Vidéo : le troisième forum de l’Union

Retrouvez le 3ème forum de l’Union

Dans
le cadre de la procédure du choix du candidat qui sera soutenu par
l’UMP à l’élection présidentielle, le 3ème forum de l’Union consacré au
thème de la Fraternité s’est tenu à Bordeaux jeudi 21 décembre.

La vidéo

Technorati Tags: nicolas sarkozy, ump, forum ump, forum de l’union, vidéo ump

Commentaires

  1. thib wrote:

    Raffarin a bien arbitré

  2. Demik Farid wrote:

    Je suis enseignant et devant les difficultés et les inquiétudes que rencontrent mon couple (retraite? , salaires trop bas), je fais des investissements immobiliers dans un but locatif. Le problème, c’est que la loi interdit les fonctionnaires d’être marchand de biens. Que comptez-vous faire au sujet de cette dernière ? Ou bien allez-vous me laisser avec ce statut protégé voire vérrouillé qui me plonge dans la précarité ?

  3. yellowsubarine wrote:

    Je me pose une interrogation en ce qui concerne les logements sociaux imposés dans les communes :
    puisqu’il s’agit de logements sociaux, c’est pour donc loger des personnes à faibles revenus,de quelle manière pourraient-elles vivre de façon décente dans des communes dites “aisées” comme Neuilly sur Seine par exemple ou les prix pratiqués par les commerces de proximité sur supérieurs à d’autres communes plus modestes (les prix sont en fonction des loyers commerciaux et donc des prix du marché de l’immobilier pour ne parler que de ce domaine)?
    Ne serait-il pas plus sage d’éviter les obligations de logements sociaux ?
    Il en faut, c’est un fait mais à des endroits réfléchis pour le bien-vivre de personnes en difficulté et non de manière automatique !

  4. Didier Gravedard wrote:

    J’ai 20 ans et j’ai une question. Pourquoi ne pas proposé une étanchéité totale dans trois pouvoirs français, en instaurant une nouvelle république. Cela peut éviter un certaine méfiance du peuple face à la politique et au blanchiment judicière.

  5. nemanja wrote:

    Mr.Sarkozy j’ai enormement de respect pour vous, je crois en vous, en votre parole et j’esper que vous la France deviendra un pays de merite avec vous au pouvoir

  6. nemanja wrote:

    Mr.Sarkozy j’ai enormement de respect pour vous, je crois en vous, en votre parole et j’esper que la France deviendra un pays de merite avec vous au pouvoir

  7. seynaëve laurent wrote:

    monsieur sarkozy j espere que les français cette fois ci voterons intelligemment et ne vous eliront pas . ne pensez pas monsieur que je suis dupe de votre maniere d agir ainsi que celle de vous exprime . il y a vingt ans qu on me dit de serrer la ceinture mais malheureusement il n y a plus de trou pour la faire tenir .et je ne pense pas que vous souhaitiez aider une certaine tranche de la population française qui est de gauche et qui croie dans la justice social et dans la distribution juste des richesses qu il y a dans ce pays

  8. Anthony.L wrote:

    Monsieur Sarkozy,
    J’ai 18 ans et demi et j’ai découvert le monde de la politique. Et je me rends compte de beaucoup de choses rien que chez moi. Le poids des médias. Je remarque une chose, les médias s’acharne sur vous, et Ségolène en subit un éloge parfois. Mais pour être plus attentif, j’ai décidé de comprendre vos intentions. Je vous ai écouté lors d’une emission sur France 2 puis à d’autres interview. J’ai aussi écouté des interview sur Segolene. J’ai mis ainsi fin à ce tas d’apriori qui tourne autour de moi. Et je tiens à vous dire bravo. Bravo à vous, je voterai pour vous en 2007, vous redonnez l’espoir. Grace à vous, le goût au travail me revient. Et je ne me ferai pas troublé par la défaite d’une miss-France. Et mon avenir semble beaucoup plus sur. Continuez comme ça, votre parcours jusqu’à maintenant est parfaitement réussi. Bravo…A dans quelques mois!

  9. marie-lou wrote:

    bravo pour hier soir.Enfin des paroles vraies
    et responsables.Beaucoup de français vous
    soutiennent et j’espére qu’il y en aura de
    plus en plus.Aujourd’hui vous étes
    la voix de la France.Vous avez toute notre
    confiance.Bravo encore bravo nous sommes
    avec vous.Continuez à defendre le meilleur
    pour la France.Merci Mr Sarkosy

  10. Sacola Narconazi wrote:

    Messieurs, mesdames, medemoiselles, jeunes hommes, soyont serieux. Tant d’arguments vides de sens à droite et a gauche, j’entend : il me rassure, j’entend : il a de grande idées, j’entend : lui n’a pas sa langue dans sa poche. Ni son flash-ball. Certe il vous rassure, il a des idées etc, etc mais ( et n’allez pas croire que je sois “pro-sego” ou “anti-sarko” ) mais n’oublions pas ceci : c’est un homme politique, un homme comme les autres, la soif du pouvoir, le pouvoir de l’ego, le paraitre, le semblant, l’illusion. Oui je suis pour sarkozy ! mais en duo avec Garcimore, oui je crois en ses idées ! Jusqu’a ce que j’éteigne la télévision et que je reprenne pied dans la vraie vie, allons mesdames, messieurs, jeune ou vieux, les ambitions de cet homme là ont pris le pas sur sa volonté de servir son pays, car c’est lui qu’il souhaite servir a travers ses sur-ambitions, je ne dit pas : non a sarko ! Mais je dis : non a la dictature et vive la democratie, je ne dit pas : sarko salo ! mais bien : Nicolas l’enculé ! amen

  11. GIRARD DIDIER wrote:

    COMMUNIQUE DE PRESSE

    Valant déclaration de manifestation au sens de la loi du 10 octobre 1935.

    Alors que la C.G.A.C.F. considère que tous les Elus de France, aussi bien de droite que de gauche sont des gens responsables, ayant un sens développé de la responsabilité et du bien être du citoyen.

    Tout fait et geste contraire doit être dénoncé sur la voix publique afin que chaque citoyen sache avec exactitude qui est qui, et qui fait quoi notamment lorsqu’il s’agit d’élus du Peuple.

    Il est trop facile aujourd’hui d’avoir des titres emblématiques et de se comporter comme un irresponsable, alors que le contraire est prêché au travers de mandats d’élus.

    N’avons nous pas connu quelques ministres ici et là, ou quelques élus accrochés par des affaires pénales ?

    Parfois derrière les titres de noblesse se cachent de véritables prédateurs prêts à dévorer ceux qu’ils ont mis à terre, qu’ils ont étouffés, qu’ils ont bâillonnés par leur puissance pour ensuite les conduire à une mort certaine dans l’indifférence et le silence général.

    Notre Confédération dénonce chaque fois que c’est nécessaire ce genre de comportement. Elle n’obéit à aucun ordre politique, ni n’appartient à aucune organisation politique.

    (Monsieur BITCH, Directeur d’agence, Banque Populaire Val de France, a déclaré à un de nos militants que notre adhérente était manipulée par des syndicats de gauche, la voyance, et plus particulièrement
    PAR DES ORGANISATIONS QUI ETAIENT CONTRE LES BANQUES

    (la C.G.A.C.F. attend l’attestation de notre militant pour poursuivre ce monsieur BITCH au pénal).

    (En l’état actuel, compte tenu de la politique générale des dirigeants de la France aussi bien de droite que de gauche, nous ne tenons pas à nous couvrir de ridicule, en supportant un parti politique .

    La C.G.A.C.F. par habitude supporte plus facilement des politiciens de tout bord ayant fait leurs preuves).

    Le personnage mystère qui se cache derrière le visage de celui qui vole au secours des citoyens de la commune par ses titres de noblesse qui s’octroie, et en sa qualité de Conseiller Municipal, est en fait un personnage qui se permet de couvrir de par ses fonctions de graves préjudices professionnels commis par ses collaborateurs, administrateurs au sein de son entreprise bancaire.

    Préjudice créé par Yvan de la Porte du Theil, Directeur général de la Banque Populaire Val de France, siégeant aussi au Conseil d’Administration de la Banque Fédérale des Banques Populaires, siége aussi au Conseil d’Administration de la Banque Natixis, avec le personnage mystère qui le couvre, qui n’est autre que le Président de Natixis Banque.

    Préjudice créé dans une entreprise de Pantin (93), la société MG2000 dont la gérante est Claudine MOULIS, 50 ans, veuve d’un colonel de l’armée française, petite fille de gendarme.

    Préjudice soi-disant réparé par l’offrande d’une compensation comparable à une aumône.

    La Banque Populaire Val de France et la Banque Fédérale des Banques Populaires ont laissé perdurer une grave faute professionnelle, LA PERTE D’UN VIREMENT BANCAIRE pour détruire moralement et physiquement cette chef d’entreprise, afin de lui faire signer un document sur lequel, en échange d’un pourboire, elle reconnaissait son préjudice comme réglé.

    En fin de compte tout le monde avait bien compris que ce pourboire ne correspondait à rien, alors que la banque reconnaissait bien sa faute professionnelle.

    La C.G.A.C.F. n’a pas été dupe de ce soi-disant geste hypocrite. Elle a dénoncé immédiatement les documents concernés.

    Ce n’est pas tout, la Banque Populaire Val de France ne se contente pas de détruire cette pauvre femme, son Entreprise et ses Salariés, mais trouvant que sa victime est tout de même gonflée de mourir en hurlant, La banque lui demande de mourir en silence.

    LE TOUT DANS LA TRANQUILLITE ABSOLUE DE MONSEIGNEUR PHILIPPE DUPONT DU HAUT DE SA TOUR D’IVOIRE, QUI N’A MEME PAS DAIGNE RECEVOIR LA VICTIME, CHEF D’ENTREPRISE, QUI AVANT SA VENUE LE 19 JANVIER, AVAIT OFFICIELLEMENT DEMANDE UN RENDEZ-VOUS.

    MONSEIGNEUR DUPONT PEUT-ETRE TROP VEXE QU’ELLE SE SOIT INSTALLEE DEVANT LA PORTE DE SA BANQUE POUR Y FAIRE UNE GREVE DE LA FAIM.

    Trop c’est trop, la C.G.A.C.F. envisage avec ses partenaires de dénoncer par des actions de rue et des distributions de tracts sur l’ensemble de la ville et par la venue de la caravane d’atteinte aux droits fondamentaux de l’homme, afin de mieux découvrir l’homme aux 2 visages du prédateur Philippe DUPONT, Conseiller Municipal de la ville de CHEVREUSE.(78)

    Il semblerait que l’on connaisse un peu moins l’élu Philippe DUPONT.

    Il est important qu’aux prochaines élections municipales, les Commerçants, Artisans, Chefs d’entreprise et les Citoyens sachent avec exactitude qui se cache derrière le seigneur DUPONT, tout puissant, dirigeant d’une banque mutuelle et coopérative,

    Banque qu’il dirige comme une multinationale.

    Diffusion : Sénateurs, Députés, Conseillers Régionaux, Conseillers Généraux, mais aussi à l’ensemble des Maires et Médias.

    Auprès de Monsieur Philippe DUPONT, aussi Administrateur France 3,
    pour ses rédacteurs de journaux télévisés. cf : info greffe RCS Paris 327.181.715.

    Mais surtout, à tout ceux qui sont concernés, les citoyens.
    Contact Presse, info : 06.13.33.04.11

    Deux rendez vous à ne pas manquer

    Venez rejoindre la caravane de l’information des abus bancaires

    ( Consultations juridiques gratuites )

    PREMIER R.V

    Les 8 et 9 Février 2007.

    De 8 h à 20 h

    Parking de la Mairie de CHEVREUSE
    5 Rue Division LECLERC 78460

    DEUXIEME R.V

    Les 13,14,15 et 16 Février 2007.

    De 8 h à 20 h

    Devant la banque fédérale
    des banques populaires
    5 Rue LEBLANC
    75015 PARIS

    Métro : PONT GARIGLIANO

  12. lirelapolitique wrote:

    SAVE

    THE

    DATE

    LE 17 MARS 2007

    UNE DATE, TROIS EVENEMENTS

    16 ème JOURNÉE DU LIVRE POLITIQUE

    Sur le thème

    « AUX URNES CITOYENS ! »

    QUATRE DÉBATS SUR L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE
    UN SONDAGE : LES FRANÇAIS ET LES ÉLECTIONS
    LA REMISE DU PRIX DU LIVRE POLITIQUE

    9H30 – 18H30
    (Entrée Libre et Gratuite)

    IEP DE PARIS
    27, RUE SAINT GUILLAUME, 75337 PARIS

    Inscrivez vous :
    LIRE LA POLITIQUE Association de loi 1901
    5 avenue de l’Opéra - 75001 PARIS www.lirelapolitique.com
    Tél. : 01 47 03 17 90 - Fax : 01 47 03 17 91- Email : lirelapolitique@yahoo.fr

  13. frédéric maurin wrote:

    Lu et approuvé par le bloc-note de rupture ( http://rupturetranquille.over-blog.com/ ) cet article de Thomas Piketty
    Impossible promesse fiscale
    Parmi les éléments les moins crédibles du programme de Nicolas Sarkozy, la palme revient sans conteste à la promesse de réduire de 4 points de PIB (produit intérieur brut) le taux de prélèvements obligatoires. Pour tous ceux qui n’ont pas la chance rare de patauger quotidiennement dans ce type de statistiques, l’objectif peut sembler abstrait et difficile à évaluer. Après tout, avec un taux global de prélèvements obligatoires en France d’environ 44 % du PIB (sous forme d’impôts, cotisations et diverses taxes), pourquoi ne serait-il pas possible d’envisager une réduction de 4 points ? Pour aider à se faire une idée et comprendre à quel point un tel objectif n’a aucune chance de se réaliser au cours de la prochaine législature, il est utile de rappeler quelques ordres de grandeur. Quatre points de PIB, cela représente, par exemple, davantage que toutes les recettes cumulées de l’impôt sur le revenu, de l’impôt sur les successions et de l’impôt de solidarité sur la fortune. Si Sarkozy envisage de supprimer ces trois impôts d’un geste auguste, qu’il l’annonce ! A titre de comparaison, Chirac est parvenu en 2002-2007 à réduire de moins de 20 % l’impôt sur le revenu. Surtout, cette baisse a été plus que compensée par les multiples hausses de taxes et de cotisations, si bien que le taux global de prélèvements obligatoires, stabilisé autour de 42-44 points en France depuis 1985, a en réalité progressé de près de 1,5 point entre 2002 et 2007, en particulier quand l’actuel candidat UMP était en charge de Bercy… Car, pour réduire de 4 points de PIB les prélèvements tout en réduisant les déficits, il faudrait être capable de réduire de 4 points les dépenses publiques et indiquer précisément lesquelles. Or, 4 points de PIB, cela représente, par exemple, quatre fois le budget de l’Enseignement supérieur et de la recherche, ou bien une réduction de plus de 50 % des dépenses de santé. Comment Sarkozy compte-t-il s’y prendre pour faire de telles économies ? A ce jour, les seules économies vaguement mentionnées concernent les habituels percepteurs et supposées gabegies de Bercy, gisement considérable… inférieur à 0,1 point de PIB, et qui ­ vu la mollesse avec laquelle notre audacieux candidat évoque le prélèvement à la source ­ a peu de chances d’être exploité. La vérité est que, compte tenu de la hausse structurelle des dépenses de santé et de retraites (qui ne pourront être stabilisées que par une régulation patiente, novatrice et courageuse), et compte tenu des nouveaux besoins (formation, recherche…), il n’est ni possible ni souhaitable de promettre des réductions de dépense aussi massives. Quant à l’idée absurde selon laquelle la croissance permettrait mécaniquement de réduire la part de l’Etat dans le PIB, elle révèle une étonnante incompréhension des mécanismes économiques élémentaires : sauf à supposer un fort décrochage des salaires du public (perspective peu souhaitable pour un Etat qui se veut efficace), l’Etat devra toujours consommer peu ou prou la même part du PIB pour offrir les mêmes services de santé, formation, retraites, etc. Si la croissance avait pour effet magique de réduire massivement le taux de prélèvements, cela se serait vu, en France comme à l’étranger. De fait, la meilleure façon d’apprécier l’absence totale de crédibilité de la promesse sarkozienne est de jeter un coup d’oeil aux expériences internationales. La vérité toute simple est que jamais aucun pays développé n’a abaissé de 4 points son taux de prélèvements obligatoires. Au moment où la révolution thatcherienne a produit ses effets les plus forts, de 1985 à 1995, les prélèvements n’ont baissé au total que d’à peine 2 points de PIB au Royaume-Uni (avant que Blair ne les réaugmente de 2 points, retrouvant ainsi aujourd’hui le taux d’environ 37-38 points de 1985). Nicolas Sarkozy envisage-t-il de faire des coupes deux fois plus lourdes que Margaret Thatcher dans une période de temps deux fois plus courte ? Si l’on examine les autres pays, dont on vante habituellement l’expérience modernisatrice, on constate au mieux une stabilisation des prélèvements obligatoires, en aucun cas des baisses de 4 points de PIB : la Suède a stabilisé ses prélèvements autour de 50-52 points de PIB depuis 1990, le Danemark autour de 49-50 points, etc. En France, pas davantage que dans tous les autres pays, aucun gouvernement dans un avenir prévisible ne baissera de 4 points de PIB en quelques années. En se lançant dans de telles promesses, sans même prendre la peine d’expliquer le début du commencement de la méthode envisagée (et pour cause), Nicolas Sarkozy révèle une fois encore sa vraie nature. Loin du parler vrai et de la transition douce du gaullisme vers le libéralisme social et moderne, le candidat UMP incarne une sorte de gaullo-bushisme autoritaire et populiste. Comme Bush, qui stigmatisait ceux qui osaient dénoncer les conséquences ultra-inégalitaires de ses baisses d’impôts («fuzzy Washington math»), il affiche son mépris pour les statistiques et les analyses qui le contredisent. Comme son modèle, sa foi messianique dans son intuition intime de ce que veut le «peuple» (en vérité quelques groupes de pression croisés ici et là) le rend capable de tous les excès.
    http://www.liberation.fr/rebonds/234540.FR.php

  14. BOUCHET Jean Pierre wrote:

    RETRAITE

    Nous savons que 10 % seulement des hommes et des femmes âgés de plus de 60 ans poursuivent leur activité professionnelle. 90 % bénéficie donc du versement de leur retraite.
    Pour allèger les obligations de paiement de ces caisses, il faut inciter ces 90 % à continuer leur emploi au delà de 60 ans, et l’incitation pourrait passer par une exonération totale des charges et des impôts (IRPP) sur la partie excèdent le montant de la retraite à laquelle ils pourraient prétendre.

    D’AUTRE PART, que les politiques cessent de parler de cadeaux fiscaux fait aux entreprises par l’état, car c’est précisement le contraire qui se passe, ce sont bien les entreprises qui alimentent les caisses de l’état. Bien sûr il est pluls valorisant pour un politique de droite comme de gauche de dire “nous faisons des cadeaux aux entreprises” les politiques encore une fois ne font pas de cadeaux. Supprimez toutes les entreprises de FRANCE et ensuite, posez vous la même question.

    Enfin, en ce qui concerne la présidentielle, cessons une bonne fois pour toute de distribuer de l’argent, alors que les finances de l’état sont catastrophiques, IL FAUT APURER SES DETTES AVANT D’ENVISAGER DES DEPENSES MAIS CELA PERSONNE N’A LES COUILLES DE LE DIRE

    Messieurs les politiques, cessez d’acheter des parts d’électora financées par l’argent public.
    Merci de nous laisser nous exprimer, et essayez de conserver les entreprises en FRANCE

  15. BOUCHET Jean Pierre wrote:

    RETRAITE

    Nous savons que 10 % seulement des hommes et des femmes âgés de plus de 60 ans poursuivent leur activité professionnelle. 90 % bénéficie donc du versement de leur retraite.
    Pour allèger les obligations de paiement de ces caisses, il faut inciter ces 90 % à continuer leur emploi au delà de 60 ans, et l’incitation pourrait passer par une exonération totale des charges et des impôts (IRPP) sur la partie excèdent le montant de la retraite à laquelle ils pourraient prétendre.

    D’AUTRE PART, que les politiques cessent de parler de cadeaux fiscaux fait aux entreprises par l’état, car c’est précisement le contraire qui se passe, ce sont bien les entreprises qui alimentent les caisses de l’état. Bien sûr il est plus valorisant pour un politique de droite comme de gauche de dire “nous faisons des cadeaux aux entreprises” les politiques encore une fois ne font pas de cadeaux. Supprimez toutes les entreprises de FRANCE et ensuite, posez vous la même question.

    Enfin, en ce qui concerne la présidentielle, cessons une bonne fois pour toute de distribuer de l’argent, alors que les finances de l’état sont catastrophiques, IL FAUT APURER SES DETTES AVANT D’ENVISAGER DES DEPENSES MAIS CELA PERSONNE N’A LE COURAGE DE LE DIRE

    Messieurs les politiques, cessez d’acheter des parts d’électorat financées par l’argent public.
    Merci de nous laisser nous exprimer, et essayez de conserver les entreprises en FRANCE

Ecrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée sur le site.