SARKOZY

MANUEL VALLS : L’antisarkozysme forcené voudrait masquer ce déficit idéologique de la gauche

Manuel Valls, entretien accordé au Monde. Extraits:

“Le Monde : On vous reproche souvent au PS d’être complaisant à l’égard de Nicolas Sarkozy…

Manuel Valls : L’anathème est une tradition chez certains à gauche. Lorsqu’en 1980, j’ai adhéré au PS dans le sillage de Michel Rocard, ses amis étaient au mieux taxés de “sociaux-démocrates” - ce qui était le début d’une dérive droitière - au pire de “gauche américaine” - ce qui était le début de l’excommunication !

La plupart des socialistes sont aujourd’hui décomplexés à l’égard du marxisme. Mais le PS compte encore des responsables et des militants, sans doute sincères, qui restent hantés par les Spectres de Marx : conception binaire de la société, vision violente de l’Histoire… D’où ce goût commun pour les grandes fresques avec l’extrême gauche : la crise économique devrait dégénérer nécessairement en crise sociale avant d’aboutir à la crise politique…

Pour ma part, je me suis toujours méfié du lyrisme politique et des visions totalisantes. L’Histoire nous apprend que la crise engendre plutôt le repli sur soi et le populisme. Je préfère porter le débat sur notre capacité à dégager des propositions crédibles et utiles pour les Français.

Le Monde : Pourquoi la gauche ne parvient-elle pas à trouver le ton juste face au chef de l’Etat ?

Manuel Valls : Elle a provisoirement perdu une partie de son hégémonie culturelle faute d’avoir bien appréhendé les grands bouleversements du monde depuis trente ans : effondrement du bloc soviétique, globalisation économique, crise de l’Etat-providence…

L’antisarkozysme forcené voudrait masquer ce déficit idéologique, mais il provoque en réalité un double effet pervers. Il grandit le personnage en le mettant au centre de chaque débat : Sarkozy devient celui qui ose tout, conformément à ce qu’il recherche. Et, surtout, il affaiblit la crédibilité de la gauche en l’obligeant à l’outrance : elle devient celle qui craint tout.”

Source: Manuel Valls : “Le Parti socialiste doit être incarné par une nouvelle génération” - Politique - Le Monde.fr




  1. One Response to “MANUEL VALLS : L’antisarkozysme forcené voudrait masquer ce déficit idéologique de la gauche”

  2. By Yèzabellina on May 22, 2020

    IL est normal que Mr Vals Manuel soit “complaisant ” avec Mr Nicolas Sarkozy de BOcsa ! Car il a participé au a la dernière Réunion des décideurs “Groupe Bildeberg” en vue de trahir son parti comme l’ont fait bien d’autres avant lui ! Mais là ce sera plus grâve car Mr Vals a l’intention de se présenter en 2012 comme “PS” et il sera en quelque sorte “un cheval de Troie” dans l’état “socialiste ” c’est a dire qu’il appliquera “directement sans passer par la case “parlement et députés ” pour “obéir aux Diktats Européens” : emplois publics détruits, services sociaux en berne; moins de d’argents pour les Ecoles publiques,Hôpitaux; crèches, privatisation de toutes entreprises dites “publiques” ! Gels des aides aux paysans, gels de rentrée d’argent par l’Etat dû aux Départements donc nous en subirons les conséquences. Bref Mr Vals est un “agent dormant de la Droite de Mr Sarkozi” et les gens se feront “avoir “une fois de plus ! Et après quand les gens du “peuple ” seront dans la rue vous enverrez les Forces de l’Ordre et peut-être même l’armée !

Post a Comment