SARKOZY - REFORMES 2007-2012 LIBRE DEBAT - BLOG POLITIQUE

Flexibilité et décentralisation de la prise de décision (PAUL KENNEDY)


Dans Naissance et déclin des grandes puissances, Paul Kennedy se demande comment les Allemands ont pu résister aussi longtemps :

“Etant donné sa supériorité croissante en hommes, en chars, en artillerie et en avions, l’Armée Rouge peut réellement, dès la seconde année du conflit, se permettre des pertes de l’ordre de cinq à six contre un (si lourd que soit ce tribut pour ses troupes) tout en poursuivant l’offensive contre des Allemands en perte de vitesse.

Au début de 1945, rien que sur les fronts de Biélorussie et d’Ukraine, “la supériorité soviétique était à la fois numérique et psychologique, avec cinq fois plus d’hommes, cinq fois plus de blindés, sept fois plus d’artillerie, et dix-sept fois plus d’avions”.

Quelques mois plus tôt, les forces anglo-américaines en France avaient “une supériorité effective de 20 contre 1 pour les chars et de 25 contre 1 pour l’aviation”.

Il faut donc se demander comment les Allemands ont pu résister pendant aussi longtemps ; même à la fin de 1944, ils occupent encore des territoires bien plus vastes que ne l’était le Reich proprement dit au début de la guerre.

La réponse apportée par les historiens à ce problème est quasi unanime : la doctrine opérationnelle allemande, qui mettait l’accent sur la flexibilité et la décentralisation de la prise de décision au niveau du champ de bataille était bien supérieure à la tactique prudente et traditionnelle des Anglais, aux assauts frontaux sanglants des Soviétiques et aux attaques enthousiastes, mais peu orthodoxes des Américains ; en matière d’”opérations interarmes” , les allemands avaient une expérience supérieure à celle de tous les autres ; enfin, la valeur intrinsèque et la formation des officiers d’état-major et des sous-officiers étaient extrêmement élevées, même dans la dernière année de la guerre. ” (pages 398-399)

Naissance et déclin des grandes puissances | Page 2007

Craquements de l’édifice impérial - Paul Kennedy sur Napoléon. | Page 2007

Technorati Tags: flexibilité, décentralisation, prise de décision, paul kennedy

Flexibilité et décentralisation de la prise de décision | Page 2007 - Media

Post a Comment