NICOLAS SARKOZY ET LES FRANCAIS - 2007 - 2012

DIDIER BARIANI : Ne creusons pas davantage le fossé avec la majorité présidentielle

 Le vice-président de l’UDF Didier Bariani ne veut pas que son parti “devienne insidieusement un parti d’opposition”.

LE FIGARO. - Quel regard portez- vous sur l’évolution de l’UDF ?

Didier BARIANI. - Je fais partie des dix personnes qui, en 1978, ont fondé l’UDF, le seul qui en soit toujours membre. Depuis de nombreuses années, j’en assume la vice-présidence. Je préside le groupe au Conseil de Paris. Le 10 mai, lors du conseil national, j’ai voté la résolution appelant à « la constitution d’une force politique nouvelle, indépendante, ouverte », et je me sens impliqué dans la création du MoDem. Mais je ne crois pas qu’il faille s’enfermer dans une structure unique. L’UDF doit être une composante active du MoDem, mais je refuse toute fusion-absorption de l’UDF dans le MoDem. Vouloir fondre tout le monde dans le même moule risque de nous réduire, de nous mutiler.

La greffe entre les adhérents de l’UDF et les nouveaux venus semble difficile.

Il faut trouver un mode de fonctionnement permettant de faire vivre harmonieusement ensemble les dizaines de milliers de personnes qui ont adhéré directement au MoDem, venues de la gauche, des Verts ou n’ayant jamais appartenu à un parti, et les dizaines de milliers qui avaient adhéré directement à l’UDF. Les uns et les autres sont égaux en droits et en devoirs.

Approuvez-vous la ligne d’indépendance du MoDem prônée par François Bayrou ?

Nous ne pouvons pas nous satisfaire d’être uniquement les contempteurs de la vie politique. Pour garantir l’indépendance, il ne suffit pas de distribuer bons et mauvais points au gouvernement. Je ne souhaite pas qu’on creuse davantage le fossé avec la majorité présidentielle. De parti indépendant, ne devenons pas insidieusement un parti d’opposition.

N’êtes-vous pas isolé à l’UDF ?

Pas du tout. J’ai l’impression que mon point de vue est partagé dans les fédérations, tant par des militants, des élus locaux, que des parlementaires. Beaucoup de nos amis incarnent un courant modéré et ne veulent pas être pris dans une évolution qui nous déporterait trop à gauche. Je formulerai des propositions statutaires pour permettre le maintien de l’existence juridique de l’UDF et assurer l’expression des modérés dans cette maison commune. Nous ne pourrons pas échapper à un vrai débat.

Technorati Tags: didier bariani, udf, modem, bayrou, nouveau centre

DIDIER BARIANI : Je n’imagine pas que l’UDF puisse disparaître. Beaucoup de nos amis incarnent un courant modéré et ne veulent pas être pris dans une évolution qui nous déporterait trop à gauche | Page 2007 - Media

Tags: , , , , ,

Post a Comment

Wordpress Theme: Chloe