Jean Louis Grillet on Sep 12, 2020

    Monsieur le Président

    Je suis diplômé pharmacien depuis 1983, et suis un fier défenseur du monopole pharmaceutique. La remise en cause de celui ci me semble être une position démagogique au nom de la libération de la croissance.

    Je resterais que sur l’aspect économique et sociale de cette annonce.( le monopole pharmaceutique sur le plan de la Santé Publique a déjà été défendu par des confrères.)
    L’ouverture du monopole ne profitera qu’à la grande distribution qui n’est pas le créateur d’emploi magique ( malgré l’idée qu’on cherche à nous imposer ).Il suffit d’effectuer le rapport masse salariale / chiffre d’affaire et on constate que les petits et moyens commerces représentent un vrai avenir pour l’emploi.
    Sur le plan social, la pharmacie d’officine reste un commerce de proximité, ouvert 7 jours sur 7 et 24h/24h. Dans beaucoup de quartier des grandes villes, elle reste un des derniers commerces qui assurent le tissu social. La disparition de nombreuses officines, induiera la désertification de certains noyaux villageois, avec un sentiment d’une réelle insécurité.
    A ce jour la pharmacie est souvent un lieu de rendez vous pour tous les ages, un lieu de santé publique où l’on peut être soigné, conseillé sans prendre un rendez vous, elle assure par ses livraisons le maintien à domicile des malades et des personnes agées.

    En conclusion notre rôle ne se limite pas seulement à la dispensation du médicament mais nous avons un vrai rôle social que nous remplissons très bien.

    Ce facteur social est difficilement quantifiable, mais sa remise en cause aura des répercussions économiques négatives.

    Au nom du libéralisme forcené va t-on encore détruire un réseau qui fonctionne plutôt bien pour le profit de certains et pour la dimininution du “bien être” de beaucoup de vos concitoyens .

    Je vous prie d’agréer Monsieur le Président de la République l’expression de ma plus haute considération

    Jean Louis Grillet

  39. By thomas on Sep 12, 2020

    Mr le Président, Mr Attali,
    Pharmacien assistant dans le calvados, je cherche à m’installer depuis maintenant quatre ans et je connais d’autre assistants qui cherchent depuis au moins dix ans mais le prix de vente exagéré des officines m’en empêche malgrè un apport personnel relativement conséquent . La libéralisation de l’installation permettrait donc à de nombreux jeunes de devenir titulaires ! Le numerus clausus à l’installation se fait au nombre d’habitants mais je trouve qu’il serai plus judicieux d’y inclure une notion de chiffre d’affaire déjà en place (dans certains villages des officines ont parfois un CA de 5 millions d’euros ) ou de potentiel de chiffre d’affaire .
    Veuillez agréer Mr le Président , Mr Attali ,l’expression de mes plus respectueuses salutations .

  40. By Christophe on Sep 12, 2020

    Où êtes vous passés les défenseurs de la dérèglementation???
    C’est vrai que c’est difficile pour vous de débattre vu que votre motif peu avouable,c’est l’argent!!!

    Et oui puisque la dérèglementation, c’est la mort d’au moins 5000 pharmacies d’après toutes les projections (la plupart en campagne), comment aller vous expliquer à une grand mère que si elle n’a plus d’officines dans son village,c’est pour son bien!

    Comment expliquer que les même personnes qui voudraient limiter l’installation des médecins et infirmières selon un nombre fixe d’habitants (numérus clausus)pour repeupler nos campagnes avec ces 2 profession, veulent au contraire supprimer ce même numérus clausus chez les pharmaciens???

    Vous qui comparez des produits comme fervex (contre indications dans adenome de la prostate, glaucomes),donormyl (hypnotique proche des phénothiazine),aspirine (hémorragies surtout associé à d’autres médicaments) à des bonbons ne venez pas me dire que vous défendez la dérèglemetation au nom de la santé des français!

    L’exemple du donormyl est encore le meilleur.On nous explique depuis des années qu’il faut restreindre la consommation d’hypnotiques et là vous voudriez l’étaller dans des rayons de grandes surfaces.

    Oui, il est vrai que certains pharmaciens délivrent certains de ces médicaments sans les conseils appropriés mais alors changez de pharmaciens!Et ce n’est pas ça qui justifié le fait de s’aligner sur les pratiques des mauvais pharmaciens!Alignons nous plutot sur les bons!

    De toutes manières vous ne pouvez rien répondre à tous ces arguments sans laisser transparaitre que vous le faites pour l’argent. Depuis le début de la polémique, vous n’avez jamais parlé de santé mais de concurrence, commerce etc…

    Alors où êtes vous passez??????

  41. By Christophe on Sep 13, 2020

    Je m’adresse toujours aux défenseurs de la dérèglementation.
    D’où vous vient cette passion soudaine pour le médicament????
    J’ai décidé de me lancer dans des études de pharmacies par amour de ce métier.Comme tous mes confrères qui se sont exprimés ici,je me suis toujours mis à la disposition de mes patients,leurs rendant de multiples services, essayant de les conseiller du mieux possible en gardant toujours à l’esprit que le pharmacien est un professionnel de santé.
    Tous les jours, dans l’exercice de mes fonctions, je refusent la vente de certains médicaments car en en total contre indications avec l’état de santé de mes patients!Et oui, c’est dingue,j’ai refusé de gagner de l’argent!Mr leclerc aura t’il autant de conscience professionelle que moi?Refusera t’il de gagner de l’argent si nécessaire?

    Alors, vous n’allez quand même pas m’expliquer qu’en vous levant ce matin,vous avez eu une révélation,que vous avez vu la lumière et que maintenant toute votre vie serait consacrée à la santé des français! Vous avez plutôt vu l’occasion de gagner de l’argent!

  42. By philex on Sep 13, 2020

    Monsieur le Président,

    Les professions dites règlementées auxquelles vous voulez vous attaquer pour “relancer la croissance” sont celles dont l’accès et le nombre est fixé non pas par elles-même avec un comportement népotique et corporatiste comme votre expression à leur égard pourrait le laisser penser mais par l’Etat.

    Le monopole (du grec monos signifiant « un » et polein signifiant « vendre ») est un terme d’économie qui désigne une situation de marché où il existe de nombreux acheteurs et un seul vendeur.

    Le “monopole” des avoués n’en est donc pas un puisqu’il existe entre 5 et 48 études par cour d’appel. Il s’agit d’un monopole de représentation. Le “monopole de représentation” c’est l’obligation d’être représenté par un professionnel devant une juridiction; c’est vrai pour les avoués, c’est vrai aussi pour les avocats, ça ne veut pas dire que l’on est le seul interlocuteur possible. Il y a donc qu’on le veuille ou non une concurrence entre les études. Il y en a de bonnes, il y en a de moins bonnes, il y en a donc des grosses, des moyennes et des petites, et si l’un d’entre nous tente de se comporter en “rentier” sa grosse étude deviendra rapidement “petite”. L’inverse se produira alors, la petite deviendra grosse…

    Il y a donc bien concurrence, même si cette concurrence était jusqu’à présent encadrée par l’Etat; cette concurrence est saine, on peut envisager de l’aménager et ne croyez pas que les professionnels que nous sommes soyons opposés à toute évolution mais sachez qu’elle s’exerce dans le respect de règles de déontologie longuement apprises et intégrées dans le souci du droit des particuliers qui nous confient leurs intérêts et souvent un peu de leur vie.

    Ainsi, l’Etat controle la création des charges. Il peut donc ouvrir ou restreindre le nombre des professionnels. L’Etat peut évidemment envisager d’en créer de nouvelles, on peut aussi envisager des SCP d’avoués à 5, 6 7 ou plus d’associés, pourquoi pas.

    En revanche, quel sera le gain pour le justiciable si demain, la suppression du numerus clausus permet une concurrence à l’installation et un remplacement du tarif actuellement encadré au profit d’honoraires libres?

    Croyez vous que le bénéficiaire de l’aide juridictionnelle y trouvera son compte?

    Croyez vous que le client paiera son procès moins cher?

    Non seulement ce n’est pas ce qui se produira mais surtout en supprimant le tarif des professions règlementées telle que la profession d’avoué c’est le mauvais système qui va chasser le bon.

    On vous dit ou vous pensez, Monsieur le Président, l’avoué ne sert à rien, l’avoué coute cher.

    Or, justement NON.

    Aujourd’hui, mais en tant qu’avocat vous le savez déjà, les frais d’un avoué lors du procés d’appel sont des frais dit “répétibles” c’est à dire que lorsque le perdant est condamné “aux dépens”, il est condamné au paiement des frais de son avoué mais aussi au paiement des frais de l’avoué adverse.

    Celui qui vous dit que l’avoué coute cher parce qu’il a eu un procès en appel est donc celui qui a perdu son procès puisqu’il a payé deux fois.

    Ce système est fondamentalement bon puisqu’il assure à celui qui a gagné son procès en appel une quasi gratuité de celui-ci.

    Cette “faveur” pour le justiciable civil, puisque c’est pour une fois de justice civile dont il s’agit, qui voit son droit reconnu est liée à deux choses : le caractère règlementé du professionnel qui l’a représenté et l’existence d’un tarif qui fait qu’il ne vous a pas facturé une prestation en vertu d’un honoraire ou d’un cout horaire mais conformément à un tarif fixé par décret!

    En résumé, méfions nous des fausses bonnes idées, méfions nous des solutions trop simples, trop démagos. Avant de casser ce qui marche, Monsieur le Président, réfléchissez.

    PhL

    Lorsque les révolutionnaires

  43. By Juriste on Sep 13, 2020

    Monsieur le Président ,

    La manière dont vous envisagez la dynamisation de la croissance me laisse pantoise :

    comment peut-on imaginer que des emplois seront créés en supprimant les professions citées dans votre allocution?

    Je suis collaboratrice dans une étude d’Avoués depuis 5 ans, j’ai un DEA de droit, et je refuse de croire que le métier que j’exerce est simplement le résultat d’une règlementation “obsolète et contre-productive”…

    Par ailleurs, je ne sais pas où se cache la rente de situation dont vous parlez, s’agissant, tant du Notaire, que du Pharmacien, du chauffeur de taxi ou de l’Avoué, de professions libérales, soumises à des impôts, taxes, et charges en tout genre, qui ne permettent pas de s’enrichir sur le dos des citoyens de notre pays!(sans compter l’investissement financier de départ et les différents investissements liés à la constante évolution des métiers, informatique, normes nouvelles etc…)

    En outre, en tant que consommateur, je ne peux que m’inquiéter de la dérèglementation des professions citées, qui garantissent la sécurité juridique et la sécurité sanitaire de nos concitoyens.

    Je ne peux pas imaginer qu’on puisse mettre en péril la sécurité juridique et sanitaire des français pour simplement poursuivre un objetcif de croissance qui passerait par la suppression d’activités qui produisent de l’emploi!

    En espérant pouvoir continuer à travailler encore 5 ans…

  44. By gauthier on Sep 13, 2020

    je suis notaire assistant, je ne me fait aucune illusion seule une suppression pure et simple du numérus clausus me permettra de m’installer et devenir notaire!!!
    “quand on veut tuer son on dit qu’il a la rage” les notaires en place ne manqueront pas d’arguments spécieux et fallacieux pour protéger leur “rente de situation”.

  45. By gauthier on Sep 13, 2020

    je suis notaire assistant, je ne me fais aucune illusion seule une suppression pure et simple du numérus clausus me permettra de m’installer et devenir notaire!!!
    “quand on veut tuer son on dit qu’il a la rage” les notaires en place ne manqueront pas d’arguments spécieux et fallacieux pour protéger leur “rente de situation”.

  46. By gauthier on Sep 13, 2020

    Pour être notaire ou avoué il faut être titulaire d’un diplôme spécifique mais surtout d’un office ministériel qui s’acquiert.
    Alors que par exemple pour être :
    - médecin il suffit d’être docteur en médecine
    - avocat il suffit d’être titulaire du certificat d’aptitude à la profession d’avocat

    Celui qui est diplomé notaire en 2007 ne pourra pas devenir notaire s’il n’acquiert pas un office ministériel.

    Le numérus clausus doit e^tre éradiqué et la liberté d’installation promue.

  47. By yann on Sep 16, 2020

    Mr le Président,
    Les pharmaciens actuellement installés ont pour les plus agés d’entre eux eu la chance de pouvoir s’installer trés facilement après guerre ou l’on pouvait créer sa pharmacie par dérogation mais pour eviter les contentieux devant les tribunaux la loi de 1999 a donné une plus forte restriction à l’installation alors que c’est l’inverse qu’il aurai fallu faire c’est a dire une liberalisation totale ! Prenons l’exemple des opticiens, ils peuvent entreprendre librement et les meilleurs gagnent mieux leur vie que les autres!Cela me semble naturel.Actuellement on constate une augmentation des prix de cession des officines alors même que leur rentabilité diminue , ce qui rends trés difficile la reprise d’une officine ! Je trouve que nos ainés ne font pas preuve de confraternité envers leur successeurs alors même qu’ils beneficient d’une exoneration sur la plue value.A mon sens la sécurité sociale ne devrait pas avoir vocation a valoriser des fonds de commerce,une liberalisation totale de l’installation ferai baisser mécaniquement les prix de cessions .
    La loi de 1999 date d’un autre siècle et elle est obsolète pour une économie actuelle.
    Vu le numerus clausus pour l’entrée en études de pharmacie la liberalisation de l’installation n’entrainerai pas d’anarchie.
    Mr le Président, les jeunes pharmaciens comptent sur vous pour dépoussierer cette loi et expliquer à ceux qui vendent qu’ils ne peuvent pas avoir le beurre et l’argent du beurre sans bloquer le système.
    Par pitié , brissez nos chaines !

  48. By Christophe on Sep 16, 2020

    Yann
    je crois que tu n’as pas toutes les informations pour tenir de tels propos.Laisse moi te donner les quelques informations qui te manquent:
    -La libéralisation entrainera la fermeture d’au moins 5000 pharmacies.Si tu ne me crois pas renseigne toi.
    -Tu compares les opticiens aux pharmaciens mais les opticiens ont des marges beaucoup plus élevés et ont des charges de personnel moindre.
    Tu fais passer ton intérêt personnel(et encore tu fais fausse route,tu auras encore plus de mal à acheter une pharmacie vu que se sont les pharmaciens les plus riches qui vont créer des chaines) devant celui des français!L’intérêt des français,c’est d’avoir des pharmacies qui couvrent toute la France,y compris au fin fond de nos campagnes,ce qui ne sera plus le cas avec la fermeture de 5000 pharmacies.
    Bref tu penses un peu trop à toi et pas assez à l’intéret des Français.Tu es un professionnel alors pense en professionel de santé et pas en commerçant!

  49. By Christophe on Sep 17, 2020

    Yann, “L’hyper” concurrence (la concurrence existe déjà)ne fera pas émerger les “meileurs pharmaciens”. La pharmacie n’est pas un commerce comme un autre,c’est un espace de santé.Si tu es pharmacien tu sais que l’on est souvent amené à refuser telle ou telle délivrance mais sur Paris où ils se livrent une “hyper” concurrence les pharmaciens délivrent des hypnotiques (stilnox),des antibiotiques sans ordonnances!J’ai refusé un nombre incroyable de fois la délivrance de stilnox à des parisiens qui ensuite me traitaient d’incapable parceque sur Paris on leur donnait!Si tu es réellement pharmacien tu as déjà du être confronté à ce genre de situation et dans ce cas le “bon pharmacien” est pénalisé au détriment du “mauvais pharmacien”.
    Pourquoi vouloir généraliser l’”hyper” concurrence de Paris au reste de la France si cela ne va pas dans le sens de la santé des français?
    Encore une fois,en pharmacie,le but n’est pas de vendre le plus possible contrairement à un commerce classique d’où des règles diférentes.
    Si on ouvre le capital à un non pharmacien, comment réagira t’il si son employé (pharmacien) ne fait pas plaisir à la clientelle en ne leur vendant pas n’importe quoi comme des hypnotiques normallement sur ordonnance?

    Au passage je voulais remercier les créateurs de ce blog qui permettent à n’importe quel intervenant de s’exprimer.Je ne partage peut être pas vos idées (en tout cas sur la dérèglementation) mais il est rafraichissant de constater que vous laisser des opinions contraires aux votres s’exprimer.

  50. By jeune notaire on Sep 17, 2020

    M. le Président

    Jeune notaire assistant, diplômé à 32 ans, je suis à quelques mois de prêter serment et de racheter des parts de SCP.

    Pour avoir eu confiance en vous lors des élections (comme beaucoup d’entre-nous), je n’ose croire un instant que vos démarches répondent à d’autres motivations que celles de l’intérêt général.

    C’est pourquoi je m’interroge sur la finalité et les conséquences de votre politique vis à vis des offices ministériels.

    Les notaires bénéficient à vos yeux d’une rente de situation en ce qui concerne certains actes de la vie courante. J’ajouterais, comme vous le savez bien, qu’ils sont également rentiers de la responsabilité attachée à ces actes.

    Ce petit détail risque de provoquer bien des déconvenues chez nos éventuels concurrents qui n’auraient pas pris la peine de suivre les quatres années d’enseignement spécifique à la profession (s’ajoutant ,naturellement, aux années d’enseignement du droit général).

    les tribunaux qui, c’est bien connu, n’ont rien d’autre à faire, seront heureux de ce surcrôit de travail.

    Par ailleurs,dans votre démarche de libéralisation, je vous suggère d’imposer à nos futurs concurrents, toujours dans l’intérêt de nos concitoyens, la gratuité du conseil que nous pratiquons !

    Non décidément, M. le Président, chacun son métier, chacun ses responsabilités. Sachez qu’il faut en moyenne 5 ans de pratique et d’expérience à un postulant à la profession afin de s’associé, ou 10 ans avant de prendre seul la tête d’une Etude.

    Proche de l’écoeurement pour moi même et mes collègues, passionnés par notre profession, je vous demande de bien vouloir considérer avec plus de recul les effets d’une telle réforme.

  51. By bernard on Sep 17, 2020

    Mr le Président,
    Il y a beaucoup de villages en France qui font travailler 2 médecins pour 1500 à 2000 habitants intra-muros plus les retombées des petits villages voisins . Hors ces villages n’ont actuellement pas le droit d’avoir leur pharmacie ! C’est un scandale qu’il faut réformer au même titre que les régimes spéciaux de retraite. Quand j’entends parler de 5000 officines condamnées car trop petites , et dont je fais partie , je trouve que la libéralisation de l’installation pourrai être une opportunité pour se réinstaller dans une zone plus propice .
    Sachant qu’un Leclerc ne s’installera pas dans un village de 2000 habitants , je ne voie pas en quoi le service de proximité serai détruit, bien au contraire nous aiderions plus de personnes âgées .
    Je serai prêt à mettre la clef sous la porte de ma petite officine de centre ville si la libéralisation d’installation était promue ! La chose se régulerai naturellement en ville puisque les pharmaciens gagneraient moins et plus en campagne ou il n’y a pas de grandes surfaces.
    Le travail serai ainsi de proximité, nous générerions plus de richesse et plus d’emploi, combien de jeunes filles vais-je devoir encore refuser cette année pour un stage de préparateur? Personnellement je ne trouverai pas cela choquant que la médication familiale soit délivrée en grande surface par des préparateurs en pharmacie qui sont suffisamment qualifiés en pharmacologie pour cela et scandaleusement payés 20% de plus que le smic en officine, il s’agit là d’un esclavage des temps modernes , qu’on m’explique la différence pour eux d’être salariés d’une grande surface ou d’un pharmacien nanti qui les surveille depuis son bureau avec sa camera !
    D’autre part, je ne voie pas en quoi libéraliser l’installation ferait arriver des médicaments contrefaits sur le marché tant que les pharmaciens s’approvisionnent chez les grossistes habituels .
    Par contre on pourrai peut-être envisager de créer un fond d’aide pour les jeunes titulaires rencontrant des difficultés .
    Il ne faut pas qu’il y ait des pharmacie la ou les gens dorment (cités dortoirs) mais là ou ils sont et ou ils consomment : aéroports, grandes surfaces , villages de campagne …L’avenir est aux pharmacies à 2 titulaires et non plus aux petites officines ou l’on travaille 60 heures par semaine .
    Pour finir, la libéralisation d’installation aurai pour avantage d’éradiquer des dérives mafieuses par endroits ou certains comptables et cabinets de cession se comportent comme des parrains au profit de gros bonnets qui cherchent à s’étendre comme des pieuvres via les sel de pharmacie et organisent à nouveau un esclavage des temps moderne au désespoir de nos jeunes confrères .
    Veuillez agréer Mr le Président, l’expression de ma plus haute considération .

  52. By Laure on Sep 17, 2020

    Monsieur le Président,
    A travers votre remarque sur les rentes de situation bénéficiant aux pharmaciens titulaires d’une pharmacie, vous vous heurtez à une profession totalement sclérosée, incapable de s’adapter aux évolutions des demandes en médicaments et incapable de faire face aux difficultés de certains de ses membres.

    La disparition du monopole d’installation, permettrait une meilleure répartition des officines sur le territoire. En effet, il est totalement illogique de garder coûte que coûte des pharmacies en surnombre dans les centre ville, alors que l’on en attend en périphérie dans des zones nouvelles très fréquentées, facilement accessibles.

    Evidemment, une telle déreglementation, provoquerait la disparition de 5000 officines. Mais nous savons très bien que malheureusement, ces petites pharmacie n’ont aucun avenir. Faute d’acquéreur, chaque année on dénombre des fermetures alors que le prix de vente moyen des pharmacies augmente (90% du chiffre d’affaire TTC l’an dernier sur la totalité des transactions en France, 88% en 2005 et 2004, 86% en 2003…) . Ni le blocage des transferts, ni le passage de 2500 à 3000 habitants, quorum nécessaire pour une création, souhaité et actuellement en cours de proposition par l’ordre et les syndicats, n’apporteront une solution à ces 5000 officines en sursis.

    La profession n’a pas voulu leur proposer d’aide financière, alors que le prix de vente moyen des pharmacies en France à été de 1.3 million d’euros en 2006. Avec en plus, depuis l’année dernière, l’exonération des plus-values bénéficiant à ces futurs retraités.

    Vous constatez bien là un manque total de solidarité.

    Oui, bon nombre de pharmaciens bénéficient de rentes de situation.

    Déréglementez le système, vous le rendrez
    plus souple.

    Vous donnerez aux jeunes pharmaciens la possibilité d’exercer pleinement et librement le métier qu’ils ont choisi.

  53. By Christophe on Sep 17, 2020

    Bernard, on ne doit pas avoir les mêmes sources.
    On entend sur toutes les radios,à la télé et on peut lire dans la presse écrite qu’il manque des médecins et des infirmières dans nos campagnes.Ces informations ne te seraient t’elles pas parvenues?Pourtant ce sont des réalités vécues tous les jours par les français.
    A l’inverse sur tout le territoire français tu trouveras toujours une pharmacie à tel point que le président des caisses d’assurances maladies veut calquer la répartition des médecins et infirmières sur le modèle des pharmacies.
    Alors ton histoire de village de 2000 habitants avec 2 médecins et aucunes pharmacies ne tient pas debout ou si ça existe,c’est plutôt une exception.
    Les 5000 pharmacies qui vont disparaitre sont justement celles situées en campagne car trop petites,elles ne supporteront pas le passage des médicaments conseils en grande surface.
    Tu écrits que l’avenir est aux pharmacies d’au minimum 2 titulaires mais dans un village de 2000 habitants avec les médicaments conseils et la parapharmacie en grande surface,c’est impossible!

    Tu me fais rigiler avec ton “pharmacien nanti qui les surveille depuis son bureau avec sa camera”.Les patrons de grandes surfaces sont des anges à t’entendre.Tu sais combien sont payées les caissières dans les grandes surfaces?J’ai travaillé une seule fois dans une pharmacie avec une caméra et c’était une fausse!!!Alors faudrait arrêter les caricatures et revenir à la réalité!A,oui,j’oubliais tes pharmaciens qui “organisent à nouveau un esclavage des temps moderne”,franchement tu crois vraiment à ce que tu dis ou c’est parce que tu es à court d’arguments???Encore une fois je te répondrais d’aller voir du coté des caissières des grandes surfaces.

    Bernard, je voudrais que tu répondes à cette question : tu dis qu’il ne faut plus de pharmacies dans les villages dortoirs mais qui va assurer les gardes dans les villages dortoirs?Les français devront t’ils se bouffer 30 km de route pour trouver une pharmacie????Si tu es tout seul et que tu es malade,tu fais comment?Tu sembles comme beaucoup de défenseur de la libéralisation oublier que la pharmacie est un espace de santé.

    Par contre il est vrai que l’on devrait aider les jeunes (d’on je suis) à s’installer et tu as raison d’évoquer le problème.Etant dans cette situation,si tu as des idées,elles m’intéressent.

  54. By Christophe on Sep 17, 2020

    Et puis Bernard, les pharmacies de campagnes sont beaucoup plus fragiles que les autres.Leur chiffre d’affaire dépendant essentiellement du médicament sur ordonnance,faisant très peu de parapharmacie elles sont d’autant plus sensible à des mesures sur le médicaments tels que déremboursement,TFR ETC…Alors même si il n’y a pas de supermarché à côté ou disons dans les 10 km,la politique du gouvernement avec le TFR,déremboursement les condannent!

  55. By Notaire déprimé on Sep 17, 2020

    Monsieur le Président,

    J’attendais beaucoup de choses de votre gouvernement, mais certainement pas que la vindicte soit jetée sur quelques professions libérales

  56. By Notaire déçu on Sep 17, 2020

    Monsieur le Président,

    J’attendais beaucoup de choses de votre gouvernement, mais certainement pas que la vindicte soit jetée sur quelques professions libérales.

    Comment prétendre que les notaires qui emploient autant de collaborateurs de qualité, qui investissent pour que le service rendu à leur client soit meilleur, qui publient des actes par la voie électronique, et qui viennent d’obtenir, les premiers en Europe, la certification pour la signature électronique, soient des obstacles à la croissance?

    Au contraire, je pensais que vous soutiendriez une profession comme la notre:
    Qui, lorsque nous aurons été “réformés” accueillera gratuitement des personnes agées pour une consultation juridique ou les aider à compléter leur déclaration d’impôts?
    Qui, pour une rémunération ridicule, constatera le transfert de propriété d’une parcelle sans valeur?

    Plus personne!

    Quel progrès…

  57. By marc moreno on Sep 18, 2020

    voici donc la Liste des personnalités, membres de la Commission Attali

    Pascal BRANDYS
    P.D.G. GENSET

    Georges CHARPAK
    Professeur

    Serge FENEUILLE
    Conseiller du Président de LA FARGE

    Axel KAHN
    Professeur

    Julia KRISTEVA
    Professeur Paris VII

    Michel LAZDUNSKI
    Professeur Institut Universitaire de France

    Michel-Edouard LECLERC
    Président Société GALEC

    Nicole LE DOUARIN
    Professeur Collège de France

    Colette LEWINER
    P.D.G.

    Christiane MARCHELLO NIZIA
    Professeur ENS

    Francis MER
    P.D.G. USINOR

    Jérôme MONOD
    Président du Conseil de surveillance
    Suez-Lyonnaise des Eaux

    René PELLAT
    Professeur École Polytechnique

    Alain TOURAINE
    Professeur E.H.E.S.S.

    Tiens donc Michel-Edouard LECLERC , president societe galec , l’humaniste ….., le benevole …le self mademan! l’homme qui n’a rien d’un rentier , lui , c’est connu , lulu , vla un gars , qui s’etant fait seul , va pouvoir se farcir tous ces heritiers millionnaires , qui s’engraissent sur le dos du peuple dont il est , faut il le rappeller , le premier defenseur .

    si cette commission , veritable pantalonnade grotesque , digne d’une republique bananiére , ne m’avait pas empeché de dormir , il faut dire que j’ai une trentaine de familles à nourrir , et quelques millions d’euros de dettes ,je ne suis assujeti , à isf , comme le genereux e.lecler , ni comme d’ailleur mr sarkosy .
    Tiens au fait , comment fait on pour faire fortune en servant la france ?
    cela fera sans l’objet d’une commission presidée par mr noir , mr berlutti , pardon dumas…….., messier etc

    a+

  58. By marc moreno on Sep 18, 2020

    “taxis , notaires , avoués , pharmaciens ,
    JE VOUS AI COMPRIS”

  59. By marc moreno on Sep 18, 2020

    discourt de mr leclerc debut aout
    6 août 2007
    Franchise, forfait ou déremboursement : l’art de ne pas parler du prix des médicaments !
    Cela sent les vacances à plein nez. Chez les politiques et dans les médias. Incroyable comme l’annonce effectuée par Nicolas Sarkozy, proposant des franchises sur certains actes médicaux, n’a suscité aucun prurit d’acné chez ceux qui restent farouchement opposés à la « privatisation rampante de la santé ». Pratiquement pas un mot de l’UFC Que Choisir, ni des syndicats de salariés. Personne n’a moufté. Il faut croire que la com autour de cette affaire a été rondement menée.
    Et pourtant ! Il existe déjà depuis 2005 différentes formes de franchises.
    C’est le forfait de 1 euro non remboursé sur les consultations médicales.
    Il y a aussi le forfait de 18 euros sur les actes supérieurs à 91 euros.
    Et le forfait de 17 euros sur les actes en secteur hospitalier.

    Tout le monde n’est pas touché par ces déremboursements. Mais si l’on compte l’effet du ticket modérateur (souvent prix en charge par une mutuelle) c’est près de 110 euros en moyenne qui restent à la charge de l’assuré français.
    Personnellement, je ne suis pas contre une certaine forme de déremboursement. Il faut responsabiliser ! Les Français consomment beaucoup trop de médicaments. Et la sécu n’a plus les moyens de cette gabegie.
    Mais l’histoire de ces franchises médicales, c’est un peu comme le coup des heures supplémentaires versus les 35 heures, ou le vote de la grève au septième jour versus l’obligation de service minimum. On tourne autour du pot, on refuse d’affronter les corporatismes ou le confort des gens concernés. On ne dit pas les choses clairement. On invoque la mobilisation contre alzheimer quand d’autres prétendaient affecter l’argent de la quête à la lutte contre le cancer. Mais comme on sait que tout cela passe le pot commun de la sécu, on finit par susciter de l’incompréhension (face à la complexité du système) et certainement aussi beaucoup de méfiance.
    Avec 6 milliards de déficit dans la seule branche maladie de la sécu, les arguments ne manquent pourtant pas pour serrer les vis de la dépense. Tout le monde le sait bien en son for intérieur. Faute d’argent, nos organismes sociaux sont condamnés à rembourser moins, et à renvoyer les accros du médicament vers les assurances privées !
    Je ne sais pas s’il est techniquement possible de plafonner les franchises médicales en fonction du revenu des Français. Ce serait certainement une bonne chose. Mais une chose est certaine. Pour la moyenne des Français dont le pouvoir d’achat reste modeste, la question centrale va redevenir celle du prix des médicaments.
    Pour les pharmaciens de mon groupement (près de 200 diplômés de pharmacie sont actuellement au commande de nos parapharmacies), la question mérite qu’elle soit posée. Devant les instances ordinales, et devant le législateur. Et pourquoi ne pas l’annoncer dès maintenant. Nous avons aussi quelques réponses et propositions à faire. A bientôt donc sur ce sujet.

    Michel-Edouard Leclerc
    Posté par M.E.L. le 6 août 2007

  60. By Philippe R on Sep 18, 2020

    Concernant le numerus clausus dans le notariat

    Il ne faut pas faire la même bêtise que pour les médecins (concentration de médecins sur la région parisienne et sur le pourtour méditerranéen).
    Il existe une commission, la CLON, qui a en charge la répartition des offices notariaux sur le territoire national, de sorte que le service public se trouve assuré en tout lieu, même dans les zones à faible développement économique.
    C’est l’outil qui permet à l’Etat d’agir comme bon lui semble.
    Si notre Président souhaite un plus grand nombre de notaires par nombre d’habitants ou par rapport au chiffre d’affaire, il suffit qu’il le signifie à la Commission.

    Il est dangereux de laisser s’installer n’importe qui, n’importe où !
    1- Le notaire calcule et perçoit l’impôt
    2- Le notaire protège le plus faible; il ne faut donc pas qu’il soit dans un environnement concurrentiel comme le sont les avocats !
    3- Le notaire garantie ses actes, il est contrôlé, inspecté chaque année, et il y a une solidarité entre les notaires : si l’un d’entre eux fait une faute, ce sont tous qui payent ! Si l’installation n’est plus règlementée, cette solidarité ne pourra plus être mise en place.

    Enfin, avec la libre installation va peut être aussi s’ajouter le tarif libre; or il faut savoir que le Tarif fait payer les “petits” actes par les “gros” actes. Si le tarif est libre, les “gros” obtiendront des prix réduits et les “petits” payeront le coût réel. Dès lors, les petites et moyennes classes auront encore plus de difficultés à accéder à la propriété!

    Philippe R notaire

  61. By Christophe on Sep 18, 2020

    “Selon les chiffres du ministère de la Santé, on compterait ainsi pas moins de 128000 hospitalisations par an à cause de mauvaises interactions entre médicaments et près de 8000 morts pour cette même raison. Un chiffre supérieur au nombre de décès causés par les accidents de la route!”. C’est à lire dans http://www.acteurspublics.com/PDF/lme/5/p74-78dmp.pdf.
    A l’heure de la mise en place du DP (dossier pharmaceutique à ne pas confondre avec le DMP) qui permet de visualiser les médicaments délivrés avec ou sans ordonnances dans n’importe quelle pharmacie de France pour lutter contre la iatrogènie et DONC SAUVER DES VIES, la mise à disposition de médicaments conseils non dénués D’INTERACTIONS ET DE CONTRE INDICATIONS en grande surface n’est elle pas une absurdité????
    Quand je parle d’absurdité c’est bien sur en ayant à l’esprit la santé des français ! Après si c’est juste pour se faire de l’argent au mépris de la santé des français alors oui, la mise en place de médicaments conseils en grande surface devient logique!

  62. By Marie on Sep 18, 2020

    Concernant les taxis:
    mon mari exerce la profession de taxi indépendant depuis plus de 10 ans. Il a commencé le métier en étant fortement endetté, necessitant des heures de travail hors norme. Aujourd’hui certains taxis sont encore endettés à hauteur de 450 000 € pour acheter leur licence. Comment expliquer aux taxis que le fruit de leur travail sera réduit à néant. Si demain Monsieur le Président, vous libéralisez la profession, comment allez-vous indemniser ces travailleurs (du montant de leur licence)?. Car en plus de dévaloriser la profession, Vous ne pouvez laisser des familles entières qui sont ou qui ont été très endettées dans cette situation sans les indemniser.
    Pour vous donner un ordre d’idée, le montant de l’indemnisation sur une ville comme NICE où la licence a une valeur de 450 000 € pour environ 500 taxis, représente 225 000 000 € (non vous avez bien lu). Pourrez vous financer une telle somme?

  63. By dorothée on Sep 19, 2020

    Mr le Président, Mr Attali,
    L’ordre et les syndicats qui représentent essentiellement les titulaires de pharmacie en place n’ont que faire des nouvelles générations , leur seule préoccupation est de préserver le système actuel de façon à pouvoir revendre leurs grosses officines (ils exercent rarement dans une officine de 600 000 euros) au prix maximum, d’ailleurs leurs propositions vont dans ce sens : créer jusqu’à six pharmacies en chaîne via les sociétés d’exercice libéral avec des jeunes diplômés qui n’auraient que 51% des parts. Ça doit faire environ 4 pharmacies par investisseur ! Pas mal de pouvoir multiplier ses revenus par quatre !
    Sachant que ces gens là n’achèterons jamais une pharmacie de 600 000 euros puisque leurs futurs larbins avec peu d’argent , mais pas bêtes n’auront pas envie de travailler 60 heures par semaine pour le même salaire que celui d’un assistant, les investissement se feront forcément dans les grosses structures rentables et pourvues d’assistants qui permettrons aux demi-titulaires de respirer un peu . Conclusion : ce plan est de la poudre aux yeux qui ne vise qu’à engraisser des gens qui en ont déjà plein les poches . N’écoutez pas ces marchands de sable et promulguez la liberté d’installation de façon à ce que chaque pharmacien puisse être titulaire de sa propre pharmacie et exercer de façon LIBERALE !
    Cordialement.

  64. By Christophe on Sep 19, 2020

    Le lien que j’ai mis à disposition ne fonctionne pas, voilà le bon lien : http://www.acteurspublics.com/PDF/lme/5/p74-78dmp.pdf

  65. By Gauthier on Sep 19, 2020

    Je suis consterné par la pauvreté des arguments donnés par les notaires en place ou ceux qui sont en voie de le devenir. Le numérus clausus instaure un système intrinsèquement injuste qui n’a que trop duré. Je rappelle que l’office ministériel est une réminiscence de l’Ancien Régime en pleine contracdiction avec la modernité.
    De plus le Conseil d’analyse économique a, dans son rapport remis au Premier ministre, considéré que POUR “DES RAISONS D’EQUITE ET D’EFFICACITE” LA SUPPRESSION DU NEMERUS CLAUSUS “DES PROFESSIONS FERMEES” EST UNE REFORME ESSENTIELLE POUR LE DEVELOPPEMENT DE LA CROISSANCE DE NOTRE PAYS.

  66. By Diplomé notaire on Sep 19, 2020

    En effet selon des économistes éminents le numérus clausus est économiquement contre-productif. En effet, N’EN DEPLAISE AU NOTARIAT, la suppression du numerus clausus va augmenter le nombre de notaires. Ceci va par voie de conséquence augmenter le nombre d’emploi dans le secteur, ce qui est bon pour la croissance.

  67. By Christophe on Sep 19, 2020

    Ecoute dorothée, je suis un jeune pharmacien assistant(29 ans).Je n’ai pas non plus les moyens de m’acheter tout seul une grosse pharmacie mais il y a toujours la possiblité d’association ou de commencer par une petite pharmacie et ensuite d’en acheter une plus grosse!!!!
    Tu est pharmacienne, mais dans ton poste je ne lit que “investisseur”, “marchand”, “libérale” etc…et le mot santé tu l’aurais oublié??? Tu es pourtant une professionnelle de santé!
    Encore une fois et au risque de me répèter, le système actuel permet une équitable répartition des pharmacies sur tout le territoire français ce qui n’est pas le cas des infirmières et médecins!
    Tu voudrais casser tout ça au nom de ton profit personnel? Et les français, le service de proximité etc…

    Est c’est quoi ce “N’écoutez pas ces marchands de sable”???? Je te rappelle qu’on est en démocratie et comme le fait si bien ce blog, il est permit d’écouter qui on veut!

  68. By sandrine on Sep 19, 2020

    Je suis chauffeur de taxi depuis 7 ans et formatrice à l’école des taxis depuis 4 ans

    Moi et tous mes Collègues sommes contre cette libéralisation, la loi qui réglemente le taxi est du 20 janvier 1995 si vous déréglementer c’est faire un pas en arrière de 12 ans - est ce normal!!!! NON

    déréglementer le taxi c’est mettre en péril toutes les entreprises de taxi en france soit 36 000 entreprises car ces entreprises pour la plupart ont empruntés des sommes pouvant aller jusqu’à 600 000 € pour une licence

    et dire travailler plus pour gagner plus pour ma part je travaille +/- 75 heures par semaine dois je encore travailler plus avec deux enfants pour gagner + !!!!! et je ne suis pas la seule dans ce cas.

    si vous vouler diminuer le taux de chomage il faut diminuer les charges pour les pme pmi uniquement se n’ai pas en libéralisant tous que vous y arriverez - beaucoup d’artisans veulent embaucher mais ne peuvent pas à cause des charges - nous aimons notre profession et nous voulons la protegée au mieux

  69. By Christophe on Sep 19, 2020

    Je suis pharmacien, pas chauffeur de taxi mais va falloir m’expliquer comment l’état français avec ses 1000 milliards de dette va faire pour racheter les licenses des taxis ????

  70. By philex on Sep 20, 2020

    Monsieur le Président,

    Je lis sur ce blog beaucoup d’interventions de notaires, de pharmaciens, de taxis ou d’avoués en réaction à vos déclarations lors de la constitution de la commission ATTALI.

    C’est vrai que ces quatre professions ont été nommément évoquées ou plutot stigmatisées.

    Jinvite néanmoins quelques autres professions à donner leur sentiment sur votre blog car elles doivent aussi se sentir visées par vos propos généraux sur “les professions règlementées”.

    Les professions libérales « réglementées » ont été classées par la loi :

    - Certaines sont organisées en ordres professionnels : médecins, chirurgiens-dentistes, sages-femmes, vétérinaires, avocats, experts-comptables, architectes, géomètres experts.
    - D’autres font l’objet d’un statut particulier : il s’agit des administrateurs judiciaires et mandataires liquidateurs, des agents généraux d’assurances, des professions paramédicales.
    - D’autres sont regroupées sous le terme d’officiers publics ou d’officiers ministériels : notaires, avocats au conseil d’Etat et à la cour de cassation, avoués près les cours d’appel, commissaires-priseurs, greffiers des tribunaux de commerce, huissiers de justice.

    Pourtant qui peut sérieusement soutenir que le chirurgien est un rentier, qui considère le vétérinaire comme un rentier, qui osera dire en face à une sage-femme qu’elle est une rentière?

    Tous ont en commun de travailler plus de 60 heures, tous ont recours aux nouvelles technologies. Beaucoup gagnent certes correctement leur vie, mais au prix d’un investissement personnel lourd et parfois au détriment de leur vie de famille.

    Monsieur le Président, avec tout le respect que je vous dois, il me semble qu’il faut chercher ailleurs les freins à la croissance.

    PhL

  71. By talbi on Sep 20, 2020

    Mr le président,
    une libéralisation de l’installation permettra une meilleure répartition des officines sur tout le territoire car on pourra sauver des pharmacies de centre ville (trop nombreuses)qui pourront se mettre en périphérie ou en campagne.
    Car ne croyez pas ce qu’on dit ( comme le jeune Christophe ) ,les pharmacies en campagne sont plus rentable qu’en ville car elles sont moins en concurrence .
    D’ailleurs ceux sont les pharmacies en campagne qui valent le plus cher car elles sont les plus recherchées par les pharmaciens
    (et ceci est facile à vérifier dans les statistiques des prix de vente ).
    Contrairement aux médecins ou infirmières,notre rémunération est basée sur la marge et non sur l’acte médicale et donc celle-çi est meilleure en campagne car la concurrence est faible et de plus contrairement aux idées reçu la para et le conseil se vendent mieux en campagne ( car il n’y à pas de centre de para ou autres ).

    Si aujourd’hui on libéralisait les conditions d’installations des pharmacies ,la répartition va se réguler toute seule proposant une meilleure offre de soins à la campagne et en sauvant des pharmacies de centre ville condamnés a disparaitre.

    Aujourd’hui les pharmacies se vendent trop cher donc un jeune avec peu de moyens ne peut s’installer et le système profite aux vieux nantis qui ont connu les bonnes années alors qu’aujourd’hui les pharmacies sont moins rentable .

    Ne confondons pas le numérus clausus des médecins qui serait utile est celui des pharmaciens qui se régulera tout seul ;
    -le médecin aura quasiment la meme rémunération en ville ou à la campagne : il choisit la ville et le bassin méditérranéen pour les loisirs d’ou la necessité pour lui de mettre en place le numérus clausus qui est totalement obsolète pour la pharmacie.

    Par contre Mr le président, il est inutile
    d’utiliser des propos comme “rentier de situation” pour des professions qui prennent des risques en créant des emplois,et qui se vouent corps et ames parfois gratuitement pour leur clientèle !!!

  72. By adeline on Sep 20, 2020

    Monsieur le Président
    merci
    je pense qu’il est nécessaire Monsieur le Président que vous vous renseigniez sur la vie d un artisan taxi à ce jour
    compte tenu des prix des licences, des remboursements à effectuer de cette licence empruntée sur 7 ans ,des taxes que l etat impose aux artisans !des horaires effectués par ces artisans ,la survie des familles eh oui je parle de survie car compte tenu de tous ces elements il est impossible de prendre des vacances ,leur salaire est bien maigre,leur hygiene de vie déplorable ,et leur vie de famille je ne vous en parle même pas!
    je suis malheureusement l épouse d un artisan pour lequel ce calvaire devait cesser dans 15 jours et voila que vous sortez vos grandes directives sans concerterles professionnels concernés bien evidemment ,sans prendre en considération ces gens qui eux travaillent et durement !
    ce projet tombe donc à l eau grâce à vous evidemment le futur acheteur est plus qu hesitant!!!!!
    notre future vie s ecroule ce rêve de repos egalement
    qu allons nous devenir
    etes vous encore concerné?
    CORDIALEMENT

  73. By Christophe on Sep 20, 2020

    Talbi il y a juste un petit problème à ta belle théorie.
    Sur Reims on trouve des pharmacies qui s’achètent jusqu’à 110% du chiffre d’affaire alors qu’à la campagne,pas très loin (dans les Ardennes)on en trouve à 75% voir même beaucoup moins dans les coins perdus! Il y en a même qui ne touvent pas preneur car dans des coins vraiment trop perdus! Si elles s’achetent moins cheres dans les campagnes, ça veut donc bien dire que tout comme les médecins, les pharmaciens rechignent à aller s’y installer!CE QUE LA LIBERTEE D’INSTALLATION EMPLIFIERA ENCORE!!!
    Là je voudrais vraiment que tu me répondes : explique moi comment une pharmacie de campagne peut être plus viable qu’une pharmacie de ville (en général, je ne parle pas des exceptions)? Vu que
    1)Elles font beaucoup moins de parapharmacie qu’en ville voir pas du tout ce qui les rend plus vulnérable aux politiques du médicament (TFR, déremboursement)
    2)Les personnes à la campagne sont beaucoup moins riche qu’en ville
    Explique moi ce grand paradoxe,ce grand mystère.Non,vraiment,je voudrais comprendre

  74. By Morgan, jeune Pharmacien on Sep 20, 2020

    …………………PHARMACIENS…………..

    I LIBERTE D’INSTALLATION ???

    - Les PHARMACIENS titulaires veulent CONSERVER la NON liberté d’installation…
    - Les MEDECINS veulent CONSERVER leur liberté d’installation…

    Arrêtons donc avec ce conservatisme qui révèle la frilosité et la peur de l’évolution de sa profession ! Posons les bonnes questions et ne rédigeons par la réglementation sur les exceptions mais bel et bien par la généralité !

    II - MONOPOLE DU CAPITAL OFFICINAL ?

    - Les JEUNES pharmaciens ne peuvent s’installer qu’après de longues années d’assistanat, d’un héritage ou d’une association…

    Ne préfereraient-ils pas s’associer à des partenaires, plutôt qu’à des pharmaciens en FIN DE CARRIERE (réalité actuelle) ? Posons leur la question !

    - Les pharmaciens en FIN DE CARRIERE veulent le conservatisme jusqu’à leur sortie… Je les comprends, mais en les respectant, on ne respecte pas les générations futures !

    III- LABORATOIRES, GROSSISTES, MUTUELLES, GMS : OFFICINES ?

    Faisons notre choix !!!
    Où voulons nous aller ? Dans quelle direction ?

    1- Le problème d’associer le producteur (labo) au vendeur est compréhensible dans un soucis de liberté de prescription et de conseil des professionnels de santé…

    2- Je ne vois pas personnellement le problème d’associer le transport (GR) avec la vente !

    3- Je vois par contre les dérives GMS : nous nous devons donc de professionnaliser nos actes(voire de les industrialiser), et ce avec en exemple : QUALITE, CONSULTATION PHARMACEUTIQUE, OPINION PHARMACEUTIQUE, PRESCRIPTION PHARMACEUTIQUE,…

    4- Mutuelles et pharmaciens accrédités… why not ?

    J’attends vos arguments, bien entendu autre que celui de ne pas vouloir être salarié (bien mieux rémunéré qu’aujourd’hui) ou partner en étant associé aux résultats de l’officine où l’on travaille et aux résultats de l’entreprise mère (X pharmacies)!

    Le pharmacien devra bien entendu modifier sa conception du métier : passer du statut de commercant-profession libérale à celui de NON commerçant-profession libérale : REMUNERATION A LA MARGE REMPLACEE PAR UNE REMUNERATION AU SERVICE (généralité) !

    Merci d’avoir lu ces qq lignes, j’attends des réponses !

    RESPECTONS LES PHARMACIENS EN FIN DE CARRIERE…
    MAIS PENSONS AUX GENERATIONS FUTURES (pharmaciens et surtout NON pharmaciens) ET DEMANDONS LEUR LEUR AVIS :-)

  75. By Christophe on Sep 20, 2020

    Morgan,
    En ce qui concerne les nouveaux modes de rémunérations, je suis 100% d’accord avec toi, tout comme je pense qu’il serait nécessaire de donner de nouvelles responsabilités au pharmacien en vrac : renouvellement d’ordonnance, possibilité de modifier de nous même un taitement (comme en Angleterre), suivi d’INR etc…
    Par contre en ce qui concerne l’ouverture de capital aux grossistes répartiteurs, il y a un énorme problème de concurrences puisqu’ils seraient amener à fournir leurs pharmacies ainsi que celles de leurs concurrents,les pharmaciens indépendants. On tomberait un peu dans le même cas de figure où Coca voulait racheter orangina qui en Europe était le distributeur de son principale concurrent Pepsi!Ce que l’Europe a empêcher pour cette même raison!
    En ce qui concerne les mutuelles on pourrait tomber dans l’excès inverse (par rapport à ce que j’appellerais “l’hyperconcurrence” )où les mutuelles obligent leurs adhérents à aller dans les pharmacies affiliées ce qui empêcherait toutes concurrences
    Pour toutes ces raisons et également celles que j’ai évoquées un peu plus haut (risque de désertifications de nos campagnes) je pense que le système actuel reste le meilleur pour les Français mais bien sur il rend pour “nous” jeunes la tache plus difficile pour s’installer. Nous sommes avant tout des professionnels de santé et il faut donc en premier lieu penser aux français.
    Par contre je ne serai pas opposé (comme l’avais suggéré le candidat Sarkosy) à des évolutions juridiques et fiscales qui facilitent l’exploitation groupée de plusieurs pharmacies à condition de le limiter et que ce soit pour aider celles en difficultées en particulier dans nos campagnes.

  76. By Christophe on Sep 21, 2020

    Autre chose Morgan quand tu dis :

    - Les PHARMACIENS titulaires veulent CONSERVER la NON liberté d’installation…
    - Les MEDECINS veulent CONSERVER leur liberté d’installation…

    Arrêtons donc avec ce conservatisme …..

    C’est quand même une belle façon d’éluder la question!!!!!! On a quand même le droit de se la poser ! Surtout que ça intéresse les français de savoir si ils trouveront un pharmacien ou un médecin où qu’ils aillent en France!

    Autre remarque, il ne s’agit pas d’évoluer mais d’améliorer . Une espèce qui évolue peut le faire en bien ou en mal et peut dégénérer . Tu veux évoluer vers le modèle Américain royaume de la iatrogénie, contre façons , mélanges de médicaments en tout genre????????
    Dans tous ces débats on voit qu’il y a le camp de ceux qui pensent prioritairement à ce qu’ils toucheront à la fin du mois et le camp de ceux qui pensent que avant tout la pharmacie est un lieu de santé et le pharmacien un professionnel de santé au service des français.

  77. By talbi on Sep 21, 2020

    Christophe, les ardennes est un dept qui à la particularité de se dépeupler et donc par conséquent les professionnels de santé ne s’y installent pas ; logique car il y à moins de mondes à soigner , et donc le numérus clausus empeche les pharmacies de suivre leur clientèle fuyante : ce qui explique le faible prix de vente des pharmacies dans ces coins au profit de Reims (plus recherché ).
    Laissons , le système va se réguler tout seul si on supprime ce numérus clausus et laissons les pharmacies en difficulté la possibilité de se transferer et à un pharmacien sa libérté d’entrependre .

    Actuellement, on ne tiend pas compte des CA des pharmacies en place pour la création d’une autre pharmacie mais juste de la population intramuros …………. Il faut réformer cette loi dans l’intéret du patient et de la croissance économique du pays …

  78. By MICHEL on Sep 21, 2020

    Je suis artisan taxi depuis 15ans, et je m’inquite pour mon avenir.
    j’ai acheter un licence pour ne pas rester au chomage(3mois de chomage), aujourd’hui, mon travail me mobilise, pour avoir un salaire 2000€ env par mois,70% de mon temps.Dans 3ans, j’esperai vendre mon autorisation pour partir en retraite.elle ne vaut plus rien si vous dereglementez, seul petit plus à une retraite de misere qui m’attent;
    j’irai donc faire la manche devant l’Elysée.

  79. By Christophe on Sep 21, 2020

    Talbi
    Tu sais, ta belle théorie de l’autorégulation, moi aussi j’y ai cru !
    Le problème,c’est que ça reste une belle théorie qui marche toujours sur le papier mais une fois qu’on l’applique,c’est marrant,on obtient jamais le résultat espéré!

    La libre installation des médecins pourquoi ça ne s’autorégule pas??????Certains médecins pourrait se faire un fric fou en campagne mais ils n’y vont pas!Ils préfèrent gagner moins et rester en ville, pourquoi? Il y a des zones où il y a une surpopulation de médecins ce qui fait qu’ils gagnent beaucoup moins bien leur vie .Je connait un médecin dont c’est le cas à Reims et qd tu lui demandes mais pourquoi ne vas tu pas en campagne,il répond : déjà parce que c’est la campagne,il n’y à rien et puis il y a les gardes trop fréquentes,les enfants s’emmerderaient etc etc.Et oui pourtant il multiplerait son salaire par 3 facillement mais il n’y va pas….

  80. By Christophe on Sep 21, 2020

    Et puis les belles promesses sur la libéralisation des numéros de renseignements, du gaz, de l’électricité (entreprises) etc…Sur le papier, d’après les belles théories, le consommateur devait être le grand gagnant mais dans la vraie vie ça en a été autrement…

  81. By harley on Sep 22, 2020

    La déréglementation n’amènera que l’anarchie si les économistes avais trouve des remèdes au chômage on le saurai depuis longtemps .Si certaine profession fur réglementé se n’est pas sans raison en 1931 il existait 32000 taxis a Paris l’anarchie complète régnait la décision fut prise d’en supprimé 20000 afin que les règles soit respectes et a l’époque il n’y avait pas tous les moyens de transports qui existe de nos jours. Il ne faut pas croire que cette profession fait fortune ,mais travail en moyenne entre 60 et 70 h par semaine afin d’voir un revenu décents de plus il n’existe pas de numerus clausus et les mairie distribue en fonction du marche des licences , je rappel qu’a paris 15600 taxis pour une population de 2,5 M et en comparaison new York 13000 pour 8 M et les américains qui sont des libéraux eux savent qu’il faut des règles dans toutes les professions, afin que l’anarchie ne prenne pas le pas
    Cordialement

  82. By houstal46 on Sep 22, 2020

    Ne cherchons pas de bouc émissaire a la croissance dans les professions dite protégés, elle le sont se n’est pas sans raison que se soit chez les notaires ou une connaissance du droit et des coutumes local est nécessaire et des années de pratique dans le domaine avant de pouvoir acquérir une etude,les pharmaciens ou la connaissance des différentes pathologies et des interactions médicamenteuses la aussi demande la connaissance ou les taxis la ou la pratique et la connaissance géographique et topographique s’acquière avec les années pas comme a Londres ou nous avons les cabs et les autres ( pseudo taxi libre ou dirai je coupe gorge a vos risque et périls) alors ne ruine pas des années d’efforts de ces professions qui travail en moyenne entre 60et 80 h par semaine dans le l’espérance de créé des emplois qui n’existe que dans la théorie des économistes
    Si l’Europe souffre du chômage a ce jour, il ne faut pas se voile la face depuis 60 ans il n’existe plus de conflit majeur (guerre) qui lui permettait de relance sa croissance tous les 20 ou 30 ans.il n’existe maintenant qu’une croissance d’entretien. Si l’Allemagne est aujourd’hui en meilleur état que la France s’est quel a compris qu’il lui fallait une industrie forte employant beaucoup de maindoeuvre,celle a compris qu’il fallait défiscalisé l’outil industriel, le débarrassé de tous les organismes parasites qui en vivaient afin de lui donne de l’air et elle y réussi très bien .la déréglementation prône sur certain secteur de l’économie française que se soit en matière de transport aérien n’a donne qu’un résulta ,une seule compagnies air France qui impose ses tarifs sans concurrence réel, dans le secteur de l’énergie pétrolière il ne reste plus que le groupe total plus d’autre compagnie qui impose ses tarifs les plus cher + 20 centimes d’euro par litre que Esso ou carrefour ou Leclerc pour la même chose dont la pub disait vous ne viendrez plus chez nous par hasard, je n’y vais plus du tout d’ailleur,dois je parle de l’électricité ou vous devenez un client captif si vous avez la malheur de partir d’edf.Alors avant la concurrence non réglementé amène a long ou court terme le desordre et l’anarchie par la création de lobbying ou le but est de spécule au détriment de la croissance et l’emploi
    Les cotisations de retraite et social devrait s’appuyer sur les chiffres d’affaires et non sur les masses salariales se qui éviterai beaucoup de délocalisations encourageant a développe l’emploi et non le Bic
    Merci

  83. By notaire dans le doute on Sep 23, 2020

    Monsieur Sarkozy, une seule question,

    La dérèglementation vous en déciderez de toute façon sans prendre en compte les demandes des personnes concernées.

    J’ai la chance, contrairement à certains de mes aînés, de n’avoir investi à ce jour que du temps (7 ans d’études)pour la profession de notaires. D’autres ont investi des centaines de milliers d’euros pour acheter des parts d’études (j’imagine leur inquiétude en ce moment).

    Pourrions savoir à quelle date nous saurrons à quelle sauce vous nous mangerez?

    Aujourd’hui je vous avoue qu’ensuite de vos déclarations je n’investirai pas un centime dans des parts d’étude sans connaître le sort de la profession.

    Je vous demande donc de nous donner un délai, celui pendant lequel aucune cession d’office ne se fera, pendant lequel les vieux notaires fatigués attendront de savoir s’ils vendent et à quel prix, et,si ça dure, le délai pendant lequel les jeunes diplomés qui veulent gagner de l’argent vont se tourner vers une autre profession, en fait le délai de l’improductivité………….

  84. By houstal46 on Sep 23, 2020

    La déréglementation du marche du taxi par exemple a Paris donnerai lieu a l’indemnisation des propriétaires de licence : 195000 € ( prix engistre sur taxe percu par l’etat) +1400€ (perte exploitation evaluation fisc) x12mois=211800 € par artisans pour 8500 + ou - sans compter les actionnaires et societaires d’autorisations .
    De plus, il faut notez que sur Paris environs 6000 ou 7000 chauffeur arrêterons cette activité, S’il était indépendant se n’est pas pour se retrouve avec un patron simple logique, ceux ci partirons soit a la retraite soit se rachetez une autre activité moins contraignante dans des secteurs ou l’état ne viendra pas se mêlez de leur vie professionnel, Afin de crée des emplois illusoires ci joint un rapport de 2005 sur les taxis en IRLANDE

    La déréglementation du secteur des taxis donne des résultats contrastés. La libéralisation des taxis
    Secteur a généralement été suivie d’un afflux de nouveaux opérateurs qui a donné aux
    Consommateurs l’avantage d’un raccourcissement des délais d’attente, mais s’est aussi accompagné
    D’une hausse des prix motivée par l’augmentation du coût par voyageur/kilomètre. La
    Libéralisation a souvent aussi été de pair avec une dégradation de la qualité des services, ce qui
    ORGANISATION FOR ECONOMIC CO-OPERATION AND DEVELOPMENT
    EUROPEAN CONFERENCE OF MINISTERS OF TRANSPORT
    OECD/ECMT TRANSPORT RESEARCH CENTRE
    2
    Donne à penser que le contrôle de la qualité reste nécessaire après la déréglementation. Il a été
    Tenté de réinstaurer des barrières à l’entrée en imposant des normes de qualité qui privilégient les
    Opérateurs en place.
    La réglementation des prix doit tenir compte de l’augmentation des coûts si elle va de pair avec la
    Déréglementation de l’accès au marché. Le plafonnement des prix s’est révélé être un instrument
    Délicat de réglementation des prix en ce sens qu’il a débouché sur une hausse, coordonnée à
    L’échelle du secteur, des tarifs des taxis. La baisse du prix des licences d’exploitation de services
    De taxi a été à l’origine de tensions politiques. En Irlande, l’Etat dédommage les familles des
    Opérateurs mis en difficulté par la réduction de la valeur de leur licence. L’augmentation de la
    Taille des flottes des opérateurs en place est une forme d’entrée expérimentée ici et là qui a eu pour
    Effet positif de freiner la hausse des tarifs et la dégradation de la qualité des services consécutive à
    La déréglementation. Le débat a confirmé que la Table Ronde arrivait bien en son temps et montré
    Clairement que ses conclusions présentaient beaucoup d’intérêt pour les politiques nationales de chaque pays.
    le troisieme commentaire que,je fais et et ne vois toujours pas les autres,ce site et’il scensure : question ?

  85. By Phil on Sep 23, 2020

    Hélas, je constate que les promesse pré-électorales concernant les pharmaciens de M. Sarkozy sont déjà baffouées… J’ai voté pour lui et déjà je le regrette. Sa technique de communication de stygmatiser une catégorie sociale por avoir “l’aval” du reste de la population risque bien d’être comprise plus tôt que prévu. Vivement dans 4 ans et demi les futures élections….

  86. By Emmanuel on Sep 24, 2020

    Lundi matin 9 Mai 1988, siège du RPR, Rue de Lille à PARIS.
    Jeune étudiant en droit à la faculté d’Assas, je décide de prendre ma carte dans le parti gaulliste.
    Le siège est désert, et les quelques permanents rencontrés font triste mine. Mais la résistance est dans les gênes du gaullisme, et tout cela ne fait que renforcer ma détermination à poursuivre mon engagement politique.
    Je croise à cette occasion dans l’ascenseur un jeune élu RPR à la chevelure bouclée, venu quant à lui faire le siège du “vieux lion”, et répondant au prénom de Nicolas.
    Vingt ans plus tard, il est enfin parvenu (à tous les sens du terme) à réaliser sa grande ambition.
    Quant à moi, j’exerce le formidable métier de notaire dans une étude de province depuis dix ans.
    Mon métier me procure un luxe quotidien : celui de pouvoir exercer en permanence et sans entraves les choix qui sont les miens, choix d’accorder l’attention nécessaire à la résolution de tel problême sans considération de sa rentabilité pour mon office, choix de conseiller telle opération(ou l’absence d’opération)en fonction de l’intêret du client, choix de refuser les opérations, même lucratives, mais qui ne correspondent pas aux critères de prudence et d’orthodoxie juridique… bref le luxe de ne jamais avoir à se compromettre, ou à transiger quant à mon éthique, dans l’intérêt mutuel et bien compris tant de mes clients que du notariat.

    Non, Monsieur le Président de la République.

    L’esprit de résistance qui m’anime, et qui anime tous les notaires de France à n’en pas douter, vous empêchera de saborder une profesion multiséculaire que le pouvoir a toujours protégé.

    Vouloir supprimer le Notariat, et partant, le rôle qu’il joue dans la sécurisation de la vie juridique des français, et au delà, vouloir réduire le rôle de la profession à l’estimation comparative d’un coût, quelle pitié !

    Tout cela sur les incitations d’un rapport américain appelé “Doing Business” (”Faire des affaires” …..!!) publié par la Banque Mondiale.

    Occupez-vous de vos baskets Nike et de la satisfaction de votre ego, et évitez de ravager ce pays, dont vous n’avez que la gérance temporaire, pendant les cinq ans qui viennent.

    Rendez-vous en 2012.

  87. By Phil on Sep 24, 2020

    Bravo pour la censure!!!!!! Mon commentaire n’est toujours pas diffusé. Vice la démocratie!

  88. By Phil on Sep 25, 2020

    Ha ben non ça a juste mis du temps…. Comme quoi…

  89. By Thomas on Sep 25, 2020

    Bonjour tout le monde !

    Jeune étudiant en pharmacie (je suis en 3ème année)j’ai choisi cette voie après une reprise d’étude, étant mal orienté auparavant (j’ai fait de la chimie en université, ce qui ne m’a pas donné de travail).

    C’est pour celà que j’ai fait pharmacie: parce que j’aime ce métier, et parce que j’étais certain qu’avec le système du numerus clausus, ça me donnerait un travail au bout.

    Moi aussi je vous ai donné ma voix, Monsieur Sarkozy, et bien je pense que pour la première fois de ma vie, je vais voter à gauche aux municipales (je sais TRES BIEN que les problèmes locaux n’ont rien à voir avec le national) si le rendez-vous que j’ai pris avec mon député concernant la chute des monopoles cités ne sera pas concluant.

    En tout cas, si les députés votent ce projet de loi, ils se flingueront eux-mêmes (regarder la proportion de professions libérales à l’Assemblée).

    Et merci à Madame Bachelot de nous soutenir…

  90. By blog@sarkozynicolas.com on Sep 25, 2020

    Comme quoi tout est lu, Phil. Et tout est publié, dans la seule limite du respect de la législation : ni propos racistes ni diffamations. C’est ce qui impose la modération a priori, qui ne vise pas à censurer les critiques.
    Cordialement.

  91. By Anne on Sep 25, 2020

    Face à la soi-disant trahison de Nicolas Sarkozy vis-à vis-des pharmaciens, je tiens à rappeler que le vote de la profession au 1er tour des élections présidentielles, s’est largement porté sur François Bayrou! Alors, arrétez, la confiance des pharmaciens a nullement été trompée.
    Le déficit de la sécu d’année en année est tel, qu’il va bien falloir trouver des solutions courageuses au risque de créer des mécontents. L’assurance maladie n’a pas vocation à entretenir les 5000 entreprises moribondes situées principalement en centre ville, ni les profits importants des pharmacies bien placées.
    Je tiens à préciser que cette pharmacienne (post signé par son mari Pierre-Loic) a probablement 2500 euros par mois pour vivre, mais elle oublie de mentionner que dans son plan de remboursement sur 12 ans, elle capitalise environ 8000 euros mensuels pour une pharmacie de taille moyenne… Par contre le pharmacien salarié lui, gagne également 2500 euros mais rien de plus. Nous sommes d’accord sur la faiblesse de cette somme. Pour s’installer le ticket d’entrée à payer à tous nos heureux aînés est au prix fort tout en engraissant au passage les cabinets de transaction et autres conseils fleurissant actuellement car le marché est porteur… Des réformes doivent sauver la sécurité sociale, permettre la libre entreprise et ne pas encore durcir les conditions d’installation comme le voudraient les pharmaciens propriétaires de leur pharmacie, pour vendre dans de bonnes conditions leur entreprise…
    J’ai voté Nicolas Sarkosy et ne le regrette pas.

  92. By jl Grillet on Sep 26, 2020

    Je trouve bien triste ce déballage de beaucoup qui sont aigris par la profession et qui pour faire payer aux plus anciens sont prêts à un tout libéral sans réflexion. Oui il faut faire évoluer la profession mais ceux qui travaillent depuis 20 ans ont déjà vus beaucoup de choses evoluées. Je vous rappelle qu’il y a encore 20 ans la parapharmacie etait exclusivement en pharmacie et que “son déodorant” achété en campagne ou en centre ville coutait alors le même prix.
    Aujoud hui la pharmacie est devenue un secteur concurrentiel, aussi bien au sein de la profession qu’avec les centres de parapharmacie.
    Si aujourd hui des milliers de pharmacie vont mal et assurent moins bien leur mission de santé publique c’est sans doute un peu a cause de cela.
    Alors pour ceux qui croient (pharmaciens) que l’ultra libéral va leur profiter, je vous demande seulement de vous interesser à la composition de cette commission.
    Quand je vois parmi les membres M michel Edouard Leclerc, qui est à la tête des GMS Leclerc de nombreuses fois mise en cause pour atteinte au monopole pharmaceutique, je sais que la modification du monopole ne profitera qu’au plus fort et plus grand la grande distribution. Alors Jeunes pharmaciens, je n’y vois qu’un développement merchantile bien loin de notre mission la santé publique.

    Et si on veut nous faire croire que notre marché est statique, il n’en est rien, déjà sur le médicament on peut trouver sur les médicament d’automedication des ecarts de prix de 50% d’une pharmacie à l’autre, alors ne parlez pas d’économie par une auto medication libéralisée.

    Pour le numérus clausus, difficile de croire qu’on ne trouve pas un consensus. Le faire disparaitre alors qu on parle de le réactualiser pour les médecins en est la preuve. Sa disparition, c’est tout simplement la mort de beaucoup d’officines, de secteurs abandonnés, et d’une concurrence acharnée dévastatrice pour la santé publique ( les centres villes des grandes villes connaissent déjà cela avec des pharmaciens qui délivrent n importent quoi sans ordonnance )

    Enfin le débat doit se porter sur la santé publique uniquement et sur la mission et le rôle du pharmacien sans oublier naturellement la revalorisation de toutes le personnes qui oeuvrent dans ce sens pharmaciens adjoints et préparateurs en pharmacie.

    Merci donc d’arrêter les guerres internes qui ne font que diviser la profession et qui sont une faiblesse et qui ruinent la reflexion.

  93. By bernard trigallou on Sep 26, 2020

    Monsieur le Président,
    Nous vous prions de trouver, ci-après, la copie de notre courrier à Monsieur Jacques ATTALI, au sujet de la Commission qu’il préside sur les conditions de la libération de la croissance économique en France, et la profession de notaire que cette Commission ne devra pas oublier dans les propositions de réformes qu’elle formulera.
    Nous apprécions le courage et l’énergie que vous déployez pour moderniser l’Etat et relancer l’économie de la France, aujourd’hui paralysée par des règles d’une autre époque.
    Nous souhaitons que Monsieur Jacques ATTALI et la Commission qu’il préside proposeront les solutions adaptées, afin que l’indispensable « modernisation de l’Etat » implique bien la réforme du statut des notaires.
    Nous vous prions de croire, Monsieur le Président, à notre total soutien dans votre action salutaire.
    Respectueusement,
    Association « SOS SUCCESSIONS »
    Le Président : Bernard TRIGALLOU

    Texte du courrier à Monsieur Jacques ATTALI :

    SOS SUCCESSIONS
    Association à but non lucratif, Loi de 1901
    Aide au règlement de successions
    Réduction des délais et des coûts
    BP 30041
    86362 CHASSENEUIL DU POITOU CEDEX
    Tel : 05 49 62 31 42 / 06 32 14 81 08
    e-mail : sos.successions@yahoo.fr
    blog : sos.successions.over-blog.fr

    Cher Monsieur Attali,

    Après avoir lu avec un immense intérêt votre dernier livre, « Une brève histoire de l’avenir », nous avons noté avec plaisir votre nomination à la tête de la commission sur les conditions de la libération de la croissance économique en France.

    Vous évoquez d’ailleurs, à juste titre, le travail effectué par les équipes qui vous ont précédé dans cette action salutaire (Rapports Rueff – Armand, Cahuc - Kramarz, Camdessus, Doing Business, Direction Générale de la Concurrence de la Commission européenne, …).

    Parmi les obstacles reconnus à la croissance économique figurent les réglementations inutiles, les professions excessivement réglementées qui, à défaut de véritable concurrence, bénéficient d’authentiques rentes de situation.

    La corporation des notaires en est l’exemple le plus caractéristique, que vous ne devez pas oublier dans les propositions de réformes qui émaneront de votre commission.

    En effet, au travers de l’action de l’association « SOS SUCCESSIONS », nous constatons chaque jour les excès et les effets pervers du statut de cette profession.

    Parmi ceux-ci, il faut citer :

    Le principe des « charges » transmissibles :

    Le nombre limité, et même la rareté, des « charges » des notaires, entraîne bien des effets pervers :
    . ces « charges » sont transmises en priorité aux proches des notaires (enfants, alliés, amis, …).
    Le talent et le mérite n’ont pas leur place dans ces transmissions à caractère strictement patrimonial, où la perspective de gains et autres avantages importants est prédominante sur le supposé service public régulièrement invoqué par les membres de cette profession pour éluder toute réforme ;
    . une personne extérieure au cercle rapproché d’un notaire en place n’a que peu de chances d’accéder à la fonction, quels que soient son talent et son mérite. Bien entendu, les membres de la profession peuvent toujours citer des cas d’espèce, des exceptions qui ne font que confirmer la règle.
    Bien souvent, les personnes qui ne font pas partie du cénacle doivent se contenter d’études sans grand intérêt, financier ou professionnel, qui ne sont en fait que des strapontins, des lots de consolation, et n’ont que très peu de chances d’évoluer vers des « charges » plus intéressantes. Ils sont parfois contraints d’accepter des associations avec des notaires incapables ou malhonnêtes pour accéder à la fonction ;
    . les prix des charges, quand elles sont cédées à des étrangers à la famille, sont anormalement élevés, et font souvent l’objet de « dessous-de-table » (voir diverses interventions sur le site du « Mouvement Jeune Notariat » : www.mjn.fr)), ce qui est le comble pour des officiers publics nommés par le Ministre de la Justice,
    . on trouve, partout en France, de véritables « dynasties » de notaires, parfois incompétents, ou malhonnêtes, qui n’ont aucune notion du service public qu’ils sont supposés rendre à leurs concitoyens,
    . dans certains départements, les notaires sont presque tous de la même famille (parents, alliés, cousins, …),
    Il faut bien reconnaître que tout ceci est singulièrement décalé et n’a rien de réellement républicain !

    La formation des notaires :

    Les étudiants titulaires de la maîtrise en droit peuvent se porter candidats aux « centres de formation des notaires ».
    Mais il faut savoir que l’admission à ces centres, passage obligé pour accéder à la fonction, ne se fait pas sur concours, mais « sur dossier ».
    La sélection est, bien entendu, entre les mains des notaires, et les critères n’en sont pas vraiment avouables.
    Il est clair que les postulants qui doivent succéder dans la fonction à des membres de leur entourage proche, ou à défaut qui sont issus de familles ayant des moyens suffisamment importants pour acheter une « charge », au besoin en versant un « dessous de table », ont plus de chances que les autres, quelles que soient le talent, le mérite et la motivation de ces derniers.
    La transparence n’est pas le fort de ce processus de sélection, et n’a strictement rien à voir avec les concours en vigueurs dans d’autres filières.
    Bien entendu, la corporation fait en sorte qu’il y ait des exceptions qui, par la suite, sont systématiquement mises en avant afin de sauver les apparences, selon une tradition bien établie dans ce milieu, par nature inégalitaire et fort peu républicain.

    Le tarif des notaires :

    Le tarif des notaires a, dans son principe, plusieurs fonctions :
    . il doit rémunérer le service public assuré par le notaire,
    . et, par son volet « social », permettre au notaire de traiter des dossiers « non rentables » au moyen des produits des dossiers plus rémunérateurs.
    Seulement, comme toujours, c’est dans l’exécution que cela pêche :
    Les notaires, soucieux de se ménager des revenus très confortables (en moyenne, plus de 20.000 euros par mois) se consacrent en fait aux seuls dossiers très rémunérateurs, et négligent les cas où il faudrait consacrer plus de temps aux clients, aux « usagers » du service public qu’ils sont supposés avoir en charge ;
    Ainsi, ils conservent pour eux mêmes les ressources qui devraient être consacrées à rémunérer un personnel qualifié, capable de rendre un vrai service aux personnes et aux familles qui en ont besoin.
    En fait, le concept de « service public » n’est invoqué par les notaires que pour :
    . justifier un tarif très rémunérateur,
    . et repousser tout projet de réforme de leur statut d’officier public.

    Par ailleurs, il peut sembler choquant qu’un service public, dont le volet social devrait être important, soit utilisé pour procurer et couvrir des ressources démesurées eu égard au service réellement rendu.
    Ainsi, pourquoi un notaire gagne-t-il, en moyenne (plus de 20.000 euros par mois), quatre fois plus qu’un médecin (5.000 euros par mois) qui soigne les gens et sauve des vies, alors que le notaire n’assure, pour sa part, qu’un secrétariat de qualité très contestable ?

    Les actes, très standardisés, sont produits en temps réel par des stagiaires, ou par des personnes plus expérimentées mais peu qualifiées donc faiblement rémunérées, au moyen de progiciels très automatisés.
    Le tarif, proportionnel aux capitaux exprimés dans les actes, procure ainsi aux notaires des ressources personnelles très importantes, sans rapport avec la réalité du service rendu et totalement déconnectées du concept de service public.
    Quant aux dossiers moins « intéressants », ils sont tout simplement laissés de côté et les clients ainsi abandonnés se lamentent, parfois auprès de la chambre des notaires, mais sans aucun résultat, bien évidemment.

    Au-delà de leur rémunération officielle, déjà très importante pour des personnes en charge d’un service public à caractère social, des notaires en nombre significatif se constituent des patrimoines très importants en achetant, dans des conditions particulièrement avantageuses, des biens dans les successions réglées à leur étude.
    Ayant connaissance des situations particulières de par leur proximité avec leurs clients, et profitant de la confiance naturelle (et souvent, il faut bien le dire, de la faiblesse ou de la naïveté) de ceux-ci, ils achètent aussi des biens en viager de clients en mauvaise santé, ou même tout simplement mourants ; ils se font parfois désigner légataires de leurs clients, etc. (voir le livre « L’honneur d’un notaire – Spoliations et raison d’Etat », ci-joint).
    Bien entendu, au-delà même de l’aspect totalement immoral de telles pratiques, celles-ci sont absolument contraires à la déontologie, mais les instances de tutelle (chambres et conseils régionaux de notaires, procureurs de la République) ferment complaisamment les yeux !
    Il faut savoir que ces agissements sont aussi le fait des responsables des instances ordinales (membres des conseils régionaux et des chambres des notaires), qui trouvent dans l’exercice de ces fonctions disciplinaires officielles les indispensables protections dont ils ont besoin, et le moyen de manipuler les procureurs et les juges, dans un schéma de solidarité objective entre institutions de la République.
    Ils protègent aussi leurs semblables en attendant que ceux-ci accèdent eux-mêmes aux fonctions disciplinaires, à charge de « renvoi d’ascenseur » !
    L’autodiscipline dont se targue cette profession afin de refuser toute ingérence extérieure, est ainsi totalement dévoyée.

    Les « abus » de toutes sortes :

    Le livre « L’honneur d’un notaire – Spoliations et raison d’Etat », ci-joint, décrit minutieusement certains « abus », arnaques, commis par des notaires toujours en place, certains à la tête des instances ordinales.
    Des notaires auteurs de graves irrégularités (achat des biens des clients dans des successions, à des conditions très avantageuses, notamment), sont à la tête des instances ordinales (président de conseil régional des notaires et de chambre des notaires).
    Il semble que ces notaires malhonnêtes, qui sont et reviennent régulièrement à la tête des instances ordinales en charge de la discipline, du respect de la déontologie et de l’éthique, soient élus à ces fonctions afin de protéger leurs semblables !
    L’autodiscipline proclamée de cette profession est ainsi dévoyée en un véritable système, où des « parrains » protègent leurs affidés et se mettent eux-mêmes à l’abri des poursuites en manipulant les procureurs et les juges, naturellement respectueux et solidaires de cette autre institution !
    On constate ainsi une véritable solidarité de fait entre deux institutions désireuses de sauver les apparences.

    Ainsi, dans une même petite ville :
    . un notaire, président de la chambre des notaires après avoir déjà occupé cette fonction et celle de président du conseil régional des notaires :
    . a acquis un patrimoine immobilier significatif, à des conditions très avantageuses, dans des successions dont il était chargé,
    . a manoeuvré pour déposséder une cliente de sa maison d’habitation, et c’est notre intervention in extremis qui a permis d’arrêter cette scandaleuse opération. Depuis notre intervention, le dossier est resté en l’état chez le notaire et la maison se trouve toujours dans l’indivision !
    . au plus grand mépris de sa fonction de notaire, officier public, chargé d’authentifier un acte de vente d’immeuble, a considéré, plusieurs semaines après la signature de l’acte par les vendeurs et les acquéreurs, que cet acte n’avait aucune existence, puis a changé subitement d’avis à la suite des protestations des clients,
    . etc,
    . la consoeur de ce notaire, qui exerce dans l’étude voisine, est premier syndic de la même chambre des notaires, donc plus spécialement chargée de la discipline des notaires de son département :
    . dans une affaire dont notre association a connaissance : après avoir fait signer un acte de « licitation » aux personnes concernées, et devant deux témoins instrumentaires, a déchiré cet acte après que sa cliente eut refusé de lui régler des honoraires supplémentaires au-delà du tarif réglementaire, la cliente ayant considéré à juste titre que ces honoraires supplémentaires, dérogatoires au tarif obligatoire, n’étaient pas fondés ;
    Cette attitude est la négation même de l’acte authentique, notarié, ce qui est particulièrement grave venant d’un notaire chargé de la déontologie, de la discipline, et de la surveillance de tous ses confrères du département !
    L’acte ainsi déchiré par ce notaire sans conscience n’a toujours pas été réitéré, et les clients et leurs témoins « instrumentaires » en restent stupéfaits !
    . le local de son étude est un ancien local commercial, avec vitrine donnant directement sur la place principale de la ville. Elle affiche dans cette vitrine, le descriptif, avec photos, des immeubles qu’elle désire vendre moyennant rémunération en honoraires de négociation, et ceci au mépris de la réglementation propre aux notaires et de la jurisprudence qui interdisent de telles pratiques « trop commerciales pour un officier public ».

    Comment ces notaires responsables de leurs instances ordinales pourraient-ils imposer leur autorité à leurs Confrères ?
    Quel exemple donnent-ils aux autres notaires, et à leurs concitoyens ?

    Dans le même département, une autre jeune notaire se permet de réclamer à ses clients (qui, de ce fait, ont contacté notre association), des honoraires particuliers, non tarifés et en supplément des honoraires obligatoires, avant même d’avoir accompli son travail et proposé un acte à la signature.

    Un autre notaire, tout juste entré en fonction dans la ville universitaire capitale de la Région et où siègent les instances ordinales, s’est permis d’encaisser les fonds d’une succession sur son propre compte de notaire, sans l’accord des ayants droit mais en se « portant fort » pour ceux-ci auprès du banquier pour mieux le convaincre de lui envoyer les fonds et le décharger de toute responsabilité.
    Ce notaire refuse maintenant de rendre l’argent, et s’est même plaint à sa chambre des notaires qui, bien entendu, ne réagit pas, ni dans un sens, ni dans l’autre.
    Les ayants droit de cette succession sont consternés par de telles pratiques !

    Ce système notarial, qui n’évolue pas puisque les jeunes notaires sont, étrangement, la copie conforme des plus anciens, est vraiment à bout de souffle, « au bout du rouleau », au bord de l’implosion !

    La négociation immobilière :

    Les notaires, malgré leur statut très particulier d’officiers publics, pratiquent la négociation immobilière de façon très commerciale (vitrines donnant directement sur les rues et places publiques, affichage commercial, journaux gratuits dans les boîtes à lettres avec les prospectus des grandes surfaces, …).
    Ils entrent ainsi en concurrence directe avec les vrais commerçants que sont les agents immobiliers, mais abusent de leur monopole sur tout l’immobilier pour fausser cette concurrence.

    Ainsi, dans le journal gratuit, mensuel, intitulé « Notaires 86 », figurent ces commentaires qui tendent à démontrer que les clients ont tout intérêt à aller chez le notaire, où ils seront mieux servis que dans les agences immobilières, et y trouveront des avantages particuliers propres à la position privilégiée du notaire dans les affaires :
    Extraits :
    . « En intervenant dans le cadre de successions, de divorces, le notaire est au courant des logements mis en vente. »
    (Sous entendu : il peut vous faire réaliser de bonnes affaires, en profitant de la détresse des familles en deuil, ou brisées par un divorce)
    . « Bref, le notaire connaît les bons plans ! »
    (Remarquez la délicatesse de la formule !)
    . « Parfaitement informé de la législation, il est capable de donner des conseils éclairés sur les incidences patrimoniales et fiscales qui découlent de la transaction. »
    (Il se présente comme une personne plus qualifiée que les agents immobiliers – Ce qui ne va pas de soi)
    . « Il vous évite la multiplication des intermédiaires, les frais qui en découlent et les risques d’erreurs. »
    (Il faut observer que l’intermédiation du notaire n’est pas gratuite – honoraires de négociation - et qu’il n’y a pas moins d’erreurs chez les notaires que dans les agences immobilières !)
    . « La négociation notariale se pratique dans le respect d’une éthique et d’une déontologie. »
    (Mais il arrive que le notaire fasse lui-même une très bonne affaire en achetant, lui-même ou par ses proches, les biens de ses propres clients, notamment dans le cadre des successions – ses règles éthiques et déontologiques pèsent alors bien peu – et les agences immobilières ont aussi leurs règles éthiques et déontologiques, dont il n’est pas certain qu’elles soient moins bien respectées)
    . « De par son statut d’officier public, il est responsable financièrement et juridiquement des actes qu’il établit et engage sa responsabilité sur chaque opération. »
    (Sa responsabilité ne résulte pas de son statut d’officier public, mais tout simplement de son intervention en qualité de professionnel, au même titre que tous les agents immobiliers qui, eux, ne sont pas des officiers publics ! – Cette argumentation est totalement fallacieuse, ce qui est grave venant précisément d’un « officier public »).
    . « Une information objective sur les prix pratiqués »
    (Ainsi, les notaires prétendent mieux connaître le marché que les autres professionnels ! – Ce qui n’est pas avéré)
    . « Un besoin de transparence et de conseils. En effet, la négociation immobilière notariale se caractérise par une réglementation qui en définit les modalités d’exercice, mais aussi et surtout un conseil personnalisé sur les conséquences patrimoniales, financières et fiscales de l’opération envisagée. »
    (Ainsi, les notaires se prétendent d’une essence supérieure, et affichent avec une arrogance déplacée une très hypothétique supériorité par rapport aux autres professionnels que sont les agents immobiliers, pourtant tout aussi compétents, efficaces, et réglementés !
    On observe par ailleurs qu’un nombre significatif de notaires achètent les biens de leurs propres clients, constituant ainsi des patrimoines immobiliers importants et néanmoins indécents, et même particulièrement scandaleux eu égard à leurs obligations particulières d’officiers publics qu’ils n’hésitent pas à revendiquer par ailleurs !)
    . « Pourquoi les honoraires de négociation des notaires sont-ils avantageux ?
    Réponse : LE TARIF !
    Tranche de 0 à 45 735 € : 5,00 % hors taxes
    Au-dessus de 45 735 € : 2,50 % hors taxes »
    (Il faut constater que le tarif des notaires, concernant particulièrement la négociation :
    . peut être négocié à la baisse par les clients, ce qui n’est pas indiqué et induit ainsi les clients en erreur, lesquels supposent légitimement que ce tarif est obligatoire comme pour les autres prestations du notaire ! C’est une tromperie de plus, inadmissible de la part de ces personnes qui revendiquent avec autant d’assurance et d’arrogance leur statut d’officier public,
    . que les commissions des agences immobilières ne sont pas nécessairement plus élevées ; elles sont même souvent plus faibles que les honoraires des notaires du fait de la concurrence très active et sévère en vigueur dans cette activité. Là aussi, les notaires utilisent une argumentation trompeuse, inadmissible eu égard à leur statut revendiqué d’officier public supposé protéger les clients !).
    … (et la suite à l’avenant).

    Il faut bien remarquer que cette forme de publicité, de type purement commercial, qui constitue un étonnant mélange des genres avec le statut d’officier public hautement revendiqué dans les documents commerciaux émis et distribués par les notaires, est aussi totalement déloyale à l’égard des agences immobilières.

    Le courtage de produits financiers :

    Les notaires ont créé un établissement financier dénommé « UNOFI », dont le Conseil supérieur du notariat est actionnaire.
    Il verse aux notaires « apporteurs d’affaires » des « commissions » fixées en pourcentage des sommes collectées, et des rémunérations récurrentes, chaque année, sur les encours !
    Ainsi, les notaires sont très motivés pour récupérer l’argent des clients, notamment celui provenant des successions, et le transférer vers « leur » banque UNOFI, et ceci indépendamment de l’intérêt ou non de leurs clients.
    Certains notaires n’hésitent même pas à utiliser leur fonction officielle, et le sceau de la République apposé abusivement sur leur courrier, pour ordonner aux banques détentrices des fonds des successions de leur verser les capitaux ainsi détenus, souvent importants ou très importants, lesquels sont ensuite transférés à UNOFI, pour le plus grand bénéfice du notaire !
    Bien souvent, le notaire agit de sa propre initiative, sans même solliciter l’accord des ayants-droit et en se « portant fort » de ceux-ci à l’égard du banquier.
    Cette pratique est totalement abusive, et parfaitement scandaleuse !

    Le rapport « Doing Business » :

    Dans son rapport intitulé « Doing Business in 2006», la Banque Mondiale classe la France au 144ème rang ! (sur 155 !) quant aux coûts, aux délais de réalisation et complications de toutes sortes des mutations immobilières (« Registering Property »), qui relèvent précisément du monopole des notaires.
    Son message essentiel est que des réformes, souvent très simples, peuvent contribuer à la création d’un grand nombre de nouveaux emplois.

    L’association « French Law Association » :

    Une association dénommée « French Law Association », composée de cabinets de solicitors pour représenter les intérêts des clients britanniques qui se portent acquéreurs de propriétés en France, a d’ores et déjà invité la Commission européenne à étudier le système du notariat français qu’elle qualifie de « système de cartel », et considère que « les solicitors devraient pouvoir prendre place dans ce marché énorme et fournir un service complet. Les prix sont trop élevés. »

    La Commission européenne :

    Monsieur Mario MONTI, alors qu’il était Commissaire Européen à la concurrence, indiquait, en invoquant les restrictions inutiles à la concurrence : “tous les consommateurs ne recherchent pas le meilleur service au prix le plus élevé ; tous les professionnels n’entendent pas fournir le service le plus haut de gamme au tarif le plus cher”.
    Il demandait à chaque Etat de l’Union de réviser sa règlementation pour en supprimer tout ce qui relèverait d’une atteinte “injustifiée” à la libre concurrence.

    Les « conveyancers » :
    La Grande Bretagne a mis en pratique ces recommandations de la Commission européenne, en instituant les « conveyancers » (sans monopole, ni numerus clausus, ni tarif obligatoire), qui n’ont pas la qualité d’officiers publics mais dont la qualification juridique et pratique vaut bien celle des notaires français et, surtout, sont plusieurs fois moins chers lorsqu’ils établissent les contrats de vente d’immeubles pour lesquels leur compétence a été spécialement reconnue.
    Les « conveyancers » sont, par ailleurs, assurés au même titre que les notaires français pour leurs éventuelles fautes ou négligences professionnelles.
    Les citoyens britanniques bénéficient ainsi d’un service excellent, avec tous les bienfaits de la concurrence : excellente qualité du service, coût modéré (ce qui n’est absolument pas le cas dans le système français où le monopole des notaires produit ses effets négatifs : absence de concurrence, tarif obligatoire très élevé, qualité médiocre du service, nombreux abus (achat de biens par le notaire ou ses proches, manipulations sur les fonds des clients, …).

    Etude de la Direction Générale de la Concurrence sur les transactions immobilières (janvier 2007) :
    Après que le notariat ait été exclu de l’application de la directive “services” grâce à l’action du Ministre français de la Justice de l’époque, la DG Concurrence a fait établir une étude concernant les transactions immobilières (janvier 2007) en Europe, document volumineux et précis.
    Dans un tableau final, on compare les coûts des transactions immobilières.
    On constate que le coût de rédaction et les transactions immobilières dans les pays dans lesquels il existe un notariat, est notoirement plus élevé que dans les autres pays (exemple : pour une transaction de 250.000 €, la rémunération d’un lawyer anglais est de 1.170 € et celle du notaire français de 2.391 € et pour une transaction de 500.000 € en Angleterre : 1.350 € et en France : 4.453 €…) !

    Procédure devant la Cour européenne de justice :

    La Commission européenne a saisi, le 27 juin dernier, la Cour européenne de justice pour trancher le contentieux relatif à l’accès de la profession de notaire réservé aux seuls ressortissants français, qui a déjà fait l’objet d’un avis motivé, envoyé en vain par Bruxelles en octobre 2006.
    D’après Charlie Mc Creevy, le Commissaire chargé du marché intérieur, cette « clause de nationalité » est contraire à la liberté d’établissement au sein de l’Union européenne. Pour lui, les citoyens originaires d’un des Vingt-Sept doivent pouvoir accéder, sur l’ensemble du territoire européen, à ces fonctions trop réglementées.

    La Commission réfute l’argumentation du Conseil supérieur du notariat, relayée par les Gardes des Sceaux successifs sous les gouvernements Raffarin et Villepin, qui justifiait ces restrictions par le fait que les notaires participent, dans certains de leurs actes, à l’exercice de l’autorité publique ;
    Les services de M. Mc Creevy considèrent, au contraire et à juste titre, que les notaires ne peuvent imposer de décision à l’encontre de la volonté d’une des parties qu’ils conseillent. En d’autres termes, « ils ne tranchent pas et n’exercent donc pas d’actes d’autorité au nom de l’Etat », selon un expert bruxellois.

    Ainsi, la Commission européenne met à bas le seul argument qui était invoqué par le Conseil supérieur du notariat, instance représentative de la corporation, pour refuser toute atteinte au statut des notaires (monopole, numerus clausus, tarif obligatoire, …), et donc toute réforme !

    Comment la France pourrait-elle tenir sur une telle ligne de défense, dans l’intérêt exclusif des notaires en place, compte tenu des ambitions européennes quotidiennement proclamées par le nouveau Président de la République et son Gouvernement ?

    La spoliation – tradition historique du notariat :

    De nombreux abus sont constatés dans les pratiques des notaires :
    . achat, par le notaire ou ses proches, de biens dépendant des successions réglées à son étude – conflit d’intérêt évident, mais couverture par les instances ordinales, souvent présidées elles mêmes par des notaires ayant ces pratiques ! (voir le livre « L’honneur d’un notaire – Spoliations et raison d’Etat », ci-joint),
    . manipulation des fonds (placement, sans l’accord des clients, à UNOFI, la banque créée par le Conseil supérieur du notariat, avec rémunération du notaire lors du placement puis, chaque année, sur les encours !),
    . actes inutiles, rédigés dans le seul intérêt du notaire, pour lui permettre de percevoir des honoraires,

    La «Comédie humaine » :
    Balzac dénonçait déjà ces pratiques en vigueur à son époque (citations dans le livre « L’honneur d’un notaire – Spoliations et raison d’Etat », ci-joint).
    (Détournements d’argent, achat dans les successions, achats en viager de clients mourants, testaments en faveur du notaire de famille, …).

    Flaubert décrivait les mêmes pratiques (« Madame Bovary »).

    Nous constatons, avec consternation, que rien n’a changé depuis cette époque.

    « L’aryanisation économique » :

    La Chambre des notaires de Paris a organisé, au printemps 2004, une exposition à l’Hôtel de Ville de Paris, intitulée « Les Parisiens et leurs Notaires ».
    Une abondante documentation y figurait, depuis l’origine du notariat jusqu’à nos jours.
    Toutefois, on n’y trouvait aucun document, aucun commentaire, sur la période 1940 – 1944 !
    La raison de cette curieuse « omission » est très simple :
    Les notaires ont été placés au centre du système de spoliation des Juifs, afin de donner à ces opérations, évidemment inqualifiables et illégales (comme le constatait à l’époque le Professeur René Cassin, éminent juriste et conseiller particulier du Général de Gaulle), une apparence de légalité.

    Ainsi, les notaires ont été appelés à rédiger, servilement et en faisant abstraction de leur supposée conscience, non seulement les actes de vente des « immeubles juifs » selon l’épouvantable appellation de l’époque, mais aussi les cessions de fonds de commerce, de parts et d’actions de sociétés, et tous autres documents pouvant accréditer la légalité et la légitimité des opérations de spoliation et de persécution des Juifs, donnant ainsi leur caution formelle d’officiers publics à cette monstruosité qui déshonore à jamais leur corporation !

    Nous n’avons pas le souvenir de notaires qui aient démissionné et rejoint le Général de Gaulle à Londres pour se soustraire à cet exercice honteux de leur mission officielle !

    L’intérêt financier et patrimonial des notaires était alors évident : honoraires importants, ventes et cessions des biens à des proches ; un rapport très officiel de la Caisse des Dépôts et Consignations s’interroge même sur la destination des sommes représentant les prix de ces ventes forcées et illégales (voir le livre « L’honneur d’un notaire – Spoliations et raison d’Etat »).

    Les archives du Commissariat Général aux Questions Juives (véritable « Ministère français de la spoliation ») sont maintenant accessibles aux Archives Nationales, où elles constituent le fonds AJ 38.
    Elles représentent environ 650 mètres linéaires de rayonnages, de dossiers classés verticalement, où il est possible de consulter les originaux des courriers échangés entre ce CGQJ et les notaires, et constater le zèle déployé par cette profession, et la grande célérité des services du Notariat, particulièrement à l’approche prévisible de la Libération de Paris.

    Naturellement, tous ces faits sont aisément vérifiables, mais encore très peu évoqués à ce jour – Comme si la République, et ses Institutions, cherchaient à sauver les apparences.

    Les notaires ont obstinément refusé de s’expliquer sur cette période honteuse de leur histoire !

    Bien entendu, nous détenons les preuves formelles de tout ce que nous avançons.

    Ce sont là quelques exemples des pratiques condamnables d’une corporation arrogante, convaincue de sa totale immunité, qui vit à l’écart des principes républicains censés régir notre existence et nos relations de citoyens.

    Les solutions :

    Il conviendrait de s’inspirer du système en vigueur en Grande-Bretagne, où les actes de mutation sont élaborés, sans numerus clausus ni tarif obligatoire, par les lawyers, les solicitors, ou les conveyancers, et ceci pour le plus grand bénéfice des clients par le jeu d’une concurrence très active et efficace.
    Ainsi, en France, les actes pourraient, de la même façon, être rédigés par des avocats habilités, également sans numerus clausus ni tarif obligatoire, voire même par des agents immobiliers agréés dans la mesure où, déjà :
    . les ventes sont conclues (définitivement, sous la seule réserve des conditions suspensives habituelles), dès la signature du compromis de vente sous seing privé à l’agence immobilière,
    . le notaire n’intervient dans le processus de vente que dans un second temps, les vendeurs et acquéreurs s’étant déjà engagés irrévocablement par la signature du compromis de vente sous seing privé ; son rôle se limite donc à une simple mise en forme, au moyen de progiciels informatiques à la disposition et à la portée de tous.
    Il s’agit d’un classique travail de secrétariat, qui n’implique aucunement un statut d’officier public avec tous ses attributs (monopole démesuré, tarif excessif, numerus clausus) et ses très graves dérives relatées ci-dessus.

    Observons aussi que les cessions de fonds de commerce, de même que les cessions de parts ou actions de sociétés (dont les actifs comprennent fréquemment des biens immobiliers) ne nécessitent pas l’intervention d’un notaire, alors que leur rédaction est sensiblement plus délicate et complexe que celle d’un acte de vente d’immeuble (laquelle relève encore, et paradoxalement, du monopole exclusif des notaires !).

    Personne ne comprendrait que vous ne meniez pas une réflexion approfondie sur le statut très particulier des notaires, sur les graves dérives qui en résultent dont nos concitoyens font les frais, sur ses pratiques d’un autre âge hautement préjudiciables, sur l’absence d’honneur de cette corporation (« L’aryanisation économique »).

    Il nous est évident que la « modernisation de l’Etat », thème récurrent qui motive votre nomination à la tête de la commission, ne sera pas accomplie tant que cette corporation existera avec ses privilèges anachroniques et incongrus (monopole démesuré sur l’immobilier, numerus clausus, système dynastique, tarif obligatoire, autodiscipline dévoyée, impunité, …).

    Nous comptons sur vous pour ne pas oublier cette profession dans les propositions de réformes que vous êtes appelé à formuler et vous prions de croire, Cher Monsieur Attali, à nos sentiments les plus cordiaux.

    Le Président de SOS SUCCESSIONS :
    Bernard TRIGALLOU

  94. By Christophe on Sep 26, 2020

    Anne
    La trahison vient du fait que Mr Sarkosy a promis en écrivant aux syndicats qu’il n’y aurait pas de remise en cause du monopole et des conditions d’installations et qu’il a scandé à plusieurs reprises “je ne vous mentirais pas, je ne vous trahirais pas et je ne vous décevrais pas”.
    Il faut quand même être de mauvaise foi pour ne pas appeler ça de la trahison!
    Ensuite et encore une fois, je suis moi même assistant et il y a toujours des possibilités de s’installer en commençant tout petit (à la campagne,ce qui permet de maintenir un bon maillage officinal)ou en t’associant ! J’ai des copains qui n’ont pas de parents pharmaciens, notaires ou médecins et qui y sont arrivés ! Et tout comme eux j’y arriverai! Il ne faut pas rejeter sur la réglementation la raison de nos échecs, c’est un peu facile !
    Tu penses à ton intérêt personnel et le fait que tout cela entraine la disparition des petites pharmacies de campagne ne semble pas t’émouvoir!Tu es avant tout une professionnelle de santé ne l’oublies pas et pas juste un commerçant!
    Tout comme c’est actuellement le cas pour les médecins,les jeunes pharmaciens ne voudront plus s’embêter avec les gardes en campagne et privilégieront leur vie de famille.
    La preuve il est déjà actuellement plus difficile de trouver un pharmacien remplaçant en campagne qu’en ville (je ne parle même pas des coins perdus) alors en plus si on libéralise,en plus des assistant, ça touchera les titulaires!
    Les pharmaciens iront créer dans des villes dortoirs ou iront travailler comme assistant dans des énormes pharmacies de centre villes qui réclameront 5,6 pharmaciens voir plus et ce même si ils gagnent beaucoup moins ! Tout cela pour leur qualité de vie au détriment du service de proximité.Elle est belle la conscience professionnelle !
    Sans compter que tout comme les médecins le renouvellement des pharmaciens est loin d’être satisfaisant et qu’il y a pénurie.
    Pour info, je bosse en campagne et je suis payé plus de 3000 euros (sans années d’expèrience)alors si tu veux gagner plus tu sais ce qu’il te reste à faire…
    Les petites pharmacies de ville qui ne sont pas viables disparaitront même si la libéralisation n’a pas lieu donc c’est un peu léger de baser tes économies sur la sécurité sociale sur cet argument!
    Entretenir les pharmacies bien placées????De toute manière quoi qu’il arrive, elles seront toujours les gagnantes vu que par définition elles sont bien placées!!!
    On peut aller loin dans cette réflexion, on pourrait dire la sécurité sociale n’a pas vocation à entretenir les médecins, les infirmières etc…bref des gens qui comme de plus en plus de jeunes pharmaciens fraichements installés, travaillent plus de 60 heures par semaine et se dévouent corps et âmes à leurs patients!
    Pensons aux français!!!!!!!

  95. By tom on Sep 26, 2020

    Mr le Président, Mr Attali,
    Pharmacien assistant dans le calvados, j’ai suivi mon épouse dans cette région qui manque de médecins spécialiste comme elle, malheureusement pour moi et malgré un apport personnel relativement conséquent, je ne pourrai pas m’installer dans cette région tant que les prix de cession des officines seront réservés à une élite . Le dernier numéro d’impact pharmacien du 19 septembre consacré à la pharmacie en Europe est très intéressant et dément beaucoup de choses dites sur ce site sans aucune références : par exemple une libéralisation d’installation sans quorum de population aurai pu être un levier pour diminuer le nombre d’officines comme vous le souhaitez à la lecture du plfss 2008 . Pourriez vous nous dire clairement si vous envisagez de libéraliser l’installation des jeunes car en ce qui me concerne je ne vais pas m’endetter sur douze ans au cas ou je trouverai une pharmacie tant que je n’aurai pas cette réponse, j’aimerai pouvoir vous aider à gagner le point de croissance dont la France a besoin mais actuellement le doute que vous avez semé dans les esprits engendre plutôt un statut quo.
    Si rien ne devait bouger nous avons ma femme et moi fait le choix de repartir en région parisienne ou il y a plus d’opportunité d’installation en officine de façon à ce que nous puissions tous les deux nous épanouir dans notre métier ! Avec tous nos regrets pour la désertification médicale…
    Veuillez agréer Mr le Président, Mr Attali, l’expression de nos plus respectueuses salutations .

  96. By Christophe on Sep 26, 2020

    Tom
    Je voudrais que tu me répondes.
    En partant du principe que la campagne est le bel eldorado que tu décris je suppose qu’une fois la libre installation possible les pharmaciens s’y précipiteront pour créer un pharmacie. Mais alors comment tu expliques la pénurie actuelle des pharmaciens assistants en campagne?????? Une pénurie telle que certains titulaires sont obligés de bosser 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 sans prendre de vacances ! Et pourtant un pharmacien assistant est beaucoup mieux payé en campagne mais il n’y va pas ! Tom, je veux une réponse, tu expliques ce phénomène comment?
    2 petites précisions :
    -la campagne ce n’est pas tout ce qui est en dehors de Paris…
    -la France est le pays en Europe et de loin, celui qui a le plus de villes et villages et a donc une population beaucoup plus dispersée que l’Allemagne ou la Hollande donc ce qui marche là bas, ne fonctionne pas obligatoirement ici.

  97. By Pharmakon on Sep 27, 2020

    Une réponse pour Christophe
    La raison principale de la désaffection des pharmaciens assistants pour un emploi salarié en milieu rural ou semi-rural est l’impossibilité quasi constante pour le conjoint de parvenir à trouver parallèlement un poste dans la zone.
    Ceci est problématique quand on sait que 80% des assisatnts sont des femmes, donc le conjoint homme doit aller pointer aux assedic ou garder les enfants au foyer !!!!
    Enfin comment accepter de faire vivre une famille souvent de 4 personnes avec 3000€ brut mensuel et une vie professionnelle sur 2 sacrifiée ! certes la campagne est belle mais est-ce vraiment raisonnable !
    Par contre avec une libre installation des pharmaciens comme titulaire sur toute la France, cela deviens économiquement viable de s’installer sans rachat de fonds de commerce en rural ou semi rural avec un objectif moyen de CA de 800K€ (actuellement avec le numerus clausus 1.2M€) qui laissera un revenu de 100 000€ annuel ! là on peut faire vivre toute sa famille et voir venir pour le poste du conjoint.
    CQFD

  98. By harley on Sep 27, 2020

    Tous travail mérite sa récompense si il existe des soit disant numerus clausus se n’est pas sans raison, nous ne somme pas ne avec une cuillère comme vous !! en argent dans la bouche, nos activités ne sont que le fruit de nos labeurs, Vous avez dit travaillez plus pour gagnez plus alors évitez de nous faire penser le contraire travaillez plus pour gagner moins.ne cherchez pas des emplois la ou la ressource est limite en instaurant la loi de la jungle. Respecter le vote des français en 2005 svp.
    Merci

  99. By Christophe on Sep 28, 2020

    Réponse à Pharmakon
    Sauf que je ne parlais pas de 3000 euros brut mensuel mais de 3000 euros net mensuel!!!! Et oui quand un pharmacien en campagne est vraiment désespéré, il alligne l’argent! Ce qui place ce salaire largement au dessus (et de loin) de la moyenne nationale !
    De plus quand j’en parle à mes amis pharmaciens le gros reproche de la campagne c’est avant tout : les gardes et le fait que ce soit dans un coin perdu et qu’il n’y ai rien à faire.
    Si tu t’installes, ok tu vas gagner mieux ta vie mais si on suit ton argument qui est vrai aussi, est ce une raison pour que ton conjoint ou conjointe reste à la maison pour faire des taches ménagères ? Si on suit ta théorie, ça ne règle en aucune façon le problème du conjoint ! Que tu sois titulaire ou assistant, ce sera pour lui ou elle assédic ou ménage à la maison ! Super, belle perspective ! De plus comme l’assistant, le titulaire partage le problème des gardes (et encore c’est peut être même pire pour le titulaire) et le fait que ça reste un coin perdu.

  100. By Christophe on Sep 28, 2020

    Ce qu’il se passerait si il y avait la libre installation, les pharmaciens iraient créer en ville (sauf Paris et certaines grandes villes où même avec le numerus clausus, il y a surpopulation donc ce ne serait pas viable)et en campagne mais dans des villages en périphérie de villes. Tout comme les médecins, ils préfèreront gagner moins et préserver leur vie de famille.

  101. By Pharmakon on Sep 28, 2020

    Certes la campagne restera la campagne …
    Maintenir le numérus claussu à l’installation pour maintenir des officines dans des zones en voie de dépeuplement comme le sont la majorité des zones rurales en france (cf site INSEE recensement 1990/1999 et en cours) ce n’est sans doute pas pérenne.
    Les titulaires actuels ont le plus grand mal à revendre leur fonds et bon nombre vont devoir rendre leur license à la préfecture, cer les jeunes générations n’assureront pas la relève surtout quand le dernier médecin s’en va !!!
    Le staut quo concernant le numérus clausus n’est en aucun cas garant du maintient des petites officines rurales !
    A ce propos la CERP va fermer son agence d’albi, trop petite. Le tarn n’en sera que moins bien desservi, surtout quand on connait la plateforme CERP de bordeaux qui gère directement le catalogue de référence.
    Donc pour une spécialité onéreuse ou à faible rotation ce sera pour le lendemain !
    Qui dit spécialité onéreuse et/ou à faible rotation dit le plus souvent médicament spécifique, technique et donc potentiellement urgent ! Quid du réseau bien maillé mais fort dépourvu puisque le médicament ce sera pour demain !
    Un règle basique est que c’est la population qui s’installe qui attire des acteurs économiques, médecins, pharmaciens, épicerie, équipements communaux …. pas l’inverse !
    Les centres hospitaliers se regroupent, les maternités aussi, les médecins et autres professionnels de santé, commerces de bouche, bureau de poste (aux horaires peau de chagrin) abandonnent la france rurale et ce sont les seuls pharmaciens qui vont rester dans ces villages vides !
    Ce n’est pas raisonnable d’y pousser les plus jeunes sans le sou …
    La véritable urgence médicale de nos campagne relève avant tout d’un médecin pouvant intervenir rapidement, d’un réseau d’urgence … pas d’un officinal !!!!

  102. By harley on Sep 28, 2020

    Parlons vrai le problème de la médecine libéral et de la pharmacie en France est simple, ce sont des cohortes de gens qui vivent grassement sur le dos de la sécu et libéré les clausus et tous viendront s’installes dans les grandes agglomérations simple logique économiques et se moque bien de l’éthique seule le gain compte et nous verrons la csg, le rds augmente à l’ infini pour finance le trou abyssal

  103. By License Taxi on Sep 29, 2020

    Surtout ne vous laissez pas influencer par des taxis mécontents, il y a un manque de taxi dans chaque comune de france, les clients ne trouvent pas de véhicules, car déjà les taxis font le tri dans les courses.
    70 heures, ils font tous 70 heures pas + pas - le syndicat à du donner le mot. Nous sommes des centaines à avoir passer notre éxamen et nous avons obtenu notre carte professionnelle de taxi, nous attendons donc du couvernement une réforme juste pour que dans chaque commune de france soit augmenter le nombre de license afin que tout le monde puisse travailler.

  104. By lionel on Sep 29, 2020

    M Sarkozy, vous souhaitez relancer la consommation et la croissance de notre beau pays.
    Dans un même temps vous souhaitez ouvrir les capitaux des pharmacies. Quelques multinationales, étrangères pour la plupart ont déjà signifé leurs appétits (alliance healthcare en tête mais aussi des compagnies d’assurances).
     
    deux cas de figure sont à opposer :
     
    1/ les pharmacies appartiennent uniquement à des pharmaciens.
    Dans ce cas les bénéfices générés par l’activité vont revenir uniquement au pharmacien. Mais cet argent va être utilisé par cette personne pour se nourrir EN FRANCE, pour se construire une maison EN FRANCE, pour acheter une voiture EN FRANCE, en somme pour vivre EN FRANCE et donc va permettre de faire fonctionner l’économie française.
     
    2/ les pharmacies appartiennent pour une partie de leurs capitaux à des sociétés étrangères
    A par pour sous payer le pharmacien gérant, à quoi va être employé l’argent gagné?
    A pouvoir donner des dividendes aux actionnaires et aux membres des fonds de pension anglo-saxons dirigeant ces sociétés. Le commerce français n’en verra jamais la couleur. N’oublions pas que cet argent provient en grande partie de la sécurité sociale et donc de la solidarité nationale française.
     
    M. Sarkozy pouvez-vous m’expliquer en quoi envoyer une partie de la richesse créée en France vers d’autres pays va stimuler la croissance française?
    D’un point de vue économique et éthique n’est-il pas plus logique de donner de quoi vivre et consommer à des professionnels de santé compétents et français, plutôt que de payer des pensions à des retraités anglo saxons qui considérent la France comme un pays sous développé?
     

  105. By houstal on Sep 29, 2020

    Si tu veux une License taxi ,tu fais comme nous le monde ,tu économise, et emprunte ou laisse tomber si tu n’est pas courageux on ne va tout de même te donner par la simple raison que tu a passer un permis, il ne faut pas rêvez garçon .Elle est la récompense de dizaine d’année d’activité, mais sache que les syndicats de cette profession en sont conscient. Je pense tu es un jeune et comprend que pour avoir quelque chose, il faut travaillez et pas fantasmée France la ressource est limite et nous ne voulons pas nous retrouve comme en Irlande ou le gouvernement regrette la libéralisation et essaye de mettre a ce jour une nouvelle réglementation afin de mettre fin a l’anarchie qui domine, ayant eu comme client Mr attali et de nombreuse fois sa fille ,il le comprend tres bien

  106. By Christophe on Sep 30, 2020

    Pharmakon
    - Dans ton premier post tu dis “Par contre avec une libre installation des pharmaciens comme titulaire sur toute la France, cela deviens économiquement viable de s’installer sans rachat de fonds de commerce en rural ou semi rural”, j’avais alors compris que tu défendais la libre installation pour lutter contre la désertification médicale.Je n’étais pas d’accord avec toi mais bref, c’était ton point de vue.
    - Mais surprise, dans ton second post tu dis “La véritable urgence médicale de nos campagne relève avant tout d’un médecin pouvant intervenir rapidement, d’un réseau d’urgence … pas d’un officinal !!!!”

    Bref d’un côté tu essayes de me contredire en disant qu’au contraire de tout ce que je dis, la libre installation va lutter contre les déserts médicaux puisqu’un pharmacien titulaire contrairement à un pharmacien assistant ira s’installer en campagne et de l’autre coté tu nous dis (je caricature un peu) que la pharmacie n’a plus sa place en campagne. Tu fais quand même le grand écart.En voulant me contredire, tu te contredis toi même!

    Bien sur, certaines pharmacies même avec la réglementation ont du mal à se vendre en campagne, je le nies pas, je l’ai même dit dans un post précédent. Je pense juste que la dérèglementation accentuera le problème.
    Tu dis que la mode,c’est à la concentration et à la fermeture des petites structures en citant comme exemple les hopitaux. Mais justement et là tu me donnes un argument supplèmentaire. Si il n’y a plus d’hopital en campagne, raison de plus pour ne pas faire disparaitre les derniers professionnels de santé.

    J’écoutais une émission de radio (je ne sais pas si j’ai le droit de la citer) au cours de laquelle des médecins intervenaient sur la pénurie des médecins en campagne et citaient en exemple les pharmaciens et ce,je cite “parcequ’une profession avait accepté d’être réglementée”. De plus ces médecins voulaient donner de nouvelles responsabilités,de nouvelles missions de santé aux pharmaciens pour tirer profit de ce bon maillage officinal.
    Les personnes habitant la campagne ont eux aussi le droit à une bonne offre de santé (pharmacie, médecin, infirmière). Le président des caisses d’assurances maladies souhaite même le retour à une réglementation pour les médecins et ce, parceque la santé est un service publique!

    Le métier de pharmacien va évoluer, on aura de plus en plus de responsabilités ce qui fera de nous des incontournables dans le service de santé de proximité. Bref au lieu de tout détruire faisons ce qu’ont dit ces médecins, utilisons au mieux ce bon maillage officinal.

  107. By paul on Sep 30, 2020

    Je vais te parler clairement. He ho sarko ,deconne pas on vote pour toi et tu ne trouve rien de mieux que de vouloir nous poignardes dans le dos , révise vite tes classiques ou tu risque de le regrettez fort aux prochaines élections , attaque toi plutôt a la reforme des hauts fonctionnaires et aux holdings qui font du fric en vendant et achetant des sociétés et en virant leur employées pour faire fabriquer en chine et autres pour augmentez leur marge sans pays de cotisations social .
    Reprentois, deconne pas trop ou le prochain président pourrai s’appeler Jospin qui est entrain de s’engouffrer dans les brèches de tes declarations.

  108. By tom on Sep 30, 2020

    Réponse à Christophe :
    Dans mon cas particulier les assistants sont très mal payés, 2000 euros nets par mois avec 2 DU et 7 ans d’expérience sur la ville universitaire de Caen et 2200 euros nets en campagne si tu fais une heure de route matin et soir (certains sont obligés de changer de région pour trouver un poste d’assistant). La faute à quoi ? Un numérus clausus totalement inadapté à la région : la basse Normandie a autant d’officines que la haute Normandie, l’agglomération caennaise recense à peine 200000 habitants pour une fac qui sort 90 pharmaciens par ans, l’agglomération rouennaise qui recense 400000 habitants n’a qu’une faculté dotée de 70 pharmaciens par ans . Résultat en basse Normandie tu acceptes un poste sous payé où tu te casses. Tu acceptes de payer ta pharmacie à un prix supérieur à 100% même en campagne pour les CA supérieurs à 1,2 millions d’euros (avec un assistant) où tu te casses de cette région ! Par contre le numérus clausus des médecins lui est bien adapté puisque la fac de Rouen est nettement mieux dotée que la fac de Caen. Je ne dis pas que la campagne est tout ce qui est en dehors de Paris, je dis juste qu’en province il est actuellement très difficile pour 2 cadres comme nous de s’installer sans que l’un des deux n’ai à sacrifier sa carrière ou sa vie de famille. Si rien ne bouge ou pire encore si l’on imposait à nouveau des lieux de travail pour certaines profession telles que les médecins, il risquerai d’y avoir beaucoup de conjoints qui renonceraient par la force des choses à leurs diplômes et à leur carrière au profit du conjoint le mieux rémunéré !
    Et donc une augmentation de la volatilité des diplômes que déplore déjà l’ordre. A méditer…

  109. By Christophe on Oct 1, 2020

    Tom
    Si il ya a un problème avec le numérus clausus dans ta région, on peut le réadapter. Si on prend à l’échelle nationale, il y a une pénurie de pharmaciens assistants et pour cette raison l’ordre et les syndicats de pharmaciens font pression pour augmenter le numérus clausus. Je ne connaissais pas le problème de ta région mais il fait figure de cas particulier par rapport au reste de la France.
    Au sujet de la libre installation des médecins, je reviens sur l’émission de radio que j’ai évoqué. Ce sont des médecins qui intervenaient et qui voulaient la remettre en cause. Sur la modalité de mise en pratique, ils ont émis l’idée que cette nouvelle règle n’intéresse que les futurs étudiants en médecine et pas ceux en cours de cursus qui en s’inscrivant ont “signé” pour une autre règle.
    Le problème c’est que réglementation ou pas la campagne sera toujours moins attractive que la ville, c’est justement l’argument principal qui fait qu’il ne faut pas passer à la libre installation qui accentuera le problème.
    Il faut tout simplement adapter le numérus clausus en augmentant ou en le diminuant comme dans ta région (qui reste un cas particulier) et réfléchir à de nouvelles formes de rémunération pour le pharmacien assistant comme par exemple l’introduction d’une pointe de paiement à l’acte (sur le même principe que les honoraires de garde). Le pharmacien va être amené à avoir de nouvelles responsabilités (renouvellement d’ordonnance),suivi de l’INR etc. On peut imaginer pour toutes ces nouvelles compétences un paiement à l’acte. Ce genre de rémunération aurait également l’avantage d’obliger certains titulaires à être un peu plus présent dans leur pharmacie.
    Je ne dis pas qu’il ne faut pas faire évoluer notre profession mais je pense que l’évolution doit se faire dans le sens des nouvelles responsabilités et donc dans celui de nouvelles formes de rémunération et pas dans la remise en cause de la réglementation actuelle.

  110. By Christophe on Oct 1, 2020

    Ce débat met juste en lumiere l’intérêt divergent des français et des professionnels de santé. Celui des français,c’est d’avoir un médecin, une infirmière et un pharmacien à disposition quel que soit leur lieu de résidence et celui des professionnels de santé c’est de préserver leur vie de famille. Personnellement, je penche pour l’intérêt des français car pour moi la santé est un service publique, ce qui ne veut pas dire que je trouve normal qu’un pharmacien assistant gagne 2000 euros et je comprends qu’on veuille préserver sa vie de famille.
    L’exemple du renouvellement d’ordonnance une fois la maladie diagnostiquée est assez intéressant. On peut très bien imaginer que le pharmacien renouvelle des ordonnances (surtout avec l’arrivé du DP),réalise le suivi de l’INR etc bref ce qui est dans nos cordes. Le médecin généraliste pourrait alors se consacrer à désengorger les urgences (système qui coûte bonbon à la sécu).
    Voilà un exemple qui permet de faire des éconnomies à la sécurité sociale et qui permet d’introduire la notion de paiement à l’acte pour le pharmacien assistant.
    De toute manière il est plus urgent de réorganiser notre système de santé et le fait de donner plus de responsabilité au pharmacien associé au bon maillage officinal va vraiment dans le bon sens que ce soit pour l’intérêt des français, de la sécu et du pharmacien. En Angleterre un pharmacien a le droit de renouveller et de modifier un traitement chronique
    Tout ça bien sûr sous réserve de l’accord des autres professionnels de santé.

  111. By cmb on Oct 2, 2020

    monsieur le président,

    ma voix s’ajoute a celles, nombreuses, qui se sont exprimées sur ce blog pour m’étonner du revirement que vous avez opéré concernant la déréglementation de la profession d’ artisan taxi, puique vous nous aviez assuré, par courrier, du maintien du statut en vigueur.
    Favorables à certains aménagements ou réactualisation, la référence de la profession etant la loi de 1937 puis de 1995,
    il est impossible qu’une personne sensée vous ai conseillé, au nom de la libéralisation, de ruiner des milliers d’artisans dans le seul but d’éponger une partie du chomage.
    Vous souhaitez plus de taxis et contrairement a la politique des villes actuellement vous allez augmenter le nombre de voitures !!D’autres solutions existent et les professionnels souhaitent en discuter avec vos collaborateurs !
    Pouvez vous nous laisser l’espoir qu’ils seront consultés et entendus par la commission que vous avez mise en place, présidée par Jacques Attali

  112. By Pharmakon on Oct 2, 2020

    Bizarre Bizarre ….
    Si je tentais un raccourci saisissant ….
    Chacun, Médecin, Notaire, Pharmacien, Taxi ect… souhaite le statut quo ! que l’on ne touche à rien !!
    Les médecins pour la liberté d’installation (une grève est prévue à ce sujet par les carabins)et les pharmaciens pour le numérus clausus à l’installation (ah le doux rêve de récupérer dans de nombreuses années le pactole avec lequel s’en va aujourd’hui “l’ancien” … mais n’oublions pas Edouard L. qui rest lui tout sauf immobile !
    ANTINOMIQUE ! Quoique à bien y regarder le PPDC n’est autre que la “SCLEROSE” du système actuel et de ses acteurs (ou bien une belle SEP iatrogénique à des rappels de vaccination administrés par le politiquement correct qui a prévalu depuis plus d’1/4 de siècle).
    Une question demeure alors, si chacun souhaite sincèrement que rien ne change où sont les 53% de français qui se sont rassemblés autour de la volonté de rupture (avec le “système, les acquis, les privilèges …) ?
    Quelqu’un a dit au premier tour on choisit, au second on élimine … si cela a été le cas une fois encore, quelle conneritude !

  113. By Christophe on Oct 2, 2020

    Pharmakon
    Figure toi que je fais parti de ces français qui ont voté pour Nicolas Sarkozy.Je fais donc parti de ces 53% et ce comme beaucoup de personnes qui se sentent aujourd’hui floués!
    Si on suit ta logique, pour ne pas être taxé d’immobiliste, il faut si on est médecin mettre fin à la liberté d’installation et si on est pharmacien mettre fin à la régulation ! Il y a une logique derrière tout ça ???? Dans vingt ans pour ne pas paraître immobile, il faudra revenir au système actuel ? Tout ça sous prétexte de bouger ? C’est bouger pour, comme finalité,…….bouger?????
    J’ai justement voté pour quelqu’un qui prétendait défendre les pharmaciens et je viens de lire dans le message de CMB qu’il avait fait le même genre de promesses aux taxis !
    Comment veux tu que 53% des français aient voulu la suppression des professions réglementées en votant Nicolas Sarkozy alors que le candidat avait promis l’inverse tout en nous disant : “je ne vous mentirais pas, je ne vous trahirais pas et ne vous déceverais pas”.
    La rupture était aussi dans la promesse de ne pas nous mentir !
    Quand à moi, je ne suis pas pour l’immobilisme mais on peut quand même faire un constat : le maillage officinal grace au système actuel est bon ! A partir de ce constat et en plus de l’argument que tu m’as si gentillement donné (le regoupement des hopitaux), on peut facillement imaginer utiliser les pharmacies comme postes avancés de santé dans nos campages. On peut imaginer donner plus de responsabilités aux pharmaciens ( dans la limite de leurs compétences) surtout pour pallier au manque de médecins. Tu vois,tu n’es pas le seul à pouvoir imaginer…

  114. By enault on Oct 3, 2020

    je suis d accord pour la liberation de la profession de taxi les licences de taxis dependent des mairies qui a un moment donne etait delivrer gratuitement par les mairies haujourd hui on les vends entre 70000 et 15000 euros faut arreter le jeunne qui haujoud hui veut s intaller il peut pas j espere que cette loi va passer au plus vite et tant pis pour les mecontans et vive la france merci sarko

  115. By Christophe on Oct 3, 2020

    Enault, tu fais comment pour rembouser le type qui a acheté sa licence de taxi à 70000 euros ?????? Je voudrais que tu m’expliques. ça risque de coûter bonbon au contribuable cette histoire de libéralisation des taxis !

  116. By cmb on Oct 3, 2020

    cher “enault”

    ou vous etes adepte du “tout doit etre gratuit” ou vous ne connaissez pas bien la profession de taxi!
    dans le 1er cas je ne peux rien pour vous!
    sinon sachez qu’avant 1995, loi Pasqua, les autorisation de circuler se transmettaient
    “gratuitement” d’un taxi a son successeur!
    sauf que des dessous de table etaient versés avec l’aval des mairies, et que cette loi, de 1995, a regularisé cette pratique en le transformant en 1 vente officielle et enregistrée comme n’importe quel commerce honnete !!!
    quand a leur valeur, pensez vous que celle d’un bistrot de quartier de banlieue soit la meme que la brasserie Lipp a Paris ??
    enfin savez vous que les mairies ont toujours la faculté de distribuer des autorisation si vous etes inscrit sur la liste redigée a cet effet!!! et ce gratuitement!!!certains maires ne se genent d’ailleurs pas et l’on voit fleurir des demandes d’autorisation dans des villes ou villages sans economie locale, sachant qu’un taxi doit “legalement travailler sur sa commune”. ces methodes electoralistes sont surveillées par les prefectures qui valident ou non ces attributions vouées a des depots de bilan rapides!!
    quand aux jeunes qui débutent quelle est la différence entre le taxi et le reste de la vie economique en general? le nerf de la guerre c’est evidemment l’argent comme partout !
    aujourd’hui les banques consentent des prets pour l’achat d’une autorisation, ce n’est pas l’idéal mais cela est récent il y a 1 dizaine d’année ce n’était pas le cas et j’ai du “bosser” comme taxi locataire avant de pouvoir en faire l’acquisition!
    je suis pret sur ce blog a fournir tous les renseignements necessaires a la comprehension de la profession de taxi, artisan ou locataire, a ceux qui ont assez d’intelligence pour se documenter avant de critiquer, j’invite les autre professions concernées par la déréglementation a en faire autant, je suis preneur!!
    et si cela etait possible, mais là je rêve, une concertation des professionnels entre eux, medecins, pharmaciens, notaires et artisans-taxi !!!!!!!!!!!!!!!

  117. By cmb on Oct 3, 2020

    le commentaire ci dessus est valable pour License Taxi !

  118. By houstal on Oct 3, 2020

    Les professions réglementées doivent le restes, elles sont la récompense d’efforts et de travail et non de toute attendre la bouche ouverte, elle ne l’on pas été sans raison, instauré l’anarchie au nom du libéralisme mondial, les requins de la finance sont très attentif dans l’ombre, ne générera que plus de misère. si certain métier ,on une barrière s’est pour évitez que n’importe qui les exerces, ne cherchons pas des emplois la ou il n’existe que dans l’imagination des économistes ,le chômage en France est a 80 % issue du monde de l’industrie et non dans les services ,il suffit de regarder l’Allemagne .Mr Sarkozy les 6% qui vous ont fait gagner vienne bien de quelque part ,le PS a fait le plein de ses voix en mai 2007 ,mais vous ,elle vienne bien de quelque part, ne les trahissez pas ou vous en subirez les conséquences

  119. By cmb on Oct 4, 2020

    attends les questions !

  120. By bernard trigallou on Oct 4, 2020

    Contrairement aux affirmations de nombreux professionnels en place, la suppression du numerus clasus a précisément pour objet l’augmentation du nombre des membres des professions réglementées !

  121. By PHIL on Oct 4, 2020

    Pour indemniser les professionels du taxi qui ont acheté leur fonds de commerce(autorisation de stationnement) pourquoi ne pas instauré une location des autorisations de sationnement comme tout commerce qui exploite un lieu public. Une redevance mensuelle serait versée à la Mairie. Mais par contre je suis concient que la libéralisation totale serait un vrai gachit, il faut harmosiser le nombre de taxi en fonction du nombre d’habitant.

  122. By bernard trigallou on Oct 4, 2020

    Contrairement aux affirmations de nombreux professionnels en place, la suppression du numerus clasus a précisément pour objet l’augmentation du nombre des membres des professions réglementées - et non leur disparition !

  123. By Christophe on Oct 4, 2020

    Idem que Cmb si des personnes veulent se forger une opinion sur le métier de pharmacien, les études pour y parvenir etc, ils peuvent me poser des questions. Moi, contrairement à un certain candidat, je ne vous mentirai pas (en référence à son slogan)!

  124. By maxime on Oct 4, 2020

    Mr le président
    je suis un jeune pharmacien fraîchement installé.

    Je suis choqué de vos propos sur les professions dites réglementées.

    Voici ma réalité (et celle de beaucoup de jeunes confrères) :
    - J’ai passé 7 ans sur les bancs de la fac (temps pendant lequel j’ai peu gagné d’argent vu que j’étais étudiant)
    - j’ai ensuite travaillé comme pharmacien adjoint (salarié) pendant 5 ans où j’ai économisé chaque mois dans le but d’avoir un apport personnel suffisant pour être ce pourquoi j’ai choisis cette voie : un professionnel de santé LIBERAL (ce qui permet une indépendance dans mes choix vis avis des patients qui fréquentent mon officine. En effet lorsqu’il en va de l’intérêt du malade, je refuse de délivrer un médicament ou je le dirige sur un autre plus adapté pour son cas et ceci sans pression extérieur d’un grand groupe financier pour qui le seul intérêt est celui des profits dégagés et non celui du malade.)
    - Je n’ai pas de parents fortunés, juste le capital que j’ai constitué au fil des années avec mon épouse, j’ai un emprunt pour cette officine d’une durée de 12 ans. Je me verse un salaire de 1000€ par mois pour une durée de travail de 50 à 70 heures par semaine.
    Je prends 3 semaines de vacances par an où je me fais remplacer par un pharmacien ce qui a un coût non négligeable (et qui n’est donc pas vraiment rentable). Ma clientèle (surtout les personnes âgées qui ont de grandes difficultés à se déplacer) m’en est très reconnaissante car elle ne se sent pas abandonnée.
    Certes, à la fin de mon prêt, je gagnerai certainement bien ma vie et j’aurais constitué un capital après…24 ans d’efforts financiers et de travail !

    J’appellerai ça une vocation plutôt qu’une rente de situation.

    Je ne me plains pas, j’ai choisi ma voie en sachant tout ceci, j’aime mon métier et je suis heureux comme ça. Je souhaite simplement mettre fin à certains fantasmes.

    Il est important pour une profession comme la notre de CONSERVER SON INDEPENDANCE. D’ailleurs, “ces barrières” qui encadrent notre profession n’ont pas été mise en place pour faire plaisir aux pharmaciens, mais au nom de la santé public, pour la bonne répartition de l’offre de soins, tout en garantissant une certaine sécurité sanitaire.

    J’ajouterai que le maillage des pharmacies fait partie du système de santé « à la française », vous savez celui qui a été reconnu le meilleur au monde…pourquoi défaire ce qui fonctionne bien.

    Celui qui envie les pharmaciens, je l’invite à suivre le même parcours, humainement c’est très gratifiant, financièrement c’est un peu plus long à l’être…

  125. By Christophe on Oct 5, 2020

    Bernard trigallou.
    Dans toutes les études publiées dans le figaro, le point etc…,il y aura suppression d’emploi et fermeture massive de pharmacies! Bordel, renseignez vous avant de sortir des bêtises !!!! Et même sans prendre connaissance de ces études, on sait très bien que c’est en France qu’il y a le plus de pharmacies par habitant ! Si il y a libéralisation, il y aura fermeture d’au moins un quart des pharmacies en France ! A tous ceux qui lisent ce post, qu’ils aillent se documenter, ils verront bien qui de moi ou de Mr Bernard trigallou dit la vérité!!!!!

  126. By Pharmakon on Oct 5, 2020

    Je vais abonder dans le sens de Bernard Trigallou, effectivement n’en déplaise aux libéraux actuellement installés, la suppression du numérus clausus (que les médecins REFUSENT actuellement, aussi bien les installés que les futurs installés !) va augmenter le nombre de professionnels en activité.
    ceci sera bénéfique aussi bien en terme de service rendu à la population, qu’en terme d’acivité pour le secteur.
    Ceux qui prétendent le contraire en agitant l’épouvantail de la désertification des zones rurales qui se désertifient toutes seules (cf études nombreuses de l’INSEE à ce sujet et ce depuis plus de 30 ans et MALGRE le numérus clausus en place pour les pharmaciens !!! peu efficace donc …)
    Sont ceux qui sont actuellement INSTALLES et qui protège leur bien à savoir la valeur de leur fonds de commerce ou de leur charge de notaire ou de leur license de taxi …
    N’en déplaise à cette minorité (27 000 titulaires de pharmacie en France face à 62 MILLIONS de Français !) qui sont certains que la libéralisation de ces castes génèrera de sérieuses économies pour le contribuable et pour le citoyens !
    Au libéraux installés qui redoutent le grand capitalisme pour leur activité, Capitalisme qu’ils apprécient par contre pour faire leurs courses, faire des voyages, consommer des produits high tech … je suggère de nationaliser les officines de pharmacie.
    En effet si la préoccupation centrale qui les animent est le service au public, ils ne verront aucune objection à cette mesure. Sinon, c’est la preuve que ce sont des intêrets capitalistes, les leurs et uniquement les leurs, qui les animent et qui les font s’opposer à toute réforme du système !
    Quand aux plus jeunes entrés dans le système libéral, ce n’est pas parce que vous vous êtes engagés dans cette voie que la France entière doit se scléroser pour vous.
    Entreprendre c’est avant tout prendre des risques et accepter de se tromper et de perdre.

  127. By Agnès on Oct 5, 2020

    Je trouve qu’il y a un paradoxe entre les
    mentalités, au sein même de 2 professions de santé.

    Les médecins sont en totale cohésion, pas les pharmaciens.

    Alors que les jeunes internes en medecine sont actuellement en grève pour s’opposer au projet de règlementation de leur installation, ils trouvent un large soutien auprès de leurs aînés.

    Par contre, quand il est question de permettre, à l’inverse, la libre installation des pharmacies, les syndicats crient leur désaprobation. Ici, l’esprit confraternel a été remplacé par l’esprit mercantile. Assis sur un tas d’or, l’objectif est de vendre sa pharmacie à un jeune confrère, au prix fort le moment venu.

    Il y une confrontation entre un certain nombre de titulaires, pour partie représentés par les syndicats pharmaceutiques, et une population hétéroclite composée d’étudiants et de pharmaciens adjoints. Rappelons qu’il y avait, selon les statistiques de l’ordre au 1er janvier 2007, 28194 titulaires d’officine contre 26186 adjoints. Le nombre d’étudiants n’a pas été mentionné, mais il se rajoute à ces chiffres.

    Ainsi, lorsque les syndicats pharmaceutiques manifestent leur désaprobation au projet de supression du monopole d’installation des officines, ils représentent nullement la profession toute entière, mais seulement une minorité.

    Le système actuel a montré ses limites.

    Notre pays est parmi les pays d’Europe à compter le plus grand nombre de pharmacie par habitants, malgré le numérus clausus à l’installation en vigueur depuis plus de 60 ans.

    Le nombre de pharmacies doit être diminué, pour permettre le développement de pharmacies de taille plus importante, avec une contraction des coûts de fonctionnement et une réduction de la marge fixe.

    Dans ce contexte, seule une formation permettra à la profession de répondre à de nouvelles missions de spécialisation.

    Il est erroné de penser que la dérèglementation crérait des zones sous médicalisées. Seule la pénurie de diplômes en serait responsable.

    La liberté d’implantation des pharmacies permettrait un libre choix de son local, apporterait la possibilité d’augmenter sa surface, à toute officine souhaitant s’étendre.

    Aujourd’hui, pas de transfert possible sans prendre le risque de se heurter aux contestations des syndicats devant les tribunaux. Quel coût pour la collectivité que ces batailles juridiques à rebondissements, durant des années. Plus, parfois, les indemnités payées par l’état, pour compenser les pertes de revenus pendant ces longues périodes…A quoi bon? Quel gâchis!

    Et tout cela pourquoi? Pas pour protéger une minorité de constestataires, j’espère…

    Le décicit de la sécu est devenu trop important. Il ne fera que s’agraver avec le vieillement de la population. Il est temps de prendre les mesures qui s’imposent.

    Oui, la pharmacie d’officine doit évoluer
    Elle a besoin de nouvelles règles pour s’adapter.

  128. By Christophe on Oct 5, 2020

    Pharmakon et Bernard trigallou
    Pour mettre les choses au point vous confondez 2 numérus clausus : le numérus clausus (concours de 1ere année) et numérus clausus à l’installation. La commission européenne souhaite la suppression du numérus clausus à l’installation, il n’a jamais été question de supprimer celui du coucours !!!!!!

    PHARMAKON, depuis le début, tu évites de répondre. On parle de la pénurie de professionnels de santé en zone rurale, on ne parle pas de la désertification de zones rurales par ses habitants !!!!!!! On n’a jamais dit que la presence d’un pharmacien suffirait à elle seule à lutter contre la désertification de nos campagnes. On dit juste que n’importe quel français à le droit d’avoir à sa disposition un pharmacien qu’il habite en ville ou à la campagne !

    Explique toi une fois pour toute sur l’énorme contradiction que tu as sorti à savoir :
    - Dans un post tu dis “Par contre avec une libre installation des pharmaciens comme titulaire sur toute la France, cela deviens économiquement viable de s’installer sans rachat de fonds de commerce en rural ou semi rural”, j’avais alors compris que tu défendais la libre installation pour lutter contre la désertification médicale.Je n’étais pas d’accord avec toi mais bref, c’était ton point de vue.
    - Mais surprise, dans un autre post tu dis “La véritable urgence médicale de nos campagne relève avant tout d’un médecin pouvant intervenir rapidement, d’un réseau d’urgence … pas d’un officinal !!!!”

    PHARMAKON, une fois pour toute vas tu expliquer à tous les participants de ce forum la raison de ce grand écart !!!!!
    Parceque là tu donnes plus l’impression de juste vouloir contredire des détracteurs sans avoir de ligne directrice .

    PHARMAKON, c’est marrant, tu parles aussi des taxis, mais explique, tu fais comment avec 1000 milliards de dette pour rembourser leur licenses?????? Bien sur, tu ne vas pas répondre et c’est marrant, personne ne répond à cette question ! Alors PHARMAKON, réponds à cette question histoire de donner du crédit à tes arguments.

    La nationalisation des pharmacies?????? Pareil avec 1000 milliard de dette tu fais comment??????? La gauche avait émis l’idée de nationaliser SUEZ et la droite était monté au créneau pour dire que ça couterait bonbon au contribuable et toi tu veux faire pareil pour la pharmacie . Tu es au courant qu’il y a une dette ? Tu défends ni la santé, ni le contribuable, tu défends qui ? Tes intérêts????

  129. By Christophe on Oct 5, 2020

    AGNES
    Il y a une pénurie de pharmacien assistant en campagne parce qu’eux, ils ont justement le choix alors qu’il n’y a pas pénurie de titulaires tout simplement parce qu’ils n’ont pas le choix de l’installation, ils sont en campagne donc ils y restent !!!
    Comment voulez vous défendre la libre installation ? On parle bien de “mauvaise répartition” ce qui veut bien dire qu’il y a aussi des zones de surpopulation médicale pour les médecins et pharmaciens assistants et que ces professionnels de santé préfèrent gagner moins bien leur vie plutôt que d’aller se tuer à la tâche en campagne !

    AGNES, vous prenez en exemple le système des médecins mais c’est justement le système qui pose problème ! Vous voulez calquer l’installation des pharmacies sur un système qui pose problème ?????? Là je pige pas !
    De plus le problème des médecins se n’est pas que la pénurie autrement, il n’y aurait pas des zones (grandes villes et sud de la France) avec une surpopulation de cette profession, c’est également un problème de mauvaise répartition ! La pénurie des médecins en campagne s’explique aussi parce qu’il y a eu migration de ces professionnels en ville ! Migration bien plus rapide que le reste de la population !
    Il faut voir l’ensemble du problème : la pénurie + la mauvaise répartition

  130. By Pharmakon on Oct 6, 2020

    Qu’elle véhémence Christophe ! je n’avais pas saisi que dans cette « réunion » Tu (je te tutoie en retour sans vouloir froisser Agnès que tu vouvoies) avait été désigné comme régulateur voire peut être même comme Chair Man !
    Je m’empresse donc de lever tes inquiétude en te répondant personnellement.
    Personne ne confond le numérus clausus à l’installation et le concours de pharmacie, rassure toi.
    Nous débattons tous ici de l’opportunité de libéraliser le monde de la santé et de libérer les freins de la croissance ! c’est le projet de notre Président de la République pour le présent quinquennat.
    Pour reprendre la chronologie de ton post j’ai exprimé mon sentiment sur la désertification médicale relayé en ce sens par bon nombre d’autres intervenants.
    La situation actuelle de numérus clausus national d’une officine pour 2500 habitants dans les communes de moins de 30 000 habitants n’est pas garante au long cours du maintient de ces officines.
    Elles sont par leur petit CA non revendable à ce jour, les agences de transactions te le confirmeront les banquiers spécialisés aussi et un pharmacien dans ce cas serait le bien venu à s’exprimer sur ce forum.
    Elles sont donc appelées à fermer purement et simplement au départ en retraite des baby boomer, car économiquement non viable après rachat du fonds à l’opposé d’une création pure et simple.
    Je défends effectivement la libre installation des pharmaciens diplômés actuellement 70 000 inscrits à l’ordre dont 27 000 titulaires et je maintiens que le soucis principal en terme d’urgence médicale n’est pas la présence rassurante du pharmacien de garde ou de la pharmacie ouverte mais les réelles possibilités d’intervention d’un médecin et d’un système de prise en charge médicale d’urgence !
    Renouveler une ordonnance, dépanner d’une boite de médicament est sans commune mesure comparable avec la gestion médicale d’un infarctus ou d’une hémorragie en milieu rural !
    Et rien n’interdit à un pharmacien géographiquement éloigné de son patient de lui livrer le précieux médicament !!
    Il ne s’agit pas de grand écart mais d’une vue d’ensemble. Mon propos ne vise pas à contredire qui que ce soit même si inévitablement ce sera le cas, mais à développer un argument ; désolé si cela ta contrarié.
    Concernant une future modification des conditions d’exercice de la profession de pharmacien ou de taxi que tu cites, un éventuel remboursement de License ne me semble devoir être prévu !
    Les remboursements c’est pour la sécu ! et rien ne dit que les Licences de taxi ou les fonds de Pharmacies verraient leur valeur réduite à néant. Les débitants de tabac dont les licences furent jadis fort recherchées ont perdu beaucoup de valeur et d’intérêt suite aux mesures gouvernementales sans réelle contre partie.
    Enfin, quand à l’option nationalisation, au-delà de ses implications économiques, elle est posée pour jauger de la réalité de l’argument service rendu à la population que je crois sincèrement fallacieux !
    Quand à sa réalisation, avec 32 milliards d’€ de CA médicaments en 2006 en France, au prix moyen de cession de 87% (interfimo 2006) cela ne représente que 28 milliards d’investissement qui génèreront une économie de 3 milliards annuels (EBE théorique de 10% facilement améliorable par effet de groupe !) à notre niveau actuel de dépense de médicaments ! donc remboursé grosso modo en 12 ans !!! Une bonne affaire pour l’état français et rassure toi la France malgré sa dette est classée AAA au niveau international, emprunte comme tu les sais depuis de nombreuses années pour combler le déficit de son budget actuellement environ 40 milliards d’€ par an !
    En conclusion rien n’est impossible, c’est une question de choix face à la sclérose de certains arque boutés sur leurs privilèges acquis ! La raison du plus grand nombre en viendra à bout ce n’est qu’une question de temps le compte à rebours est déjà parti ….
    Quant à moi, je rejoins Tom et Agnès dans leur analyse et j’espère avoir répondu à chacun de tes items.

  131. By houstal on Oct 6, 2020

    La déréglementation de ces professions entrainera une vague de licenciement sans précédent que ce soit dans le domaine des pharmacies, croyiez vous que les grand laboratoires pharmaceutique auront besoin de visiteurs médicaux, ils s’empresseront de crée des chaines d’officines passant ainsi de la fabrication a la distribution accroissant par la même leurs bénéfices. Comme il ‘ont fait pour les médicaments génériques en contrôlant le marche ( réunion secrète en octobre 2003 dans une salle au centre de conférences international a Reims( j’y etait)) Dans le domaine du notariat, les grand cabinets d’audits et de gestion étranger n’auront plus besoin de notaire et créeront leur propre structure entraînant la suppressions de milliers d’emplois, Dans le domaine du taxis ,il faut rappelle que sur Paris 80% des autorisation ont été acheté par leurs propriétaires et seul depuis 1995 les plaques dite jaunes sont cessible financièrement (loi pasquoi entraînant la rotation de 5 a 15 ans ,Réponse pour rembourser une plaque de 70000 euro soit 1000 EURO PAR MOIS pendant 7 ans sans apport pour un CA de 6000 euros par mois et 70 h de travail par semaine et recette 200 € jour / 30 jours , mais les banques demande toujours un apport et la il faut économise pas faire la fête et partir en RTT. tous efforts a une récompense et ne laissons pas croire aux partisans de l’école buissonnière dans leur jeunesse qu’il vont accéder a des professions sans travail et peine en créant l’anarchies la dégradation du service comme le regrette déjà les Irlandais, si a paris il y a 15900 taxi pour 2,4 Ml/H a New York il ne sont que 13000 pour 8 Ml/H ( PRIX d’une Licence 600.000 soit 400000 € et pas de déréglementation la bas très surveiller GPS et se sont des liberaux eux!! ) Mais la bas , il n’ont pas Mr baupin eux! ( ex: banque de France ) Alors ne nous laissons par leurrer par les économistes qui nous prévois chaque années des taux de croissances toujours revues a la baisse, s’il étaient si bon pourquoi travaille t’il pour le CNRS et autres organismes au lieu de créé leur propre société ?

  132. By Agnès on Oct 6, 2020

    Christophe,

    La libre installation des médecins, à qui pose-t-elle problème?

    Certainement pas à eux. Tous la défendent d’une seule voix. Il s’agit là même, du fondement de leur activité. Si la liberté d’installation des médecins était supprimée, que resterait-t-il de leur exercice libéral?

    Pensez-vous que les étudiants en médecine, aujourd’hui en grève massive, seront encore attirés par cette profession? On a déja cassé les chirurgiens. Cette spécialité encore royale il y a 20 ans, est maintenant totalement boudée. Résultat, une pénurie gravissime se profile sous 5 ans.

    Il faut arrêter de rabaisser nos professions par des directives inadaptées. Il faut donner envie à nos jeunes de faire des études de pharmacie et de médecine. Aujourd’hui, les meilleurs d’entre eux se dirigent encore vers la médecine, mais surtout vers les classes préparatoires aux grandes écoles (uniquement acceptés sur dossier scolaire). La pharmacie quant à elle, est un choix de repli, compte-tenu de la faiblesse des rémunérations et des difficultés d’installation. La donne est bien entendu différente lorsque l’on est fils ou fille de grosse pharmacie…

    Christophe, vous prévoyez une pénurie de pharmacie dans les campagnes si l’on supprimait les quotas. Or, bénéficiant de cette totale liberté d’installation, les laboratoires d’analyses médicales, ne manquent pas dans les campagnes que je sache.

    Quoiqu’il en soit, je ne pense pas que la notion de pénurie ait la même valeur entre un pharmacien de campagne, ayant du mal à recruter un assistant pour prendre ses vacances d’été, et un hopital périphérique contraint de fermer un service par manque de chirurgien!

    La comparaison entre ces deux situations est extrême. J’en conviens. Mais vos arguments ne tiennent pas. Il n’y pas pas de spécificité française avec une population plus dispersée que dans les autres pays. Le territoire français est totalement couvert par un service d’urgence assuré par les médecins libéraux et hospitaliers, certainement pas par les pharmaciens. Si les officines prennent encore les gardes, en traînant des pieds, c’est uniquement pour justifier l’existence de leur monopole.

    La situation financière de l’assurance maladie impose une refonte totale du système de distribution du médicament. C’est le prix à payer pour éviter aux générations futures d’avoir à supporter les conséquences de la passivité de leurs aînés.

  133. By Christophe on Oct 6, 2020

    Exactement Agnès, la liberté d’installation ne pause aucuns problèmes aux médecins par contre elle en pause d’énormes aux patients !!!!

    Quand on se lance dans une profession médicale, c’est avant tout pour être au service de nos patients et pas pour être égoiste et penser à notre gueule !
    Vous dites que la remise en cause de la libertée d’installation remettrait en cause la vocation de certains mais la réglementation n’a jamais empéché les étudiants de faire pharma! A reims ils sont 350 à passer le concours, ça fait au moins une décennie qu’ils n’ont pas été aussi nombreux. De plus en plus de jeunes choisissent cette voie (à Reims) et ce malgré la réglementation ! Si on prend ces exemples ,pourquoi la fin de la liberté d’installation remettrait en cause la vocation des futurs médecins ? De plus le problème n’est pas le manque de vocations, les amphis de médecine sont pleins à craquer, c’est le numérus clausus à l’entrée qui n’est pas assez élevé !

    Des laboratoires d’analyses médicales dans les campagnes vous en avez vu où?????????? Dans des petites villes je veux bien mais à la campagne ???? Si il en existe,c’est chose rare. A moins que pour vous une petite ville,c’est la campagne.

    1ere erreur : Il n’y a pas de spécificités françaises avec une population plus dispersée que dans d’autres pays?????????????? Je vais peut être vous l’apprendre mais la France est le pays en Europe qui possède le plus de villes et villages et ce même en prenant L’Allemagne qui a une population de 20 millions supérieur à la notre ! Prenez une carte de l’Allemagne et vous verrez qu’il y a beaucoup plus de grandes villes qu’en France ! Et c’est aussi valable en Angleterre ! Les pays du nord où sévit la dérèglementation ont également une population moins éclatée.

    2ème erreur de votre part Agnès : “Le territoire français est totalement couvert par un service d’urgence assuré par les médecins libéraux et hospitaliers”. Je dois en déduire que tout ce qu’on nous raconte à la télé, radio et dans les journaux est faut ! On nous manipule ????? Quand on nous dit qu’il manque des médecins en campagne parcequ’ils préfèrent exercer en ville, on nous ment ? Dans quel but ? Il y aurait une conspiration ? PHARMAKON, lui même, a précisé que la mode était à la concentration des hopitaux !

    Mes arguments ne tiennent pas ????? Mais vous, avec les 2 erreurs que j’ai pointé vous refaites la réalité à votre convenance ! C’est facile de ne pas voir le problème avec les médecins si vous refaites la réalité!

    Où les gens iront t’ils chercher leurs antibiotiques a 21 heures si il n’y a plus de pharmacies à moins de 30 km. Ok,c’est moins urgent qu’un chirurgien mais êtes vous réellement une professionnelle de santé pour dire que ça peut attendre le lendemain ???? Pour une angine,c’est moins grave mais pour un erysipèle ? Vous voulez faire faire de la route à une personne mal au point ? Si elle est seule,elle fait comment? Si elle a besoin d’inhalation, d’une ventoline en urgence ? Si elle a besoin d’antalgiques à fortes doses, de morphine . Si elle n’a plus un médicament important et qu’il lui faut absolumment le soir même. ETC…ETC…
    Etes vous une professionnelle de santé ? Demandez l’avis à des malades,on va voir si ça les branche vos propositions !

  134. By Christophe on Oct 6, 2020

    Pharmakon
    Toutes les pharmacies sont revendables,il s’agit tout simplement de ne pas les vendre 90% ou 100% du chiffre d’affaire, c’est une affaire de bon sens. Si on les vend à un prix raisonnable, forcémment, elles trouveront preneurs. J’habite Haraucourt dans les Ardennes (un des département le moins peuplé de France) donc dans le genre coin perdu,il n’y a pas pire (regarde sur une carte). Les pharmacies dans ce coin là ont toutes trouvées preneurs dont une il y a 3 jours. ça a été très long de trouver quelqu’un qui veuille bien embarquer sa famille dans ce coin perdu, le prix a beaucoup baissé mais elles se sont vendues et elles sont rentables.

    Tu dis qu’il n’est pas nécessaire de racheter la licence aux taxis??? Le taxi qui doit rembourser son pret à la banque, si il va voir sa banque et qu’il leur dit “désolé ce n’est plus nécessaire que je vous rembourse”, la banque elle va réagir comment ??? Et ta réponse c’est “rien ne dit que”, tu crois qu’une réponse aussi simpliste va rassurer les taxis ???? Pourquoi veux tu que la license aie encore une quelconque valeur si n’importe qui peut acheter une voiture et faire le taxi ????? C’est absurde

    Que 28 milliards d’investissement??????? Tu as raison,ce n’est pas beaucoup, ça ne représente que la moitier de ce que rapporte l’impot sur le revenu qui sert déjà à rembourser l’intérêt de la dette! Et ce rien que pour les pharmacies

    Désolé, si je t’ai tutoyé (je peux?) et si je t’ai paru véhément mais ton intervention commançant par “Bizarre Bizarre ….
    Si je tentais un raccourci saisissant ….” était dans le genre pas mal non plus.
    Donc ok pour exposer nos points de vue dans le calme mais cette règle doit s’appliquer à tout le monde.

  135. By Christophe on Oct 6, 2020

    La livraison de médicament ? Parceque pour vous le pharmacien n’est qu’un distributeur de médicament ? Le suivi du traitement, vous le faites par télépathie ? Déjà à l’heure actuelle, j’ai horreur quand une tierce personne vient chercher les médicaments pour une patiente. Elle ne connait pas toujours les antécédents de la personne et après ça fait téléphone arabe quand on donne des informations qui parfois sont mégas importantes. La discution est primordiale dans notre métier. J’ai empêché un nombre incroyable d’erreurs en discutant avec la personne ! Et en admettant que ce soit un pharmacien qui livre (ce qui ne sera pas le cas, ça coutera bonbon au système de santé), si il se rend compte après intérrogatoir d’une erreur, faut t’il qu’il se tape l’allé retour? En ville c’est peut être faisable mais à la campagne ? A la montagne en hiver?

  136. By Pharmakon on Oct 6, 2020

    La situation économique actuelle de la France et en particulier les déficits chroniques de la Sécurité Sociale année après année et ce malgré cette “litanie” de plans de redressements justifie pleinement aujourd’hui après 32 ans d’hésitations une refonte globale du système de santé au plus profond de ses fondements et de son financement.

    Le rapport Camdessus, dernier en date, remonte à 3 ans … de perdus !
    Réformons vite !!! nombreux sont les professionnels et les citoyens qui attendent des actes après toutes ces bonnes paroles.

    Plan Durafour (présenté en Décembre 1975)
    Plan Barre (présenté en septembre 1976)
    Plan Veil (présenté en avril 1977)
    Plan Veil (présenté en décembre 1978)
    Plan Barrot (présenté le 25 juillet 1979)
    Plan Questiaux (présenté le 10 novembre 1981)
    Plan Bérégovoy (présenté en juillet 1982) 6
    Plan Bérégovoy (novembre 1982)
    Plan Bérégovoy et Delors (mars – septembre 1983)
    Plan Dufoix (présenté en mai-juin 1985)
    1er Plan Séguin (présenté le Juillet 1986)
    2e Plan Séguin (présenté le 18 novembre 1986)
    3e Plan Séguin dit Plan de financement du déficit (29 mai 1987)
    Juin 1988 Plan Evin (présenté en Septembre 1988) ou annulation du plan Séguin
    Plan Evin d’économie (17 décembre 1990) ou plan Durieux
    Plan Durieux (présenté en juillet 1991)
    Plan Bianco (12 juin 1991)
    Plan Veil (présentée en 29 juin 1993)
    Plan Juppé (présenté le 15 novembre 1995) - Mise à jour du 23 janvier 1996
    Plan Aubry-Johanet (6 juillet 1998)
    Plan Douste-Blazy (13 août 2004)
    Plan Bertrand (5 septembre 2006)
    Plan Bachelot (en cours)

    PARIS, 19 octobre 2004 (APM) - L’ancien directeur général du Fonds monétaire international (FMI),
    Michel Camdessus, critique “l’encadrement strict” de l’activité de pharmacie d’officine en
    France, dans son rapport sur la relance de l’économie, remis mardi au ministre de l’Economie,
    Nicolas Sarkozy.

    Le rapport Camdessus, qui préconise des mesures de réforme de l’Etat afin de maîtriser les
    dépenses publiques, évoque rapidement l’activité de pharmacie (une page sur les 160 du document).

    Il classe l’organisation de cette activité dans les ‘”réglementations à faire évoluer en prenant
    davantage en compte l’intérêt de tous les citoyens”.

    “Sous couvert de continuer à protéger l’emploi, les consommateurs ou certaines industries jugées
    fragiles, des réglementations inadaptées ne font plus que nourrir les rentes de ceux qui sont
    installés, au détriment de ceux qui ne le sont pas”, écrit-il.

    Evoquant les professions “fermées” dans l’Hexagone, Michel Camdessus, actuellement gouverneur
    honoraire de la Banque de France, épingle, à côté des chauffeurs de taxi parisiens, les
    pharmaciens d’officine, cas “également spécifique à la France”.

    “Si partout en Europe, l’activité de pharmacie est encadrée, cet encadrement est beaucoup plus
    strict en France, puisqu’il concerne la répartition du capital; un pharmacien ne pouvant être
    propriétaire de plus d’une officine, la constitution d’une chaîne officinale permettant une
    diminution des prix est impossible”, déplore-t-il.

    L’ancien directeur général du FMI a également dans sa ligne de mire le monopole des officinaux
    pour la vente des médicaments d’automédication.

    La France “est l’un des rares pays à étendre le monopole de vente des médicaments sur
    prescription aux médicaments hors prescription, ce qui empêche une distribution plus large
    accompagnée d’une diminution des prix”, écrit l’auteur de ce rapport, que d’aucun voit déjà comme
    le socle d’un futur programme présidentiel de Nicolas Sarkozy.

    Michel Camdessus estime nécessaire “la constitution d’une commission chargée de recenser les
    réglementations trop restrictives, en prenant en compte davantage l’intérêt de tous les citoyens
    plutôt que l’intérêt particulier de telle ou telle profession”.

    Le groupe de travail présidé par Michel Camdessus, à l’origine du rapport remis mardi, compte
    parmi ses membres Martin Hirsch, directeur général de l’Agence française de sécurité sanitaire
    des aliments (AFSSA) et par ailleurs président d’Emmaüs France.

    Rose-Marie Van Lerberghe, directrice générale de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP)
    et Pierre Tambourin, directeur général du Génopôle, ont été également membres du groupe de
    travail.

    (* Le sursaut, vers une nouvelle croissance pour la France, 160 pages + annexes, La Documentation
    française 2004)

  137. By harley on Oct 6, 2020

    Attendez qu’il déréglemente l’installation des pharmacies et vous vous retrouverez en face des labos qui auront leur propre chaine de distribution de médicament et de plus ils n’auront plus besoin de vous car ils auront des pharmaciens diplômées avec des salaires au smic venant des pays de l’est el la vous pourrez toujours pleurer de vos 7 années d’études.les grand labos n’attendent que ca !!!

  138. By Pharmakon on Oct 6, 2020

    Une statistique pour illustrer ma position dont vous pouvez avoir confirmation auprès de l’Ordre de Pharmaciens puisqu’il en est l’auteur.

    Variation du nombre d’officines sur 1 an au 01/07/2020 : - 56 officines !
    Donc fermeture de 56 pharmacies avec perte de la licence non reprise même pour 1 € symbolique !
    Reste 22 541 officines …
    Variation du nombre de médecins généralistes sur 1 an au 01/07/2020 : + 44 !
    Donc 44 nouveaux médecins généralistes en activité !
    Un total de 61 786 médecins généralistes libéraux en activité

    Quid de l’effet du Numérus Clausus à l’installation présent pour les pharmaciens et absent pour les médecins sur l’évolution du système ?

    Est-ce bien globalement, hors de toute problématique individuelle (pour les libéraux installés) le système le plus judicieux compte tenu de la problématique démographique que la retraite des baby boomer va poser d’ici 5 ans !!!

    http://www.ordre.pharmacien.fr/fr/bleu/index3.htm

  139. By Pharmakon on Oct 6, 2020

    ERRATUM

    C’est 72 officines qui ont mis la clef sous la porte en france sans bruit … et en 12 mois de juillet 2006 à juillet 2007 puisqu’il y a eu en parrallèle 16 créations octroyées ! 56 étant le solde.

    72 officines de moins à raison de 2592 personnes par officines c’est plus de 186 000 français moins bien servis ! en 1 an !

    Système défaillant ?

  140. By Christophe on Oct 6, 2020

    Pharmakon
    Tes fermetures de pharmacies ont lieu à Paris pour l’essentielles!! Précisément là où il y a plus de pharmacies que ne l’autorisait le numérus clausus ! Tes médecins qui ont créé, ils ont créé où ? Tes stats ne le disent pas ! Si ils ont créé en ville comme c’est la mode actuellement et comme c’est certainement le cas,ça nous fait une belle jambe et ça va précisément dans mon sens !
    Tes experts, ce sont les mêmes qui poussaient à la libéralisation des numéros de renseignements, de l’électricité et du gaz en nous expliquant que ce serait tout bénèf pour le consommateur ?????
    Ton directeur du FMI qu’est ce qu’il y connait en santé ????
    Tous les types que tu sites sont des économistes alors que la pharmacie est un secteur de santé!

  141. By Christophe on Oct 6, 2020

    Pharmakon
    Encore une question : si un pharmacien en grande surface refuse de vendre 10 boites de donormyls ou de comprimés à base de codeine et si il ne délivre juste que ce qu’il lui semble nécessaire à la santé des gens, sera t’il considéré comme un bon professionnel de santé par le patron de la grande surface ou comme un mauvais commerçant? Là je meurs d’envie de connaître ta réponse, toi qui ne jure que par l’économie!
    Dans les grandes surfaces ou dans des chaines appartenants à des nons pharmaciens, le pharmacien va perdre son indépendance. Voilà vers quoi toi et tes économistes vous voulez nous mener!

    Il n’y a pas besoin de dérèglementer pour faire des économies, il suffit :

    -de donner au pharmacien la possibilité de renouveller les ordonnances et d’adapter le traitement
    - de donner au pharmacien la possibilité de déliver certains produits listés comme des collyres antibiotiques, des corticoides type solupred pour les allergies ETC…sans passer par les 21 euros du médecin!

    Ces 2 propositions permettent de désengorger les médecins qui eux désengorgeront les urgences et donc économies!

    -Le pharmacien pourrait très bien faire le vaccin pour la grippe ou d’autres vaccins parceque 21 euros ça fait cher la vaccination

    etc etc………

    L’état français a dépensé des milliards à former des pharmaciens et doit donc faire en sorte de les utiliser du mieux possible en leur donnant des responsabilités à la hauteur de leur diplome et pas les envoyer travailler entre les patates et les laitues!

  142. By Enervé on Oct 7, 2020

    Monsieur Nicolas SARKOZY est un expert en matière de rentes de situation…

    Je suis allé faire un tour sur internet pour vérifier que notre bon président est un bon modèle.

    Et bien oui, il est associé d’un cabinet d’avocat (à hauteur de 34 %) dénommé “ARNAUD CLAUDE & ASSOCIES” exploité dans le cadre d’une SELAS (342 285 665 R.C.S. PARIS).

    Ce cabinet comprend:
    - 2 avocats associés : Arnaud CLAUDE et Nicolas SARKOZY.
    - 11 avocats Collaborateurs et une Juriste

    Il est ahurissant de noter que les actions de cette société n’ont aucune valeur dans la déclaration de patrimoine du Président (http://www.conseil-constitutionnel.fr/dossier/presidentielles/2007/documents/20070511dp.pdf) et que cette société oublie de déposer ses comptes au greffe du tribunal de commerce depuis de nombreuses années alors qu’il s’agit d’une obligation légale (article L. 232-23 du Code de commerce).

    Le fait de ne pas satisfaire aux obligations de dépôt prévues aux articles L. 232-21 à L. 232-23 est puni de l’amende prévue par le 5e de l’article 131-13 du code pénal pour les contraventions de la cinquième classe. En cas de récidive, la peine applicable est celle prévue par le 5e de l’article 131-13 du code pénal pour les contraventions de la cinquième classe commises en récidive (article R. 247-3 du Code de commerce).

    Ma conclusion:
    - le président est en infraction. Je ne suis pas assez bon pour savoir comment cette amende peut être prononcée. Peut être quelqu’un pourrait nous éclairer.
    - il y a qu’un associé qui bosse de manière effective dans la boîte et beaucoup de collaborateurs. Pas vraiment un modèle de partage et d’intégration. Trouvez moi un pharmacien ou un notaire qui travaille avec douze autres diplômés… Ce doit être rare et c’est ce dont nous ne voulons pas. Un modèle de l’égoïsme dénoncé par ATTALI. Il se comporte plus mal que ceux qu’il dénonce comme étant des rentiers.
    - une véritable confusion des genres. Comment être Président et associé dans un cabinet d’avocat ? Se sert-il de sa fonction pour alimenter son cabinet ? Il est vrai que SARKOZY ne doit pas être fort en droit constitutionnel.
    - n’est-il pas choquant de voir le président travailler pour sa propre corporation en voulant dézinguer les avoués et notaires. Il y a là une confusion des genres au sein de la République des avocats.

  143. By pat on Oct 7, 2020

    Je suis retourne chez mon notaire pour ma succession(47ans)pour donner 1 maison a chacun de mes 2 enfants de 300 000 euros chacune …quelle deception les frais sont passes de l’annee derniere de 12 000 a 11 000 euros car noos CHERS notaires ont augmentes leurs emoluments de 25% et oui et personne n’a souleve le lievre comme d’ab. ça vaut aussi pour la reforme des multirecidivistes ou les juges font comme ils veulent comme d’ab.En conclusion sarko c’est du pipo il fera mieux que chirac remarquez c’est impossible de faire pire..

  144. By pat on Oct 7, 2020

    Je suis retourne chez mon notaire pour ma succession(47ans)pour donner 1 maison a chacun de mes 2 enfants de 300 000 euros chacune …quelle deception les frais sont passes de l’annee derniere de 12 000 a 11 000 euros car nos CHERS notaires ont augmentes leurs emoluments de 25% et oui et personne n’a souleve le lievre comme d’ab. ça vaut aussi pour la reforme des multirecidivistes ou les juges font comme ils veulent comme d’ab.En conclusion sarko c’est du pipo il fera mieux que chirac remarquez c’est impossible de faire pire..

  145. By Pharmakon on Oct 7, 2020

    16 fermetures de pharmacie à Paris. seulement !
    Les experts que tu dénigres si promptement sont à même de prendre le recul nécessaire à l’analyse du système, alors que ta passion semble t’emporter.
    Au fait le toubib c’est 22 € ! plus 21 …
    Pour ton histoire de 10 boites de donormyl au fait tu le sais peut être pas mais les patients qui les veulent font tout simplement le tour des pharmacies et des pharmaciens récalcitrant pour obtenir leur compte ….
    renouveller le traitement ? le médecin est tout de même apte à juger de la pertinence de la durée de l’ordonnance qu’il compose il peut faire une ordo de 1 an tu le sais bien alors à quoi bon ?
    Adapter le traitement ?
    Toi qui rechigne à délivrer une ordo à une tierce personne alors que le malade est alité si si un malade ne peut pas toujours se rendre dans ta pharmacie tu veux modifier le traitement après discussion par téléphone avec le médecin … sans examen clinique ! le médecin peut lui faire des consultations par téléphone !!!
    Quand aux collyres antibiotiques tu veux les délivrer tout seul ??? soit c’est un antibio à large spectre et l’afssa souhaite les interdir … soit ils sont spécifiques et l’examen clinique toi tu t’en dispense !!!
    A propos la CNAM t’as pas rabaché les antibiotiques c’est pas systématique !!!
    Les corticoides là c’est le pompom ! sans examen clinique ni dossier médical !!! à l’essai donc !
    Et alors le vaccin antigrippal c’est le top ! tu n’as jamais entendu parler des chocs anaphylactiques et des oedemes de Quincke ! bien sur tu t’en charges dans ta pharmacie comme ton bon pharmacien !
    Là sincèrement j’ai peur que la profession ne te suive pas ….
    N’oublie pas qu’il existe aussi l’exercice illégal de la médecine ! répréhensible …
    Si t’as raté ta vocation, retourne à la FAC t’as le droit à une équivalence sur dossier pour entrer en 2ème année.
    Pour finir le professionnel de santé versus commerçant c’est du réchauffé … le pharmacien est les deux ! et s’il peut être le premier c’est grâce au second sinon il est hospitalier mais rassure toi le médecin est un professionnel de santé mais aussi un prestaire de service !

  146. By Pharmakon on Oct 7, 2020

    Appel aux lecteurs non participants… pour élargir le débat.
    car d’un forum on est passé à un dialogue et on en est arrivé à un double monologue …
    Merci pour tous

  147. By gueguen michel on Oct 7, 2020

    Sans rapport avec les pharmaciens !

    Je demande a Mr Sarkozy d abandonner l idee de prendre au Gouvernement Mr Julien Dray, chef de SOS Racisme qui nous a attaque pendant une campagne electorale et voulait nous voler nos tracts !! lors du plan social de la SNPE : 1000 salaries sur 6000, il m a declare dans son bureau que jamais il n aiderait une industrie de mort comme la SNPE devenue SME ! en fait nous fabriquons des carburants pour fusees et Ariane, mais le PS et Dray en particulier ont casse la croissance de la SNPE et de l Armement en general
    Conclusion surtout pas de Julien Dray l ami de Segolene :lire la Femme Fatale !
    Merci d avance
    Michel GUEGUEN ex ingenieur SNPE

  148. By Pharmakon on Oct 7, 2020

    Christophe, je te cite :

    “Tes fermetures de pharmacies ont lieu à Paris pour l’essentielles!! Précisément là où il y a plus de pharmacies que ne l’autorisait le numérus clausus !”

    Selon toi il n’y a donc des pharmacies en trop “surnuméraires” qu’en ville. Ce sont celles là qui sont en trop, pas dans les campagnes.

    Alors explique moi pourquoi, puisque tu habites Harancourt moins de 678 hab., dans les ardennes, comme tu nous la écris, dans ce coin de France que tu définis rural, les deux agglomérations autour, que sont Varangéville 4 241 hab. recensement 1999 dernier en date validé : 2 officines et Dombasle sur Meurthe 9 253 hab rec. 1999 4 officines, ne respectent même pas les quotas de population à savoir 1 officine pour 2500 habitants !
    Donc rien que dans ton coin il y a 1 officine de trop par commune !!!!

    Il n’y a pas que dans les grandes métropoles qu’il y a trop d’officine même chez toi en rural dans les ardennes !

    Merci de nous avoir éclairé sur ce fait.

  149. By Pharmakon on Oct 7, 2020

    ERRATUM

    Il s’agit de Hauraucourt en Meurthe et Moselle et non dans les Ardennes.

    Rien à voir avec ton secteur, mais le fait est que les chiffres sont bons, et ce type de problématique surnuméraire existe aussi à la campagne.

    La Meurthe et Moselle est un département comparable aux ardennes par certains côtés, non ?

    En milieu rural, les plus grosses agglomérations ont depuis longtemps trop d’officines ! et les communes autour ont vu des créations par voie normale se faire au fil des ans par augmentation de la population.

    La loi de répartition est donc efficace ni en milieu urbain, ni en milieu rural.

    Mais certains souhaite la conserver en l’état !

  150. By Christophe on Oct 7, 2020

    Des consultation par téléphones ?????? N’importe quel bon médecin te dira qu’une bonne consultation se fait en présence de la personne !!! Il faut interroger mais aussi manipuler !!! Quand est ce que j’ai dit que je refusais de délivrer des médicaments à des personnes alités?????? Je mets au défis toute personne visitant ce forum d’aller retrouver un post où j’ai parlé de personnes alitées . Là Pharmakon, c’est limite du dénigrement ! Tu perds tes nerfs!
    Pour le donormyl, figure toi qu’avec la mise en place du DP, on pourra voir si la personne a déjà pris du donormyl dans une autre pharmacie et tu le sais très bien ! De plus ce n’est pas parceque des gens trichent qu’il faut aller dans leurs sens. Tu veux aller dans le sens des tricheurs?
    Tu commenceS à t’énerver PHARMAKON en me donnant des intentions que je n’ai pas.
    Tu veux récompenser les tricheurs,ceux comme tu dis qui font plusieurs pharmacies pour avoir du donorMyl????
    Tes arguments me fait penser à ceux qui sous prétexte que beaucoup de jeunes fument le cannabis,IL faut légaliser le cannabis!

  151. By Christophe on Oct 7, 2020

    Pharmakon
    16 sur 50, c’est énorme et le reste c’est où dans le sud de la FRANCE où il y a le même problème que Paris?? Dans des grandes villes ????Ce que tu comprends pas,c’est que tu n’arrêtes pas de me donner des arguments! Tu donnes à chacunes de tes interventions des arguments à ceux qui s’opposent à la dérèglementation. Merci.

  152. By HERVE Jean on Oct 7, 2020

    Bonjour,
    Nicolas a raison: bien sûr chacun prèchera pour sa paroisse. Ce qui compte c’est l’avis des citoyens indépendants qui doivent subir les conséquences bonnes ou mauvaises des “lobbis” en question . Il y en a d’ailleurs bien d’autres.
    Je pense que la première institution à réformer serait le “l’appareil” judiciaire civil (aprés l’Education Nationale évidemment.Mais ce ministère est irréformable du fait de son abandon par de Gaulle en 1945 à l’extrème gauche qui l’autogère à sa façon)
    le débat est trop blabla.Allons à l’essentiel

  153. By Agnès on Oct 7, 2020

    Christophe,

    La colère est très mauvaise conseillère et l’utilisation de termes vulgaires voire grossiers n’est pas de nature à clarifier ce débat et préfigure mal de votre attitude et de votre self-control, face à l’agressivité occasionnelle des malades, que se doit de garder en permanence tout professionnel de santé qui veut un tantinet être crédible…

    A moins que vous ne soyez vétérinaire ce qui vous octroye la possibilité d’user du vocable de gueule en toute honnêteté…
    D’ailleurs je note qu’il n’y a pas de numérus clausus d’installation pour les vétérinaires… Et il parait même que dans notre grande et verte campagne française, on trouve toujours des vétérinaires d’accord pour faire véler le cheptel la nuit et traiter les infections du bétail… Pourquoi ??? Parce que personne ne les “emm….” (faut que je me surveille car je vais parler comme Christophe bientôt) et ils ont des honoraires libres qu’ils savent défendre…

    Vous dites que les professionnels de santé doivent être au service des patients : celà n’est pas si simple… il ne s’agit pas d’obéir au malade, d’en être l’esclave et de répondre servilement à chacun de ses désirs… Le pharmacien a trop eu tendance depuis des décennies à vouloir coller aux différentes vagues qui animent le microcosme de modes de santé (produits amigrissants, stop ronflement aléatoires, déboucheurs d’oreille ésotériques etc…)et oublier qu’il doit se faire respecter par le malade qui vient chercher un conseil avisé… Savoir refuser une demande ou pire encore, une prescription,(çà c’est pas pour penser à notre gueule comme s’esbaudirait quelqu’un que je connais bien…) est la base même de la respectabilité qui seule pourra rendre service au malade… donc, il ne faut pas être uniquement au service du malade mais au service des intérêts médicaux du malade ce qui est, pour moi, très différent…

    Pour le reste votre réponse n’éclaire pas le débat. Ce n’est pas parce que plein de jeunes français viennent occuper les bancs de la faculté qu’ils savent ce qu’ils viennent y chercher… Voir les facs de psycho socio et autres entonnoirs à désillusion… Que connais un bizuth de pharma du monde professionnel de la pharmacie, de cet “aparteith” qui obscurcit les relations entre titulaires et assistants ??? Les médecins eux, ne choissisent plus la médecine générale depuis plus de 5 ans… Pourquoi? parce que celle-ci est dévalorisée économiquement, socialement et intellectuellement et nécessite un trop lourd investissement en temps… Celà vaut-il la peine de ne pas voir grandir ses enfants ?? alors que les spécialistes ont mieux su garder un confort de travail qui leur permet de rentrer tous les soirs chez eux l’esprit tranquille. Ce sont des fins de 6ème année de médecine qui refusent actuellement d’épouser ce sacerdoce et eux ils savent bien ce qu’ils font car ils ont l’expérience du terrain… Alors, leur enlever le dernier petit élément de liberté qu’il leur reste (ils n’ont pas de liberté tarifaire, sont soumis au controle tatillon des médecins conseils, reçoivent des cohortes de missi-dominici des CPAM, se font actuellement voler sur les 1/3 payants (médecin traitant), leus presciptions sont épluchées par les CPAM, ils doivent diminuer les ALD etc…)c’est les mettre en totale position de salarié sans aucun des avantages (pas de garantie du salaire en fin de mois, s’occuper de toute la gestion du cabinet, ne pas avoir droit aux heures supplémentaires ou aux RTT…) c’est surement et définitivement la goutte d’eau qui fait déborder le vase…

    Les pouvoirs publics le savent bien eux qui préparent des maisons médicales dans les campagnes… on arrivera bientôt aux centres de santé et à la “nationalisation” de la médecine générale qu’on nous promet depuis 1945…

    Comprennez-vous Christophe pourquoi celà est très différent ? Quant aux carences des urgences en France qu’en est-il vraiment ?? Et bien mon ami (permettez que je vous tutoies !) as-tu personnellement été confronté une seule fois dans ta vie à une telle carence ? as-tu du subir un préjudice à cause d’un retard de prise en charge d’une de tes pathologies ?? A mon avis, non… car les médecins ont toujours répondu présent et respecté leurs obligations déontologiques ! De toutes façons, les vraies urgences sont réservées aux médecins et les pharmaciens n’assurent que les “urgences” de confort… Et oui, sais-tu que la seule urgence reconnue par les infectiologues pour la prise d’antibiotiques est le purpura fulminans? l’érysipèle n’étant qu’une urgence relative d’évolution heureusement habituellement lente… La ventoline ? soit il s’agit d’une première crise d’asthme et l’hospitalsiation est requise pour la bilanter et la traiter avec sécurité soit il s’agit d’une crise récurrente chez un asthmatique connu et là on retombe malheureusement dans le cas de la responsabilité du malade qui doit savoir gérer son stock (idem pour les diabétiques, les preneurs d’AVK ou de b-bloquants… les oublis de pilule le seraient-elles aussi et encore les oublis de pilule du lendemain ???)

    En fait, tu me plais beaucoup avec ta naïveté et ta candeur (juvénile ?)si si sans ironie…. Sais-tu que le général de Gaulle a été mis en minorité en 69 pour un problème de décentralisation ? Crois-tu que nos dirigeants ne savent pas tout celà ?

    Seule la fin de ton courrier me chagrine un peu.. je t’ai déjà dit que la suppression du numérus closus n’entrainerait pas de désertification… Les pharmacies des campagnes sont rentables (moins de concurrence sur la para et la médication familiale quand elle ira dans les grandes surfaces !) et même si elles le deviennent un peu moins (à cause des chaines de pharmacie qui sont inéluctables) ce sera toujours plus intéressant d’être titulaire avec un revenu de 4 à 5.000 € par mois que de végéter à 2.000 € sous la coupe d’un titulaire raci dans sa suffisance de notable… Réfléchis bien mon ami et que tes pas ainsi soient guidés avec bonheur vers un statut qui corresponde à tes espoirs…

    Regarde bien autour de toi dans les officines… Qui a le pouvoir ?? Qui a le travail ?? Capital et travail sont-ils justement partagés et rétribués ??? De qui parlent-on toujours, de quels larmoiements parlent-on habituellement ?? de ces pauvres assistants sous-payés, aux lourdes responsabilités, aux heures de formation chichement distribuées???

    De toute façon, ce qui pend d’abord au nez des pharmaciens n’est pas, malgré la pression exercée par l’Europe, la remise en cause immédiate du numérus clausus d’installation, mais le passage de l’OTC en grande surface (comme chez bon nombre de nos voisins européens!!) Il ne s’agit plus ici d’un conflit intra-professionnel mais de la perte d’un pan entier de notre activité et pas le moins juteux… Mais c’est peut-être là, ton désir le plus enfoui, que de faciliter au maximum l’accès aux médicaments des pauvres malades qui sont bien à plaindre dans notre pays… et connaissant ta probité et ton désintérêt de toute cupidité, je suis sûre que tu l’accepteras… A moins que celà soit trop risqué de laisser notre malade lambda s’acheter seul son aspirine… Quoiqu’il en soit, je te conseille de garder ta salive et la pointe acérée de ta plume pour défendre les intérêts de notre beau métier face aux réelles menaces qui nous guettent.

    Salutations confraternelles Agnès

  154. By Pharmakon on Oct 7, 2020

    Non c’est 16 sur 72 ! comme je l’ai écris
    et les autres sont réparties sur tout le territoire je ne te suis pas dans ton raisonnement. (cf le site de l’ordre de pharmaciens. limite dénigrement ?

    Là je te cite :

    “La livraison de médicament ? Parceque pour vous le pharmacien n’est qu’un distributeur de médicament ? Le suivi du traitement, vous le faites par télépathie ?
    Déjà à l’heure actuelle, j’ai horreur quand une tierce personne vient chercher les médicaments pour une patiente. Elle ne connait pas toujours les antécédents de la personne et après ça fait téléphone arabe quand on donne des informations qui parfois sont mégas importantes.
    La discution est primordiale dans notre métier. J’ai empêché un nombre incroyable d’erreurs en discutant avec la personne !

    J’en ai conclu que d’un point de vue pratique tu quittes donc ton comptoir et ta pharmacie pour te rendre au chevet de tes patients alités pour délivrer leur ordonnance ? mais je dois mal te lire.

    A propos le DP n’est pas encore en activité, juste en phase d’essai dans quelque département !
    Quand il sera actif et obligatoire on en reparlera …
    Attention juridiquement quand un médicament n’est pas sur une liste je te rappelle qu’un refus de vente est punissable par la LOI.
    Le refus de vente de la pilule du lendemain est aussi interdit par la loi.
    Je ne vois d’ailleurs pas “la triche” comme tu dis dans l’achat de 10 boites de donormyl en vente libre si je ne m’abuse. Faut pas voir des méchants partout.
    Si tu confonds donormyl et mogadon là !!!!
    Je ne te donne aucun arguments j’expose des faits, alors que tu interprêtes mes faits la différence est là. Je ne défends pas UNE thèse comme tu le fais.

  155. By HERVE Jean on Oct 7, 2020

    Bonjour,
    Nicolas a raison: bien sûr chacun prèchera pour sa paroisse. Ce qui compte c’est l’avis des citoyens indépendants qui doivent subir les conséquences bonnes ou mauvaises des “lobbys” en question . Il y en a d’ailleurs bien d’autres.
    Je pense que la première institution à réformer serait “l’appareil” judiciaire civil (aprés l’Education Nationale évidemment.Mais ce ministère est irréformable du fait de son abandon par de Gaulle en 1945 à l’extrème gauche qui l’autogère à sa façon)
    pour le pénal c’est moins important car pour les cas les plus graves la décision appartient au jury populaire
    pour le reste : trop de blabla dans les réponses.Allons à l’essentiel.Mais les bons notaires pensent eux-mêmes qu’il y a trop de brebis galeuses dans la profession.Pour la pharmacie: même les hypermarchés n’ont pas réussi! D’ailleurs ce ne serait sûrement pas la solution.

  156. By Christophe on Oct 7, 2020

    Pharmakon
    C’est quand même incroyable, tu en arrives à faire mentir tout ce qui a été décrit dans les médias et tout ce que resentent les gens ! Tu fais mentir la réalité !
    La conclusion de tout ton argumentaire, c’est : “La loi de répartition est donc efficace ni en milieu urbain, ni en milieu rural” alors que dans la réalité, tout le monde,dans tous les médias pointe le fait que le problème c’est la répartition des médecins et pas celle des pharmaciens ! Au contraire la répartition des pharmacies en France est montrée en exemple ! C’est quand même incroyable d’aller chercher des problèmes là où il n’y en a pas !
    Je n’ai pas souvenir ,dans les médias, avoir entendu parlé d’un quelconque problème de répartition des pharmacies alors que pour les médecins, on en parle tout le temps !
    C’est bien beau de faire des démonstrations mais quand les conclusions de ces démonstrations ne correspondent pas à la réalité,c’est qu’il y a une erreur quelque-part.

  157. By HERVE Jean on Oct 7, 2020

    Bonjour,
    Nicolas Sarkosy a raison: bien sûr chacun prèchera pour sa paroisse. Ce qui compte c’est l’avis des citoyens indépendants qui doivent subir les conséquences bonnes ou mauvaises des “lobbys” en question . Il y en a d’ailleurs bien d’autres.
    Je pense que la première institution à réformer serait “l’appareil” judiciaire civil (aprés l’Education Nationale évidemment.Mais ce ministère est irréformable du fait de son abandon par de Gaulle en 1945 à l’extrème gauche qui l’autogère à sa façon)
    pour le pénal c’est moins important car pour les cas les plus graves la décision appartient au jury populaire
    pour le reste : trop de blabla dans les réponses.Allons à l’essentiel.Mais les bons notaires pensent eux-mêmes qu’il y a trop de brebis galeuses dans la profession.Pour la pharmacie: même les hypermarchés n’ont pas réussi! D’ailleurs ce ne serait sûrement pas la solution.Peut-être faudrait-il mettre le fromage aux enchères ! hors hyper. Pour les taxis RAS: on ne peut tout régenter

  158. By Zucca on Oct 7, 2020

    bonjour Nicolas ! bastia à l’ecoute..
    pharmaciens <avec tte la réforme en route et celle déjà faite, nous n’aurons plus besoin d’eux si cela continue… on va sur google, on y est n est ce pas ?? maladie disgnostiquée difficilement souvent pour certaines (j’en sais qque chose) on aura un peu plus de patients dans les hopitaux.. mais bon il faut réformer au XX1° siècle, mais voilà.. notre vieux continent dit NON, alors ! les notaires .. il faut donc réformer là aussi .. aller direct au hypothèques, au cadastre et hop le tour est joué..pensez vous sérieusement ce que vous dites ?taxi <on en a besoin laissons leur au moins ce job..réformer oui mais comment ? la vox populi t’a élu Nicolas (j’adore le mot de votre Maman qui m’avait ému lors de votre élection “bravo Nicolas”)mais là…ne pas passer à mach 2 si vite :-)
    bien affectueusement

  159. By paschevre philippe on Oct 7, 2020

    Bonjour, attention par exemple à la nouvelle carte judiciaire: Saumur, environ 30 000 habitants, 60 000 environ avec la communauté d’aglomération: -la disparition du tribunal d’instance ne nous mettrais pas sur un pieds d’égalité avec les autres citoyens ! En plus cela n’ajoute pas à la crédibilité de notre ville, au niveau des investisseurs et des création d’emplois ! la banque de France est partit, on se bat pour garder la poste de Bagneux…

  160. By Christophe on Oct 7, 2020

    Pharmakon
    Je parlais des personnes trop fénéantes pour aller chercher leur médicaments à la pharmacie pas des personnes alitées!!!!! Il est évident que là, je comprends que la personne ne puisse pas se déplacer!
    Non pharmakon, le refus de délivrance de médicaments non listés n’est pas punis par la loi! Heureusement qu’on a encore le droit de refuser la vente de néocodion ou autre médicament à base de codéine à un toxico!
    Si le toxico renversait une personne en voiture sous l’emprise de néocodion, tu dirais : QUE T’ETAIS DANS TON BON DROIT??????Tu trouves normal de délivrer 5 boites de néocodion à un toxico??? Et l’avis du professionnel de santé il ne compte pas ??? Le néocodion,le donormyl n’est pas en vente libre, il est derrière le comptoir ! Il faut l’avis du pharmacien pour l’obtenir !
    Le DP, excuse moi mais il est en bonne voix et certainement en meilleur voix que le DMP.
    Qand le DP sera actif, on en reparlera ????? Mais alors je dirai la même chose sur la dérèglementation ! On parle bien de l’avenir sur ce blog ?

  161. By Christophe on Oct 7, 2020

    Agnès
    Je crois que si tu lis ma réponse à PHARMAKON, tu verras que contrairement à lui, je ne suis de ceux qui donnent les yeux fermés des médicaments ! Ce qui sera le cas quand le pharmacien perdra une fois pour toute son indépendance! Il ne restera alors que des mauvais professionnels de santé et des bons commerçants !
    Arrêtes de couper la poire en 2 avec tes urgences. Ce n’est pas parceque le purpura fulminans est plus urgent que le reste, que le reste ne dois pas être pris en charge le plus rapidement possible !!!!!! Plus la prise en charge est rapide, plus la guérison est précoce et plus le coût est moindre pour la sécu . Ce n’est pas parceque le cannabis est considéré comme une drogue douce contrairement à des drogues dites dures qu’il ne s’agit pas là d’un produit dangereux! C’est la même logique.
    Il n’y a pas d’un coté ce qui est urgent et de l’autre ce qui est du confort, d’un coté ce qui est blanc et de l’autre ce qui est noir! C’est simpliste !

    Le pire Agnès, c’est que je pense que tous les deux, contrairement à Pharmakon, on a la même vision sur le role possible du pharmacien. Par ex Pharmakon dit qu’on a pas le droit de refuser la vente de médicaments, moi je dis que dans certaines conditions,c’est un devoir! Qu’en penses tu?
    Autre question quels sont pour toi les roles qu’on pourrait confier au pharmacien?

  162. By Pharmakon on Oct 7, 2020

    J’ai bien compris que pour toi, Christophe, tant que les médias ne parlent pas de quelque chose ce quelque chose n’existe pas. Dont acte !
    La loi de répartition n’est pas efficace de par la perte de licences de pharmacie que l’on observe actuellement et qui probablement va s’accentuer.
    La loi de répartition n’est pas efficace car comme évoqué précédemment il y a de nombreux secteurs avec des pharmacies « en trop » par rapport aux quotas en vigueur depuis 1945 tant en milieu urbain qu’en milieu rural.
    La loi de répartition n’est pas montrée comme la panacée mais simplement opposée aux médecins libéraux qui d’un bloc et d’un seul pour de nombreuses raisons s’y opposent.
    Ceux que tu occulte, c’est que la loi de répartition géo-démographique des officines de pharmacies actuellement en vigueur n’est soutenus que par les 28 000 titulaires en exercices, et chacun ici comprends très bien qu’il ne pourrait être différemment, mais par eux seuls et quelques médias en relais, pas par l’ensemble de la profession, ni par les assistants, ni par les étudiants.
    Pas d’unanimité et vraisemblablement compte tenu des chiffres même pas de majorité.
    Dans une démocratie quand une minorité s’arroge le pouvoir de décider en l’occurrence le statut quo, cela s’appelle un Diktat !
    Supprimer cette loi de répartition est à mon avis le plus sur moyen de libérer ce secteur économique, favoriser l’exercice professionnel au détriment de la spéculation capitalistique individuelle d’une minorité.
    A titre indicatif le revenu moyen net de cotisations sociales avant impôts des pharmaciens titulaires pour 2006 est de 120 000 € soit 10 000 € mensuel.
    Celui des assistants salariés employés en officine est de 25 000 € annuel soit moins de 2100 € mensuel donc 5 fois moins ! ça n’assure pas l’unité de la profession sous cet angle !
    Cela laisse rêveur …. La loi de répartition actuelle a engendré ce genre de disparité de revenu inadmissible entre confrères ! C’est aussi pour cela que les médecins s’y opposent.
    Tout simplement parce que si la répartition est mise en place, les jeunes devront aller s’installer dans les zones peu pourvues en médecin, mais qu’en même temps, dans les zones médicales excédentaire, seul le rachat d’une « patientèle » permettra à un jeune diplômé de s’y installer. Conséquence une spéculation sur la valeur de ces « patientèles » dans les zones recherchées déjà excédentaire et qui le resteront qui mettra en place comme en officine une sélection par l’argent pour s’installer !
    Sympa comme idée, reproduire les mêmes travers au prétexte de soi disant assurer je ne sais quel meilleur service en milieu rural !
    La coercition n’a jamais fait progresser l’humanité.
    Et cette « belle » loi de répartition des officines en France date de Pétain, souvenez vous en !

  163. By Pharmakon on Oct 7, 2020

    Je vais devoir te contredire mais ton avocat te le confirmera le refus de vente même en pharmacie s’applique et toxico ou pas (oublie pas que ce n’est pas lui qui vient chercher la boite mais sa copine) le refus de vente d’un médicament est interdit ! c’est la loi
    Par contre faute professionnelle pour 5 boites car comme tu semble l’ignorer depuis 1957 (si si !!) c’est suite à un arrêté maximum une boite !
    Au passage pour le Ministre actuel les produits conseils sont à laisser en accès libre devant le comptoir dans l’espace client pour qu’enfin le marché se développe ! ça doit te faire bondir ?
    D’autre part pour la personne alitée j’attends toujours ton scénario pour ta délivrance à la maison en quittant ta pharmacie que tu fermes en pleine journée n’est-ce pas ?
    Sérieusement le sujet mérite un débat plus large !

  164. By ANFOSSI on Oct 7, 2020

    Cher Président,

    C’est avec la même pertinence que vous mettez en évidence des lobbies qui ne veulent pas dire leur nom.

    1- Pharmacie de quartier, relationnel, médicaments génériques l’argumentation semble facile.
    -le retour de médicaments inutilisés est très mal vu de la profession.
    -difficile aussi de retour chez soi d’utiliser le bon médicament qui a changé de nom l’explication verbale est déjà oubliée.
    -le rapport le plus important réside dans la vente paramédicale à des prix !
    -le train de vie des pharmaciens en titre, pas des employés, est pour le moins très aisé.
    -les employés sont en sous nombre
    -ils assurent le relationnel avec beaucoup d’humanité et une compétence remarquable.
    -les pharmacies mutualistes sont peut-être l’exemple à généraliser.
    -nous avons faire aux mêmes personnels compétants.
    -plus de marge arrière avec les laboratoires.
    -la formation des pharmaciens est longue et couteuse. Qui paie ? Qui profite.
    - Alzheimer, parkinson voila le débouché de médications très chères. Il en a été oublié la dopamine inventé par les USA utilisée par la RUSSIE comme aspirine et revenue en France vu son efficacité dans ces cas mais à contre cœur car son prix est dérisoire.

    À la globale réduction des coûts et plus de personnels dont il faut reconnaître les qualités.
    A prévoir une structure de contrôle pour éviter les dérives.

    2 – Les notaires ont vu leurs privilèges diminuer. Si peu.
    Leurs conseils sont indispensables.
    Chacun a en tête la caricature du clerc en charge du travail ingrat et non reconnu.
    Les gains devraient correspondre aux services de chacun et non à ses privilèges acquis.
    Structure à revoir dans un cadre mieux défini et une répartition territoriale plus judicieuse.

    3 – Privilège des taxis coût et moyens pour obtenir une licence.
    Je ne saurais faire le point sur la situation en France mais « il y a très longtemps » à Marseille à l’époque d’un maire ministre de l’intérieur ce n’était pas triste.

    4- Les seuls vrais privilégies sont les magistrats souverains en leurs tribunaux (pas ceux du peuple)
    ils imposent leurs horaires prennent des décisions à volo
    dont ils ne sont pas responsables
    conduisant à faire appels
    cassation rejugement, tout cela au nom du peuple Français qui n’a surtout pas son mot à dire.
    d’où l’engorgement entretenu des tribunaux.
    Des magistrats de qualité et responsables (104) ont dénoncé cet état de fait il y a une dizaine d’années sans avoir pu le faire évoluer.

    5- D’autres sujets méritent des traitements sérieux……………

    Ouvrir des chantiers d’assainissement démontre d’une volonté remarquable.
    Les mauvaises habitudes sont bien ancrées car souvent très lucratives.

    Sans la moindre flatterie vous êtes le seul capable de créer et dynamiser des équipes de qualité.

    Bravo Monsieur Le Président.
    Fideleclerc42

  165. By Christophe on Oct 7, 2020

    Pharmakon, je ne suis pas titulaire, je suis assistant à Rethel ! Donc déjà il n’y a pas que les titulaires pour défendre la régulation !
    D

  166. By Pharmakon on Oct 7, 2020

    Christophe,
    Je te remercie de ne plus interpréter mes propos en me les réattribuant.
    Concernant les exemples de délivrance, j’ai évoqué le droit, pas l’exercice libéral de chaque pharmacien qui exerce son art en son âme et conscience (c’est un privilège de nos jours) en s’appuyant sur la législation en vigueur.
    Je rejoins l’analyse d’Agnès.
    Par contre, je pense que les contraintes économiques de l’officine aujourd’hui sont à analyser, car c’est une base économique saine, que chaque titulaire peut en toute autonomie exercer son art, pas brimé par son statut d’assistant ou englué dans le financement de son outil de travail.
    Pour libérer toutes les forces vives de ce secteur, il faut pouvoir évoluer dans un environnement économique favorable. Ce n’est pas l’endettement faramineux qu’accepte les titulaires qui s’installe qui me semble propice à un exercice serein de cette profession, en toute indépendance et avec toute la probité qui s’impose.
    Au contraire une installation libre comme les médecins, les dentistes, les kinés, les infirmières, les vétérinaires … apparait immédiatement comme plus propice à l’expression légitime du professionnel de santé que se doit d’être le pharmacien.
    La course effrénée au profit dont certains se rendent coupable dans cette profession, est pour la plupart la seule réponse qui leur reste pour faire face à leurs engagements financiers ! au profit je le rappelle du cédant parti avec un fonds surévalué compte tenu du numérus clausus à l’installation.
    Quand on voit les fonds qui se revendent à 6,7,8 et plus fois l’Excédent Brut d’exploitation (E.B.E.) assimilable pour notre propos à ce que l’on nomme communément la marge nette, il faut être conscient que le jeune pharmacien vient d’offrir au cédant 6,7,8 et plus années de revenu, nonobstant les charges sociales qu’il doit régler et son imposition sur le revenu (environ 40% de ce montant) ! Il vient donc de faire une croix sur 9,10,11 et plus années de revenus !!!!!
    A noter que s’il a pu vivre pendant ce temps ce n’est du qu’à la progression de son Chiffre d’Affaire dont le bénéfice lui est totalement acquis. Liberté vous avez dit liberté ?
    La seule manière de s’en sortir pendant ces longues années c’est de faire progresser son CA donc de vendre plus encore plus toujours plus pour ….. Survivre !!!!
    Aujourd’hui les dépenses de médicaments ont stoppé voire chuté en 2006 ; 2007 et 2008 s’annoncent du même acabit. La Marge dégressive lissée (MDL) bat son plein, les déremboursements (veinotoniques à 0% au 01.01.08) les conditionnements 3 mois etc. ….
    Baisse de CA et baisse de marge si t’es endetté bien le bonjour !
    Ce cas de figure pourrait expliquer aux lecteurs la teneur de tes propos.
    Si tel est le cas tu m’en vois sincèrement désolé.
    Le caractère libéral de notre profession ne pourra s’exprimer fortement que sur des bases économiques solides. La fin du numérus clausus à l’installation en est la cheville ouvrière.

  167. By David on Oct 7, 2020

    Je pense Monsieur le Président qu’il ne convient pas de réformer trop rapidement la France. Bien que nous devions malgré tout pousser vers plus de mondialisation à tous les niveaux ! Pour les réformes, fonctionnaire, je pense que vous n’y parviendrez pas ! Mais essayez malgré tout.
    Les réponses données ici, sur ce blog, témoignent que les citoyens n’ont aucune conscience de l’universel et que d’aucun ne veut réellement ouvrir les yeux sur les signes du temps.
    Depuis votre élection, il y a un grand champ d’incertitude, parce que nul ne sait exactement ce que sera le monde dans vingt ans. Ceci impose à l’action politique un devoir de responsabilité et aux différents clans un devoir d’humilité. Dans votre volonté de réforme je perçois bien cette volonté de réduire les inégalités mais n’oubliez jamais que nous sommes en France !
    Dans tous les cas, foutez vous des notaires comme des pharmaciens, comme des magistrats. Dans ma famille on compte des membres de ces confréries … Ils sont indispensables pour nous construire face à la mondialisation mais ils doivent bien comprendre qu’ l’Etat de la France doit prendre pour tâche unique l’adaptation au MONDE VIVANT et ne plus se satisfaire des besoins, des envies de certaines fractions qui entendent seulement maximiser leurs petits profits mesquins !
    En fait vous avez raison et nous devons réduire le déficit solidaire dans ce pays car à trop vouloir défendre des régimes de “rentes de situation” nous favoriserons pour demain le fascisme !

  168. By maxime on Oct 7, 2020

    pharmakon
    1)donc pour vous :
    pour les comportements addictifs : no limit, on ouvre les vannes 5 boites de donormyl achetées , 1 néocodion offert ! avec 3€ offert sur votre carte de fidélité. après tout il faut bien ouvrir le marché à la concurence et que TOUS les consommateurs y trouvent leur compte…
    2)pour le renouvelement des ordonnance, nous sommes en attente du decret d’application, mais c’est fait on aura le droit de renouveler certains traitements dans certaines conditions.
    Ceci permettra la continuté des soins et la bonne observance des traitements.
    c’est dans ce sens que doit evoluer notre profession !

  169. By Christophe on Oct 7, 2020

    Maxime
    J’ai exactement fait la même réflexion que toi mais dans le sujet “pharmaciens,taxis,notaires…le débat sur les rentes de situation”
    Il semblerait que notre ami pharmakon se soit montré sur son vrai jour ! C’est très bien,ça montre les motivations des personnes qui veulent la dérèglementation ! Il nous a donné des arguments, remercions le pour ça.
    Il faut construire la pharmacie de demain dans l’intérêt de la santé des personnes. La pharmacie doit rester un espace de santé avec aux commandes des professionnels de santé. Tout celà ne veut pas dire qu’il ne faut pas des évolutions, au contraire c’est même souhaitable mais dans le sens de la santé. J’ai déjà listé une série d’évolution. Il faut construire la pharmacie du 21eme siècle autour du patient et du pharmacien et pas autour des financiers et de Mr Leclerc! Je pense aussi qu’il faut reforcer la colaboration médecin-pharmacien
    Une question pour les créateurs du blog, mes messages s’affichent directement, il n’y a plus de modération?

  170. By Enervé on Oct 7, 2020

    La question que l’on doit se poser si l’on veut supprimer un monopole est de savoir au profit de qui ? En résumé à qui profite le crime ?

    Les petits copains de Nicolas Sarkozy à savoir:
    - pour les pharmaciens: L’allemand Celesio (21,6 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2006) compte 2 100 pharmacies sur le Vieux Continent. Un autre allemand, Phoenix Pharma (20 milliards d’euros ; 2 000 pharmacies), très internationalisé, cherche à prendre pied dans l’Hexagone. Le britannique Alliance Boots (20 milliards d’euros de chiffre d’affaires) compte pour sa part déjà 3 100 pharmacies en Europe. J’ajoute également les grossistes, les répartiteurs (Cf article du MONDE du 2 octobre 2007) et enfin et surtout la grande distribution (Michel Edouard Leclerc pousse son ami Sarkozy en ce sens. Il suffit de visiter le blog de ce dernier:
    http://www.michel-edouard-leclerc.com/blog/m.e.l/archives/2005/04/parapharmacie_le_monopole_cont.php)
    - pour les notaires: les plus gros cabinets d’avocat (profession la plus représentée au gouvernement et au parlement et par ailleurs, seuls juristes de la commission !) vont récupérer la mise.
    De toute façon, les anglo-saxons vont finir par absorber tout le monde. Je dis simplement que la suppression du monopole ne va pas permettre aux avocats qui tirent la langue de se refaire une santé financière. Ils n’auront pas en effet les moyens de nous concurrencer. Manque de formation et manque de moyens financiers seront les deux principaux obstacles. Seuls les gros cabinets anglo-saxons auront les moyens de nous concurrencer. Ils semblent déjà écraser leurs amis avocats français (Cf article du FIGARO du 31 août 2007: http://www.lefigaro.fr/economie/20070831.WWW000001187_les_avocats_passent_sous_pavillon_americain.html ), ils pourront s’occuper de leurs nouveaux amis notaires.
    - pour les avoués: les avocats.

    Si le numerus clausus des notaires disparaît, les avocats doivent, de leur côté, abandonner leur monopole…

    Je me demande quelle est la rémunération des avocats associés de ces grands cabinets ? Là où un avocat moyen dans un cabinet français prestigieux gagnerait 450.000 €, il serait rémunéré à 750.000 € chez un Britannique et 1 million environ chez un Américain. (Source Le Figaro ci-dessus). Vraiment rien à envier aux plus gros notaires…

  171. By Christian82 on Oct 7, 2020

    Nous vivons dans un pays entiérement sclérosé ou les rentes de situation sont partout; passons sur les innombrables commissions, sur toutes ces administrations qui sont là pour vous surveiller (ex Drire) , les TPG et autres énarques en mal deposte (ex Villepin),en fait passons sur l’Administration en général en espérant que Mr Sarkozy tiendra bon quant à la reduction du nombre de fonctionnaires ( 20 000 fonctionnaires supprimés cette année soit 0,5 % de l’effectif total de 4 millions), un des combles est effectivement celui de la santé ou Tous ont intéret à ce que surtout le systeme (le fameux modéle français)ne change pas car tous en vivent grassement et tous jouent sur la peur légitime de tout un chacun de la maladie: les pharmaciens, les toubibs qui vivent bien, à l’abri de la concurrence (quota, on n’installe pas une pharmacie sans autorisation), sur un marché garanti(il y aura toujours et de plus en plus de malade), les hopitaux(dont les maires sont la plus part du temps administrateur et sont en quelque sorte une vitrine et un enjeu électoral), les assurances(les mutuelles) qui réglent pour vous le tiers payant ( et s’arrangent donc avec la bénédiction de Tous pour que surtout vous ne sachiez pas ce que coutent réellement les médicaments que vous avez dans votre sachet en sortant de la pharmacie…

  172. By HERVE Jean on Oct 8, 2020

    re bonsoir,
    ce ne sont pas les tribunaux ni leur nombre qui sont en question mais les juges : tant ceux des TI ,TGI et CA . Sans être manichéen et dire :tous bons-ou tous mauvais il faudrait revoir leur nomination (par exemple sans passer par l’ecole de la magistrature),les responsabiliser,mettre parfois en place la collégialité et,au préalable réformer le mode de fonctionnement des tribunaux en y mettant une dose de métode anglo-saxonne: que chaque magistrat ne puisse dicter “sa” loi au mépris de “la” loi, revoir le code civil et le mettre en adéquation avec la société actuelle ; supprimer ce qui y est inutile (je pense à de nombreuses jurisprudences surannées que d’ailleurs Michel Charasse souhaitait intégrer chaque année dans la loi des finances mais n’a pu réaliser son projet).Je ne parle pas des honoraires fantaisistes de certains avocats et l’incompétence notoire des experts “auprès des tribunaux”).Arrêtons-là ces voeux sans doute pieux !!!

  173. By jean louis grillet on Oct 8, 2020

    Bonjour,

    Impossible de ne pas réagir à l émission de France 3 hier soir avec M E Leclerc.

    Quand le débat a glissé sur la pharmacie, un consensus s’est fait sur une véritable croissance avec une totale libéralisation de la pharmacie.

    Alors ceux qui se chamaillent ici sur le numérus clausus, vous auriez dû voir le visage du M Leclerc qui s’est éclairé avec cette libéralisation.
    Entre autre on a oublié de rappeler dans l’émission qu’il était memebre de la commission Attali.
    Enfin l’ambition de la libéralisation est de revoir la propriété de la pharmacie/ L ouverture du capital à tout le monde impliquera une officine dans chaque grande surface.

    Et donc ce qui impliquera des fermetures d’officine dans les quartiers, et dans les campagnes.

    ET donc ce qui impliquera le commencement de l’agonie de l’officine libérale.

    suite du feuilleton fiction réalité plus tard

  174. By Jean-Jacques Vitrac on Oct 8, 2020

    La liberation de la croissance passe aussi par l’etranger. La France pense encore trop souvent au commerce exterieur avec trente ans de retard.
    Aujourd’hui, nous devons mettre en place:
    1. des consuls generaux qui sont avant tout des hommes d’affaires capables de prendre des contacts avec les importateurs des pays ou ils se trouvent et pas seulement des diplomates capables de gerer plus ou moins bien la communaute francaise a l’etranger
    2. des incubateurs d’entreprises susceptibles de developper (tant en France qu’a l’etranger) des marches d’exportation pour les entreprises francaises qui ne peuvent le faire seules ou de leurs propres moyens
    3. des observatoires economiques sur les grands marches etrangers qui soient plus efficaces que les chambres de commerce et puissent initier des relations d’affaires pour les exportateurs francais. Pour ne prendre que ce seul exemple, les viticulteurs francais peuvent aujourd’hui s’implanter sur un marche comme la Californie sans faire de l’exportation traditionnelle et sans passer par des importateurs/distributeurs classiques. Aujourd’hui aux USA, les circuits de distribution doivent etre courts et passer par des interlocuteurs directs.
    Jean-Jacques Vitrac
    Consultant international

  175. By Agnès on Oct 8, 2020

    Enfin une bonne nouvelle de la part de Christophe: il dit s’être rallié à mes idées, donc à celles de Pharmakon, puisque j’adhère moi-même, à l’intégralité de son propos!… Ma capacité de persuasion semble aller bien au-delà de ce que je pouvais imaginer…

    Monsieur Sarkosy, nous entendez-vous?

    Votre projet de supprimer le numérus clausus à l’installation des pharmacies rencontre ici un franc succès. Maintenant, à vous de jouer!…

  176. By Christophe on Oct 8, 2020

    Agnès
    J’avais compris que tu étais le genre de pharmacienne a mettre un point d’honneur à ne pas te plier aux exigences de tes clients pour leur bien! Alors que, si je cite PHARMAKON : “Je ne vois d’ailleurs pas “la triche” comme tu dis dans l’achat de 10 boites de donormyl en vente libre si je ne m’abuse. Faut pas voir des méchants partout”, on voit bien qu’il pense l’inverse!!!!
    Donc Agnès, je me serais trompé, toi aussi tu ne vois rien d’anormal à vendre 10 boites de donormyl??????? On a vraiment l’impression que ton apparition ne vise qu’à sauver le soldat PHARMAKON !
    Il est si mal au point que tu essayes de me faire dire ce que je n’ai pas dit ????????
    Il est si mal au point que tu essayes de trouver un concensus entre vous 2 alors que si on lit vos posts sur la délivrance de médicaments ils sont antagonistes !
    Je renvoie tous les participants de ce forum à vos propos respectifs, histoire qu’ils se fassent une petite idée de l’absurdidé de ta derniere intervention quand tu dis “il (Christophe) dit s’être rallié à mes idées, donc à celles de Pharmakon”
    Non agnès, je ne suis pas pour la dérèglementation et ta dernière intervention montre que tu es préte à brader tes idées sur la délivrance de médicaments pour sauver une personnes qui ne les partage pas mais qui partage avec toi l’envie de tout dérèglementer ! Tu ne trompes personne et tu aurais mieux fait à se moment là de te détacher de Pharmakon parcequ’il a dit sur le donormyl est indéfendable!
    Encore une fois ton intervention ne vise qu’à sauver le soldat Pharmakon qui s’est quand même bien planté !!!!!

  177. By Pharmakon on Oct 8, 2020

    Le propos de ce blog est de libérer la croissance dans notre pays et de lever les freins qui entravent la bonne marche de notre économie.
    Ce n’est pas le lieu de joutes personnelles et de prospectives d’intentions sous jacentes !
    En définitive, mise à part ta vision apocalyptique, à laquelle nous n’adhérons pas, de la pharmacie rurale en cas de levée du numérus clausus, vois-tu d’autres effets délétères à cette proposition.
    Car d’un autre côté, il ne t’aura pas échappé que nous sommes nombreux à y voir des avantages certains sur d’autres plans, avantages que tu ne récuses pas, et qui sont à prendre en considération à hauteur de leurs impacts.
    Monsieur Sarkozy, Monsieur Attali,
    Le seul verrou qui bloque le système officinal est le numérus clausus à l’installation, son abrogation nous évitera le recours à des fonds extérieurs à la profession pour sauver le tissu officinal et au passage de l’OTC en GMS pour libérer ce segment.
    Libérez les pharmaciens de ce carcan ils sauront remplir leur tâche avec plus d’efficacité !
    La vocation du pharmacien ne devrait pas être de s’enrichir par capitalisation mais de tirer des revenus de l’exercice de sa profession !
    Ceux qui s’y opposent ont une vision purement capitalistique (effet indésirable du capitalisme) et ne cessent d’agiter des épouvantails.
    Les silences de certains en disent plus longs que leurs borborygmes !

  178. By Pharmakon on Oct 8, 2020

    Je te remercie Christophe de ne pas extraire partie de mes propos et de ne pas les interpréter. Ton rôle est t-il d’analyser les posts ou de débattre ? Ce que je dis tout le monde peux le lire et chacun peux se faire son opinion … à moins que tu ne sois journaliste partisan ?
    A ce propos tout le monde, les médias aussi je te rassure cite souvent une phrase « la France n’a pas vocation à accueillir tout la misère du monde (point)» en omettant la suite de la phrase (virgule et non point) mais doit prendre plus que sa part. Dixit Michel Rocard.
    Informer pas déformer à sa guise … Quel choc ce doit être pour toi inconditionnel des médias ….

  179. By Christophe on Oct 8, 2020

    Voilà ce que tu dis Pharmakon : “Je ne vois d’ailleurs pas “la triche” comme tu dis dans l’achat de 10 boites de donormyl en vente libre si je ne m’abuse. Faut pas voir des méchants partout”.
    Je n’interprète rien, je ne fais que lire ! A moins qu’il se trouve derrière tout ça un message caché? Il faut lire la phrase à l’envers? Il y a un code ?
    Pharmakon, la pharmacie est un lieu de santé et on ne peut pas parlé de libération de croissance sans parler de santé ! Ce n’est qu’en même pas ma faute si tu as écrit ce que tu as écrit !
    Ce que je dis depuis le début, c’est que la dérèglementation est une menace pour la santé et toi en tenant de tels propos sur le donormyl, tu abondes dans mon sens. Tu l’as dit, moi je n’y peux rien !
    La dérèlementation est quand même le sujet et je ne suis pas hors sujet quand je mets le doigt sur le risque pour notre santé ! Surtout que ce n’est pas ma faute si certains intervenants laissent transparaitre le fait que dans cette histoire la santé des français passe au second plan.
    Je ne suis pas le seul à l’avoir remarqué, Maxime a également ironisé sur tes propos.
    Il est également interdit à Maxime de porter un jugement sur tes propos ?

  180. By Olivier on Oct 8, 2020

    Merci de supprimer le terme de rente de situation indigne du site du Président de la république.

    Surtout que l’on se rend compte qu’il est un champion en la matière avec sa société d’avocats.

  181. By Petitbébé on Oct 8, 2020

    Couchez-vous sa tire dans tout les sens!!!lol
    Je comprend la reaction des pharmaciens : des études interminables, des investissements lourds, des heures de bagnes, et encore des éfforts a fournir! Pour moi qui n’y connait rien, les plus “fragiles” se sont ceux qui viennent de s’installer et qui ont des milliers d’euros a payer! Ceux la il ne faudrait pas qu’il se retrouve etrangler du jour au lendemain, pareil pour la licence de taxi! Donc oui, il faut prendre en compte un maximum de chose et limiter les heurts.
    Mais, pour les immenses cerveaux sur pied que vous etes, vous connaissez l’essence de la vie, le changement est inexorable, et l’adaptation est le propre de l’intelligence!!! C’est pas Nicolas qui le veut, ce n’est pas Mr Bush…a dire vrai on touche a une incapacité primale de l’Homme : La Vie sur Terre ne depend pas de l’humeur des Hommes. Aussi, on est juste en droit de prendre le train au bon momen! Le jour ou l’activité du pharmacien sera mis sous forme de logarithme…c’est l’existence meme des pharmaciens qui sera en jeux…la aussi cela sera inexorable!!!
    Nicolas, à la tache impossible de trouver des solutions a un pays qui dit en coeur :” oui faut bouger” et dans le détails…dit :” allez voir a ailleurs si j’y suis”
    Bac+ 10 pour refuser toute forme de changement?!!!…je connais des paresseux qui le font avec Bac-10!
    Ce n’est pas en faisant les devoirs, de vos freres et soeur, le repas en rentrant de votre job au Mac do pour payer les études aux montants discrimanatoires que vous avez fait Bac+10!
    Je ne vous reproche rien je dit juste que, bac+10 c’est rien : quand les parents peuvent et son la ; quand le systeme cherche et trouve les compétences de l’enfant et ne l’execute pas par principe. Chaque humain est compétent de quelque chose…mais le systeme qui a produit des “crétins” a tour de bras pour bonifier le prestige d’autres sphères, a son retour de manivelle!
    Vous faites 70 heures?!!! ok!!!La j’en appel a votre intelligence d’Homme…c pas pareil que 70 en grande distribution, et je ne parle meme pas de tenir un marteau piqueur, par moins 2 sur la voie publique…
    Vous trimez?!!!Amen, mais vous n’etes pas seuls…et s’il l’on veut que Notre Pays cesse une seconde de paraitre ridicule a la table des Grands il faut sincerement consentir a la nécessité d’une reorganisation….de Tout les secteurs….!!!Vous l’aurez remarquer je vous parle comme si vous etiez Français car dans mon esprit L’Union de coeur ne doit pas etre seulement quand on gagne au rugby!
    Il est définitivement temps que l’on gagne au niveau économique!
    Vous pharmacien, notaire, avocat, medecin et tout ces beaux et prestigieux métiers que j’aurais voulu faire moi meme…vous avez un devoir moral vis a vis du pays. Chacun vous soutien un respect aveugle…a vous de montrer que votre bac+10 en chimie ne sert pas qu’a faire de la comptabilité!!!
    Bcp de parents mettent a sec leur nerf, pour que leur enfants fassent comme vous. L’eglise ayant perdu contact avec elle meme a perdu ses fidèles….vous etes maintenant le dernier rempart : du Merite, du prestige, de l’intelligence incarné, de la morale… si vous vous crachez sur tout mouvement….la France parlera chinois dans 20 ans!
    Alors, toujours Français???

  182. By philex on Oct 8, 2020

    Monsieur le Président, une petite devinette :

    * j’ai créé des emplois pendant que les grosses entreprises licenciaient par milliers leurs salariés,
    * je ne suis jamais en grève,
    * je ne bloque ni les transports en commun, ni les routes,
    * je ne délocalise pas mon activité,
    * j’emplois des salariés compétents, qui se forment tout au long de leur vie,
    * et pour me remercier vous me dites que je suis titulaire d’une rente de situation que plus rien ne justifie;

    Je suis? je suis ? …

    Une profession libérale réglementée.

  183. By Christophe on Oct 8, 2020

    C’est quand même incroyable, on soulève le lièvre dans les propos de certains et hop, on doit la fermer, il faut faire comme si on avait rien lu !
    Ma position est invariable : c’est la santé des français ! Et moi contrairement à toi, Pharmakon, je ne suis pas pour la délivrance de 10 boites de donrmyl. J’estime que le pharmacien a le devoir de ne pas dire “amen” à tout ce que veulent les gens ! Je suis dans la droite lignée de ce que pensent beaucoup de professionnels de santé, c’est à dire limitée la prescription et la délivrance de psychotropes! Il en va de même pour certains médicaments pouvant être détournés par des toxicos!

    La dérèglementation mettra fin à l’indépendance du professionnel de santé qu’est le pharmacien et inverserait les roles. Les mauvais pharmaciens qui ferment les yeux sur la délivrance de certains médicaments se verraient renforcer et ceux qui font attention à ne pas faire n’importe quoi se verraient pénaliser !
    Il faut évoluer dans le sens des pharmaciens qui travaillent pour la santé des gens et pas dans le sens des pharmaciens qui ne s’intéressent qu’au tiroir caisse.
    Un pharmacien qui ne vendrait que ce qu’il est nécessaire pour la santé des gens dans une grande surface, se verrait taxer de mauvais commerçant et donc remplacer ! Bienvenu dans le royaume de la surconsommation de médicaments.

    J’ai déjà fait pleins de propositions qui vont dans le sens d’une réduction des coûts tout en préservant la qualité de soin : renouvellement d’ordonnance par le pharmacien etc…

  184. By Pharmakon on Oct 8, 2020

    Je rappelle le début du propos “donormyl” qui est une question de ta part et non de mon fait.

    By Christophe on Oct 6, 2020

    Pharmakon
    Encore une question : si un pharmacien en grande surface refuse de vendre 10 boites de donormyls ou de comprimés à base de codeine et si il ne délivre juste que ce qu’il lui semble nécessaire à la santé des gens, sera t’il considéré comme un bon professionnel de santé par le patron de la grande surface ou comme un mauvais commerçant? Là je meurs d’envie de connaître ta réponse, toi qui ne jure que par l’économie!
    Dans les grandes surfaces ou dans des chaines appartenants à des nons pharmaciens, le pharmacien va perdre son indépendance. Voilà vers quoi toi et tes économistes vous voulez nous mener!

    et ma réponse :

    Pour ton histoire de 10 boites de donormyl au fait tu le sais peut être pas mais les patients qui les veulent font tout simplement le tour des pharmacies et des pharmaciens récalcitrant pour obtenir leur compte ….

    Puis :

    le refus de vente d’un médicament est interdit ! c’est la loi
    Par contre faute professionnelle pour 5 boites car comme tu semble l’ignorer depuis 1957 (si si !!) c’est suite à un arrêté maximum une boite !

    Et :

    Le refus de vente de la pilule du lendemain est aussi interdit par la loi.
    Je ne vois d’ailleurs pas “la triche” comme tu dis dans l’achat de 10 boites de donormyl en vente libre si je ne m’abuse. Faut pas voir des méchants partout. Si tu confonds donormyl et mogadon là !!!!

    je te cite encore :

    By Christophe on Oct 7, 2020
    Tous les participants en te lisant auront compris que tu est un adept du “consommé plus de médicament”.T’entendre dire que tu ne vois rien d’anormal à ce qu’une personne reparte avec 10 donormyls, c’est hallucinant! Tu t’es grié en beauté avec tes 10 boites de donormyls! Tu n’es pas un pharmacien ou un autre professionnel de santé, ce n’est pas possible après avoir tenu de tels propos! Tu veux faire des lots de donormyls??? 1 acheté pour 2 offert?

    Et maxime de rajouter :

    By maxime on Oct 7, 2020

    pharmakon
    1)donc pour vous :
    pour les comportements addictifs : no limit, on ouvre les vannes 5 boites de donormyl achetées , 1 néocodion offert ! avec 3€ offert sur votre carte de fidélité. après tout il faut bien ouvrir le marché à la concurence et que TOUS les consommateurs y trouvent leur compte…

    Ce qui n’a jamais été mon propos mais une interprétation diffamante !

    De soi-disant copier-coller tronqués !

    Je rappelle à ceux qui l’ignore qu’il existe en france l’agence du médicament et qu’il faut une autorisation de mise sur le marché pour vendre un médicament.
    Il existe deux grands types de médicaments ceux en vente libre ne nécessitant pas d’ordonnance te ceux listés qui nécessitent une ordonnance médicale.
    Cette distinction repose sur de nombreux critères notament la toxicité et la survenue potentielle d’évènement indésirables sérieux voire graves.
    Cette autorité qui classe les médicaments est composée de spécialistes dans leurs domaine de compétence.

    Notre ami Christophe dans le cas du donormyl, du fervex et peut être d’autres spécialités … souhaite remettre en cause de son propre chef la classification de ces spécialités.

    Je rappelle l’agence du médicament n’a jamais listé ces produits, qu’ils sont utilisés par une large population sans effets secondaires notables reportés (pharmacovigilance oubliée de certains) mais que dans certaines pharmacie arbitrairement la délivrance est limitée à une boite ! Le fait du prince qui colle parfaitement au numérus clausus et si par hasard vous en vouliez deux une boite pour vous et une pour votre copine eh ben non il faudra qu’elle passe à la pharmacie “la fainiente (sic)”.

    Chacun pourra juger de ton props et de ses limites sachant qu’à aucun moment je n’ai proné la surconsommation, la vente par lots, les rabais, remises sur cartes de fidélité ou autre … mais rappeller simplement la loi qui semble te déplaire.

  185. By Pharmakon on Oct 8, 2020

    La seule dérèglementation que je préconise est celle du numérus clausus à l’installation pour les nombreux motifs déjà évoqués.

    Les amalgames douteux et les épouvantails qui s’agitent sont de piètres anti-thèse.

    L’ancestral machiavélisme qui scinde la population en deux échantillons arbitrairement bon ou mauvais confine à la langue de bois qui meuble (oups) les diners mondains.

  186. By Petitbébé on Oct 8, 2020

    Bla bla, bla bla…
    Le chinois s’en inquiete peu. Son humilité naturel le pousse juste a vouloir diriger la planète! En France on est encore plus humble : on veut juste garder son niveau de vie! Son t-il aussi crédible economiquement que l’ile de St Nevis? Pas forcement! La plus grande puissance au monde leur doit a ces tout petits chinois : 800 milliards de dollars! Pour moi, ils sont clairement la plus grande puissance au monde.
    Pendant que l’on jouit de reunions en reunions, de dialectique en dialectiques, de corp de metier contre corps de métier….on se bat pour des détails marginaux car on pense plus marge que L’elevation de la France…cela nous marginalise! Ou est Descartes pour nous mettre une taloche!!!
    En France, pour déplacer un gobelet on fait une reunion, puis un débriefing, puis un reunion du débriefing…puis un compte rendu au salarie et un piquet de greve des syndicats par principe….contre ; on se lance dans une orgie frénétique ou seul compte ces deux mots :” Moi, je ” oui mais moi-je aussi…oui mais moi plus que toi…!!! …Hum passe moi le marteau!
    En Chine, Le chef se leve et dit : On va droit devant! Et la vous avez une armée de 1.7 milliards de gars qui font corp derriere le chef!
    Je ne dit pas de faire comme eux, je dit juste faite quelque chose, meme n’importe quoi cela serait déjà sa de pris!
    A dire vrai : la solution parfaite, n’existe pas! Et meme s’il en existait une : il y aurait en france bien un corp de métier ou un syndicat pour en retrouver a dire!
    L’action parfaite est de trouver la solution la plus gagnante. La creme de la societe est en galere! oui!!! mais ce qui sont au fond de la casserole crèvent déjà!
    Autre chose!…Rien a voir!
    La Terre est vivante. Elle a donc une date limite de consommation. Sa dispartion est donc inexorable, meme si j’eteind ma cigarette, ou je vais au travail a pied…
    Voila, un truc qui suscitera du changement seulement la : aucun syndicat de vendeur a la sauvette, ne viendra dire qu’il n’est pas d’accord. Tu dors t’es mort!
    On atteindra ainsi, la Fin eternelle du bla, bla,bla….plus aucun cérébro-spinal ne viendra sémantisé, dialectisé, négocier, déblateré…
    Viendra le règne du le silence pur, devant ce qui EST : on parlera tous chinois!
    C’est ici, que prend fin, les demarches astucieuses de la pensée.
    A force de penser petit, de voir petit, de parler petit…On fini par passer a coté de l’essentiel…l’Autre.
    Avoir une tonne de fric et partir seul avec sa famille en bateau, c’est jouissif…mais qu’un temps…tres vite on fait le tour et on se retrouve devant soi meme, la où il n’y a rien!
    Apres la guerre pour l’argent, pourquoi pas un espace europeen ou l’on travaillerait non plus pour sa “gueule” mais pour l’autre dans un semblant de moralité, de comprehension de l’homme, et plein d’autre question qui echappe a l’art de jouer avec les chiffres! Oui un voeux pieux naïf et ridicule d’un petit etre bac-10…qui se dit :”ciel dire que c’est la seule chose que les bac +10 n’auront jamais tenté!!!”
    Vien ici, la fin de l’intellect et peut etre le début du silence!

  187. By Christophe on Oct 8, 2020

    Pharmakon
    Je t’ai répondu que avec la mise en place du DP, ce ne sera plus possible de faire le tour des pharmacies ! Donc les pharmaciens y travaillent !
    Tu t’enfonces de plus en plus là : le donormyl est un pseudodérivé de phénothiazine ! Si il est possible de le délivrer c’est parcequ’il est vendu en petit conditionnement !!!!
    Je te signale également que beaucoup de médicaments ont été retiré du marché la découverte d’ effets secondaires qui n’avaient pas été listés dans un premier temps. Je te rappelle aussi qu’à partir du moment où une substance est active (surtout une phénothiazine), elle a de forte chance de ne pas être si anodine que ça ! Et encore une fois, si il existe des boites d’euphytose de 120 et pas pour le donormyl, c’est bien que le donormyl n’est pas aussi anodin que l’euphytose! Idem on peut délivrer en conseil du lopéramide (même molécule que l’imodium) parcequ’il y en a moins dans la boite !
    De plus je ne tronque rien et j’ai invité plusieurs fois les participants de ce forum à aller lire tes messages dans leur ensemble!

  188. By Christophe on Oct 8, 2020

    Pharmakon
    Je vais prendre un exemple révélateur : le médiator. Qd on ouvre le vidal à médiator, il n’y a rien,pas d’effets secondaires bref le médicament anodin. Ce médicament presque anodin (amphétamine) a été retiré en Espagne pour cause de valvulopathies et convulsion !
    Tout ça pour te rapeller Pharmakon qu’un médicament reste un médicament, ce n’est pas un bonbon

  189. By blog@sarkozynicolas.com on Oct 8, 2020

    “Merci de supprimer le terme de rente de situation ”

    Ce terme est celui employé par Nicolas Sarkozy

  190. By Christophe on Oct 8, 2020

    Pharmakon
    Je sais que tu vas me dire que le médiator est listé (contrairement au donormyl) mais il n’en demeur pas moins qu’il est interdit en Espagne et pas en France où la notion de valvulopathie est inconnue du vidal!

  191. By Christophe on Oct 8, 2020

    Pharmakon
    Dans ton dernier post,et là je ne ferais pas de copié-collé,tu montres avec quelle légèreté tu traites une molécule proche des phénothiazines. Je dis juste aux participants de se forum d’aller te lire, rien de plus. Le pharmacien est un professionnel de santé et doit mettre en garde contre les incidences de tel ou tel médicament. Ce que d’ailleur, je ne me prive pas de faire avec le donormyl, médiator, ebixa etc etc
    Tu fais machine arrière là. Dans un de tes posts (pareil pas de copié-collé,j’invite juste à aller voir), tu citais des économistes,le big boss du FMI etc … qui défendaient la fin du monopole de distribution.
    Quand tu dis : “La seule dérèglementation que je préconise est celle du numérus clausus à l’installation pour les nombreux motifs déjà évoqués” (Je ne vais pas plus loin au risque de te faire dire que j’interpréte de travers) mais alors tu n’as pas la même position que “l’ancien directeur du fmi et ses copains” que tu as pourtant cité? Je dis ça sans aucunes attaques.

  192. By pharmacien-entrepreneur on Oct 8, 2020

    Salut à tous, mon point de vue est le suivant, il ne devrait pas y avoir de quorum à l’installation pour la première officine d’un village en effet, nos commerces sont important pour les gens au même titre que leur boulangerie, leur boucherie…Une libéralisation de l’installation de la première officine permettrait de maintenir un maillage en milieu rural et comme le jeune titulaire ne serai que très peu endetté il pourrai encaisser toutes les baisses de marge à venir nécessaires à la survie du système !

  193. By Pharmakon on Oct 8, 2020

    Le rapport bénéfice risque, voilà bien se principal argument en médecine et en pharmacie.
    Médiator ? Au delà du fait qu’il soit listé et que les indications thérapeutiques soient sans rapport avec notre désormais célèbre Donormyl,
    Tu te proposes donc toi tout seul de contredire l’AFSSAP concernant cette spécialité.
    La pharmacovigilance et les experts de l’Agence du Médicament (pardon j’oubliais que les experts n’ont pas bonne presse à tes yeux) ne font pas le poids face à tes conclusions !
    Le principe de précaution c’est bien mais en l’occurrence, toute ta science pharmacologique est-ce bien raisonnable au comptoir quand cette patiente vient avec son ordonnance chercher une boite de Médiator, si tu lui tiens ce laïus, « vous savez ce médicament a été retiré du marché en Espagne madame ! » Tu vas mettre à mal l’option thérapeutique choisie par son médecin, générer de l’angoisse chez ton patient ….
    Résultat des courses comme tu es savant, persuasif, respecté et écouté (toi tu ne vends pas n’importe quoi à n’importe qui …) elle ne prendra pas son traitement (ce ne serait pas raisonnable) et ne traitera pas son problème de santé aux conséquences tu le sais problématiques !
    On va où là ?

    Sérieusement tes pistes de réflexion que je cite à nouveau :
    « By Christophe on Oct 6, 2020
    Il n’y a pas besoin de dérèglementer pour faire des économies, il suffit :
    -de donner au pharmacien la possibilité de renouveller les ordonnances et d’adapter le traitement
    - de donner au pharmacien la possibilité de déliver certains produits listés comme des collyres antibiotiques, des corticoides type solupred pour les allergies ETC…sans passer par les 21 euros du médecin!
    Ces 2 propositions permettent de désengorger les médecins qui eux désengorgeront les urgences et donc économies!
    -Le pharmacien pourrait très bien faire le vaccin pour la grippe ou d’autres vaccins parceque 21 euros ça fait cher la vaccination etc etc……… »

    Le renouvellement des ordonnances par le pharmacien (ça vient pas de toi c’est dans tous les journaux)
    Es-ce bien nécessaire et combien cela génèrera t-il d’économies ? Les médecins pouvant prescrire pour 1 an !!
    Faire des vaccins à l’officine ( dans le même post un peu plus haut !) sérieux ?
    Délivrer des collyres antibiotiques : ouah ! hasardeux !
    Délivrer sans ordonnance de la cortisone pour les allergies ??

    Sérieusement cela ne va pas dégager un consensus ! mais un tôlé !
    Autre chose pour nous faire progresser ?

  194. By La Fouine on Oct 8, 2020

    Sarkozy, avocat depuis vingt-six ans, détient encore 34 % d’un cabinet d’avocats parisien.
    Nicolas Sarkozy est le neuvième président inscrit au barreau de Paris. Mais le fait qu’il soit encore actionnaire d’un cabinet, et donc en tire des profits est étrange.
    Son associé indique que « Nicolas Sarkozy n’exerce évidemment pas le métier d’avocat, poursuit Arnaud Claude. Il ne m’appelle plus tous les deux jours pour s’enquérir de la santé du cabinet, et nous avons mis en place une location de ses actions à mon profit par acte notarié. Il ne touche donc plus de dividendes de la société. »
    Combien lui rapporte la location de ses parts ? « No comment », répond Me Claude.
    (Source: Le Parisien)

    Vive les rentes de situation. N’est-ce pas Monsieur le Président !

  195. By Pharmakon on Oct 8, 2020

    Pharmacien entrepreneur :
    Ton idée est séduisante chaque commune de France (36 000) pourrait sans obligation accueillir une première officine ? Chiche !
    La régulation se ferait par rapport à la rentabilité attendue, projet viable, banque qui financent, officine qui ouvre et population qui est servie …. Parfait !
    Mais alors une question, en quoi la restriction à la première officine pour la libre installation est elle un avantage par rapport à la liberté totale d’installation ?

    Je pense que le critère principal du choix de l’implantation sera la viabilité du projet, qui assurera au titulaire les marges de manœuvres financières pour remplir sa fonction, je ne vois pas bien en quoi cette limitation à la première officine de la commune apporte un plus ?
    Aller s’installer en ville ou souvent le nombre de pharmacie est important pour se « frotter » à ses confrères déjà installé n’est pas le plus facile.

    La libre installation sur tout le territoire assurera une dispersion homogène des professionnels par rapport à l’activité à attendre de l’implantation, les petites les moyennes et les grandes communes auront un nombre adéquat de pharmacien.

  196. By Pharmakon on Oct 8, 2020

    Définition de la rente et du rentier

    Etymologie : du latin reddita, choses rendues.

    La rente est un revenu régulier provenant du placement d’un capital. C’est aussi le versement d’un revenu résultant d’un contrat (rente viagère, assurance décès), d’une décision de justice (pension alimentaire), d’un titre de créance. Une retraite peut être considérée comme une rente.

    Une rente de situation est un avantage donné par le seul fait d’occuper une situation privilégiée ou stratégique. En économie, la rente est un surplus de revenu induit par l’inélasticité du marché (Possession d’un bien rare ou d’une aptitude particulière non reproductible, inadaptation de l’offre à la demande).

  197. By Annie on Oct 8, 2020

    Christophe,

    Tu m’as l’air bien informé sur la délivrance du donormyl, bien que éloigné du sujet principal de ce forum. Suite au nombre important de post de ta part, et les leçons que tu donnes à Pharmakon, la question suivante me vient à l’esprit: à ton avis, la pharmacienne de Bayonne et le pharmacien de Marseille, dont la presse a parlé le mois dernier, par combien les délivraient-ils eux les boites de donormyl? 1, 5, 10, … plus?

    Personnellement, je ne pense pas qu’ils perdaient leur temps avec ce produit. Il en existe tellement d’autres dans nos stocks, d’un montant bien supérieur! Quand on veut tricher et être malhonnête, il n’y a pas de limite! La preuve avec ces 2 faits divers récents.

    Ces 2 malheureux cas, je ne les détaillerai pas plus, car ils jettent le discrédit sur toute la pharmacie d’officine. Ils devraient, par contre, te permettre plus de modération. On a tous compris que, à cours d’arguments, tu essayes de lancer cette fausse polémique en l’entretenant à chacun de tes posts. Pharmakon vient encore aujourd’hui, de te répondre de façon tout à fait précise.

    Je regrette que cette recherche permamente de querelle, ne fasse pas avancer le débat. Elle montre, une fois encore, les oppositions profondes qui existent au sein de notre profession. Les médecins, eux, sont unis dans leur combat, pas les pharmaciens. Preuve ici même.

    Dommage.

  198. By maya0007 on Oct 8, 2020

    Je suis très satisfaite de “cette ouverture” de monopole. La compétence d’autre fois s’acquérait sur le “tas” et elle était la MEILLEURE!
    En bref, Mr Président ouvrez la porte aux gens qui se lèvent tôt pour y montrer qu’ils sont capables de travailler et prendre les responsabilités.
    Moi-même d’origine étrangère, j’ai un diplôme des Ecoles des Techniciens Médicaux (spécialisée pour Esthéticienne - 4 ans de Lycée- 17 matières ) je me suis vu refuser le droit de m’y mettre sur mon compte sous prétexte que mon diplôme NE VAUT RIEN en France! Alors qu’Allemagne et Italie l’acceptent SANS PROBLEME. Je suis d’accord quand Mr Le Pen dit que les étrangers sont en chômage et qu’il pense qu’on est faignants mais si quelqu’un nous laissait déjà la possibilité d’y travailler avec nos bras et nos connaissances La France irait beaucoup mieux, ainsi que nous même.

    Merci à l’ouverture des portes aux “métiers”. Il faut une ouverture de grande envergure, c’est au clients de choisir si ils feront confiance ou pas à une entreprise. Il suffit d’y faire une Loi nous obligeant d’y afficher nos diplômes ou certificat de la scolarité.

    P.S. savez vous combien de grands hommes ont eu réellement des diplômes?
    Personnellement, la motivation et la soif d’y arriver m’ont suffit d’y apprendre la langue française, sans jamais passer par une formation…. cela s’appelle un don.
    Laissons l’ouverture aux dons humains à se développer librement

  199. By Pharmakon on Oct 8, 2020

    D’une manière générale, la solidarité repose principalement sur les bases que sont la liberté et sur l’équité.
    Les médecins sont solidaires c’est un fait, car l’exercice de leur profession est fondé sur la liberté et sur l’équité.
    Les pharmaciens ne sont pas solidaires car l’exercice de leur profession ne remplit pas ces conditions.
    Le numérus clausus à l’installation est liberticide et inéquitable de part le facteur discriminant qu’est l’argent nécessaire à une installation par rachat de fonds de commerce.
    Aujourd’hui le « ticket d’entrée » pour être titulaire est de 150K€ pour une officine de taille modeste.
    Certains se sont installés avec moins certes mais c’était hier ou dans des cas particuliers qui ne peuvent être considérés comme la règle commune.
    L’unité des pharmaciens est souhaitable et porteuse de grands desseins, encore faut il plus que le plus petit dénominateur commun que représente le diplôme pour bâtir la Pharmacie de demain.
    Remettre en cause le numérus clausus à l’installation ouvre les perspectives indispensables à l’évolution de cette profession, j’en suis convaincu.

  200. By pharmacien-entrepreneur on Oct 8, 2020

    Pharmakon,
    Je suis tout à fait d’accord avec toi mais je pense que le gouvernement va plutôt chercher à diminuer le nombre d’officines surnuméraires en centre ville pour éviter que ce soit la jungle pendant les 2 à 3 premières années en cas de libération totale et pour ménager un peu nos syndicats.Quoi qu’il en soit, la meilleure option serai la libéralisation totale mais je craint que le gouvernement n’osera pas faire cela c’est pourquoi je trouve que mon idée pourrai être un bon compromis, cela permettrai de faire une omelette sans casser trop d’oeufs !

  201. By Pharmakon on Oct 8, 2020

    Compromis très réaliste.Bien vu.
    Opération en deux temps pour répondre à la future objection sans attendre pour mettre en place cette réforme avant que nombre de baby boomer ne cèdent leur fonds, car les futurs acquéreurs seront dans une position financière délicate, autant qu’ils soient les moins nombreux touchés par la mise en place de cette réforme, plus tard ce sera trop tard.

  202. By Christophe on Oct 8, 2020

    Pharmakon
    Il n’y a pas que moi qui contredit AFSSAP, il y a le monde entier ! Tu vois,je ne suis pas seul dans cette affaire,c’est plutôt toi et la France qui êtes isolé. La France est un des rares pays à encore commercialisé le médiator ! Je te signale que dans les 3/4 des cas le médiator est prescript pour perdre du poids ! Alors de là à créer une angoisse !
    Pharmakon et Annie
    J’ai lancé ce débat pour voir quel genre de pharmacien se cache derrière la dérèglementation et ce que vous ne comprenez pas c’est qu’à chacunes de vos interventions vous me donnez raison!
    Il en ressort qu’un bon pharmacien,c’est pour vous une personne qui n’a pas d’avis sur un traitement (cf le post de Pharmakon sur médiator),qui ne contredit jamais le médecin sous peine de créer de l’angoisse (cf le post de Pharmakon) et qui ne porte aucuns regards critiques sur un médicament (et oui si dieu l’AFFSAP dit que c’est ok alors fermons les yeux et ce malgrès ce qui se passe à l’étranger). Je rappelle que la Pharmacien est le spécialiste du médicament (certains pharmaciens,ici,semblent l’avoir oublié)!
    Là tu ne peux pas dire que j’interprète, tu as été hyper clair!

  203. By Christophe on Oct 8, 2020

    Pharmakon
    Tu n’as pas répondu,es tu pour la fin du monopole de distribution comme tous les experts que tu as pourtant cités?
    Après avoir cités tous tes experts qui s’attaquaient au monopole de distribution tu as sorti que le seul monopole que tu voulais voir disparaitre c’est celui de la répatition.C’est un peu flou

  204. By cricri on Oct 8, 2020

    Pharmakon et Christophe arretez de vous chamailler sur ce blog : echangez vos adresses email. Vous donnez une très mauvaise image des pharmaciens et vous ne faites pas avancer le débat.Plus personne d’autre ne communique! Où sont passés nos amis notaires?

  205. By talbi on Oct 9, 2020

    mon commentaire du 08102007 à disparu . Il à peut etre ete nettoyé au carcher .Vive la censure.

  206. By jgiovan on Oct 9, 2020

    Beaux esemples de résistance au changement.

    On taxe volontiers les syndicats de conservatisme mais un grand nombre de professions sont attachées à leur Z’acquis sociaux !

    Ne vous inquiétez pas, vous l’aurez, votre déréglementation. Que vous le souhaitiez ou pas. En effet, il s’agit de la simple transcription en droit francais des directives européennes concernant la libre concurrence. La France ne prendra pas le risque de se mettre une fois de plus en désaccord avec Bruxelles, au risque de payer de lourdes astreintes.

    Au lieu de geindre, vous feriez mieux de vous préparer à des lendemains qui déchantent !

    Je connais des pharmaciens qui devancent la déréglementation en prenant des parts dans de nombreuses officines et crée de fait un réseau qu’ils s’apprètent à revendre au groupe d’investisseurs le plus offrant.

    Comme cela a été souligné, de nombreuses petites officines fermeront. Seules les plus compétitives, les mieux placées et les mieux gérées survivront. Autant s’y préparer !

  207. By jlouid on Oct 9, 2020

    je confirme il y a censure sur ce site

    dès que l’on dit des choses un peu trop vrai le texte disparait

    bravo la démocratie

  208. By blog@sarkozynicolas.com on Oct 9, 2020

    Il n’y a aucune censure sur le site.

    Talbi, votre commentaire était posté dans un autre sujet :

    http://www.sarkozynicolas.com/pharmaciens-notaires-taxis-le-debat-sur-les-rentes-de-situation/

  209. By harley on Oct 9, 2020

    La censure sur ce site ne fait plus de doute sur ce site.Ayant fait d’autre commentaire non publie a ce jour quoi que dise l’administrateur, le même commentaire que j’envoie en multiple sont publie sur d’ autres sites plus démocratique !!!!

  210. By cricri on Oct 9, 2020

    Juste un exemple de ce qui se passe aux USA (pays de la dérèglementation des médicaments):

    FDA Considering Making More Drugs Available Which Would Require The Intervention Of Just A Pharmacist

    The US Food and Drug Administration (FDA) is looking at the possibility of making more prescription drugs available over-the-counter, requiring the intervention of a pharmacist before dispensing. In other words, a consumer would not need to get a doctor’s prescription, but would need to consult with a pharmacist at the retail outlet.

    A public meeting will be help on 14th November where the FDA will hear suggestions about the idea. The Agency says it would like to hear from the medical community, advocacy groups and the pharmaceutical industry. It is crucial, says the FDA, that the role of a pharmacist in these circumstances is clearly laid out - how should the pharmacist go about counseling and monitoring the patients’ use of the drug(s), how can the pharmacist make sure patient safety is optimized?

    The FDA explained in a Federal Register notice that some groups have stressed that pharmacist interaction with the patient/consumer would make sure the drug, which would otherwise require a prescription, be used safely and effectively. As pharmacists are trained to provide certain interventions, they could make sure patients meet the conditions for use, as well as educating them on the correct use of the medication.

    This move could be useful for patients who have no health insurance coverage, as they would be spared the expense of going to the doctor in the first place. If that person really needs to drug, he/she is more likely to get it as many people without coverage do not see a physician in the first place because they cannot afford it.

    Several industrialized nations have a system whereby the consumer can access drugs by consulting the pharmacist, including Australia, Canada, France, New Zealand, UK, Denmark, Germany, Italy, The Netherlands, Sweden and Switzerland. The UK has what is called a “pharmacist-only” class of medications - some countries have more than three cases. The criteria used in other countries for switching from prescription to BTC (behind-the-counter) are:

    1. The indications of the drugs are suitable for self-medication, including self-diagnosis, with the intervention of a pharmacist.

    2. The drug’s potential for side effects and/or overdose are low - and that the intervention by a pharmacist would minimize these risks.

    3. Other considerations: Potential for abuse, patient choice and accessibility, and public health issues.

    When a drug is classified as pharmacy-only, the pharmacist has to ensure the patient meets certain criteria before dispensing, as well as to provide education on proper use and monitoring.

    “Behind the Counter Availability of Certain Drugs; Public Meeting”

  211. By Les copains d'abord on Oct 9, 2020

    Je ne supporte les propos figurant ci-dessus:
    “Ces inquiétudes illustrent la difficulté de la rupture. La transition entre un système ancien et une nouvelle organisation sociale est difficile, même lorsqu’elle est souhaitable à terme.”

    Il y aurait d’un côté les ringards poussiéreux plutôt corporatistes et de l’autre les lumineux avant-gardiste, ceux qui sont dans le vrai.

    Ce n’est pas une argumentation, c’est un truisme. On retrouve toujours le même ressort dans la communication Sarkozyste. Un populisme qui consiste à opposer les gens: les jeunes des banlieues bons à rien, les fonctionnaires fainéants aux effectifs pléthoriques, les magistrats laxistes et corporatistes… et maintenant les professions libérales qui ont tous les défauts.

    Derrière la phrase creuse, il n’y a aucun argument économique. Pour être un bon démagogue, il faut s’exprimer comme au café du commerce.

    Pourquoi avancer des solutions préconstituées qui relèvent de la magie ? La suppression du numérus clausus serait le remède miracle à la croissance… Bien sur que non. Elle aboutirait à la disparition des professions libérales au profit de grosses sociétés et la perte d’un lien social ! Quel serai le gain pour le consommateur ?

    C’est toute la question de la déréglementation dont on voit la façon dont elle a été instrumentalisée par des intérêts partisans sous couvert des théories la “main invisible” en termes de gestion des conditions de marché.

    Il ne s’agit aucunement d’un problème de croissance.

    La seule question que l’on doit se poser si l’on veut supprimer un monopole est de savoir au profit de qui ? En résumé à qui profite le crime ?

    Les petits copains de Nicolas Sarkozy à savoir:
    - pour les pharmaciens: la grande distribution. Michel Edouard Leclerc pousse son ami
    - pour les notaires: les plus gros cabinets d’avocat (profession la plus représentée au gouvernement et au parlement et par ailleurs, seuls juristes de la commission !) vont récupérer la mise.

    Tout est dit.

  212. By blog@sarkozynicolas.com on Oct 10, 2020

    @ harley

    Il n’y a eu aucune censure.

    Si vous prétendez avoir subi une censure alors que c’est faux, il s’agit d’une diffamation qui tombe sous le coup de la loi. Réfléchissez un peu avant de dire n’importe quoi dans l’intention de nuire au site. Votre adresse IP est enregistrée.

  213. By Christophe on Oct 10, 2020

    D’accord avec cricri
    En France (enfin surtout en Europe), on a toujours un wagon de retard. L’exemple des états unis est assez parlant, ils se rendent enfin compte de certains méfaits de la libéralisation à outrance. Je dis “certains” parcequ’il ne faut pas être idéologue et voir aussi ce qui marche bien. Bref, il est assez amusant de constater qu’à l’heure où en Europe, la mode est de vouloir mettre les médicaments devant le comptoir, aux états unis on s’interroge pour en mettre derrière…

  214. By perrier on Oct 10, 2020

    Monsieur le président,
    je suis installé en temps que pharmacien titulaire depuis 1 an, je travaille en moyenne 45heures par semaine (sans compter les gardes) pour un revenu inférieur à celui que j’avais en temps qu’assistant aux 35h : je voudrais savoir ce que vous entendez par rente de profession?
    Par ailleurs, il semble que vous vouliez mettre en place un système dans lequel à terme le maillage pharmaceutique, qui est sans égal et qui est une des forces de notre système de soins, est amené à disparaître.
    Nous exerçons une profession libérale mais nous sommes à plus de 80 pour cent dépendant de la sécurité sociale car nous exerçons un service publique qu’aucun principe capitaliste ne peut soutenir.
    Venez voir vos électeurs dans nos campagnes et demandez-leur s’ils ont besoin de leur pharmacien! Notre métier, c’est le conseil, c’est la prévention, c’est la délivrance raisonnée du médicament, c’est l’aide à la personne dépendante.
    Notre métier c’est du temps au service des autres, et le temps Monsieur le président, c’est de l’argent. Or de l’argent, nombre de nos confrères, de ces rentiers de situation selon vous, n’en ont plus.
    J’aime mon métier, je sauve biensûr rarement des vies mais j’évite souvent des hospitalisations ou des consultations médicales (ô combien couteuses pour la sécurité sociale)!
    Le pharmacien est utile à la France, et son indépendance est indispensable à son exercice. Aucun groupe financier ne saurait s’investir à la hauteur de l’enjeu. Vous aviez fait des promesses à Mr Abécassis, représentant syndical et fondateur du blog “pharmacienencolère” avant les élections quant à la sauvegarde du monopole pharmaceutique et à la répartion géographique. Reviendriez-vous sur votre parole, donnée à plus de 27 000 pharmaciens? J’ose espérer que non.
    J’ai peu d’espoir que cette lettre soit lue et entendue, mais qui ne tente rien n’a rien!
    Cordialement.

  215. By choupille on Oct 11, 2020

    Monsieur le president,je suis une jeune Mamie,qui est outrée scandalisée par cette loi qu’à fait voté en ‘catimini’ Mr Debré sur l’indemnite de chomage que percevra un pauvre député non réelu!!6952 euros brut pendant 5 ans, puis il ne touchera plus que 20% ….à vie!!!!Je pense que vous avez raison Monsieur Sarkosy, nous basse classe! devons faire encore plus d’effort pour le bien être de nos députés,mon petit fils de 5 ans est prêt a casser sa tirelire, mais elle est pas grosse, sa maman est au RMI!!!!!!Je fondais tous mes espoirs en vous, vous êtes énergique et j’aime çà,faire le ménage c’est bien mais passer le balaie au même endroit c’est beaucoup moins bien,le peuple n’en peut plus, je vous le dis!,nous croulons sous les divers impôts,l’euros qui a été une vrai arnaque pour tous, la TVA que vous parlez d’auguementer…et tout ce qu’on apprend des uns et des autres!!!! c’est vraiment trop!!je compte sur vous pour,ne nous decevez pas vous aussi,et mettez le holla a toute cette corruption passive ou active
    respectueusement choupille

  216. By DUMAS on Oct 12, 2020

    Je suis une nouvelle fois scandalisée: pour libérer la croissance, il faudrait supprimer le principe de précaution. Ce principe répond historiquement a une nécessité: celui de protégér les citoyens d’individus uniquement mus par la recherche de profits, sans foi ni loi. A l’heure des enjeux environnementaux, comment cette idée, qui n’en est pas une de mon point de vue, peut-elle arriver dans les médias. Si les intellectuels n’accouchent que de cette ineptie, la France est mal partie

  217. By Pharmakon on Oct 12, 2020

    Monsieur le Président, Monsieur Attali,

    L’heure n’est plus à morigéner les prévaricateurs … Il faut aujourd’hui les révoquer !

    Convaincu que votre action sera à la hauteur de vos propos.

    Respectueuses salutations.

  218. By Slave for ever on Oct 12, 2020

    Les syndicats de pharmaciens (titulaires d’une officine ) viennent de pondre avec la collaboration (complicité ?) de la section A ( les titulaires)de l’Ordre des pharmaciens un projet de loi, de façon, comment dit-on déjà, totalement décomplexée, voire cynique: faire passer le quorum pour la création d’une officine de 2500habitants (commune de moins de 30000 h) ou 3000 habitants(commune de plus de 30000 h) à 3500 habitants, juste avant la publication des chiffres de l’Insee attendue fin 2008.
    Quelle est la motivation ?
    Espèrent-ils ainsi, qu’un certain nombre de patients munis d’une ordonnance, renonceront à la faire honorer quand ils verront qu’ils auront plusieurs km à parcourir pour trouver une pharmacie..et donc ?….. économie pour la sécu à la clef.
    Mais oui! Y’en a la d’dans! Hein ?
    Bon, c’est vrai que le prix des cessions va immédiatement repartir à la hausse quand on passera à 3500 habitants par officine, mais là n’est pas la motivation des syndicats. Enfin voyons !!
    La motivation, outre les économies vues plus haut, c’est se rapprocher de la moyenne européenne nous dit-on. Il y aurait 7000 pharmacies en trop en France par rapport à la moyenne européenne.
    Ah bon? Et Alors ? C’est mauvais ça ?
    Ben alors,vous ne vous rendez pas compte mon bon monsieur ? La pharmacie va mal en France ! Z’ètes pas au courant ?
    On a du mal à rembourser les emprunts qu’on a contracté pour acheter notre licence à (en moyenne) 88% du chiffre d’affaire annuel…!
    Au passage, on remarquera que prendre comme référence l’Europe en matière de quorum n’a effleuré personne !! Quand bien même quelques mois auparavant, l’Europe nous demandait des comptes sur…pourquoi un quorum ?!!!
    On arrive là aux limites du système capitaliste:
    La pharmacie est un outil de santé publique performant et rentable économiquement.Le problème n’est pas économique, il est financier. Les pharmacies se vendent trop cher,et c’est une abérration économique d’acheter un chiffre d’affaire. Mais c’est en même temps la fameuse loi de l’offre et la demande. Or l’offre est trop faible parce que règlementée par les quorums. Si on augmente encore le quorum, l’offre va proportionnellement se raréfier et les prix de vente des pharmacies vont monter. Et quand l’Etat voudra prendre des mesures pour baisser les marges, il y aura de sérieux problèmes sur tout le territoire, avec fermetures ( en chaînes ?!) à la clef. Et qui va en pâtir ? La Santé publique au final, c’est à dire vous et moi.
    On va le boucher le trou de la sécu..moi j’vous l’dit !!
    On est bien parti !

  219. By Christophe on Oct 13, 2020

    Slave for ever
    Je ne suis pas en désaccord sur ton constat et sur la notion de service publique. Je pense par contre que les titulaires, par peur de la dérèglementation qui serait encore plus domageable pour l’offre de soin et la répartition des pharmacies sur le territoires, jouent “les bons élèves” devant le gouvernement et acceptent des compromis (même si là,c’est vrai,ça les arrange). Comme toi,je ne vois pas le mal au fait que l’on trouve plus de pharmacies en France qu’en Allemagne surtout qu’en France,la population est beaucoup plus dispersée. Je terminerais en disant : enfin quelqu’un qui parle de la pharmacie comme un lieu de santé publique ! Certains économistes ont une facheuse tendance à l’oublier et tu as bien fait de leur rappeler.

  220. By Slave for ever on Oct 13, 2020

    Christophe
    Les titulaires ne souhaitent pas la dérèglementation parce qu’elle serait dommageable à leur porte monaie, ne nous voilons pas la face.
    Cela dit je peux comprendre qu’un pharmacien, qui vient juste de s’endetter sur 15 ans, s’inquiète d’un changement subit de la règle du jeu.
    C’est un peu le problème en France, les règles du jeu changent sans arrêt. Je comprends aussi le pharmacien qui s’est dit que justement les règles changeant en permanence, je vais déposer un dossier de création, ça prendra plus de temps que d’acheter, mais je serais flexible car beaucoup moins endetté.Les déremboursements, les génériques ne me feront pas peur, et je ne constituerais pas un frein perpétuel aux réformes .
    Je pourrais faire mon métier comme je l’entends en privilégiant l’éthique à l’économique.
    Et bien ce pharmacien là, on va tenter de le mettre de coté en augmentant le quorum de population pour une pharmacie.
    Le problème est très complexe. Il s’agit de Santé publique donc il faut que la pharmacie soit encadrée par des règles et notamment le quorum a fait ses preuves.En même temps, il y a des effets pervers.
    Je pense qu’il faut arriver à assouplir les règles dans le temps jusqu’à tendre vers une dérèglementation en matière de quorum.
    On ne peut pas dérèglementer brutalement, sinon tout le système va se retrouver par terre.
    Par contre, peut-être que paradoxalement, pour arriver à terme à moins de règles ou plus du tout, faudrait-il en mettre en place de nouvelles; comme par exemple interdire la vente d’un fond de commerce de pharmacie à plus de 4 ou 5 fois l’exédent brut d’exploitation, en expliquant bien que dans 10 ou 15 ans la dérèglementation entrera en vigueur.

  221. By houstal on Oct 13, 2020

    En avant l’anarchie la libre concurrence, la loi du plus fort, nous allons détruire le tissus economique, cree des emploies a bas salaire, bref les grosses structures vont s’en donnez a cœur joie, vive le capitalisme au profit des gros et on va encore plus prolétariser les classes moyenne, bref la société américaine française est en marche. Le cachet d’aspirine à 1 € arrive. La fin de la secu, sncf, ratp, edf, gdf est programmer, vive l’Europe des banquiers et de la loi de la jungle

  222. By Christophe on Oct 14, 2020

    Slave for ever
    Ce qu’il faut bien voir, c’est que dans les 2 cas,que ce soit l’augmentation du quorum ou sa suppression, il y aura diminution du nombre de pharmacies. Dans ce 2ème cas,les pharmacies iront dans des centres commerciaux et on verra apparaitre de très grosses pharmacies. La différence c’est que dans le 1er cas la répartition restera acceptable alors que dans le 2ème cas les pharmacies iront dans des endroits stratégiques pour elles.
    Dans un système libéralisé, la mode, c’est à la concentration pour être le plus fort. Le libéralisme est un bon système pour l’innovation (même le meilleur) mais pas pour la qualité quand il vise un marché de masse . Il y a deux façons de gagner des marchés :
    -faire de la qualité mais ça coûte cher et ça ne vise que des niches
    -faire de la moins bonne qualité et donc du pas cher et par là viser un marché de masse.

    Je vais prendre l’exemple des médecins qui sont soumis à la libre installation et à une grosse concurrence surtout dans des zones de surpopulation médicale. Ils ont 2 possibilités :
    - faire de la qualité et ne pas se soumettre à la moindre exigence de leurs patients.
    - ou prescrire sur commande et céder pour tout et ce, pour ne pas perdre sa clientelle au profit d’un médecin encore plus laxiste.
    Le problème,c’est que de plus en plus,c’est le médecin “laxiste” qui l’emporte. “Le consommateur est roi” commence a perser dans un domaine comme la santé et c’est grave. Je suis écoeuré quand je voix un médecin “laxiste” marcher mieux qu’un bon médecin qui travaille dans l’optique de soigner et pas de faire plaisir. La libre concurrence pousse à courtiser les gens,à leurs faire plaisir hors un professionnel de santé n’est pas là “POUR FAIRE PLAISIR”. Le libéralisme ne sélectionne pas toujours les meilleurs mais il favorise souvent ceux qui sont prêts à tout.

    Le problème, c’est qu’on traite le problème de la pharmacie dans l’optique de “libérer la croissance” alors qu’on devrait la traiter dans un “grenelle de la santé”. Il ne s’agit pas d’empécher les réformes mais tout simplement de penser les réformes dans le sens de la santé et de l’indépendance du professionnel de santé surtout vis à vis du “patient consommateur”.

    Ps 1: quand je parle de médecins qui font plaisir, je parle de ceux qui ont la main facille sur les psychotropes, sur certains traitements à but amincissant (à base de médiator)ou qui prescrivent en remboursé des médicaments comme l’acomplia chez une personne non diabètique et juste avec un léger surpoid (médicament dont la mise sur le marché a été refusé aux états unis).

    Ps 2: je ne suis pas contre le libéralisme,au contraire. Mais il faut être pragmatique et ne pas tomber dans l’idéologie du tout libéral.

  223. By Slave for ever on Oct 15, 2020

    Petite info

    On peut lire dans le Moniteur du 29 septembre : Le cabinet du ministre (Roselyne Bachelot) a fait savoir la semaine dernière aux syndicats son intention de modifier la loi de répartition démogéographique des officines.
    Avec notamment passage du quorum à 3500 habitants pour une pharmacie.

    Il existe à La Réunion un monsieur Bachelot, lui aussi pharmacien, et ex époux de notre ministre.
    Il est titulaire d’une officine dans la commune du Tampon (60 000 habitants en 1999) sur laquelle 4 dossiers de création ont été déposés, et auraient peut être des chances d’aboutir à fin 2008….avec les règles de quorum actuelles !!!

  224. By Pharmakon on Oct 15, 2020

    L’ouverture des commerces le dimanche ou les professions réglementées, également évoquées en atelier par les membres de la commission, ne figurent plus dans le document obtenu par l’AFP. Mais la CLCF “se réserve le droit de revenir sur ces sujets dans son rapport final” prévu pour décembre.(AFP Oct. 2007)

    Ajouté à la volonté de faire passer le quorum à 3500 habitants par officine (post plus haut)

    Cela ne ressemble t’il pas à ” j’avance d’un pas et je recule de deux ” ?

    Mais pour scléroser l’avenir de la pharmacie d’officine … Belle initiative !

    Un beau rideau de fumée …

  225. By Christophe on Oct 15, 2020

    Dans une commission de libération de la croissance, la pharmacie n’a aucun avenir. Au contraire, Attali donne plus l’impression de vouloir la dépecer au profit de vrais rentiers comme Mr Leclerc (qui n’a eu qu’à naître sous ce nom) et autres fils à papa. L’avenir de la pharmacie doit se penser dans une réforme globale de notre système de santé. Il faut avant tout penser synergie, articuler les compétences entre elles dans le but de faire baisser les coûts et être plus efficace. Un exemple tout bête,est ce nécessaire de former des médecins supplémentaires avec le coût que ça représente ? Ne serait t’il pas plus judicieux de confier des nouvelles responsabilités à d’autres professionnels de santé pour décharger les médecins?

  226. By cricri on Oct 15, 2020

    Et pourquoi ne pas reculer de deux pas lorsque l’on se rend compte que le système français n’est pas si mauvais que celà!

  227. By Pharmakon on Oct 16, 2020

    Il faut se rendre à l’évidence « aléa jacta est » !
    R . Bachelot, diplômée en pharmacie, prend le contre pied de cette commission.
    Augmentation du quorum de 2500/3000 à 3500 habitants
    Néanmoins, lors de ce 60ème congrès de la fédération des syndicats pharmaceutiques de France, elle a néanmoins indiqué que les officines « devront sans doute se restructurer pour répondre de façon optimale aux besoins de la population »
    Se profile à l’horizon une concentration des officines par blocage des créations pour plus de 20 ans !
    Regroupement de pharmacies avec gel pendant 10 ans de la licence supprimée
    3 500 versus 2 500 applicable à chaque officine c’est dans chaque commune de moins de 30 000 habitant + 40% de population!!!
    Jeune diplômé ou Pharmacien assistant : va sérieusement falloir faire une croix sur une hypothétique installation !!

  228. By Pharmakon on Oct 16, 2020

    Pendant que certains se demandent si l’automédication doit se trouver devant ou derrière …

    D’autres ont pris les devants par derrière !!!!

    http://www.automedication.fr/

    édité par le bon vieux VIDAL …
    pour relancer la croissance !

  229. By cricri on Oct 16, 2020

    @Pharmakon:
    Avec une précision quand même:

    “Avertissement : Compte tenu de la rapidité de l’évolution des progrès scientifiques en la matière, la société VIDAL ne saurait être tenue pour responsable des conséquences dommageables résultant d’une information erronée, obsolète ou non encore intégrée dans le site, ou d’une mauvaise compréhension de l’information par le lecteur. Il vous appartient de vérifier auprès de votre médecin ou de votre pharmacien, que votre état de santé permet la prise ou l’arrêt d’un médicament ou l’association de plusieurs médicaments.
    Les informations figurant sur ce site n’ont pas pour vocation à se substituer aux recommandations et aux préconisations de votre médecin ou de votre pharmacien.”

  230. By Christophe on Oct 18, 2020

    Bien vu cricri pour “ta petite précision”

  231. By Fabien on Oct 18, 2020

    Fabien, diplômé notaire,

    Les 5 espérances du jeune diplômé notaire cherchant à s’installer :

    1- Toi qui souhaites saisir l’opportunité ou plutôt ‘La’ chance d’avoir de bonnes relations, de la famille notaire ou encore être au bon endroit et au bon moment pour saisir l’occasion de s’installer.
    Jeune diplômé notaire, si tu n’as pas de chance, espère que le numerus clausus disparaîtra…

    2- Toi qui constates que les études sont vendues un prix astronomique, lequel prix est basé sur le chiffre d’affaire dépendant en grande partie de l’activité économique et immobilière du pays. Quand l’immobilier va, tout va, même la plus-value « objective » des études qui se répercute sur le prix de vente.
    Jeune diplômé notaire, si tu as peu de moyens, espère que le numerus clausus disparaîtra…

    3- Toi qui est un professionnel du droit de la famille, du droit immobilier, du droit des affaires, du droit fiscal, de la gestion du patrimoine … et un peu psychologue…
    Jeune diplômé notaire, si tu es compétent, espère que le numerus clausus disparaîtra…

    4- Toi qui trouves injuste les différences considérables de revenus entre un notaire en place et un notaire assistant en raison d’un monopole qui t’empêche de t’épanouir.
    Jeune diplômé notaire, si tu es ambitieux, espère que le numerus clausus disparaîtra…

    5- Toi qui as fait des années d’études et travaillé d’arrache pied pour prouver ta valeur, ton sens des responsabilités et ton dévouement pour ce métier …
    Jeune diplômé notaire, si tu as l’étoffe d’un véritable chef, espère que le numerus clausus disparaîtra.

    Cette liste n’est pas exhaustive et j’invite les milliers de diplômé notaire cherchant à s’installer, mais bloqués par la règle archaïque du numerus clausus, à la compléter.

    Fabien,

  232. By Pharmacie Liberté on Oct 19, 2020

    Les pharmacies bénéficient d’une rente de situation, c’est évident.

    Grace au numérus clausus d’installation, la concurrence est limitée aux pharmacies surnuméraires de centre ville. Partout ailleurs, avec un chiffre d’affaire moyen de 1 500 000 euros, les pharmacies ainsi protégées, imposent leurs prix de vente sur la médication familiale (médicaments non vignetés à prix libre). C’est pour cette raison que malgré les déremboursements intervenus depuis 2005, ce marché ne décolle pas. Il reste faible par rapport aux autres pays européens. Les prix pratiqués sont trop élevés dans les pharmacies françaises. Un patient peut s’automédiquer avec une boite à 5 euros, mais si son rhume associé à une toux, nécessite un sirop fluidifiant, des comprimés antitussifs et des gouttes nasales, la facture devient vite décourageante.
    Le risque qu’encourt la profession à vouloir trop se protéger, est de voir tomber un pan entier de son économie dans l’escarcelle de la grande distribution.

    En réponse à la suppression du numérus clausus d’installation prôné par Monsieur Sarkozy, les syndicats de pharmaciens proposent une augmentation des seuils de population pour l’ouverture de nouvelles pharmacies. Il en découlerait une impossibilité totale de création pendant des dizaines d’années. Les cessions d’ officines resteraient ainsi à des prix anormalement élevés, inaccessibles aux jeunes sans un apport conséquent et assorties de gros risques financiers. D’autant plus que le déficit récurrent de la sécurité sociale, imposera des réductions de marge régulières sur le médicament remboursé. Alors que nous sommes à la veille de ventes massives de pharmacies en raison de départs en retraite, allons-nous laisser s’endetter de façon irraisonnée de jeunes candidats à l’installation? C’est ce que souhaitent les syndicats patronaux appuyés dans leur démarche par l’ordre des pharmaciens. Mais ce n’est pas l’intérêt des futurs titulaires (étudiants, salariés ou diplômés exerçant dans d’autres branches), non représentés, mais majoritaires en nombre!

    L’ordre et les syndicats proposent donc de favoriser les transferts de pharmacies aux dépens des créations. Il faut savoir que dans la pratique un transfert est très difficile à réaliser. Il se heurte en effet, à des notions assez floues de “réponse aux besoins en médicaments des quartiers d’accueil” et bientôt “sans compromettre l’approvisionnement du quartier d’origine”, d’où un contentieux important. Le dossier de transfert doit être déposé en plusieurs exemplaires, dont un pour l’ordre et un pour le syndicat. C’est dire l’importance du regard que portent ces instances sur les projets qui lui sont soumis. Les contestations devant les tribunaux sont nombreuses. Elles imposent au candidat de disposer de 2 locaux, l’actuel et le futur, pendant toutes les années de procédure contentieuse. Or, combien coûtent à la société ces procès interminables avec appel, jusqu’au conseil d’état, demandant une enquête longue, minutieuse se référant à une jurisprudence complexe?

    La pharmacie est une profession trop règlementée.

    Les réponses données par les syndicats et l’ordre protègent des intérêts particuliers et ne correspondent pas à l’évolution actuelle.

    Seule la liberté permettra une saine émulation et donnera aux jeunes l’envie d’entreprendre.

    Elle sera une défense contre les assauts de la grande distribution.

    Elle fera l’économie de ces recours devant les tribunaux, opposant des membres d’une même profession.

  233. By Pharmakon on Oct 19, 2020

    « Le conservatisme et l’immobilisme, ce sont ceux qui n’ont pas de statut qui le payent d’abord » Nicolas Sarkozy - 19.10.2020.
    Effectivement au 1er janvier 2007 :
    72 322 pharmaciens inscrits à l’ordre toutes sections confondues dont :
    28 194 pharmaciens titulaires dans 22 561 officines
    26 327 pharmaciens assistants en officine
    15 000 étudiants (environ 2 500 x 6 ans)
    Ainsi que tous les diplômés non inscrits à l’ordre, extrapolables par rapport aux 2 500 diplômés annuels.
    Sincèrement il n’y a ni équité ni majorité à conserver le système de numérus clausus à l’installation, le reste n’est que balivernes confondantes …

  234. By Pharmakon on Oct 19, 2020

    Pharmaciens titulaires atteignant 65 ans (source ODP) susceptibles de faire valoir leur droit à la retraite :
    2002 : 200
    2003 : 200
    2004 : 250
    2005 : 300
    2006 : 350
    2007 : 450
    2008 : 550
    2009 : 650
    2010 : 650
    2011 : 950
    2012 : 1000
    2013 : 1100
    2014 : 1150
    2015 : 1100
    2016 : 1100
    2017 : 1150
    2018 : 1250
    2019 : 1350
    2020 : 1300
    Il est urgent d’abroger la répartition géo-démographique , car le fort taux de rotation des titulaires que nous allons observer dans les années à venir est incompatible avec la poursuite des efforts financiers qui seront demandés au secteur officinal, dans les conditions actuelles de cession des officines basées sur un numérus clausus à l’installation et donc sur une surévaluation du prix des fonds.
    L’optimisation du coût de la distribution pharmaceutique nécessaire au maintient du système de prise en charge qu’est la Sécurité Sociale est inconciliable avec la poursuite de la spéculation observée depuis quelques années sur la capitalisation du fonds de commerce.
    Abrogeons !

  235. By Christophe on Oct 19, 2020

    Pharmacie Liberté
    Dans les prochaines années, si on instaure la libre installation, il y aura une diminution du nombre de pharmacies que l’on estime à 5000. Il y aura alors alignement du nombre de pharmacies par habitant sur les autres pays européens. Faut m’expliquer comment tout celà va favoriser l’installation des jeunes alors même qu’il y aura du fait de la diminution importante du nombre de pharmacies, moins de possibilité de devenir titulaire?????
    La concurrence ??????? Justement, avec la libre installation, il va y avoir encore moins de concurrence. On va se retrouver avec des très grosses pharmacies implantées dans des endroits stratégiques comme dans des centres commerciaux. Il y aura moins de concurrence en centre ville puisque beaucoup de pharmacies vont disparaitre et moins en campagne puisque certains sur ce forum ne jugent pas utile d’avoir des pharmacies en campagne.
    J’ai de plus en plus de mal à comprendre!

  236. By Pharmakon on Oct 19, 2020

    Un calcul simple mais non simpliste :

    Potentiel global de départ en retraite de pharmaciens titulaires âgés de plus de 65 ans entre 2008 et 2020 :
    13 300 pharmaciens sur les 28 194 inscrits au 1er janvier 2007, soit quasiment 1 sur 2 !!!!

    La sécurité sociale au travers du remboursement des médicaments représente le principal « client » des officines à hauteur d’environ 80% de l’activité d’une pharmacie.

    La marge brute sur le médicament est en moyenne de 24% générant un EBE (assimilable à une marge nette) moyen de 10%.
    Sachant que le prix moyen de cession d’un fonds est de 90% du C.A. TTC en 2006 (source Interfimo), en augmentation depuis 2 ans, et que le pharmacien acquéreur s’endette sur 12 ans et plus avec un emprunt moyen représentant 90% du CA TTC, le remboursement annuel du capital emprunté, en l’occurrence un actif non circulant, donc improductif par essence, équivaut donc à 8% du Chiffre d’affaire réalisé !!!

    La question qui vient à l’esprit de tout citoyen est :
    La Sécurité sociale a-t-elle vocation à participer à la constitution d’un capital personnel, à hauteur de 30% (8%/24%) de la marge qu’elle octroie aux pharmaciens.

    Ceci va devenir le cas commun dans les années à venir de part le nombre important de transmission de pharmacie, environ une sur deux !

    Abrégeons, abrogeons !

  237. By marc moreno on Oct 19, 2020

    et les tabacs bordel

    en tant qu’electeur de droite , et oui j’ai voté sarko , pharmacien rentier , pourquoi ne pourrais je pas acheter mes clops chez michel edouard l , liberons la croissance : et comme je suis riche je ferais de bonnes affaires 100 cartouches pour le prix de 10.demain lecler rase gratis…….

    entre nous , c’est quand meme plus grave d’avaler une boite de doliprane que de fumer un paquet de clop ………………………….

    mais non ça c’est pas possible , hein monsieur attila , l’etat ne va pas se mettre une balle dans le pied.

    allez salut attila , et merci les conducteurs de train, merci la cgt , merci cecilia

  238. By marc moreno on Oct 20, 2020

    Vous comptez sur sarko pour relancer la croissance ? Un mec qui n’a pas réussi la sienne ?(Anne Roumanoff

  239. By Emy on Oct 21, 2020

    Etudiante en 4ème année de pharmacie actuellement, je me felicite de voir ici de fervents defenseurs de notre belle (future pour moi) profession …bien que peu nombreux, vous apportez les arguments non réfutables de notre utilité . Je ne vais pas répéter ce qui a déjà été dit.
    Je rajouterais seulement que les pharmaciens et particulièrement les etudiants, ne se laisseront pas abattre sans vaincre !
    Nous defendrons notre future profession pour assurer ce que nous savons faire le mieux : delivrer des medicaments et prodiguer nos conseils à nos concitoyens !
    Qu’on ne me dise pas que ces 6 années d’etude ne sont rien, et j’aimerais voir nos brillants democrates sur les bancs de notre faculté et les entendre ensuite dire que nous beneficions d’une rente de situation…
    Toutes ces molécules apprises, ces cours de chimie, ces interactions médicamenteuses mémorisées ne servent donc à rien ?c’est bien là le constat que l’on pourrait en faire si l’on en juge le peu de considération dont monsieur le président a à l’egard de notre profession …

    Sachez, monsieur le Président, que nous ne nous laisserons pas faire, et que les nantis de la societé sauront demontrer que vos mensonges sont infondés…
    je rajouterais que l’argument de la création d’emploi est risible…c’est pitoyable de voir à quel point on peux justifier par des mots comme “chomage”, “croissance” ce que l’on veux faire passer en force!
    Nous sommes en democratie, et non en dictature ..à ne pas oublier monsieur Sarkosy

  240. By Stefan on Oct 22, 2020

    Etudiant en 6ème année de pharmacie,
    je vous écris, Monsieur le Président, pour vous dire que nous, étudiants, sommes indignés et révoltés de ce que nous entendons ces derniers temps concernant notre profession de pharmaciens d’officines !!!!!
    Nous avons durement effectué 6 longues années d’études (voire plus pour d’autres) pour apprendre a quel point un médicament est complexe et difficile (voire dangeureux) à maitriser !!!!
    Nous avons fait ces études pour pratiquer une profession libérale indépendante (ce qui est un gage de qualité pour soigner les patients!!) et non pas pour nous retrouver salariés d’une quelconque chaîne dont les seuls intérêts seront économiques !!!! Il est capital de laisser la propriété de l’officine aux pharmaciens indépendants : c’est un gage de qualité indiscutable !!!!

    Alors OUI pour certaines évolutions du secteur de l’officine mais NON pour une libéralisation à outrance comme dans les pays anglo-saxons dont certains font actuellement marche arrière et se rendent compte de leurs erreurs !!!
    Les étudiants espèrent beaucoup mais réagiront avec véhémence s’ils estiment que leur profession est dénigrée !!!!

    Cordialement,
    Un étudiant en pharmacie

  241. By Pharmakon on Oct 24, 2020

    Anne, ma Sœur Anne ne vois tu rien venir ?
    Art. 39 du PLFSS 2008 présenté au vote le 30.10.2020 par le parlement ! :
    « Art. L. 5125-11. – L’ouverture d’une officine dans une commune qui en est dépourvue ne peut être autorisée par le préfet que lorsque le nombre d’habitants par pharmacie est égal ou supérieur à 2 500. Lorsqu’une licence a été précédemment accordée pour une officine située dans une commune, il ne peut être ensuite délivré pour cette même commune qu’une licence par tranche entière de 3 500 habitants recensés dans les limites de la commune. »
    Toute ressemblance avec la consolidation d’une rente de situation existante ou ayant existée ne saurait être que fortuite …
    Renforcement du Numérus Clausus à l’installation pour les pharmaciens en France dès 2008 !
    Est-ce vraiment une solution de nature à libérer la croissance ?
    Le passage à 3500 habitants au-delà de la première officine pour 2500 habitants représente un quota d’habitants supplémentaire de 30 à 37% pour l’ensemble des communes de moins de 30 000 habitants et de 15% pour les communes de plus de 30 000 habitants.
    A titre de comparaison la croissance de la population en France entre 1982 et 2007 a été de +18%.
    Toute nouvelle pharmacie par création ou par transfert sera impossible pour de très nombreuses années entre 25 et 50 ans au rythme actuel de croissance de la population, excepté dans les communes de moins de 2500 habitants qui pourront obtenir une première autorisation de license.
    Il est à noter que les communes qui présentent les taux de progression de population les plus élevés, sont celles qui se trouvent en périphérie urbaine et qui comptent aujourd’hui pour une très large majorité une population comprise entre 10 000 et 30 000 habitants.
    Cette nouvelle disposition législative les affectera principalement avec une augmentation du quota de population requis par officine de +35% en moyenne.
    Les communes aux besoins nouveaux en matière de desserte officinale seront donc de facto les plus pénalisées !
    Exactement l’attitude à adopter pour libérer la croissance dans le domaine officinal pour accompagner le développement de ces nouvelles zones périurbaines !
    Monsieur Attali, très sincèrement,
    Il est de la plus grande urgence d’éclairer à ce sujet nos députés.
    Comptant sur votre diligence …

  242. By Pharmakon on Oct 24, 2020

    ERRATUM pour mon précédent post :

    le PLFSS 2008 sera voté le 30.10.2020
    dans quelques jours évidemment !

  243. By Pharmakon on Oct 25, 2020

    « La France dispose en effet, au regard des autres États européens, d’une des plus fortes densités d’officines, tant dans les grandes agglomérations que dans les zones périurbaines et rurales. Ce tissu officinal dense permet une distribution de proximité mais suit insuffisamment les évolutions démographiques. Les pharmacies sont également de trop petite taille pour développer de nouveaux services. » Extrait du PLFSS 2008.
    La philosophie qui sous tend ces postulats n’est-elle pas la volonté d’une réduction du nombre d’officine sur le territoire ?
    Ces propos ne sont pas le fait d’une commission de libéralisation du secteur officinal, mais ceux de la profession :
    « Les regroupements sont nécessaires pour former des structures plus importantes capables d’apporter de véritables services aux patients. Et je suis persuadé qu’une pharmacie pour 3000 ou 3500habitants apporterait un niveau de services supérieur», déclarait ainsi en mars dernier au « Quotidien » Claude Japhet, président de l’Union nationale des pharmacies de France. Son discours, très consensuel dans la profession, aurait-il été entendu ? A la lecture du Plfss 2008, il semble bien que oui. » Quotidien du Pharmacien 27.09.2020.
    Tout est dit et surtout tout sera en place pour la libéralisation totale programmée dans un second temps en 2009 avec l’ouverture du capital des officines de pharmacie !
    Que pèseront face aux 3000 officines les plus importantes, les plus attractives qui seront pour partie propriétaires d’un grossiste ou d’un groupe financier aux moyens financiers extensibles la cohorte des pharmaciens entièrement propriétaires de leur fond, une très large majorité fière de son indépendance, englué dans leur endettement et leur faible taille !
    C’est grâce aux représentants de la profession et à l’aval des professionnels si facilement influençable, que l’évolution du secteur pourra se réaliser en deux temps.
    Concentration du réseau par blocage des créations et regroupement des licences puis ouverture du capital.
    Pour verrouiller l’ouverture du secteur, le nombre d’officine va être réduit, les créations vont être bloquées, et l’abrogation du numérus clausus à l’installation qui aurait permis à des pharmaciens indépendants de gêner ces « nouvelles » pharmacies : enterré !
    Les transferts seront autorisés entre tous les départements. Le pharmacien lambda ne pourra pas profiter de ce dispositif : acheter une licence dans un département éloigné de son domicile, seul, en SEL, l’exploiter un temps puis transférer dans le secteur où il réside ? Un tel montage est par contre une réelle opportunité pour une « chaine » de pharmacies qui raisonne nationalement.
    La principale opposition à l’abrogation du numérus clausus à l’installation sous couvert d’ultra libéralisme, de désertification locale, de promotion du mercantilisme, de défaut d’éthique professionnelle n’est autre que la volonté de démantèlement du secteur officinal en France qui va se réaliser sans et contre les pharmaciens, mais aussi grâce à eux !

  244. By Agnès on Oct 25, 2020

    ben Didon mon Pharma t’es pas kon… Même que tu paraits drôlement bien renseigné… Donc nos crânes d’oeuf de l’ENA ont décidé de diminuer le nombre de pharmacies de façon drastique comme tu nous l’expliques si bien; avec l’accord salivant des dirigeants des syndicats pharmaceutiques (qui espèrent ainsi soutenir la valeur de leur fond; on n’est jamais si bien servi que…)

    Mais, comme on l’a vu pour les médecins, une pression à la baisse de l’offre ne diminue pas tant que celà la demande… Or nos crânes d’oeuf le savent… Ils sont stupides mais qd même… Donc ils projettent de diminuer de façon rigoureuse la marge des pharmacies grâce aux chaines où la part de l’EBE destinée au remboursement de l’emprunt du titulaire diminuera… On peut donc estimer selon tes calculs à 1/3 soit une marge brute de 19%…

    Là à mon avis, il va ya voir du déçu chez nos dirigeants… Moins d’officine mais à marge réduite avec des chaines qui attendront que les retraités leur vendent leur officine pour une bouchée de pain…. Les déçus au balcon…

    Ou alors, comme dans le mistigri, il va falloir se débarasser de son officine (libérée de toute suspiscion de création concurrente) très rapidement…

    Pour les chaines et les assistants (pardon, adjoints) pas de changement un coef 500 à 2.500/mois c’est du gateau… Moins qu’un contrôleur SNCF en fin de carrière… Merci les dirigeants d’avoir toujours maitrisé les salaires de nos confrères (sans capital…)A simple but de comparaison pouvez toujours espérer faire travailler un médecin à ce prix-là alors que les médecins installés gagnent moins que les pharmaciens….

    Il serait temps que les syndicats pharmaceutiques prennent leur rôle au sérieux et négocient ce qui l’est encore à savoir :
    . 1 relèvement important des salaires des adjoints (ça calmera les véléités des banquiers) on apelle çà une pilule anti-OPA contre les chaines (la neige n’est pas encore tombée)
    . 2 liberté totale d’installation des jeunes et moins jeunes pharmaciens y compris dans les centres commerciaux ou autre zone de passage
    . 3 moralisation des centrales d’achat plus ou moins occultes avec un règlement clair pour tous, moralisation des rétrocessions avec possibilité de suivi d’une boite (traçabilité)sinon on ne pourra pas faire le poids contre les grossistes qui créeront les chaines…
    . 4 et enfin, renforcement par le code de déontologie, de l’indépendance + le droit à la formation continue des adjoints avec le droit de retrait et en cas de comdamnation par l’ordre, fermeture temporaire de l’officine (et non remplacement du pharmacien devenu ex “titulaire”)

    Le but est de retrouver une indépendance et une dignité qui feront réfléchir les financiers qui nous guettent comme une poire trop mûre…

    Qu’en pense Pharmakon ?

  245. By Chris on Oct 26, 2020

    La fermeture de 5000 pharmacies n’est pas une rumeur. Dans des conditions d’exercices comparables à celles de pays dits libéraux, il y aura un alignement du nombre de pharmacies / habitants sur ces dits pays. Il suffit de regarder ce qu’il s’est passé en Norvège : “en moins de trois ans, les 420 pharmacies norvégiennes ont été rachetées par les trois principaux grossistes – en moyenne à 150 % de leur chiffre d’affaires. Mais les pharmaciens, satisfaits dans un premier temps, ont fini par déserté les officines, désormais soumises aux lois de la grande distribution. Aujourd’hui, résume Michel Hannoun, les Norvégiens sont contraints de faire appel aux pharmaciens étrangers, et le pays est devenu un vaste désert pharmaceutique”. Voili voilou
    Donc pas d’accord avec la 2 ème proposition d’Agnès mais je suis à 200% d’accord avec ses 3 autres propositions surtout en ce qui concerne la déontologie.

  246. By Pharmakon on Oct 26, 2020

    Au fait et pour conclure après 1 mois de participation,

    Pharmakon signifie en grec le remède et le poison, les potards seront à même de jauger toute la symbolique de la problématique du dosage.

    Ma proposition de libéralisation du numérus clausus me semble un bon remède, les mesures qui sont prises actuellement et celles qui vont rapidement ont un tout autre degré de libéralisme ! Remède contre poison ? et je ne parle pas de la galénique …

    Ce que la profession a refusé d’entreprendre d’elle-même depuis 25 ans, les politiques s’en chargent et s’en chargeront.

    Bon vent tout de même aux plus lucides.

  247. By F.J.15 on Oct 29, 2020

    Nous parlons des handicaps de la France et des moyens susceptibles de nous permettre de retrouver une croissance forte …mais peut-être serait-il souhaitable dans un premier temps de connaitre la rémunération des membres des differentes commissions crées ici ou là pour se rassurer ou legitimer certaines décisions.

    Il est facile quand tout va mal de créer des commissions pour réfléchir et proposer .Cela fait des années que ce système fonctionne sans donner plus de résultats si ce n’est des erreurs d’appréciations .
    Le chef de l’état ne nous parlait-il pas récemment de ” rentiers de situation ” en faisant allusion de façon injuste à certaines professions alors que les rentiers de situation sont souvent parmi les responsables politiques , élus ou fonctionnaires .
    Beaucoup de gaspillages accumulés depuis des années et une dette catastrophique issue de l’incompétence et du manque de courage politique de certains…
    Nous avons empilés les centres de décisions localement à travers les communautés de communes,les “pays”,les mairies,les conseils generaux,les prefectures,les conseils regionaux…chacun y allant de son personnel en reunions permanentes et de la multiplication de ses “services”.
    Mais pour quels résultats ?
    Un pays surendetté ou le poids des impots locaux explose.Un pays ou l’on cherche l’argent sans cesse alors qu’il n’y en a plus. Un pays ou les petits chefs et sous-chefs se disputent localement des initiatives plus couteuses les unes que les autres.
    L’image des campagnes et des petites villes de province est tout à fait révélatrice du travail de nos elus depuis 20 ou 30 ans.Aprés l’exode rural des années 70/80 qui devait etre combattu à tout prix nous assistons maintenant à la désertification de nos campagnes…
    Ce n’est pas en sacrifiant les pharmaciens et une grande partie des petites officines à travers de trés dangereuses baisses de marges que l’on va changer cette précarité dans laquelle s’est enfoncé notre pays .

  248. By chavez on Oct 31, 2020

    C’est amusant je ne retrouve plus mes posts sur ce blog.
    J’ai du dire ce que certains ne voulaient pas entendre.
    Dans ce pays plus rien ne peut me surprendre !
    Il est grand temps de partir tres loin tres vite avant que tout ne s’écroule.

  249. By talbi on Oct 31, 2020

    Au fait n’oubliez pas que le salaire de Sarko à été augmenté de 140% : ça c’est de la rente de situation !!!
    son salaire passe de 105mille euros à 240 mille euros !!!

    De plus les parlementaires non réelus ont vu leur indemnités passé de 6 mois à 60 mois de salaires net ( en plus de leur indemnité à vie ).

    Et personne ne dit rien!!!

  250. By chavez on Oct 31, 2020

    Si mais si on ose contester sur ce blog l’infaillibilite de notre leader bien aimé, on est censuré!
    Plus sérieusement, les professions dont le revenu est assuré d’une croissance régulière et qui bébéficient d’une garantie de l ‘emploi, sont des rentes de situation, mais la quasi totalité des députes font partie de cette confrérie.
    Ca s’appelle des fonctionnaires.

  251. By chavez on Oct 31, 2020

    j’ai compris mais je vais etre censure.
    Le premier beau-pere de notre président était pharmacien, et il a du y avoir eu un problème entre eux qui le fait haîr notre profession.
    Sinon quel personne de bonne foi oserait qualifier de rente de situation le boulot qu ‘on fait avec nos horaires et notre rémunération en baisse permanente, si il n’y avait pas une composante psychologique cachée.

  252. By Chris on Nov 1, 2020

    Ce qui va être marrant,c’est quand les fonctionnaires vont descendre dans la rue pour défendre leur pouvoir d’achat et qu’ils feront face au refus du premier d’entre eux qui vient de s’augmenter de 130%.Me demande comment il va s’en tirer Sarko…
    A l’argument “le président était mal payé”, je répond : “peut être, mais ce n’est pas le seul fonctionnaire ou français à l’être et tous les mal payés ne verront pas leur salaire grimper de 130%”

  253. By mh on Nov 2, 2020

    Le travail demandé par M N Sarkosi à M Attali me paraît être indispensable, ne serait ce que pour respecter nos engagements envers les traités communautaires que la France a signé depuis la seconde moitié du XXème siècle. Il ne me paraît pas non plus abérant de se rapprocher des positions idéologiques de nos voisins européens. La commission européenne , organe dont la création a été voulue par les populations européennes combat aujourd’hui les entraves à la concurrence. Je ne vois pas en quoi cela va entrainer une régression . La suppression des numérus clausus ne peut qu’inciter des pharmatiens à s’installer sans attendre qu’une officine ne se libère. Cela pourra aussi générer des concentrations, mais ou est le problème?
    Dans le notariat, c’est incroyable. On ne peut pas négocier les tarifs. Je dirige une société d’investissement qui est elle même actionnaire d’une société de promotion immobilière.Cette société rémunère le notaire au moment de l’achat du terrain ou immeuble puis indirectement à la revente des lots de copropriétés. On ne peut pas nier que l’intervention du notaire ne soit pas une source d’inflation. Le phénomène est d’autant plus choquant que les avants contrats de cette société sont systématiquement rédigés sous la forme du sous seing privé. Le notaire n’a plus qu’à les recopier et à encaisser ses honoraires . Il faudrait peut être que ces professions comprennent que d’autres personnes ont elles aussi fait des études ( ce n’est plus le temps de la rédaction du code civil ).
    La seule motivation de ces personnes est la peur de voir perdre la sécurité de leur revenus (qui se trouve être parmis les plus élevés des français sauf pour les chauffeurs de taxis pardon. Ils ne peuvent plus arguer d’un soit disant savoir faire, efficacité. le système anglosaxon est tout aussi efficace que le notre mais nettement moins coûteux.Plus rapide aussi donc permettant un plus gros volume d’affaires avec le même investissement.
    A écouter les pharmatiens, avoués, notaires, seul le système français garantirait à la fois la protection de notre système de santé et notre protection juridique.Ils en sont seul convaincus. Ils seraient d’une compétence sans égal. Me vient alors la question suivante: Quant on est si bien formé et que l’on dispose de compétences si exceptionnelles, comment peut on alors avoir peur de la concurrence?
    La france ne peut plus se permettre d’entraver le développement économique .C’était peut être vrai dans les années 60 où notre revenu par habitant était en tête de cortège, nous sommes aujourd’hui en queue.( devant le Portugal, la Grèce et l’Espagne)
    Vous comprendrez donc que certains français aimeraient gouter aux joies de la concurrence prônée par la commission européenne

  254. By Chris on Nov 3, 2020

    Mh
    Désolé mais quand j’ai lu que vous preniez le système de santé anglais comme exemple, je me suis tapé un de ces fous rires. Non mais la on frole le burlesque, l’absurdité. J’ai un cousin qui travaille en Angleterre et il ne manque pas une occasion pour dénigrer la bouffe anglaise et ….. leur système de santé

  255. By Etonné on Nov 5, 2020

    Et oui MH, aujourd’hui vous payez pour les autres…

    Vous qui avez un gros volume d’affaires et réalisez de grosses opérations, vous payez pour ceux qui n’ont que des petites affaires (un divorce avec uniquement des dettes…) ou des conseils à demander.

    Quant au système anglo-saxon, je vous invite à regarder le niveau de revenu des lawyers. Ils ont des revenus biens plus élevés que la plupart des notaires…

    Quant à mois, je demande à pouvoir faire la même chose que les avocats. Je vais me spécialiser dans la responsabilité professionnelle. J’aurai du travail pour 20 ans.

  256. By dominique on Nov 5, 2020

    dommage j’arrive trop tard, les échanges entre Christophe et Pharmakon sont terminés . Mais peut etre qq d’autre pourra t il me répondre? On parle de la santé des français, des pharmaciens et médecins qui se dévouent pour leurs malades, mais pourquoi personne n’a réagit quand l’AFSSAP a décidé de ne plus commercialiser les immunostimulants ( M R V, biostim, immocure etc) .De quel droit ces technocrates s’arrogent ils le droit de supprimer ces traitements qui ont fait leur preuve.Au sacré nom de la rentabilité!!!!

  257. By Fabien on Nov 6, 2020

    mh,
    Les frais de notaire sont fixés selon un barème qui dépend du prix de vente. Si vous souhaitez payez moins cher les frais de notaire, il vous suffit de réduire votre marge en diminuant le prix de vente de vos immeubles. Ainsi vous vous y retrouverez financièrement, tout comme votre acquéreur, face au « vilain » notaire.
    Par ailleurs les notaires peuvent être moins onéreux que d’autres professions du droit. Généralement un rendez-vous de renseignement n’est pas facturé, tout comme le compromis de vente, ou toute recherche de renseignements sollicités après la clôture de votre dossier …

    Ouvrir la concurrence ne signifiera pas nécessairement trouver moins cher ailleurs, mais plutôt offrir un plus grand choix de notaire (et permettre aux jeunes notaires de s’installer sans avoir à subir le numerus clausus).

    Ps: les frais de notaire ne sont pas destinés en totalité au notaire ; ils comprennent aussi la taxe foncière, le droit d’enregistrement, le salaire du conservateur, la tva …

    Cordialement

  258. By marc on Nov 13, 2020

    appel à tous les pharmaciens :

    vennez tous nous rejoindre sur :

    http://www.pharmacienencolere.com/

  259. By Gavroche on Nov 16, 2020

    Monsieur Sarkozy, Monsieur Attali,

    La LFSS 2008 est actuellement en cours d’examen au Sénat pour publication au JO le 20.12.07.

    Voici plus particulièrement l’examen de l’Art. 39 :
    http://www.senat.fr/cra/s20071115/s20071115_mono.html#par_1776

    Voici le texte adopté par le parlement :
    http://www.assemblee-nationale.fr/13/ta/ta0048.asp

    En quoi ces disposition de restriction de l’accès à la propriété officinale par les pharmaciens diplômés est elle de nature à correspondre avec le propos de votre commission, à savoir libérer la croissance en France ?

  260. By marc moreno on Nov 19, 2020

    Tandis que la ministre de la Santé reste déterminée à autoriser le libre accès à certains médicaments dans les pharmacies, une étude réalisée par Jean-Michel Peny, président de Smart Pharma Consulting, met en pièces certaines illusions, notamment sur le plan économique. Cette analyse, dont « le Quotidien » révèle aujourd’hui les conclusions, montre que les baisses de prix, le décollage du marché et les économies pour l’assurance-maladie ne seront pas forcément au rendez-vous.

    ROSELYNE BACHELOT ne semble pas décidée à faire marche arrière. Lors de la 20e Journée de l’Ordre des pharmaciens, il y a une dizaine de jours, la ministre de la Santé a répété qu’elle souhaitait «autoriser la mise à disposition de médicaments de prescription facultative devant le comptoir». La raison de sa décision ? «C’est précisément pour valoriser le conseil pharmaceutique associé et éviter la mise en vente des médicaments dans les supermarchés», explique-t-elle. A l’inverse, de nombreux pharmaciens estiment que cette mesure représente un premier pas vers la sortie des officines des spécialités de médication familiale et s’inquiètent des conséquences pour la santé publique. Pour eux, Roselyne Bachelot cherche avant tout à faire baisser les prix de l’automédication en créant une concurrence entre les pharmacies.

    Des craintes injustifiées. Jean-Michel Peny, président de Smart Pharma Consulting, révèle au « Quotidien » le contenu d’une étude dans laquelle il juge les craintes des pharmaciens infondées, notamment en ce qui concerne la perte du monopole de distribution des produits d’auto- médication. Il considère en effet qu’il n’y a aucun rapport entre les deux et que «le gouvernement pourrait très bien libérer la distribution des médicaments « OTC » en GMS tout en interdisant leur libre accès».

    Pour lui, le maintien du monopole «repose sur la seule capacité des pharmaciens d’officine à apporter une qualité et une diversité de produits et de services supérieures à celles de la grande distribution et ce, à un prix compétitif. Les initiatives de dépistage, les campagnes d’information, la qualité du conseil, la prescription pharmaceutique, le dossier pharmaceutique… sont autant de leviers qui permettront à l’officine de faire la différence».

    Une baisse de prix de 5 %. Loin d’être convaincu par les arguments des pharmaciens opposés au libre accès, Jean-Michel Peny s’interroge également sur la pertinence des objectifs économiques visés par le gouvernement au travers de cette mesure. Dans son étude, le président de Smart Pharma Consulting montre que les baisses de prix ne seront que relatives. «Le prix moyen des médicaments « OTC » ne baissera que de 5% par an au cours des trois prochaines années», indique-t-il.

    Ces résultats sont d’ailleurs proches de l’expérience portugaise. Là-bas, la décision de placer les produits en libre service, y compris dans 317 points de vente hors pharmacie, ne s’est pas non plus traduite par d’importantes réductions tarifaires. «La baisse de prix avoisine les 2 à 3%, loin des 14% prévus», soulignait Bernard Charles, du groupe Pierre Fabre, lors du 3e Forum des pharmaciens à Lyon.

    + 5 % de chiffre d’affaires par an. Autre constat, le libre accès ne permettra pas au chiffre d’affaires (CA) du marché de l’automédication de décoller sensiblement. «Nous tablons sur une croissance moyenne du marché « OTC » au cours de la période 2007-2010 de 5% par an si le libre accès était introduit au début de l’année 2008, contre 4% si ce projet était finalement abandonné», évalue Jean-Michel Peny. En volume, la progression moyenne annuelle estimée s’éléverait tout de même à 10 %.

    Pour obtenir ces résultats, l’expert a notamment considéré que seuls les médicaments offrant un bon rapport bénéfice/risque (environ 60 % du marché en valeur) seront librement accessibles et que, compte tenu de la forte hostilité au projet affichée par la profession (75 à 80 % des officinaux seraient contre), peu de pharmacies devraient, dans les faits, proposer des produits en libre-service. Il relève également que «les contraintes d’agencement et le manque d’espace libre devant le comptoir limiteront le nombre de produits qu’il sera possible d’exposer ou de mettre convenablement en valeur».

    Du coup, «le changement de comportement des consommateurs en faveur d’une plus forte autonomie d’achat de médicaments « OTC » risque de s’opérer de manière très progressive», prévoit-il.

    Un CA de 1 200 euros par an. Au-delà d’un objectif de baisse des prix, Jean-Michel Peny émet l’hypothèse que, à travers le libre-accès, les pouvoirs publics cherchent aussi à réduire le coût de la distribution des médicaments remboursables. Comment ? «En prenant des mesures pour accélérer le développement des médicaments « OTC », le gouvernement rend les officines moins vulnérables aux baisses de marges sur les produits à prix administrés», répond-il. Toutefois, poursuit le spécialiste, «le libre accès ne permettra pas de modifier suffisamment la structure de l’économie des officines d’ici à 2010 pour que d’éventuelles baisses de marges sur les médicaments remboursa- bles puissent être atténuées». Selon lui, le libre accès induirait un CA supplémentaire moyen de 1 200 euros par an et par officine, soit 465 euros de marge brute. Autrement dit, pas grand-chose.

    L’assurance-maladie n’y gagnerait pas davantage. Car, selon l’étude de Smart Pharma Consulting, l’économie à attendre est inférieure à 1,5 million d’euros entre 2008 et 2010. La raison ? Moins d’un tiers des achats d’automédication induits par le libre accès s’inscriront en substitution d’une consultation et d’une prescription médicale associée.

    Au total, «la portée économique du libre accès octroyé aux médicaments « OTC » laisse songeur», conclut Jean-Michel Peny, pour qui cette mesure ne peut, à elle seule, dynamiser à la fois le marché de l’automédication et générer des économies pour l’assurance-maladie. D’autres dispositions doivent lui être associées, telle une plus grande liberté dans la communication auprès des consommateurs des officinaux et des laboratoires pharmaceutiques, estime-t-il.

    Quoi qu’il en soit, ces résultats en demi-teinte poussent Jean- Michel Peny à se demander «si le ministère de la Santé n’avait cherché, à travers l’autorisation du libre accès, qu’à apporter sa pierre, si modeste soit-elle, à l’édifice de la politique libérale du gouvernement».

  261. By chemouny on Nov 19, 2020

    je n’ai travaillé que 26ans parce que j’ai élevé 3enfants .Aussi pour avoir une retraite convenable ,j’ai travailllé d’arrache pied afin d’atteindre très vite le dernier échelon et devenir directrice d’école , et chef de secteur de la ville deParis afin de pouvoir contribué à m’offrir une retraite complémentaire(quimalheureusememt m’a été reduite de 25pour cent pour des raisons que je n’ai pas encore comprises soit disant des lois eurepéennes) j’aidonc “”travaillé plus et j’aiGAGNE plus
    je vis trés correctement et j’ai même pu élevé seule mes enfants et les aider dans leurs projets

  262. By marc on Nov 19, 2020

    j’ai même pu élevé
    directrice d’école

  263. By Annie on Nov 28, 2020

    Alors que les dispositions souhaitées par les dirigeants de l’ordre et des syndicats pharmaceutiques sont sur le point d’être adoptées à l’assemblée et au sénat, je m’interroge sur les effets du passage du quorum à 3500 habitants pour toute nouvelle pharmacie à partir de la 2ème ouverture. Cette mesure est-elle aussi bénéfique que cela?

    Elle va supprimer les créations. Ok, puisqu’il faut diminuer le nombre de pharmacies pour leur permettre d’atteindre une taille suffisante pour fonctionner, avec une diversification grace à la formation continue et réduire les coûts pour supporter les futures baisses de marge.

    Mais elle va aussi empêcher tout transfert! Et là, nos représentants professionnels ont-ils bien conscience des effets pervers de ce verrouillage. Parce que ces transferts présentés comme prioritaires aux créations (qui de toute façon n’existeront plus), où seront-ils possibles? Avec les nouveaux quotas de 3500 habitants, à priori, nulle part. Résultat, toujours aucun avenir pour la petite pharmacie en surnombre de centre ville, et de très grandes difficultés pour celle souhaitant tranferer au sein de la même commune pour rejoindre un centre commercial situé en périphérie ou un maison médicalisée nouvellement créée. En effet, à la necessité de répondre aux besoins en médicaments de la population d’accueil, a été réintroduite la notion d’abandon de clientèle du quartier de départ.

    Les véritables avancées concernent les regroupements avec gel des licences pendant 5 ans. Mais pensez-vous qu’une grosse pharmacie sera prête à payer une licence concurrente alors qu’un peu de patience peut parfois bien arranger les choses… De tout temps le pharmacien a été très individualiste! Ce n’est pas nouveau!

    Le but inavoué de ces mesures? peut-être de maintenir un prix de vente excessif pendant une brève période, avant le clash total!

    Je pense que la pharmacie d’officine est effectivement à un tournant de son histoire. Les mutations qu’elle va connaître auront-elles été correctement anticipées? Seul, le syndicat APR s’est inquiété du risque de fermeture définitif de pharmacies dans les campagnes, les nouveaux quotas empêchant toute nouvelle ouverture de substitution.

    Les quelques tentatives de transfert se solderont comme d’habitude, par un contentieux devant les tribunaux, long de plusieurs années et coûteux, aussi bien pour le candidat que pour l’état.

    Seule une petite pharmacie pourra éventuellement rechercher une autre petite dans son secteur pour se regrouper et survivre. En leur souhaitant une bonne entente…

    Malgré l’actualité et la discussion du plfss 2008, l’activité de ce forum est tombée en désuétude! Une question me vient à l’esprit pour les détracteurs de la liberté d’installation qui se sont exprimés ici: pensez-vous vraiment que l’augmentation des quotas est une bonne chose? Pensez-vous que compte-tenu des futures baisses de marge, imposées par le déficit chronique de la sécurité sociale, elle est la solution pour l’avenir de la pharmacie française?

  264. By Chris on Nov 30, 2020

    ANNIE
    Comme vous le dites “il faut diminuer le nombre de pharmacies pour leur permettre d’atteindre une taille suffisante pour fonctionner”. Effectivement, cette mesure va rendre plus difficile les tranferts mais pourquoi vouloir transferer dans des zones déjà couvertes en pharmacies? Si on autorisait ce genre de transfert, la pharmacie transférée aurait bien du mal à atteindre une taille suffisante pour fonctionner.

    Pour répondre à votre question sur les quotas, pour moi, il s’agit d’une bonne solution à condition d’aider les jeunes à accéder plus facillement au capital. Actuellement, des discussions en ce sens agitent les syndicats.

    Il faut réformer la pharmacie mais il ne faut pas le faire en montant ceux qui ne sont pas installés contre les titulaires. Je suis moi même pharmacien assistant et je ne pense pas qu’on construira la pharmacie de demain en se montant les uns contre les autres. Je me mets à la place d’un pharmacien qui vient de devenir titulaire et qui gagne moins de 1000 euros par mois, à qui on annonce que maintenant n’importe qui peut s’installer de l’autre coté de la rue…

    Il est par contre certain qu’il faut tout remettre à plat en ce qui concerne l’intégration des jeunes dans le capital, le salaire des assistants et des préparateurs. Mais il ne faut pas en rester là et chercher de nouveaux débouchés économiques, de nouvelles responsabilités confirmant le pharmacien comme étant un acteur majeur de la santé publique dans notre pays.

    Toute cette agitation autour de notre métier à au moins le mérite de nous faire réfléchir sur l’orientation qu’on veut lui donner. Moi, c’est tout réfléchit, c’est la santé!

  265. By Futur notaire ? on Dec 6, 2020

    Monsieur le Président,

    Futur notaire et non encore associé, je suis parfaitement d’accord avec le maintien du “monopole”.

    Le nombre restreint de notaire n’est pas un frein à la croissance puisqu’un notaire peu parfaitement s’associer avec d’autres notaires si sa charge de travail devient trop importante. De même, il peut employer des clercs ou des diplômés notaires.

    Ce “monopole” est en revanche un moyen pour la profession d’assurer un auto contrôle d’une très grande qualité. (inspections comptables et juridiques régulières - responsabilité collective…)

    Je suis également d’accord pour verser un prix au notaire qui acceptera de me céder ses parts sociales. Il est à la tête d’une entreprise qu’il a développée et qui génère des revenus. Pour quelle raison devrait-il en céder la propriété pour rien ? La vénalité des office n’est ni choquante ni un obstacle à l’association. Comprendrait-on qu’un gérant d’épicerie n’ait pas le droit de la vendre ?

    La CDC accorde des prêts importants et à des conditions avantageuses.

    Sans disposer d’une fortune de famille mais suis persuadé que je serai néanmoins en mesure de m’associer prochainement.

    Si néanmoins vous décidez d’ouvrir la profession à d’autres professionnels du droit il y aura lieu de s’assurer que ce n’est ni au détriment de la qualité (maintient de l’exigence du diplôme et de l’expérience) ni au détriment du coût pour les clients (maintient d’un tarif) ni au détriment de ceux qui se sont préparés pendant de nombreuses années au prix parfois de gros sacrifices à embrasser cette profession (priorité donnée aux notaires assistants - indemnisation des notaires en place).

  1. 1 Trackback(s)

  2. Oct 7, 2020: Pharmaciens, notaires, taxis... Le débat sur les rentes de situation | NICOLAS SARKOZY 2007-2012

Post a Comment

Wordpress Theme: Chloe - AUTEURES - CHANTEUSES - COMEDIENNES - FRIENDS - MEDIAS - MODELES - NEWS ARTISTES - PHOTOGRAPHES - GRAPHISTES - REALISATRICES - TEMOIGNAGES -